Le kit de survie antivol du technomade

J’ai traversé des ghettos improbables pour me faire agresser et voler.

Souvent sur mes gardes pour préserver PC potable, téléphone, appareil photo et caméra, j’ai appris à la dure qu’il ne faisait pas toujours bon être nomade digital.

Mes voyages en Amérique latine, en Asie et dans les pays de l’Est m’auront prouvé une chose :

La liberté de la mobilité est souvent risquée.

Qu’à cela ne tienne ! J’aime travailler dans des environnements différents grâce aux technologies mobiles et rien ne m’empêchera de voyager.

Vous non plus ?

Alors, profitons de mes galères. Voici le kit de survie antivol du technomade.

Comment choisir et utiliser votre sac à dos

Sac à dos luxe

Oh qu’il est beau !

Conseil classique ? Attendez de lire la suite.

L’élément principal d’un bon sac à dos est sa sûreté.

Et la meilleure manière de gagner en sécurité est bien différente de ce que vous pouvez imaginer.

Les industries jouent sur le marketing de la sécurité et de la solidité

Les pubs suggèrent même que vous pouvez laisser vos sacs simplement posés ou attachés aux barreaux du lit de votre chambre d’hôtel en toute quiétude.

Ok, leurs sacs sont pro. Et alors.

  1. Le voleur prendra le bagage entier quitte à dessouder votre lit.
  2. S’il est déterminé, il trouvera le moyen de découper votre sac indestructible.

Certes, il y a des sacs de très haute qualité sur le marché, mais ils sont tellement beaux qu’ils brillent par leur prix.

Porter ce type de sac dans n’importe quel pays, c’est afficher dessus en grosses lettres :

« Volez-moi s’il vous plaît ! »

Vous devenez alors une superbe cible de choix.

Les 3 caractéristiques d’un bon sac de travailleur nomade

Un sac sécurisé est un sac peu attrayant

Plus banal il sera, mieux tu te porteras.

Sac-sobre-Tony

Et s’il est un peu délabré c’est encore mieux :)

Un sac noir sans design et sans marque fera l’affaire.

Ça tombe bien c’est ce que je porte !

Enfin, j’ai décousu l’étiquette arborant le gros logo bien traître du prestigieux fabricant.

Et qui dit sobre ne veut pas dire bidon.

Mon sac est solide et dispose de poches cachés.

Il doit porter absolument toutes vos affaires de valeur

Dans mon cas il comporte :

Et encore d’autres objets de moindre valeur pour un total approximatif de 3 000 €.

En cas d’agression sérieuse, je laisse tout sauf mon sac à dos noir… Je ne laisse donc jamais aucune affaire électronique derrière moi.

Et celui qui veut me le chourer a intérêt à s’accrocher !

Il doit être confortable

Assurez-vous que tout rentre parfaitement dans votre sac fétiche sans forcer les coutures ni la fermeture éclair.

Et arrangez-vous pour avoir des bretelles rembourrées. Le matos électronique pèse son poids. Ce sera plus seyant pour courir vite et longtemps… :)

Téléchargez ici les 4 kit de survie (3G, wifi, vol et sécurité) regroupés en un seul PDF.

Prévenir le vol de votre ordinateur portable

En oubliant d’être con…

Vous êtes à un café tout à fait respectable d’Amérique latine, en plein travail, tapant frénétiquement sur votre pc.

Quand une folle envie de faire pipi vous prend. Que faites-vous ?

Vous demandez à votre voisin anglo-saxon :

« Pouvez-vous garder mes affaires le temps que j’aille aux toilettes ? »

Je hurle de rire si c’est le cas. Car c’est la phrase type qui vous met dans une situation de « zéro protection ».

Règle élémentaire : Ne faites confiance à personne ! Surveillez vos affaires vous-même.

En détectant le vol en loucedé

La technique favorite des voleurs est de détourner votre attention.

Comme ces charmantes dames qui gesticulent devant leur habile copine chapardeuse.

Vol en loucedé

Niveau discrétion c’est du lourd. Notez le coup du foulard violet

Votre ordinateur doit donc toujours être en visu et à portée de votre main quoiqu’il arrive.

Quant à votre précieux sac, ne le laissez jamais derrière ou à côté de vous. Mettez-le entre vos jambes, quitte même à enrouler une des bretelles autour de votre mollet

En évitant le vol à l’arraché

Quelle est la pratique mondiale la plus efficace pour voler le portable d’un technomade ?

Chope et cours !

Simple et sans failles. Même avec le PC dans le sac, un coup du rasoir sur les lanières et c’est réglé.

La proximité avec d’autres personnes est un danger potentiel.

Le fait d’être penché sur votre PC n’empêchera pas le voleur de vous le prendre.

D’autant plus quand vous n’ imaginez pas cela possible, par exemple hors de la foule et donc moins méfiant.

Vol-à-l'arraché

Surtout si vous êtes absorbé dans votre écriture !

Et dans ce cas précis :

  • Bon courage si vous coursez le mec qui connaît bien les environs. Au pire, si vous le rattrapez il laissera tomber votre machine avant que vous ne le chopiez, avec une forte chance de vous l’exploser.
  • Si vous mettez une chaîne à votre portable, il arrachera le PC et le laissera tomber, encore une chance d’abîmer bêtement votre engin. Et puis c’est lourd une chaîne… Bon ok, les Kesington locks sont plus légers, mais le problème reste entier.
  • Enfin, si vous décidez quand même de lui courir après, vous avez également une chance que son partenaire soit en train de vous dépouiller votre sac laissé en arrière pendant votre course poursuite.

Protégez votre portable en suivant la règle des « + de 3 secondes »

Faites en sorte qu’un escroc ne puisse pas courir de votre portable à la sortie en moins de 3 secondes.

Trouvez un endroit difficilement accessible. Dos à un mur, dans le fond ou encombré de beaucoup de tables et de chaises.

