Devenir entrepreneur en ligne aujourd’hui : 26 raisons indiscutables

J’avais une très bonne amie.

Oui, j’avais…

Elle ne cessait de s’apitoyer sur son sort en me rabâchant :

Je n’en peux plus de ce conformisme monotone. Mais j’ai beau vouloir quitter mon boulot de salarié, je n’y arrive pas.

Les opportunités n’ont pourtant pas manqué.

Sa boîte lui a même proposé plusieurs plans de départ.

Mais non, elle se planque… Prétextant que la raison de se barrer lui fait toujours défaut, malgré ses lamentations perpétuelles.

Ma réponse ?

Ce n’est pas une, mais 26 raisons que je vais te donner pour bouger tes fesses ma chérie. Alors, arrête de gémir, accroche-toi et vois tout ce que tu y gagneras.

Sa réaction ?

Vous l’imaginez bien puisque nous ne sommes plus amies…
Voilà pourquoi je fais un article de ma réponse que je tiens à lui dédicacer.

M’en voudrez-vous autant qu’elle ? Si oui, dommage. Car créer votre business en ligne sera peut-être la meilleure décision de votre vie. 

Souvenez-vous des années 80…Robot-Ouvrier

Aujourd’hui ce sont les cadres qui sont visés. Alors, anticipez !

Commencez donc par faire ce test :
7 signes qui montrent que vous n’êtes pas fait pour entreprendre.

Vous n’en cumulez pas plus de trois ? C’est jouable.

Alors, allons-y pour ces 26 raisons qui vous feront gamberger.

1. Les risques sont faibles

Si vous commencez avec rien et finissez avec rien, alors rien n’a été perdu.
Michael Dunlop

Il y a 20 ans, si vous vouliez :

  • Vendre un produit : vous aviez besoin d’un local,
  • Offrir un service : vous aviez besoin d’un bureau,
  • Vous promouvoir : vous deviez payer un espace de pub.

Commencer un business était cher, donc risqué.

Internet a changé la donne. Fini les dizaines de milliers d’euros en com’ et biens immobiliers.

D’autant plus avec les nouvelles méthodes pour monter un business sans investissement de départ grâce à la validation préalable de votre idée.

Une fois fait, lâchez au plus 100 € à l’année pour un nom de domaine et un hébergement et construisez gratuitement vos pages sur les réseaux sociaux. Bien sûr, il faudra batailler au début.

J’ai commencé avec UN fan Facebook, UN inscrit Google+ et UN abonné Twitter, sachant que c’était la même personne pour les 3… (Mon frère a eu pitié de moi à l’époque).

Mes lecteurs fidèles me demandent souvent :

Comment commencer ?

Vous avez la réponse maintenant. Soyez juste conscients qu’il faut de la régularité.

Mais c’est plutôt engageant quand vous savez que…

Patron

2. Vous travaillez pour vous-même

En clair, vous n’avez pas de patron.

Un boss qui assure est un leader, un accompagnateur, voire même un ami.

Mais un boss de merde, c’ est l’enfer sur terre…

Dans tous les cas, travaillez pour un patron et tous vos efforts lui seront dédiés.

Alors, imaginez dans une grosse boîte où vous ne l’avez sûrement jamais rencontré. Pas très motivant… À part la paye fixe qui vous fait bouffer.

Maigre consolation comparée à ce que peut rapporter le développement de votre propre activité.

Mon exutoire face à cette situation ?

Je faisais constamment évoluer mon poste. Améliorant modes opératoires et outils de travail, prétextes à un apprentissage perpétuel.

Mais même ainsi la satisfaction était de courte durée :

En tant qu’entrepreneur, c’est votre projet qui prend du galon. Cela implique beaucoup de disciplines à maîtriser, mais c’est plutôt bon signe, car…

3. Il n’y a jamais de moment ennuyeux

Dans une entreprise, vous avez un rôle unique. Vous faites une chose et vous la faites bien… Toute votre vie.

ça me rappelle ce comptable qui me disait :

30 ans que je fais ce boulot ! Alors tu sais moi…

Traduction :

Je suis efficace, mais qu’est-ce que je me fais chier !

Devenir entrepreneur en ligne c’est vivre l’inverse. Vous jouez tous les rôles pour développer votre business. En une journée, vous serez designer, écrivain, codeur, vendeur, secrétaire et même agent d’entretien.

Haydée-avec-son-balais

Bah oui… Quelqu’un doit bien faire le ménage aussi.

Jouer autant de rôles est ardu, mais quoi de plus intéressant ?

4. Vous ne cessez jamais de vous former

Car plus l’entrepreneur en ligne est à la page, plus il a de chances de réussir. Et pas uniquement en terme de compétences. Vous devez également taquiner pas mal d’outils.

De quoi occuper vos longues soirées d’hiver rien que pour choisir les bons logiciels.

Rome ne s’est pas fait en un jour. :)

Allez, je vous aide un peu avec ce PDF qui rassemble 12 outils indispensables pour être plus performants dans votre business en ligne.

Qui dit se former dit se remettre continuellement en question. Un véritable challenge pour certains.

Mais ce n’est pas tout ! Le jour où vous déléguerez certains boulots, vous éviterez de vous faire entuber.

Mieux vaut dire :

Je connais le taf, alors pas d’entourloupe.

Plutôt que :

Je te laisse gérer, parce que moi je n’y connais rien…

Et enfin, vous gardez votre esprit aiguisé !

Tony-tente-le-Chinois-avec-le-livre-Assimil-Le-chinois-sans-peine

En apprenant parfois des choses inattendues… Comme Tony avec le chinois.

Cela fait beaucoup de travail ? Tant mieux ! Car c’est ainsi que…

5. Vous apprenez l’autodiscipline

Plus de patron pour vous remonter les bretelles. (ça tombe bien, vous n’aimez pas ça.)

Mais plus de paye fixe pour vous reposer sur vos lauriers. Et surtout une tonne de tâches à organiser.

Vous voulez devenir entrepreneur en ligne ? Travaillez votre discipline ou vous êtes bon pour vous planter et bouffer des patates toute l’année.

Par contre je vous rassure…

6. Vous ne pouvez pas vous faire virer

Bien plus facile pour gérer la pression de l’échec.

Vous échouez, vous recommencez.

Et quand bien même, pas besoin de merder pour se faire évincer d’une grosse boîte. J’ai connu des patrons capables de virer à la pelle le mois suivant leur arrivée.

Pire encore, avez-vous vu « La loi du marché » de Stéphane Brizé ?

Ou comment des hypermarchés licencient de pauvres caissières pour 1 € en coupons de réduction ?

En pleine crise économique, nécessité fait loi. Les entreprises réduisent les coûts et sucrent des postes pour faire de belles économies.

Un robot donne un coup de pied au cul d'un cadre

Imaginez le tableau pour les cadres avec la nouvelle vague d’automatisation…

Alors, gaffe si vous pétez de travers.

En tant qu’entrepreneur en ligne, vous perdrez quelques clients, visiteurs ou followers, mais jamais votre taf.

Il reste encore 20 raisons : vous pouvez conserver l’article sous forme de PDF sur votre disque dur pour le lire plus posément avec vos popcorn :) Le document est gratuit.

Votre futur est entre vos mains.