Faites en sorte de voir facilement les personnes qui vous approchent. Et si vous devez quitter votre table temporairement, prenez votre portable où que vous alliez.

En évitant l’excès de confiance

Haydée s’est fait voler deux fois. Et vous savez où ?

À Paris !

  1. Grâce au détournement d’attention des serveurs mal intentionnés d’un restaurant. Et hop ! Un ordinateur disparu.
  2. En se faisant arracher son téléphone en pleine communication avec moi, assise sur son vélo.

J’ai même entendu le voleur souffler dans mon écouteur. Il pédalait sur son vélo comme un dératé pour éviter que Haydée ne le rattrape.

Vélo-course-Haydée

Et elle speed avec son vélo de course !

Bref, deux fois où elle était trop en confiance, dans son pays…

Ne vous baladez pas avec votre portable dernier cri bien en évidence. D’autant plus s’il arbore la petite pomme si propice à la revente au marché noir.

Couvrez-le avec un autocollant ou avec une housse.

Et sinon, pourquoi ne pas tester les Google glass ? :) Il est encore un peu tôt pour que les voleurs s’intéressent à leur revente.

Ok, c’est vrai que ce n’est pas avec ça que vous allez pouvoir bosser efficacement…

Soyez vigilant, mais pas parano non plus

Bien sûr, les voleurs s’attardent sur les portefeuilles, smartphones, iPads et portables haut de gamme.

Mais ils reniflent avant tout les bons pigeons. Ceux sur la tête desquels il est inscrit :

Je suis une victime, ne me volez pas s’il vous plaît !

Et d’autant plus s’ils sont voyageurs.

En suivant les règles de base du ce kit de survie antivol du technomade, qui relève plus du bon sens, et en ne laissant pas traîner vos outils de travail n’importe où, vous n’avez aucune crainte à avoir.

Alors pas de paranoïa exagérée.

À moins de visiter des endroits extrêmement pauvres comme on en trouve beaucoup sur la planète.

Quartier-pauvre-Cusco

Je ne chercherais pas spécialement à travailler dans un des « bars » de ce quartier de Cusco par exemple

Quoique ! Même dans ces endroits moins « réputés », en appliquant certains gestes simples vous éviterez bien des ennuis et pourrez vous y poser pour bosser sereinement.

Ne soyez pas une victime.

Gardez toutes ces infos sous format PDF en cliquant ici.

Tony Founs

52 Réponses à Le kit de survie antivol du technomade

  1. Malicyel 8 décembre 2014 à 10 h 47 min #

    Très sympa la règle des 3 secondes pour l’ordinateur ! C’est vrai qu’on y pense pas parce que finalement, on est dans l’excès de confiance et puis on se dit justement il y a des gens, je suis safe. Je penserai à l’appliquer si je dois sortir le pc en lieu public :)

    • Tony 8 décembre 2014 à 11 h 59 min #

      En effet, il suffit de très peu de choses pour dissuader les potentiels voleurs à l’affût Malicyel. Cette règle décourage ceux qui sont le moins sur les dents pour te piquer tes appareils. Quelques obstacles sur leur parcours jusqu’à nous peuvent êtres salvateurs du coup.

      J’avoue que je suis toujours un peu plus sur mes gardes quand je prends un petit bain de foule ou simplement quand il y a un peu de monde autour de moi. Cela donne l’occasion au voleur de préparer son approche sans que je ne le remarque et de pouvoir ensuite se fondre dans la masse facilement dans sa fuite.
      Alors que quand nous sommes seul, face à face, les chances sont un peu plus équilibrées : il devra m’affronter. :)

  2. Michel 8 décembre 2014 à 12 h 36 min #

    Sans faire de basse démagogie, les endroits les « plus pauvres  » de la planète ne sont pas forcément ceux où il y a le plus de voleurs. Ma compagne brésilienne c’est fait voler dans un grand hôtel à Paris et j’ai personnellement traversé les quartiers « chauds » de Rio sans problème. Cela dit un peu de vigilance et de jugeote ne fait pas de mal…Le plus simple, c’est de ne pas susciter la convoitise!

    • Tony 8 décembre 2014 à 13 h 14 min #

      Je suis bien d’accord Michel, car comme je l’explique dans l’article, c’est à Paris que nous avons eu le plus de problèmes de notre côté.
      Je dirais surtout que les endroits les plus pauvres de la planète ne sont pas ceux où il y a le plus de voleur mais plutôt ceux où les voleur sont les plus téméraires : nécessité fait loi.
      Après chacune de nos expériences personnelles sont différentes et nous amèneront à avoir des visions bien disparates quant aux endroits que nous considérons comme « dangereux ». Et puis tout dépend également de ce que nous venons y faire et avec quel matériel visible sur nous.

      Pour la petite anecdote, je me souviens avoir traversé quelques ghettos colombiens où je me suis vraiment senti mal à l’aise et desquels je suis sorti indemne alors que c’est dans une jolie ville balnéaire péruvienne que j’ai pris un coup de machette et me suis fait volé un sac à dos.

      Au bout du compte, il n’y a effectivement pas de règle établie.

  3. AnnaJo Janisz 8 décembre 2014 à 12 h 37 min #

    Merci pour cet excellent article Tony (encore un ^^)

    On a tendance à oublier vite ces règles de bon sens et il est de bon ton de nous les rappeler. Etre à l’affût sans virer à la parano, voilà très exactement la chose à faire.

    Ces conseils sont d’autant plus utiles pour les femmes qui, comme moi, aiment voyager solo (même si on n’est jamais vraiment « solo »: on rencontre toujours plein de potes de vadrouille en chemin. Raison de plus pour ne pas manquer de garder un œil sur ces « potes » qui malheureusement, parfois, ne sont là que pour profiter d’une de vos secondes d’inattention…)

    Pour ma part, j’ai failli me faire voler mon gros backpack par un chauffeur de taxi au Nicaragua, et on m’a « scanné » la CB (au Nicaragua, toujours. Je le raconte d’ailleurs dans eBook que je m’apprête à sortir, pour mettre en garde ceux qui me liront). Mais cela ne m’empêche pas d’adorer ce pays, avec maintenant, toujours en tête, les leçons que j’en ai tiré :)

    • Tony 8 décembre 2014 à 13 h 43 min #

      Merci beaucoup AnnaJo, tu me fais plaisir.