Et si tout se passe bien avec votre boîte…

7. Vous n’êtes pas obligé de lâcher votre taf de salarié

Enfin, pas tout de suite. :)

Les plus grands businessmen n’ont pas fait jackpot du jour au lendemain. Certains ont même dû attendre quelques années pour vivre de leurs business en ligne.

Monter une boîte c’est construire un empire. N’oubliez pas Rome. Mais l’avantage, c’est que cette construction peut s’étaler dans le temps.

Vous pouvez donc combiner votre travail actuel avec votre projet de création.

Avant de quitter mon dernier emploi, je travaillais comme traductrice/rédactrice/webmaster en parallèle pour l’entreprise « Robuchon ».

Une opportunité pour faire mes armes.

Vous n’avez pas le temps ?

Alors, laissez tomber ! Ou prenez sur vos loisirs.

Tony, mon binôme, a bossé 2 ans avec moi en continuant à trimer dans l’administration.

Chaud de cumuler deux boulots, mais que voulez-vous ? Nous n’avons rien sans rien.

Et une fois rodé…

8. Vous pouvez lâcher votre taf de salarié

Pas de grands discours ici :

Lisez plutôt mon article phare : 13 excellentes raisons de quitter son job.

Remarquez que j’insiste sur le travail en amont avant d’en arriver là. On ne quitte pas son boulot sur un coup de tête parce que Haydée l’a dit. :)

C’est en cumulant emplois, tafs indépendants et Assedics que j’ai pu construire Travelplugin, mon blog puis Chèvre Chaud, mon premier business.

Aujourd’hui, je suis libre, car nous jugeons gagner assez d’argent pour continuer l’aventure et que nos autres business sont en cours de création.

Mais même calculé, le risque persiste, car les budgets sont encore serrés.

Enfin… Peu de chances que nous retournions trimer dans un job « normal » après avoir goûté à la liberté.

Alors, prenez votre temps. Expérimentez plusieurs pistes et…

9. Vous trouverez votre véritable vocation

Vous saviez ce que vous vouliez faire à 5 ans, mais vous voilà rendu à 25 et vous êtes plus paumé qu’un poisson dans le désert.

Poisson-désert
En voilà un qui ne trouvera pas son chemin du premier coup… Voire pas du tout !

C’est con, parce qu’à l’école on vous demande de trouver très vite une spécialisation.

Et hop ! Une orientation pour les 30 ans à venir.

Vous avez peur de vous planter de direction ? C’est légitime.

Devenir un entrepreneur touche-à-tout sera certainement une meilleure solution. La diversité des tâches est telle que c’est un moyen infaillible de trouver votre vocation.

Et pas celle imposée par la vie ou votre entourage.

10. Vous faites ce que vous aimez

Pas ce que vos parents aimeraient que vous fassiez. Ni ce que l’école vous a dicté.

Tous influencés par des facteurs complètement hors réalité.

N’imaginez pas que la génération précédente ou un organisme étatique arriéré puissent comprendre que…

11. Vous surfez sur une énorme transition économique

L’économie classique mondiale est particulièrement secouée. 20 ans de montée en puissance des technologies numériques et connectées, ça marque !

De nouvelles opportunités de business fleurissent et les entrepreneurs capitalisent.

Prenez le peer to peer :

Le Bon Coin fut l’un des initiateurs de cette grande vague.

Je m’en suis servie tout l’été pour vendre ma vie de sédentaire.

Puis vint Airbnb, que je ne présente plus et que j’utilise régulièrement pour trouver un logement de passage dans tous les pays.

Aujourd’hui, les sites collaboratifs poussent comme des champignons !

Blablacar, Misterbnb, Boaterfly, Make It Travel et bien d’autres ont su prendre avec succès le tournant de l’économie basée sur l’échange entre particuliers.

Je veux bien échanger avec vous les garçons :)

Je veux bien échanger avec vous les garçons :)

Le dernier en date auquel j’ai eu recours : Costockage.

J’ai pu ainsi entreposer mes dernières affaires parisiennes dans un grenier pour 3 fois moins cher qu’avec une entreprise classique.

Ce modèle d’économie collaborative nous prouve une chose importante :

Le consommateur reprend le pouvoir.

Peut-être qu’un jour nous reviendrons au troc. Qui sait ?

Alors que certaines grosses entreprises luttent pour s’adapter, ces startups se taillent la part du lion. Bien que la plupart aient commencé dans un garage.

Et ce n’est que le début !

12. Internet n’en finit pas de se développer

42% de la population mondiale y est maintenant connecté. Un chiffre en augmentation exponentielle.

Alors, imaginez dans les 10 ans à venir. Les entrepreneurs en ligne sont en train de devenir les rois de la piste.

Vous voulez en faire partie ? Je suis ici pour vous y aider.

Beaucoup d’entreprises physiques ont mis du temps à réaliser l’enjeu crucial de l’investissement sur le Net.

C’est pourtant l’industrie la plus florissante du moment. Et le meilleur moyen de donner aux petits entrepreneurs autant de visibilité. Quelle que soit leur spécialité.

Vous auriez tort de l’ignorer !

Commencez votre business en ligne dès aujourd’hui et bénéficiez de l’envolée de cette croissance.

13. Cela vous aidera à créer votre réseau

Comment ?

Créez-vous d’abord une image sur le net.

Avec un blog professionnel traitant du sujet que vous maîtrisez.

Rien de tel pour vous faire remarquer et constituer un réseau solide en rapport avec votre activité.

p32_Catwoman

Et n’inondez pas votre fil d’actu de « lolcats ».

Réseaux sociaux, mails, visioconférences ou webinaires sont des vecteurs virtuels qui multiplieront vos possibilités de rencontres avec de nouvelles personnes.

Pratique pour l’entrepreneur en recherche perpétuelle de nouveaux clients, prospects et partenaires pour faire avancer son business.

Alors, restez crédible !

Vous attirerez davantage de gens sérieux, désireux de travailler avec vous.

Car l’entreprise en ligne…

14. C’est un marché d’employeurs monstrueux

Humaniance, Hopwork,  Twago, Codeur,  Fiverr404works, WithdesignersGraphiste, Freelancer :
le nombre plateformes mettant en relation employeurs et indépendants est littéralement en train d’exploser !

Et ça, ce n’est pas une bonne nouvelle pour les salariés.

Et si avec mon ton grave, je vous dis :

Le taux de chômage mondial est élevé.

Je vous en apprends une bonne là…

Et avec pour concurrents des indépendants toujours plus nombreux, la place du CDI vaudra très cher et sera mal payée.

Entre un indépendant :

  • payé par à coup (facture et non pas salaire),
  • qui bosse de chez lui (pas de frais de structure),
  • qui ne glande pas devant la machine à café (à se plaindre des conditions de travail),

…et vous ?Chèvre-Embarrassée-Landing

Qui croyez-vous que l’entreprise va choisir ?

Il est peut-être temps de vous inscrire sur une des plateformes que je viens de citer. ;)

L’indépendant coûte moins cher et pose moins de problèmes.

Et ça, c’est une bonne nouvelle pour les petits entrepreneurs.

Nous bénéficions ainsi de travailleurs disponibles, même pour une heure de boulot.

Attention toutefois aux mauvaises expériences.

J’ai embauché un Serbe pour réaliser mon livre qui se trouve sur la page construire votre autorité de mon site Chèvre chaud.

Ben ouais, ça coûte moins cher un Serbe.