      J’étais parti pour faire un kit de survie complet du technomade avec un seul article mais au bout de 4 000 mots je me suis dit que le mieux serait d’en faire plusieurs, histoire que cela soit plus digeste. Du coup d’autres billets « kit de survie » sont à venir et traiteront des connexions et sécurités internet dont nous avons tant besoin en tant que travailleurs nomades online.

      Tes expériences nicaraguayennes m’impressionnent, j’espère avoir l’occasion d’en lire plus de détails avec ton ebook. Le fait que tout cela ne t’empêche pas d’aimer ce pays me conforte dans ce que je pense : Ce n’est pas parce que nous avons vécu les pires choses quelque part, que ce quelque part est le pire de la terre. :)

      Pour le côté femme en solo, je ne peux qu’essayer d’imaginer votre position en me mettant à votre place.
      C’est vrai qu’il doit être facile de faire des contacts vu le nombre d’hommes célibataires en quête de la minette esseulée sur les routes du monde. Mais tout cela est bien sûr accompagné des inconvénients dont tu parles. Sur le coup, je pensais plus aux mecs lubriques qui ne pensent qu’à « chopper ». Mais c’était sans compter sur la malhonnêteté de certains voyageurs et je trouve cela vraiment dégueulasse !
      En tant que voyageurs, nous vivons tous les mêmes galères. Comment certains peuvent-ils penser à voler leurs compagnons ainsi ? Vraiment je ne les comprendrai jamais…

      Bon, en tout cas tu as l’air de maîtriser ces sujets grâce à ta jugeote et ton expérience, et c’est bien le principal. ;)

  4. olivier 8 décembre 2014 à 16 h 11 min #

    salut Tony,
    je réagis à la phrase sur la confiance ou non de l’inconnu qui travaille à coté. en 6 ans j ai TOUJOURS fait confiance à ces incoonus à qui je demande ce petit service de ‘garder un oeil’ et ca ne m a toujours pas fait défaut. meme des povre petits gars qui pourtant aurait presque eu la ‘nécessité’ d’un vol facile. Le fait de donner cette petite responsabilité de facon totalement confiante met svt les gens sur un piedestal de fierté. Et ca a parfois abouti à des invitations chez l’habitant à dormir etc…. la confiance paye!
    après bien sur, il faut ‘sentir’ le truc, la situation. Pas de regle établi non plus mais attention de ne pas tomber dans la systématie. ca marche meme (et surtout!) dans des quartiers ‘pauvres’ ou une confiance établie et montrée les mets encore plus haut sur le piedestal. c est ce que j ai observé, je ne fais que rapporter mon experience.
    merci pour l’article.
    je viens d’ailleurs de perdre ma serviette de bain, volée? peut etre… comme quoi…

    • Tony 8 décembre 2014 à 18 h 40 min #

      Je te l’accorde Olivier, le fait de mandater quelqu’un pour une mission de confiance gonfle sa fierté et en général il ne te fait pas défaut. Le peu de fois où j’ai pu demandé ce service je ne l’ai pas regretté non plus… Sauf une. A Paris encore. :)

      Lors d’une soirée d’été, le long du canal Saint-Martin, je venais d’acheter une veste de cycliste canadienne de superbe facture. Le prix aussi était superbe : 400 €. Le genre de prix que je ne mets pas dans des fringues habituellement.
      Fin de soirée, je me retrouve à épauler une pauvre fille qui, après avoir trop bu et gerbés toutes ses tripes, s’écroule sur le trottoir. Le temps de la porter jusqu’à sa voiture, je demande à une pote de me garder mon sac à dos avec la veste à l’intérieur.
      Résultat : plus de sac à mon retour. Je demande à ma pote où il se trouve.
      « Il est là… »
      Me dit-elle en pointant du doigt l’espace vide où se trouvait le sac quelques secondes plus tôt.
      Moralité : Je ne demande plus que l’on me garde mes affaires car je sais que même si l’on ne me volera pas obligatoirement, on fera bien moins attention à ma propriété que si c’était moi-même. Et là il suffit d’une fois…

      Bon, j’en conviens, ce n’est pas en voyage et les conditions n’étaient vraiment réunies pour que ma pote se sente investie d’une mission aussi honorable que si cela avait été l’habitant du pays pauvre à qui j’avais donné ma confiance.
      Car je te rejoins complètement sur ce point : plus la personne impliquée est modeste, plus elle honorera la confiance que tu places en elle. Quand tu sens le truc bien entendu. Une notion des valeurs accrue par sa condition peut-être.

      Tu as bien fais de revenir sur ce point en tout cas.

      Et toutes mes condoléances pour ta serviette de bain. ;)

  5. Laurent Claudel 8 décembre 2014 à 21 h 29 min #

    Me faire voler mes affaires, ça pardi, c’est pas à moi que ça risque d’arriver un truc pareil ;-) heum heummm (j’suis pas très fort pour les onomatopées !!).
    Plus sérieusement, j’ai un peu abandonné les sacs photo pour ça. Mon matos photo traine maintenant avec le reste dans un sac Quechua tout ce qu’il y a des plus ordinaires. L’expérience a prouvé que ça n’était cela dit pas toujours suffisant, mais bon … c’est une autre histoire !