Il se proclamait expert Indesign. Non seulement il avait des goûts de chiotte pour les couleurs, mais il était techniquement catastrophique.

Résultat : une semaine de perdue…

Aujourd’hui, mon graphiste est un ami. Vous comprenez maintenant l’importance de « Créer votre réseau » ?

15. Vous pouvez créer de l’emploi

Mon pote graphiste est bien content quand je lui demande un petit boulot.

Mes demandes ne sont pas mirobolantes, je n’en ai pas encore les moyens. Mais qui sait dans un avenir proche ?

Plus vous évoluerez, plus vous aurez besoin de monde. Et si vous réussissez, peut-être que l’année prochaine vous commencerez à recruter.

Mais en attendant, pensez déjà à faire rentrer de l’argent. Et en devenant entrepreneur en ligne…

16. Vous pouvez gagner des revenus passifs

L’affiliation du mois de septembre nous a rapporté :

  • 294 € pour la promo d’un livre
  • 60,45 € en achat de formation
  • 3,5 € pour un autre livre
  • 41,5 € de commission Amazon

Pas loin de 400 € au total alors que je ne touche plus au blog depuis 3 mois. Pas un article depuis le 1er juillet.

Vivre des fruits de l’affiliation, c’est un peu comme être rentier. Il suffit de mettre en place quelques astuces de vente sur votre site.

OK, « Il suffit » est un bien grand mot.

Un blog qui cartonne a le potentiel de gagner pas mal d’argent de cette façon, mais attendez-vous à travailler dur pendant des années avant d’en vivre sans rien faire.

Faut pas rêver non plus.

Mais une fois cet objectif atteint vous scorerez même pendant votre sommeil.

Ou pendant votre trajet jusqu’au boulot. Si vous en avez un ! Car quand vous êtes entrepreneur en ligne…

17. Vous ne vous tapez jamais les heures de pointe

Aller au travail en même temps que tout le monde est une véritable connerie.

Embouteillages, transports en commun bondés, suicide sur les voies ferrées… (Encore un chanceux qui n’a plus à penser, mais qui retarde votre train).

Bref, vous perdez votre temps en plus de votre patience.

Vous vous voyez faire ça jusqu’à vos 65 ans ?

Moi non.

L’entrepreneur en ligne voit ses matinées rimer avec tranquillité.
RDV Skype à 9h00 = Réveil à 8h40.

Pièce pour travailler sur les portables

10 mètres entre mon lit et mon bureau. :)

Vous préférez travailler hors domicile ? Vous choisirez des heures creusent pour rejoindre votre espace de coworking.

Ainsi, vous ne croisez plus ces « chanceux » qui vous font perdre des heures précieuses et…

18. Vous passez plus de temps avec vos proches

C’est d’autant plus vrai pour moi qu’avec Tony nous travaillons côte à côte depuis 2 ans.

Du coup, notre vie sociale ne se cantonne pas à quelques heures le soir avant de se coucher.

Et surtout, nous partageons un projet de vie commun indispensable à la cohésion de notre couple. Bon, il y a aussi le revers de la médaille…

Tony à Kaohsiung sur le grand lac avec tigre et dragon

Parfois ça chauffe dur entre tigre et dragon !

Maintenant, imaginez le bonheur de pouvoir consacrer ce temps à vos enfants.

Plus de crèche, plus de nourrice !

En dehors de vos heures de boulot bien sûr.

Il vous sera plus facile de :

  • gérer mercredis et vacances scolaires,
  • dire « oui » aux sorties éducatives,
  • récupérer vos petites têtes blondes à la sortie de 16h,
  • ou de les faire manger le midi.

Car quand vous avez du temps…

19. Vous cuisinez plus souvent

Haydée en train de manger du calamar

Miam !

Si cela vous semble anodin ? Vous avez tort.

La malbouffe est partout et notre santé irremplaçable.

Combien d’entre vous ai-je entendu dire ?

« Ma cantine est vraiment dégueulasse ! »

Un employé mange ce qu’on lui donne dans son resto d’entreprise. Basta.

Ah non, il peut se rabattre sur sandwicherie, grecque ou McDo.

Je sais, je l’ai vécu à plusieurs reprises.

Je fais maintenant mes propres repas, profite de produits sains et sais ce qu’il y a dans mon assiette. Plutôt sympa quand on habite en Asie.

Car oui…

20. Vous pouvez voyager dans le monde entier

Et travailler de n’importe où tant que vous avez une bonne connexion.

S’expatrier 6 mois par ici puis 6 mois par là : c’est ça être nomade digital. Et c’est tout l’intérêt de monter son business en ligne pour être libre de ses mouvements.

Après 6 mois en Amérique latine et un an dans les Balkans, Taïwan est l’heureuse élue pour cette année.

Vue-sur-le-lac-et-la-statue-contrastée-avec-les-bâtiments-modernes

Kaohsiung est « temporairement » notre nouveau chez nous

Mais ne déménagez pas trop souvent non plus : un déplacement peut demander plusieurs semaines d’acclimatation. Surtout quand vous cumulez nouvelle culture et langue compliquée.

Faire 4 pays en un an a été l’une de nos erreurs l’an passé. Bien trop de stress pour gérer notre entreprise en changeant régulièrement de contrée.

Et puis nous aurions pu choisir…

21. Plus de soleil !

Déménager de France pour Taïwan un 15 septembre n’était pas un hasard.

Et c’est un bon choix. Excepté pour les typhons et petits tremblements de terre que nous avons eu le temps d’expérimenter.

Une broutille comparée à la rudesse de l’hiver parisien.

J’aurai donc profité d’un bel été français pour savourer ensuite la chaleur de l’Asie.

Un petit crochet par le Japon et je repasserai mi-mars dans notre beau pays, histoire d’honorer une obligation administrative.

Mais je repars aussi sec !

Où ça ?

Je ne sais pas encore, mais sûrement… AU SOLEIL !

Bon, pas trop quand même...

Bon, pas trop quand même…

Enfin, tout cela s’applique aux nomades numériques.

Recentrons donc cet avantage pour celui qui souhaite devenir entrepreneur en ligne. Mise en situation simple :

Vous êtes en train de bosser chez vous, mais dehors le temps est superbe. Tellement magnifique que vous lâchez votre taf pour profiter d’une ballade toute la journée.

Combien de fois un employé de bureau a t’il rêvé de pouvoir faire cela ?

Juste rêvé…

Car il regardera toujours ce soleil à travers la fenêtre de son bureau pour en sortir quand celui-ci aura disparu.

Conclusion : Vivent les horaires flexibles ! Car grâce à elles…

22. Vous écoutez votre corps pour devenir efficace

Quand il s’agit de bosser, chacun son heure.

Moi, c’est au réveil.

J’ai bien dit au réveil ! Pas le matin. Car je me lève uniquement quand je ne suis plus fatiguée. Sinon au revoir créativité, verve et productivité.

Travailler à heures fixes n’a rien de naturel. Un exemple :

Pensez-vous déborder d’efficacité juste après votre déjeuner ? Non. La digestion aidant, vous finirez plutôt par procrastiner.

En tant qu’entrepreneur, finit la rigidité. Attendez-vous à travailler à des horaires décalées :
Vos heures productives.

Au moment où j’écris cette ligne, il est 23h30, mais je me sens toujours prête à enchaîner.