    • Tony 8 décembre 2014 à 22 h 54 min #

      Bah, si tu ne laisses pas traîner ton sac, ce n’est pas à un grand gaillard comme toi que les voleurs vont s’attaquer Laurent. En tout cas je ne m’y frotterais pas moi. ;)

      Mais le risque zéro n’existant pas, il ne nous reste plus qu’à bien assurer nos outils de travail contre le vol. Même si cela ne nous rendra pas les beaux clichés accumulés sur nos cartes SD ou les long articles écrits à l’avance sur nos ordis… L’irremplaçable, c’est ce qui fait le plus mal au final.

  6. Mat 9 décembre 2014 à 10 h 11 min #

    Des conseils classiques mais bon à rappeler. En tout cas, ce que je retiens de cet article et des commentaires, c’est que Paris ça craint vraiment.

    • Tony 9 décembre 2014 à 16 h 06 min #

      Ahah ! Et oui Mat, Paris n’est pas une ville tranquille.
      Pour l’anecdote, que ce soit à Quito en Equateur ou à Medellín et Bogotá en Colombie, quand j’avais la chance de discuter avec des locaux en leur disant que je venais de Paris, plusieurs parmi ceux qui en avaient entendu parler m’ont fait la même réflexion :

      « Il parait que c’est très dangereux Paris ! »

      C’était un peu le monde à l’envers pour moi. :D
      Tout dépend des quartiers et de ce que tu viens y faire j’ai envie de dire.

  7. Mathias 9 décembre 2014 à 11 h 05 min #

    Hello Tony, très bon article, c’est bien d’avoir eu cette idée !

    Personnellement, je suis un peu comme toi, je me sens vulnérable et je deviens parano quand je prends des bains de foule : je check si mon portefeuille est toujours là toutes les 2 secondes, je redouble d’attention, je fais gaffe aux gens qui me frôlent ou qui me rentrent dedans, etc..

    Bon je pense que celui qui veut pratiquer le vol à l’arraché avec mon sac aura du mal à courir ; en effet avant de partir mon cousin m’a donné son ancien sac de l’armée : 95 litres, armature en métal, et il pèse 25 kg quand j’ai toutes mes affaires dedans.. Donc pas trop pratique de courir avec. Cependant on est jamais à l’abri, c’est pourquoi j’enfile toujours une jambe dans une bretelle quand je m’assois quelque part ou que je me repose dans une gare ou un aéroport.
    Ce qui est drôle du coup, c’est que beaucoup de gens croient que je suis militaire (camouflage du sac, couleurs kaki), donc je pense que ça peut aussi dissuader un peu de s’attaquer à un bidasse (même si comme tu dit, certains voleurs sont très téméraires et/ou trop désespérés, donc n’ont pas grand chose à perdre).

    Par contre les choses que je ne mets pas dans mon sac sont : argent et passeport. Il est aussi souvent plus prudent de diviser son argent en 2 ou 3, et le répartir à différents endroits (et s’en souvenir bien-sûr), pour éviter de tout perdre bêtement d’un seul coup.
    Pour le passeport pareil, je fais des photocopies, et l’attestation de remise aussi, comme elle est importante pour le refaire en cas de vol. Bref, photocopies et papiers originaux un peu partout sur moi.

    J’ai aussi récemment fait l’acquisition d’une ceinture avec doublure (j’avais lu ça il y’a des années dans un bouquin de voyageur, et j’avais trouvé l’idée géniale) : généralement la personne qui t’agresse ne va pas piquer tes fringues et te laisser à poil. Et je crois que les gens n’ont pas souvent à l’esprit le fait qu’on puisse cacher de l’argent dans sa ceinture (enfin j’espère que ça va pas devenir trop connu !). Bref, j’y place de quoi tenir quelque jours si jamais je perds tout sauf mon froc haha ! Et aussi 2/3 photocopies de documents importants.

    Bref, ça reste une option d’extrême urgence, et j’espère ne pas avoir à sortir l’argent de cette ceinture avant un bon bout de temps.

    Il vaut mieux prévenir que guérir, et pour ça rien de mieux que de suivre tes conseils et tout doit (logiquement) bien se passer en voyage !

    Encore merci pour cet article, à bientôt j’espère pour une suite :)

    PS* : Ca doit faire presque 1 an que je vous lis maintenant, toi et Haydée, mais c’est mon premier commentaire ici. On sent dans vos articles que vous avez la passion du voyage, des rencontres, et essayez de voir les choses du bon côté, avec le sourire ! Mais surtout vous prenez le temps de raconter, transmettre, conseiller… Et vous le faites bien, ça c’est encore mieux ! Articles, dessins, photos, on ne se lasse pas. Bref, continuez comme ça c’est super !

    Mathias, sur la route (a délaissé le boulot, la routine et l’ennui, pour franchir le pas du voyage et de la découverte, et ce en partie grâce à vous !).

    Ma citation préférée du moment : « Il faut voyager pour frotter sa cervelle contre celle d’autrui »

    • Tony 9 décembre 2014 à 19 h 46 min #

      Et bien Mathias, tu n’imagine pas à quel point ton « PS » nous touche Haydée et moi. Surtout venant d’un bourlingueur avec une citation préférée du moment aussi bonne. J’adore !

      Comme toutes tes anecdotes d’ailleurs.
      En lisant l’histoire de ton sac je n’ai pas pu m’empêcher de dire à haute voix :
      Ouh putain ! Il ne rigole pas le mec !
      Et j’ai bien ri en imaginant le pauvre voleur écrasé sous le poids de ton barda. Tu as raison ! Pas besoin de courir, le sac s’occupe du bonhomme tout seul. :D S’il a déjà le courage de te le prendre, car je pense que tu as raison, les bidasses ont un côté dissuasif.

      Tes remarques sont TRES importantes concernant passeport et argent. Depuis mon agression au Pérou, mon passeport est toujours sur moi, pas dans mes sacs. Je divisais déjà mon argent mais il est toujours bon de le rappeler. Et tous mes documents sont scannés, emailés et copiés sur mes différents supports numériques.