Et après avoir travaillé tard, je profiterai d'un moment de détente.

Demain toute la journée, je profiterai d’un moment de détente bien mérité.

Une vie de salarié ne vous offre pas cette liberté.

Et quand le salaire fixe tombe tous les mois, travailler aux heures imposées vous pousse facilement à batifoler.

Pas envie de taffer… Et si j’allais faire un petit tour sur le Net.

Vous voilà derechef scotché aux réseaux sociaux, faisant nonchalamment défiler votre fil d’actualité. Le piège.

Vous n’êtes plus efficace en rien !

En tant qu’entrepreneur en ligne, l’obligation de résultat vous pousse au c…

23. Cela vous rend plus productif sur internet

Naviguer sur le web fait partie de votre travail. Lire, écrire, partager et commenter vous permettent de vous perfectionner et de vous faire connaître.

Vous ne consommez plus l’info, vous la créez.

Raison supplémentaire pour fuir articles people et vidéos buzz pour décérébrés. Il serait dommage de se cantonner à la lie d’internet quand autant de savoir est à votre portée.

Ainsi, vous priorisez les meilleures données pour développer vos connaissances nécessaires à l’évolution de votre activité.

24. Votre croissance potentielle est illimitée

Vous pensez être promu chaque année avec votre job de salarié ? Euh… Ça, c’était avant.

Mais supposons que ça l’est toujours :

Aucune chance pour autant de passer de secrétaire à patron rapidement. Ni tout au long d’une carrière d’ailleurs.

Enfin, vous pouvez toujours rêver.

Les entrepreneurs, eux, peuvent expérimenter des changements fulgurants en passant de 100 à 10 000 € quotidien en un claquement de doigts.

L’idée de savoir que votre business peut exploser du jour au lendemain rend l’expérience entrepreneuriale très séduisante.

J’attends toujours ce moment… Mais je ne désespère pas, car je fais tout pour !

Alors, que pensez-vous de la lecture de ces 24 raisons ?

Belle aventure en perspective non ? Plus encore…

25. C’est particulièrement gratifiant

Haydée près du Dabube en Serbie

Heureuse ? Oui !

Il est difficile de définir ce qui nous satisfait dans la vie. Nous le savons au moment où nous le vivons.

Apprendre, expérimenter et batailler au quotidien me semblent être de bons ingrédients.

Bref, tout ce que l’aventure entrepreneuriale vous apporte.

Pas plus tard qu’hier, mon hôte taïwanaise me demandait si j’étais mariée.

Non, lui dis-je.

Très étonnée par ma réponse, elle me rétorqua :

Je ne comprends pas. Ici, tout le monde se marie. Mais une chose est sûre : vous irradiez le bonheur !

Elle a failli me mettre la larme à l’œil la bougresse. :’)

Mon expérience me fait dire que les entrepreneurs semblent plus satisfaits de leur vie que les autres. Un sentiment que je ressens également avec ceux qui sont encore loin d’avoir réussi.

Il y a définitivement quelque chose qui rapproche « travail pour soi » et « bonheur ».
Un rapport que j’appellerais : le contrôle de votre destinée.

Une valeur que l’entrepreneur en ligne peut largement partager, puisqu’au final…

26. Vous pouvez influencer le monde

Le salarié est un rouage de l’entreprise. Il produit et donne des résultats au niveau d’une chaîne parcellisée. Mais malheureusement, il ne marquera pas le monde avec sa touche personnelle.

Vous, l’entrepreneur en ligne construisez des business qui reflètent vos valeurs. Vous avez sûrement même une mission sous-jacente qui vous anime.

Vos business amusent, informent et éduquent un auditoire fidèle qui n’est accessible que grâce à internet. À votre niveau respectable, vous façonnez le monde.

Alors, imaginez le jour où vous atteindrez des dizaines de milliers d’abonnés.

N’en faites pas un simple objectif, mais une réalité.

À vous : Quelle raison vous motive le plus ?

Y en a-t-il une parmi ces 26 qui vous a sauté à la gueule en vous faisant hurler intérieurement :

Voilà pourquoi je rêve de devenir entrepreneur !

Dites-le-moi dans les commentaires.

Et si vous n’êtes pas encore un entrepreneur, voici mon ultime conseil pour le devenir :

Vous pouvez commencer dès aujourd’hui !

Chopez la bonne recette, et l’entrepreneuriat en ligne vous offrira des avantages qu’aucun autre style de travail ne pourra égaler.

Cela vous fait peur ?

Rappelez-vous les sages paroles de Michael Jordan :

Je peux accepter l’échec, car tout le monde foire quelque chose dans sa vie. Mais je ne peux accepter de ne pas avoir essayé.

Conservez une copie de l’article en PDF s’il vous a plu. Il vous reboostera à chaque baisse de régime.

Haydée Bouscasse

51 Réponses à Devenir entrepreneur en ligne aujourd’hui : 26 raisons indiscutables

  1. Olivier Rebiere 6 octobre 2015 à 19 h 39 min #

    Eh bien, moi je suis convaincu !
    Cela fait bien longtemps que je ne suis plus salarié… Et bientôt diginomade, enfin.
    Merci pour cette liste et surtout ton style décapant et décalé. Ça fait plaisir !!

    • Haydée 7 octobre 2015 à 13 h 52 min #

      Un plaisir partagé Olivier. J’avais déjà remarqué ton travail qui apporte sa pierre à l’édifice du « web intelligent ».
      Diginomade, voilà un terme auquel je n’avais pas pensé, ça sonne bien. Bienvenu dans cette petite communauté de nomades numériques qui ne va pas cesser de grandir dans les années à venir.

  2. Nath' 6 octobre 2015 à 19 h 57 min #

    Hello !
    Ah mais quel bonheur de te lire à nouveau et de découvrir de nouveaux dessins toujours aussi… à croquer ! Moi la raison qui me parle le plus, c’est la liberté…
    C’est comment Taïwan ? Vous vous y plaisez ?

    • Haydée 7 octobre 2015 à 14 h 20 min #

      Hello Nath’ ! Je confirme, la liberté reste également pour moi une des raisons principales.
      Après quelques semaines, nous pouvons dire que nous sommes bien à Taïwan. Notre appart est spacieux et notre hôte très cool. Elle nous a même prêté des vélo. Nous baragouinons déjà quelques mots de chinois et combiné à la vivacité d’esprit taïwanaise, nous parvenons très bien à nous faire comprendre (Ce n’est pas l’Albanie).
      Le temps est magnifique excepté ce petit typhon d’arrivée mais ce fut une expérience « sympa ». Bref, que du bonheur pour le moment.

      Bise et merci pour ta trouvaille de l’appli convertisseur XE Currency sur ton article : Top 5 des applis gratuites pour voyageurs à l’arrache. Très pratique !
      Tony te fait une grosse bise aussi pour le « à croquer ». ;)

  3. Murvin 6 octobre 2015 à 21 h 23 min #

    Salut Haydée!
    Bonne reprise à Taïwan! Content de te lire. Je ne peux qu’adhérer à ces raisons et ma préférée reste le 6 mois par pays bien sûr
    À très bientôt!
    Murvin

    • Haydée 7 octobre 2015 à 14 h 32 min #

      Merci Murvin, la reprise est bien entamée et ça bosse dur depuis notre repère Taïwanais.
      C’est vrai que 6 mois par pays est idéal, mais quand je vois le nombre de petites échoppes qui nous entourent et nous proposent des mets tous aussi hallucinants les uns que les autres, je me demande si nous n’allons pas rester 1 an ici !