      Sinon j’ai toujours rêvé d’avoir la ceinture dont tu parles mais je n’ai jamais eu l’occasion de tomber dessus par hasard en magasin (je n’ai pas vraiment cherché jusqu’ici). C’est vrai que c’est un truc assez connu mais comme tu dis, on se fait rarement dessaper par nos voleurs.
      Dans la même lignée j’ai également pensé à des doublures secrètes de vestes ou d’autres fringues faites maison. Je suis assez bon couturier. :)

      Merci beaucoup pour ce commentaire si vivant en tout cas Mathias, c’est grâce à l’interaction avec des personnes comme toi que nous prenons autant de plaisir à continuer d’écrire et de partager notre vision du monde.

    • Laurent 9 décembre 2014 à 19 h 55 min #

      Moi je ne suis pas du tout bon couturier, mais je couds en effet :-) J’ai eu une ceinture comme ça par le passé, mais avec la chaleur et l’humidité de la sueur (bah oui !), la ceinture avait déteint sur mes billets dont plus personne ne voulait après :-(

    • Tony 10 décembre 2014 à 13 h 11 min #

      Bon, je crois que je vais me rabattre sur la solution « maroquinerie » de Mathias. Merci pour l’info Laurent, cela m’évitera de perdre quelques billets. :)

    • Mathias 10 décembre 2014 à 9 h 47 min #

      Haha, le sac faisait 25 kilos seulement pour l’avion, autrement je préfère voyager léger (notamment car je fais pas mal de rando), donc je laisse pas mal d’affaires chez des connaissances.

      En ce qui concerne la ceinture, selon le tanneur chez qui je suis allé ça se demande de plus en plus, donc tu dois pouvoir trouver ça assez facilement si tu fouilles quelques maroquineries.
      Mais oui, si tu sais bien coudre, autant faire des doublures toi même, je pense qu’il n’y a rien de mieux !

      Autrement c’est plutôt à moi de vous remercier, comme je disais dans mon précédent commentaire, l’idée de partir en vadrouille me turlupinait depuis un bout de temps, et à force de me documenter, regarder des photos, des vidéos, de lire des articles à propos de voyage (entre autres sur travelplugin vous l’aurez compris), j’ai finalement franchi le pas !

      Et c’est là le principe même et le but de vos articles, donc je pense bien que ça doit faire plaisir de voir qu’après tout votre travail, il y’a de plus en plus de personnes qui vous lisent, partagent, et parfois qui finalement délaissent leur côté sédentaire pour la vie nomade.

      Pour ma part je suis content de voyager tant que je suis jeune. A long terme je prévois de m’installer sur un lopin de terre, et mon rêve est l’autosuffisance. Voilà pourquoi j’apprends maintenant tout en voyageant.
      D’ailleurs un article que j’ai beaucoup aimé : « vivre en autonomie en France ». Je suis peut-être utopiste mais j’éspère que plus en plus de gens se tourneront vers les éco-communautés dans le futur.

      Sinon à part ça grâce au voyage j’apprends également les bases de la navigation sur voilier, et pourquoi pas, pour mon retour en france (un jour), prendre le chemin de la mer plutôt que celui des airs (je suis comme vous, je déteste les aéroports haha). Et puis avoir une empreinte carbone moindre, ça me motive encore plus !

      Pour ceux qui ont le pied marin et qui voudraient voyager autrement qu’en avion, il existe plusieurs sites de petites annonces de skippers à la recherche de membres d’équipage, et souvent le coût du transport est compris si vous travaillez à bord (faire la cuisine, veiller, être à la barre quelques heures, etc..).

      Voilà, bref, je vous souhaite une bonne continuation à vous deux, je vais m’inscrire et tâcher de commenter un peu plus souvent maintenant (pour éviter d’écrire à chaque fois des gros pâtés, désolé ça doit vous prendre du temps de lire et répondre à chacun, mais je suppose que ça fait partie du job).

      Sans vouloir faire de pub, voici une petite vidéo de mon périple à travers le désert australien :

      https://www.facebook.com/video.php?v=10205017911474689&set=vb.1449378379&type=2&theater

      (Désolé ça aurait été plus pratique sur youtube, mais j’ai pas encore eu l’occasion)

      Merci et à la prochaine !

    • Tony 10 décembre 2014 à 20 h 01 min #

      No problem pour les gros pâtés Mathias, j’aime bien ça. :)
      Merci pour ta vidéo, elle est cool et m’aura permis de mettre un visage sur ton nom. En attendant de visionner tes pérégrinations en mer, la navigation est une idée plaisante et j’espère pouvoir y goûter à l’occasion.

      Tu as raison, notre but premier est de donner la fièvre du nomadisme aux lecteurs. Et pas seulement pour des voyages d’agrément, qu’ils soient éco-conscients, responsables ou que sais-je encore. Nous les prônons comme un mode de vie sur le long terme avec tous les changements qu’ils apportent dans notre manière d’appréhender notre existence :

      – Arrêter le « consumérisme » à l’occidentale,
      – Vivre d’autres cultures sans juste les visiter,
      – Se confronter aux difficultés du déménagement régulier, etc…

      Tout cela pour nous rendre compte qu’il n’y a pas de chemin de vie tracé ni de moule sociétaire à forcément respecter.

      Et si nous devons nous poser un jour, je te rejoins sur le fait de nous rapprocher au plus près de l’autosuffisance. Grâce aux éco-communautés, à la permaculture ou à toute autre forme de développement alternatif pouvant nous faire vivre confortablement et en harmonie avec notre planète. Je pense notamment au Earthship, un de mes rêves ultime pour mes vieux jours.

      Et tant mieux si l’on nous voit comme des utopistes, car ce sont eux qui font bouger les choses. Comme l’a dit le satiriste russe Saltykov-Chtchedrine :
      « Sans utopie, aucune activité véritablement féconde n’est possible. »

      Surtout ne sois pas désolé de commenter, passe quand tu le sens. Nous sommes toujours heureux de lire et de répondre à nos commentateurs qui sont majoritairement pertinents. Du coup nous voyons cela comme un plaisir plutôt que comme un boulot.