  4. Marjorie @ Accompagnatrice d'Auteurs Motivés 7 octobre 2015 à 9 h 35 min #

    Super contente de vous retrouver.
    Et vous avez bien raison, car ici en Haute-Savoie, aujourd’hui temps de merde, grisaille, pluie, bref tout pour plaire (et j’aime seulement la chaleur et le soleil).
    Etant par-dessus le marché en pleine crise de la quarantaine – lol – je n’aspire qu’à devenir nomade digitale. J’y bosse depuis quelques années et j’étais sur le point de lâcher mes rêves il y a quelques jours, mais… ça revient, et plus encore en lisant ce génial article :)
    Malgré les difficultés financières que je traverse.

    J’aime toutes les raisons, mais j’ai un faible pour les points 20 et 21 : le top, pouvoir changer de pays régulièrement, sans être retenue par des contraintes (j’en ai pour l’instant et ça me plombe : des animaux pourtant bien mignons, un apparte et gros crédit sur le dos). C’est vraiment ce à quoi j’aspire.

    Merci pour les PDF ;)

    Alors, Taïwan c’est comment ? Je veux savoir moi !
    Biz à vous 2

    • Haydée 7 octobre 2015 à 15 h 21 min #

      Yes Marjorie ! Effectivement, j’ai eu vent de la météo parisienne qui n’est pas mieux qu’en Haute Savoie. C’est une des raisons de notre installation à Taïwan : entre 20 et 35°C toute l’année.
      Le peu que nous avons découvert pour le moment nous plait beaucoup. Un mélange entre modernité et traditionnel qui n’est pas étranger à notre émerveillement quotidien. Sûrement ce mix d’influences chinoises, japonaises et occidentales.
      Les taïwanais sont hyper accueillants et toujours prêt à t’aider pour n’importe quoi, c’est incroyable. Un exemple : Nous allons à l’un des vieux marché du coin pour y acheter de la viande séchée et voilà que le vendeur nous demande notre numéro de téléphone pour une petite rencontre hors de son travail avec sa famille. Des situations similaires, nous avons vécu plusieurs en quelques jours seulement !

      Courage pour ta crise qui, je l’espère, ne sera que passagère. Tu as l’énergie nécessaire pour tenir bon et réaliser tes rêves. J’en suis persuadée. Et à moins que ton découragement d’il y a quelques jours ne soit dû à autre chose, tu n’a plus qu’à larguer les animaux :P et t’armer de patience pour ton crédit.

      Je sais à quel point il est difficile de lancer la machine pour devenir entrepreneur en ligne et réussir ses projets. C’est un problème récurrent pour beaucoup de mes lecteurs. Raison pour laquelle je souhaite mettre en place un aide concrète sur notre blog dans les mois à venir. Pas de la simple information via des articles mais une solution d’accompagnement solide. A suivre…

  5. Taty Chantal 7 octobre 2015 à 11 h 16 min #

    Et bien je trouve que ces trois mois d’absence te réussissent à merveille ! Un super article tant dans la forme que l’humour (chapeau ton gif animé… et les autres photos) avec des vérités énoncées – Taïwan n’a qu’à bien se tenir !!! Je pense que tu as tout à fait raison de conseiller de rester quelques mois à un même endroit pour l’acclimatisation et aussi prendre le temps de visiter… Tu nous diras tout ce que tu vois de beau ? A bientôt de lire vos aventures à tous deux

    • Camille 7 octobre 2015 à 11 h 56 min #

      Coucou Haydée et Tony, contente d’avoir de vos news.

      Encore un article très dynamique qui donne envie de faire autre chose que des mondanités parisiennes…je vous envie!

      Et sinon, c’est comment la vie digitale de là-bas?

      A bientôt, grosses bisettes.
      Camcam

    • Haydée 7 octobre 2015 à 16 h 28 min #

      Un gros bisou pour tes encouragements Camille ! La vie digitale est très mouvementée et c’est tant mieux. Ajoute à cela la découverte du pays et de son fonctionnement, et nous ne voyons plus le temps défiler.
      Une anecdote : il nous aura fallu 2 jours pour comprendre où nous procurer de l’eau correcte à boire sans acheter des bidons d’eau minérale hors de prix pour les critères du pays. Et une fois trouvé l’endroit, il a fallu savoir quel type d’eau choisir… en chinois. C’est folklo mais passionnant.
      Voilà l’endroit en question : Pompe à eau Taïwanaise
      Au début, nous avons cru à une pompe à essence, mais le liquide nous paraissait un peu trop transparent pour du sans plomb. Qu’ils sont con ces français…:D

    • Haydée 7 octobre 2015 à 15 h 33 min #

      Oui Taty Chantal, à nous Taïwan ! Il est même fort possible que nous y restions plus longtemps que prévu si nous nous y plaisons vraiment. L’avenir le dira.

      3 mois d’absence pour se refaire une vie : voilà sûrement pourquoi cela me réussit si bien. Nous sommes enfin débarrassés de nos produits de consommation, appartements et autres fardeaux administratifs français autant que faire se peut. Du coup je me sens plus légère et encline à dépenser mon énergie au bon endroit.

      Pour l’instant je suis plus focalisée sur le pratique que sur le beau du pays, mais une fois rodée je donnerai les bons plans. ;)

  6. Mat 7 octobre 2015 à 11 h 50 min #

    Etre libre de se coucher/se lever à n’importe quelle heure, pas avoir de patron, pas de transports, avoir du temps pour ses loisirs… c’est dur de revenir en arrière. Un point aussi important à signaler c’est ce que les autres pensent de vous, jalousie, incompréhension… pourtant j’essaye de convaincre un max de gens de se lancer.

    • Haydée 7 octobre 2015 à 16 h 13 min #

      Jalousie et incompréhension… Effectivement, c’est un des revers de la médaille pour les entrepreneurs comme nous Mat. Et cela peut venir de juste à côté.

      On dit souvent que la famille est l’une des plus grosses barrières de notre réussite. Je n’ai pas à me plaindre de ce côté, mais Tony est en plein dedans. Il a dû laisser derrière lui certains membres de sa famille, incapables de comprendre ses choix ou trop jaloux pour l’encourager dans le bon sens.
      Le tout est de faire abstraction en se disant qu’ils comprendront un jour.

      Essayer de convaincre les autres de devenir entrepreneur en ligne est ardu, surtout si l’on ne prêche pas des convaincus. Mais beaucoup comprendrons avec le temps et les transformations économiques galopantes. Patience.

  7. Voyage Nord du Perou 7 octobre 2015 à 14 h 14 min #

    Quel bon article après quelques mois d’absence. Cela fait à peu près deux mois que je suis ton blog (les anciens articles donc) et je m’y retrouver super bien ! Anciens hôteliers, mon mari et moi, nous avons tout quitté pour avoir plus de temps avec nos enfants et on a voyagé en Thailande en sac à dos, aux Etats-Unis en camping car pendant un an et au Costa Rica en faisant du volontariat d’enseignement d’anglais. On avait besoin d’une période de récupération.