  8. phiphibas 9 décembre 2014 à 12 h 52 min #

    Salut Tony !
    Deux petites astuces supplémentaires :
    –  » Prey  » ( un petit logiciel gratuit pour repérer ton matos en cas de vol ) : https://preyproject.com/
    – Penser à emailer les scans des différents documents officiels sur son propre compte !
    Voilà , c’ est tout pour aujourd’ hui !
    Merveilleuse journée ! :D !

    • Tony 9 décembre 2014 à 20 h 07 min #

      Autant je faisais déjà ce qu’il fallait niveau documents officiels, autant je ne connaissais pas du tout ce Preyproject.
      C’est tout simplement génial !

      Un grand merci à toi pour le partage de cette astuce phiphibas. Je viens de le télécharger à l’instant après avoir lu les FAQ.

      Du coup je vais également ajouter un mot de passe au BIOS de mon PC portable et désactiver le démarrage à partir de périphériques amovibles. Comme ça, en cas de vol le malfaiteur aura un mal fou à formater ma machine. Héhé.

  9. Annie de voyagerlemonde 9 décembre 2014 à 13 h 09 min #

    qu’ajouter apres le commentaire de mathias sur vos articles
    que celui est super et que j’attends les autres billets « kit de survie » ;-)

    • Tony 9 décembre 2014 à 20 h 12 min #

      J’avoue que Mathias a apporté pas mal de valeur ajoutée Annie. Il y a tant à dire au niveau du vol.

      Les prochains « kit de survie » seront un peu plus techniques et particulièrement utiles. Je suis en train de faire les dessins qui iront avec, histoire d’alléger un peu leur côté sérieux. :)

  10. Chris 9 décembre 2014 à 17 h 00 min #

    Salut Tony,

    Il y a des choses qui m’ont interpelées dans ton article, comme le coup de demander à ton voisin anglo-saxon de surveiller ton ordinateur.
    En 8 mois en Amérique Latine, je me suis fait voler une seule fois et c’était au Costa Rica par un voyageur néerlandais… comme quoi le mal vient de partout et pas forcément d’où on pense !

    Un autre truc que je trouve très intéressant c’est cette idée de paranoïa. Ma conviction c’est que plus tu as peur, plus tu attires les ennuis. Ca se ressent et ça attire les problèmes.
    J’aime bien la « buena onda » tellement vantée par les argentins… respecter les gens, ne pas avoir peur d’eux et être positif.
    Sans entrer dans des théories ésotériques de loi d’attraction, je crois fortement qu’on reçoit ce qu’on donne. C’est le mode de fonctionnement que j’ai toujours eu et je n’ai jamais été embêté même dans des endroits très peu fréquentables…
    Je ne sais pas si tu comprends ce que je veux dire et ce n’est en aucun cas de la naïveté de ma part… un simple constat que j’ai fait :)

    Amicalement

    Chris

    • Tony 9 décembre 2014 à 20 h 35 min #

      Oh oui !Je comprends ce que tu veux dire Chris. Pour avoir été éducateur dans les banlieues chaudes parisiennes pendant des années, je peux confirmer à 100 % ton analyse de cette fameuse onde qui passe entre les gens. Et il n’y a rien d’ésotérique là dedans à mes yeux. C’est quelque chose de très concret.

      Je compare cela avec les sens aiguisés des animaux. Un chien sent quand quelqu’un a peur, lui veut du mal ou éprouve de la compassion pour lui. Et il réagira en fonction de ce qu’il perçoit.
      C’est une sorte de sixième sens couplé à une capacité de percevoir certaines réactions chimiques de l’homme ou de l’animal qui est en face de lui ; les battements du cœur, la chaleur corporelle, l’odeur de la sueur ou que sais-je encore.
      Je pense que jadis, l’homme était bien plus réceptif à ces signes mais qu’il en perçoit encore certains signaux aujourd’hui : les fameuses ondes dont nous parlons.

      Comme toi, je suis également persuadé qu’à ce niveau nous recevons ce que nous donnons. Une sorte de réciprocité universelle… Je ne sais pas trop comment l’appeler. La gentillesse attire la compassion, la méchanceté attire la haine et la peur l’agression. C’est peu simpliste dit comme ça mais le mécanisme est là.

      Même s’il y a des exceptions comme ton néerlandais… à moins que tu lui ais fait une crasse en amont ? ;)

      PS : Merci pour ce nouveau régime que je suis avec Haydée grâce à tes conseils, j’en avais marre de bouffer des pâtes.

  11. Florence 10 décembre 2014 à 11 h 46 min #

    Beaucoup de bon sens, qui conviendrait également pour toutes les situations où on trimballe du matériel précieux : les touristes avec leurs appareils photos, les technonomades avec leur pc (on où on peut d’ailleurs rappeler l’importance de la sauvegarde) et leur matériel tout connecté. Une bonne assurance peut aussi permettre d’être dédommagé en cas de vol, mais mieux vaut prévenir que guérir !
    Juste un petit truc, ce ne sont pas dans les pays les plus pauvres que la convoitise est la plus prononcée ! Dans certains de ces pays « pauvres », le sens moral est encore très riche ! :-)

    • Tony 10 décembre 2014 à 15 h 36 min #

      Désolé de te contredire Florence mais ce sont bien dans les pays pauvres que la convoitise est la plus prononcée. Bien qu’il ne faille pas les diaboliser non plus. Raison pour laquelle j’écris dans l’article que c’est à Paris, l’une des villes les plus riches du monde, que nous avons eu le plus de mauvaises expériences. Normal, nous y avons vécu longtemps et nous allions partout : quartiers touristiques et quartiers « plus chauds ».

      Il en va de même avec les pays pauvres. Si tu te cantonnes à rester sur les chemins tracés pour les touristes, que ce soit à Paris ou Bogotá, tu auras sensiblement les mêmes chances de te faire voler. Mais écarte toi un peu de ces circuits protégés et ce n’est plus la même histoire.

      Depuis que je voyage, je prends soin d’éviter les quartiers et rues touristiques à partir du troisième jour. Je déteste ces zoos pour voyageurs où tu te fais enfler pour le moindre achat que tu y fais. Et bien bizarrement je ne croise que très rarement des touristes étrangers en dehors de ces limites tracées, protégées par la police touristique.
      Et les regards des locaux se font toujours plus insistant, étonnés, voire même inquisiteurs. Ce n’est pas fait pour me déplaire.

      Dans ces moments là, et dans certaines rues ou quartiers très pauvres, je ne te conseille pas d’exhiber tes « richesses occidentales » ou de prendre une photo n’importe où sans te méfier un minimum. Car la convoitise est de mise et je le comprends parfaitement. Le sens moral n’a rien à voir là dedans.

      Tout cela pour dire qu’il ne faut pas non plus verser dans l’angélisme parce qu’il ne t’est rien arrivé dans des pays pauvres. Je reste convaincu que tu as plus de chances de te faire voler sur l’ensemble du territoire péruvien que sur celui de la Suisse.

      Mais je reste disposé à ce que tu me donnes des exemples concrets. :)

  12. olivier 11 décembre 2014 à 13 h 44 min #

    Très sympa ces règles, notamment celle de la règle des 3 secondes. Personnellement, j’ai eu de la chance de ne jamais m’être fait volé quelque chose de valeur en voyage :)

    • Tony 15 décembre 2014 à 14 h 26 min #

      Oui Olivier, ça n’a l’air de rien ces 3 secondes mais c’est ce qui fait toute la différence. On aurait pu l’appeler la règle des « 3 mètres encombrés » également : Plus tu as d’obstacles entre toi et la sortie du voleur moins cela lui donnera envie de tenter sa chance. Une fuite semée d’embûches n’est pas assez sûre pour tenter le coup.

  13. Minh Anh 14 décembre 2014 à 4 h 19 min #

    Personellement, j’ai un sac pareil a celui dans la photo, pour mes materiels de photo et mon laptop, avec les couches aintichocs bien epaisses , c’est le premier souci, alors, pour les proteger contre les vols, moi je le porte souvent a dos, dans les endroits plus soupsonnes, je le met devant et j’ai pas de soucis

    • Tony 15 décembre 2014 à 14 h 36 min #

      Effectivement Minh Anh, dans les endroits sensibles, mettre son sac plutôt devant que dans son dos est une solution que j’ai déjà utilisé et qui fonctionne bien. Pas d’ouverture possible ni de coup de cutter sans le voir.
      En tout cas, même si ton sac doit tenter d’avantage les voleurs du fait qu’il soit si beau, je ne serais pas contre en avoir un comme ça tellement il doit être pratique. Chanceux ! ;)

  14. [email protected] appartement 15 décembre 2014 à 13 h 23 min #

    Bonne idée ce kit de survie nomade ;) On y pense pas assez et nombreux sont mes amis qui se sont déjà fait voler en voyageant. Pour ma part, j’avoue que j’ai toujours utilisé des sacs lambda, sans marque et étant donné que je fais 1 m 89 pour une centaine de kilos, on a jamais essayé de me voler mais l’histoire du portable pourrait m’arriver alors je garde vos précieux conseils dans un coin de ma tête ! Merci encore.

    • Tony 15 décembre 2014 à 14 h 59 min #

      Ahah ! J’avoue que j’hésiterai à voler à l’arraché un gaillard d’1 m 90 pour 100 kg de peur de me faire plier s’il m’attrape. Mais tu fais bien pour le sac lambda quand même Julien.

      Pour le portable, c’est effectivement plus problématique car en général ce sont des mecs tout fins et assez rapides qui te font le coup. Ils partent au quart de tour quand toi tu dois lancer la machine en te levant de ta chaise pour courir. Pas de starting block pour toi et tes muscles assez lourds alors que lui est déjà lancé comme une balle, adrénaline à bloc, sachant qu’il a un balèze aux fesses. Alors prudence. :)

  15. gael 16 décembre 2014 à 18 h 30 min #

    Je n’ai pas tout lu, mais vivant en AmSud, je vous dirais que la règle de base c’est de porter son sac à dos devant, pas derrière. Prévoir un budget coffre-fort à l’hôtel aussi. Et le sac à dos bariolé, taggé et usé attire moins que ceux tout propres de marque. Pour finir une chose importante: si vous voyagez dans un pays X, renseignez-vous de leur manière de s’habiller et tentez de vous fondre dans la masse. Pour cela eviter de parler en public. Voilà A++

    • Tony 18 décembre 2014 à 21 h 08 min #

      Hola Gael.
      Effectivement, sac lambda usé, décoloré, repeint et j’en passe me parait être dissuasif dans le bon sens. Comme le fait de le porter devant ; ce que je fais particulièrement quand il y a de la foule.
      J’avoue que pour le coffre-fort à l’hôtel, je ne l’ai jamais fait. Sûrement à tort. Mais maintenant que nous passons par Airbnb pour nous loger, la question ne se pose plus pour nous.
      Je suis entièrement d’accord avec toi concernant notre accoutrement à l’étranger. C’est sans doute l’un des meilleurs conseils à donner pour éviter de passez pour le touriste de service. Donc exit les chemises à fleur cliché assorties aux appareils photo avec zoom géant.

      Nous avons un autre problème en ce moment où nous sommes, c’est que nous ne savons pas parler Albanais… Donc on se fait vite repérer quand nous ouvrons la bouche. J’aurais préféré l’Amérique du sud à ce niveau là.