    Depuis cette année, on se sentait prêt à entreprendre quelque chose de nouveau, mais pas question de rentrer en France. Du coup on est au Pérou du Nord, où Philippe fait du consulting (plutôt dur ici) et il vend des gâteaux, tartes et biscuits (ce qui mange plutôt bien). Il donne des cours d’anglais à l’université – tout cela paie note vie quotidienne à peu près.

    Et moi, j’ai commencé à monter un tour opérateur spécialisé dans le Nord du Pérou, donc tout par internet. J’ai dû demander de l’aide à un jeune homme pour l’optimisation du site, pour l’organisation du blog pour me faire connaître, d’apprendre des mots spécialisés jamais entendu avant… Comme je dis, j’apprends un nouveau metier et c’est génial. Je ne m’attends pas à des milliers de clients demain, mais je travaille dur tous les jours pour préparer un lancement plus grand pour début de l’année prochaine. L’idée serait justement de pouvoir continuer et grandir le tour opérateur, même si une des ces années la bougeotte nous reprend et on continue de voyager.

    Etre entrepreneur indépendant et en ligne, cela donne de la liberté. Mais j’adore comme tu le dis très bien, il y a du travail pour y arriver. Je pense que la génération de mes parents ne peut pas comprendre ces nouveaux metiers. Ils pensent toujours que je suis en vacances, leur ordinateur ne permet pas de charger mes pages, donc ils ne peuvent pas voir le travail accompli.

    Maintenant que tu es au Taiwan, tu vas écrire plus régulièrement ?
    Bon courage et bon séjour au Taiwan.
    A très bientôt,
    Martina

    • Haydée 7 octobre 2015 à 17 h 25 min #

      Que de chemin parcouru Martina ! Je suis admirative.

      Ce sont des exemples comme le vôtre qui montrent à quel point la vie n’est pas figée à ce que l’on veut nous faire croire. D’autant plus avec des enfants. Alors bravo.
      Bravo aussi pour l’initiative de ce blog et pour avoir su déléguer et te faire aider par les bonnes personnes.

      Passer d’un 4 étoiles en Provence à l’aventure en Asie, Etats-Unis puis Amérique centrale et latine sont de sacrés changements. Surtout dans la région Amazonas qui ne doit pas être aussi facile à vivre que certaines contrées que vous avez visité auparavant. Je dis cela pour avoir un peu traîné mes guêtres dans ce coin du Pérou mais peut-être pas assez longtemps pour m’en faire une idée aussi précise que vous. J’en garde malgré tout de bons souvenirs.

      C’est vrai que beaucoup de personnes sont à mille lieux de comprendre la démarche et le travail titanesque des entrepreneurs en lignes. Croyant que ceux-ci sont en vacances perpétuelles. J’ai souvent eu droit à ce genre de remarques également… Mais à force, on s’y habitue. Dommage que de ton côté, cela vienne de tes parents.

      En tout cas, le coup de leur ordi(nosaure) m’a beaucoup faite rire, même si je ne devrais pas. L’image est assez rigolote d’autant plus qu’elle me rappelle ce dessin de Tony :
      Ordinosaure
      Bon, du coup tu n’as plus qu’à leur envoyer des photos papier. :)

      Maintenant que je consomme ma nouvelle vie, je compte effectivement republier régulièrement. Et nous aurons sûrement l’occasion de nous suivre respectivement.
      A bientôt et bon courage dans votre nouvelle entreprise.

  8. Anthony 7 octobre 2015 à 14 h 26 min #

    Je te rejoins bientôt ! Merci pour toutes les prises de consciences que tu as pu m’apporter et toutes les claques au cul !

    • Haydée 7 octobre 2015 à 17 h 29 min #

      J’espère que tu n’as pas les fesses trop rouges quand même Anthony, je m’en voudrais. ;)
      En tout cas, n’hésite pas à m’envoyer le lien vers ton site le jour où il sera opé. Nous sabrerons le champagne virtuel pour ton arrivée dans la communauté.

  9. Aladin 7 octobre 2015 à 15 h 24 min #

    C’est toujours un plaisir de vous lire Haydée. Je suis un fan de votre blog et à force de lire vos articles sur le fait de quitter son job routinier et aller dans l’aventure de l’entrepreneuriat, une aventure qui me séduit depuis des années, m’a rendu conscience finale. Et là, c’est décidé, je vais me lancer dans une expérience sur le web. Merci Haydée.

    • Haydée 7 octobre 2015 à 17 h 38 min #

      L’expérience web est déjà bien entamée avec votre site de chirurgie plastique d’après ce que je constate Aladin. Et qui sait, grâce à votre commentaire certains lecteurs nomades digitaux sauront où s’installer quelques mois pour se refaire faire un beauté à moindre coût. ;) En tout cas, merci pour ce gentil retour.

  10. Ariane 7 octobre 2015 à 15 h 41 min #

    Ton article pourrai se résumer avec un vieux proverbe: ‘ceux qui veulent faire quelque chose trouvent des solutions, les autres trouvent des excuses’.
    Merci de nous montrer que des solutions existent! Et à nous d’arrêter de trouver des excuses…

    • Haydée 7 octobre 2015 à 17 h 57 min #

      J’adore ce proverbe ! J’allais te demander s’il était chinois et je me suis dit : « Va donc voir sur Google faignante. » Cette phrase pleine de bon sens est donc une citation arabe. Du coup, j’ai remarqué que Bernard Weber en avait fait un vague plagia dans son livre « Les fourmis » le vilain. :)

      Enfin, si tout le monde pouvait penser comme toi ça nous éviterai d’autre expressions du style : « Les excuses sont faites pour s’en servir ». Proverbe Wallon celui-ci. J’aime beaucoup moins.

      Mais à la décharge des belges, l’origine des excuses vient du premier livre de la Bible :
      Quand, au commencement, le premier homme, Adam, eût commis l’indélicatesse de pousser Dieu hors de sa vie, le Seigneur est venu le trouver pour lui redemander des comptes. Adam a eu une excuse toute faite. Il a dit : C’est la femme que tu m’as donnée…! Dieu s’est tourné vers la femme et, elle aussi, a sorti une excuse comme si elle l’avait préparée depuis quinze jours. Elle a dit : C’est le serpent ! C’est là une preuve de la véracité de l’histoire d’Adam et Ève en ce sens que, sur le plan des excuses, nous sommes tous leurs fils et leurs filles tellement nous leur ressemblons. Et voilà pourquoi depuis lors plus personne n’est sans excuse.

      C’était l’instant culturel. :) Merci à toi de m’avoir inspiré cela Ariane.

  11. J-christophe 7 octobre 2015 à 15 h 48 min #

    Super article, en voyage tdm depuis mtn bientôt 1an je commençais à y réfléchir… Ça me motive encore plus !!

    Bonne continuation

    • Haydée 7 octobre 2015 à 18 h 14 min #

      Et bien je ne peux que t’encourager sur cette voie JC. Et sachant que ta compagne, Alexandra, fait déjà un métier lui permettant de travailler partout dans le monde, (même s’il ne se pratique pas en ligne celui-là), tu as tout à gagner à faire de même. Entreprendre en ligne est une très bonne alternative. Courage !

  12. José Fréjus 7 octobre 2015 à 16 h 13 min #

    Très chère Haydée,
    Je désire être véritablement productif sur le Net. Je vois qu’avec toi je vais y parvenir. Merci infiniment !
    José Fréjus

    • Haydée 7 octobre 2015 à 18 h 17 min #

      De rien José. Reste motivé, c’est le plus important. Et sache que dans quelques temps je compte accompagner davantage les entrepreneurs online en herbe pour les aider à réussir.

  13. Francine 7 octobre 2015 à 19 h 25 min #

    Chère Haydee,
    Cet été j’ai « osé » t’adresser une question suite à la lecture d’un de tes articles et… j’ai été véritablement hallucinée de recevoir un mail de ta part,dans lequel tu répondais personnellement à ma demande.
    Ça,déjà,c’est suffisamment rare pour mériter d’être relevé et,apprécié à sa juste valeur.

    Je n’ai pas découvert ton blog par hasard,c’est à dire que je suis tombée sur toi précisément parce que j’ai tapé sur mon clavier:
    « Tout quitter et partir »

    Tes écrits m’inspirent,m’encouragent,ils insufflent l’espoir de lendemains chantants.
    Merci!

    • Haydée 8 octobre 2015 à 15 h 11 min #

      Quel adorable retour.
      Je mets effectivement un point d’honneur à répondre rapidement à toutes les personnes qui m’écrivent. D’autant plus motivant quand je ressens une grosse passion à travers leurs écrits. Ce fut le cas avec toi Francine.
      Et tu le prouves aujourd’hui ! Belle décision que l’aventure de cette tournée européenne. Une superbe expérience en perspective, parfaite pour ces lendemains chantants.
      Tiens nous au courant de ton avancement, cela nous fera très plaisir.

  14. Michael 8 octobre 2015 à 0 h 30 min #

    Ce que je retiens le plus, c’est la partie sur la productivité liée à notre rythme naturel : je suis plus efficace la nuit, je suis inspiré.
    Travailler au bureau signifie donc travailler à mes heures les moins productives (je commente cet excellent article à 2h28 du matin).

    Oh et excellent choix de méthode d’apprentissage du chinois Tony ! J’ai appris l’Allemand et l’Espagnol avec la méthode Assimil !

    • Haydée 8 octobre 2015 à 15 h 43 min #

      Bienvenu dans le cercle des couche-tard Michael. Enfin, plutôt pour Tony.
      Car il m’arrive autant de bosser jusqu’à 4 heures du mat que de me lever à cette même heure pour enchaîner 3 ou 4 heures de travail avant de me recoucher. Quand ça bouillonne il faut que ça sorte, quelle que soit l’heure. Un excellente raison pour moi de profiter de l’entrepreneuriat en ligne.

      Nous avons retrouvé cette méthode Assimil planquée dans un carton de notre cave lors de la liquidation de nos affaires avant le grand départ. Le livre date de l’époque où j’habitais encore en Espagne. Un bouquin espagnol écrit en français enseignant le chinois… tout un programme. :)

      Enfin, cela prouve une chose : nous entreposons toutes sortes de trucs que nous les oublions bêtement pour en acheter de nouveaux quelques années plus tard. Cette liquidation nous l’aura démontré plusieurs fois.

  15. Grégory 9 octobre 2015 à 11 h 38 min #

    Bonjour Haydée !

    C’est un vrai plaisir de te lire, j’ai trouvé une vraie source d’inspiration en parcourant ton blog depuis 1 mois. C’est donc le premier article que je découvre « en temps réel » si on peut dire… Et quel article !

    Merci beaucoup :-)

    Il y a juste un détail que je ne comprends pas. Dans le point n°2 tu parles du niveau d’incompétence mais j’ai du mal à voir comment un indépendant peut éviter ce travers mieux qu’un salarié. Aucun doute qu’en travaillant pour soi on ne peut pas être promu à un poste qui ne nous convient pas, c’est certain ! Mais tu n’as pas le même risque de te retrouver à la tête d’une activité qui a « trop » grossi par rapport à ton niveau d’organisation, technique, comptable ou autre ?

    J’imagine qu’on évolue soi-même en même temps que son entreprise mais on a tous nos limites alors… voilà je m’interroge :-)

    Profitez bien de Taïwan !

    • Haydée 9 octobre 2015 à 15 h 59 min #

      C’est une bonne question Grégory.
      Avant tout, je préfère préciser que j’avançais l’argument du principe de Peter pour mon exemple personnel passé. Je ne tenais pas à m’en servir pour mettre en avant le fait que l’indépendant évitera davantage ce travers que le salarié.

      Mais ce n’est pas faux malgré tout.
      Dans l’absolu, tant qu’un salarié est efficace il est promu. Jusqu’à tomber sur un poste qu’il ne maîtrisera pas parce qu’il aura atteint son niveau d’incompétence. Pour lui, le risque est alors de rester trop longtemps sur ce poste parce son employeur ne peut rien lui proposer d’autre et simplement parce qu’il ne veut pas perdre les avantages qui lui sont liés (nature, paye conséquente…). Il risque alors de s’enfermer dans une sorte de « placard ».

      L’entrepreneur peut effectivement se retrouver dans ce cas de figure avec une activité qui le dépasse, mais sa solution est plus simple : il peut déléguer les parties pour lesquelles il atteint son niveau d’incompétence. Après, il peut tout bonnement changer d’activité ou la limiter à son niveau de compétence, même si cela me paraît bien moins intelligent, car si l’activité a grossi, c’est qu’elle fonctionne bien et donc qu’elle rapporte.

      Merci pour ton retour ! Nous profitons un max. Et à bientôt. :)

  16. LethargicDog 9 octobre 2015 à 20 h 38 min #

    Salut Haydée,
    Super article, comme d’hab!
    Pour moi ce serait la raison numéro 16. « Vous pouvez gagner des revenus passifs »
    Et pour la question de l’adaptation au pays, et l’inconvenient de toujours trouver ses marques en arrivant, je travaille sur un système de nomadisme en alternant les séjours sur les mêmes destinations. Toulouse/Chiang Mai dans mon cas, même si c’est Bangkok que je connais le mieux (sans m’interdire d’autres destinations ponctuellement)
    En tout cas, je voulais te dire que toi et Tony êtes dans la liste de mes toutes meilleures lectures sur le sujet de l’entrepreneuriat nomade francophone. Continuez comme ça, et souhaitez-moi la même chose que cette vie de rêvée que vous avez trouvée.
    Take care.
    Pascal

    • Haydée 10 octobre 2015 à 5 h 52 min #

      Privilégier deux destinations principales pour vivre son nomadisme est effectivement très commode Pascal. Cela permet de retrouver régulièrement ses marques et de prendre le temps d’une adaptation plus profonde. Ton système risque donc d’avoir du succès.
      Je connais un entrepreneur que oscille entre son appart de Bangkok et son terrain au Costa Rica et j’ai l’impression qu’il le vit plutôt bien. :)

      Par notre part, nous n’avons pas encore l’envie de nous poser dans un lieux particulier. Nous sillonnons la planète, faisant 6 mois par-ci, 6 mois par-là en profitant simplement de chaque nouvelle découverte. D’autant que nous n’en sommes qu’au début et que le monde est vaste…
      Nous remarquons que chaque endroit a toujours son lot de bonnes et de mauvaises choses et cela nous aide à aller voir ailleurs même quand l’endroit nous enchante.

      Toulouse et Chiang Mai sont de très bon choix. Cela fait longtemps que Chiang Mai nous chauffe et nous pensons peut-être nous installer là-bas pour la période de mars à septembre 2016. Ce sera une bonne occasion de se rencontrer et peut-être auras-tu des plans sympas à nous proposer.

      Merci de ton soutien ! Et compte sur nous pour t’envoyer un max d’ondes positives pour ton entreprise. Je gage même que nous ferons mieux que cela en te donnant plein de nouveaux tips et de nouvelles idées avec nos articles à venir, que tu puisses vivre l’existence rêvée que tu as choisi.

  17. Teddy Charti 9 mars 2016 à 17 h 44 min #

    Merci pour cet article très intéressant.

    Même s’il faudrait insister sur le fait que ce n’est pas facile.

    Juste une précision : les risques ne sont pas « faible ».

    Souvent, ceux qui se laissent partent de ce principe ou oublier que le temps utilisé est une ressource dépensée.

    Il faut donc comprendre ce fait, et aller le plus vite possible dans son business.

    Car le temps est notre seule ressource limitée.

    • Haydée 10 mars 2016 à 8 h 03 min #

      C’est vrai Teddy, pas facile de se lancer dans l’entrepreneuriat. Je n’ai pas insisté sur cet aspect dans l’article car j’en parle assez souvent dans d’autres plus orientés vers ces difficultés. A chaque billet son sujet.

      Concernant ta précision je comprends ta position. C’est pour cela que ma formation est axée sur le fait de monter son business en parallèle de son travail. Ainsi, le risque reste minime quand on se lance dans l’aventure. Bien sûre cela implique également de travailler à côté et donc de ne pas chaumer. Mais c’est plutôt une bonne chose si l’on tient à rentabiliser son temps au maximum car oui, c’est bien notre ressource la plus précieuse.

  18. SOSPC 14 octobre 2016 à 8 h 17 min #

    Hello Haydée !

    je suis en plein dedans actuellement !

    Je suis en train de négocier avec mon employeur pour passer à temps partiel au 1er Janvier !

    Oui, mes Sites me demandent de plus en plus d’investissement au fil du temps et c’est vrai que, comme tu le dis, il est plus facile qu’il y a quelques années de franchir le pas.

    Cela fait un petit bout de temps que je te suis et ton style de vie me faisait envie…

    Alors je me jette à l’eau…;o)<

    Christophe.

  19. Pauline 26 octobre 2016 à 15 h 39 min #

    Bonjour Haydée ET bonjour à toute la communauté

    Tout d’abord merci pour ton article inspirant à souhait !
    Pour ma part sans avoir eu la chance de lire tes précédents articles, il y a un an je quittais mon job dans lequel j’étais installé depuis 8ans et où je ne m’épanouissais pas du tout … au bout de de quatre ans j’avais fait le tour de mon poste et demandant une évolution de carrière, mon ancien patron me repondit montrez moi de quoi vous êtes capable et vous serez récompensé !!!! Du coup bibi n’a pas chômé :
    -mise en place d’élection de délégué du personnel (une boîte de 50 salariés qui se plaisaient tout en ronchonnant avec un salaire de merde depuis 25ans pour la plus ancienne…Et où à ma grande surprise devenue délégué du personnel et à l’époque javais 26ans… )
    -mise en place boîte à idées en interne pour récolter les pour et les contres dans notre société
    -mise en place plan de formations pour les ouvriers de la boîte qui n’en n’avait jamais effectué aucune
    -nouvelle plateforme d’inventaire …. blabla bla..
    Pour finalement quatre plus tard je travaillais plus, la société faisait des bénéfices deux après tous nos efforts et le salaire de bibi n’avait pas bougé d’un poil…
    Du coup je suis parti ET me suis tournée du côté obscure en passant par lerrance et la colère … un matin, me suis réveillé de BONNE humeur et me voilà sur ton blog qui m’a redonné le goût du challenge !
    Alors merci encore de nous booster et nous mettre un bon coup de pied au cul quand cela est nécessaire :)

    • Haydée 26 octobre 2016 à 22 h 03 min #

      Merci pour ton témoignage Pauline.

      Ton expérience ne m’étonne pas. J’avais tendance à agir comme toi dans les boîtes où j’ai travaillé sans jamais obtenir quoi que ce soit en retour (à part de fausses promesses). D’où ma décision de devenir mon propre patron.

      Il ne te reste plus qu’à lire la suite tant que cela te booste. Et surtout pour te lancer à ton tour. Je te le souhaite !

  20. Chaba 30 octobre 2016 à 12 h 43 min #

    Bonjour Haydée,

    Tout d’abord, merci pour tes franches paroles, ton style naturel et ton humour que j’aime beaucoup.

    Pour moi, ma raison principale d’être entrepreneur est la liberté géographique. Voyager quand, où et aussi longtemps que je le désire est mon objectif.

    A bientôt,

    • Haydée 30 octobre 2016 à 16 h 40 min #

      Tu souhaites donc switcher en mode nomade digital Chaba ? ;)
      Avec l’anglais et l’espagnol courant, tu devrais bien t’en sortir. Mais je vois que tu as déjà pas mal voyagé.
      Je parle ces 2 langues également et au Portugal je m’en sors plutôt bien.
      Bravo pour ton site, c’est une très bonne idée de donner des cours en ligne. Tu es sur la bonne voie.
      Tiens moi au courant lorsque tu auras fait le grand saut.

Trackbacks/Pingbacks

  1. 13 excellentes raisons de quitter son job - 6 octobre 2015

    […] voyagez, et devenez entrepreneur en ligne pour montez votre business. L’avenir du travail se jouera avec les indépendants sur […]

  2. 11 business en ligne pour travailler de n'importe où dans le monde dès aujourd'hui - 6 octobre 2015

    […] activités étaient très alléchantes. D’autant qu’entreprendre en ligne était déjà garant d’un avenir radieux. J’en rêvais […]

  3. Les grandes compétences de l'entrepreneur en ligne (et comment les acquérir) - 6 octobre 2015

    […] imaginez quand j’ai su que je devais devenir entrepreneuse en ligne pour monter mes […]

  4. Devenir entrepreneur en ligne aujourd’hui : 26 raisons indiscutables - 7 octobre 2015

    […] http://www.travelplugin.com/devenir-entrepreneur-en-ligne-26-raisons-indiscutables/ […]

  5. Snacking content, publicité Snapchat, nouveautés Facebook... [Lu sur la blogosphère] | Webmarketing & co'm - 11 octobre 2015

    […] Devenir entrepreneur en ligne aujourd’hui : 26 raisons indiscutables ; […]

  6. Comment commencer ? La réponse définitive à notre question la plus posée - 18 octobre 2015

    […] des avantages d’être entrepreneur en ligne, c’est que vous n’êtes plus un simple rouage des grandes entreprises. Cool […]

  7. Le guide ultime (testé et approuvé) pour développer son business en freelance - 18 novembre 2015

    […] en trouverez une liste dans les 26 raisons de devenir entrepreneur en ligne (point […]

  8. Comment injecter de la personnalité dans votre entreprise en ligne - 12 mai 2016

    […] L’avenir du travail réside des l’entreprise en ligne, j’en suis persuadée. Mais pas dans le vôtre si vous ne savez pas vous démarquer. […]

  9. Tout recommencer à zéro - 25 novembre 2016

    […] compris ce que voulait dire être « nomade digital » et surtout les avantages de l’entrepreneuriat en ligne […]

Laisser un commentaire