      Tu es sûrement le Gael qui a échangé avec moi sur Mr Mondialisation j’imagine ?
      Si oui merci d’être passé ici comme tu l’avais écrit et bravo pour ces 9 ans d’entreprise à l’étranger. Nous savons à quel point cela peut-être difficile. :)
      Et le jour où ton billet sur l’expatriation est publié, n’hésite pas à nous envoyer le lien. Nous le lirons avec grand plaisir.

  16. Julien 20 décembre 2014 à 20 h 23 min #

    Merci à vous pour ces conseils, moi qui suis un gros stressé de la vie j’ai peur de me faire voler facilement mes affaires durant la nuit ou durant un court moment de distraction :'(

    • Tony 20 décembre 2014 à 22 h 44 min #

      Une solution possible pour toi Julien : Durant la nuit, sers-toi de ton sac à dos comme oreiller. Sinon pour le reste, gaffe aux kangourous. Pas pour le vol hein. ;)

  17. Thibaut 30 décembre 2014 à 15 h 07 min #

    Ah ce problème de sécurité. Même quand je ne suis pas en situation de risque, quand j’ai mon mac pro et mes disques durs dans mon sac à dos, je peux vous dire que je suis vigilant :)
    Je fais comme toi, je prends le sac qui de l’extérieur paraît le plus pourri possible, je m’habille de façon très décontractée et assez cheap.
    Les gens n’imaginent pas une seconde la valeur de ce qu’il y a dans mon sac (j’espère en tout cas).

    Et dans les cafés, c’est une galère, j’essaie d’éviter au maximum, car on ne peut quasiment rien faire, même si on fait attention (et dans ce cas-là on ne travaille pas bien).

    • Tony 30 décembre 2014 à 18 h 32 min #

      C’est vrai que l’on n’imagine pas ce que certaines personnes peuvent trimbaler dans leur sac Thibaut.
      Cela me rappelle un des jeunes de 15 ans que je suivais quand j’étais éducateur. Un soir il a oublié son sac d’école dans l’antenne de quartier où je travaillais. Obligé de l’ouvrir pour savoir à qui il appartenait, je suis tombé sur 1 kg de haschisch coupé en petite barrettes. Il aurait peut-être dû lire mon kit de survie pour éviter de le perdre. Car ça ce coup là lui a coûté cher… :D

      Mais revenons à notre sujet. Je ne suis pas fan des cafés non plus pour travailler. Pas parce que je suis sur le qui vive continuellement, mais parce que j’ai tendance à observer mon environnement instinctivement par plaisir plutôt qu’à travailler. J’aime être conscient de ce qui m’entoure. Raison pour laquelle je ne peux pas avoir d’écouteurs dans les oreilles quand je marche dans la rue.

      Par contre, quand je n’ai pas le choix de travailler dans un café, je m’arrange pour y être avec Haydée et nous travaillons face à face. C’est alors beaucoup plus dur pour un voleur de surprendre l’un d’entre nous. nous sommes alors plus serein pour nous concentrer.

  18. Sébastien 4 janvier 2015 à 20 h 36 min #

    Perso, j’ai pas encore amené mon sac à dos pro en voyage donc je peux pas tellement dire. Après, je pense qu’il faut pas être parano.

    • Tony 6 janvier 2015 à 0 h 18 min #

      Et bien essaye de l’emmener au Pérou Sébastien, tu m’en diras des nouvelles. ;)

  19. Manu 2 février 2015 à 13 h 14 min #

    Le coup du foulard violet c’est incroyable :)

    On m’a déjà volé mon iPhone comme ça, une personne qui détourne l’attention et l’autre prend le téléphone sur la table… il faut vraiment faire attention.

    • Tony 5 février 2015 à 13 h 05 min #

      C’est le principe de tout bon prestidigitateur Manu. Les « magiciens » ne seront jamais au chômage ou à l’inverse, cette charmante dame devrait se reconvertir dans l’illusionnisme. Bon, en même temps elle prend déjà tellement de place avec sa copine qu’il est assez difficile de voir derrière… ;)

  20. Pascal Myte 1 juillet 2015 à 2 h 17 min #

    Ah ce problème de sécurité. Même quand je ne suis pas en situation de risque, quand j’ai mon mac pro et mes disques durs dans mon sac à dos, je peux vous dire que je suis vigilant :)
    Je fais comme toi, je prends le sac qui de l’extérieur paraît le plus pourri possible, je m’habille de façon très décontractée et assez cheap.
    Les gens n’imaginent pas une seconde la valeur de ce qu’il y a dans mon sac (j’espère en tout cas).

    Et dans les cafés, c’est une galère, j’essaie d’éviter au maximum, car on ne peut quasiment rien faire, même si on fait attention (et dans ce cas-là on ne travaille pas bien).
    Thibaut posté récemment Comment devenir riche : affiliation

  21. pays fouteur de merde 29 mai 2016 à 22 h 56 min #

    la meilleure façon efficace antivol anti pickpocket c’est d’avoir le droit de port d’arme comme l’Amérique , nous sommes toujours en train de casser les noix de port d’arme en Amérique par ce que on est jaloux en sachant que chez nous sans droit de port d’arme il y a autant de fous de voleurs en plus chez nous ce sont tous les bandits qui sont armés avec de l’AK-47 kalachnikov et nos pauvres petits policiers avec de vulgaires flash ball enfantin .

  22. Olivier 30 mai 2016 à 15 h 28 min #

    C’est clair, moi j’ai toujours mon lance missile sur moi. Comme ça je suis sur que rien de méchant ne m’arrivera. Je ne comprends toujours pas pourquoi on étrangle pas son prochain à chaque fois qu’il a une gueule qui nous revient pas d’ailleurs. La violence à toujours donner de bons résultats. Y’a qu’à voir les actualités.

    • Tony 30 mai 2016 à 18 h 41 min #

      Ahah ! Je n’aurais pas pu dire mieux Olivier.
      Attention quand même de ne pas trop abuser de la propagande Hollywoodienne en intraveineuse mister « pays fouteur de merde ».

  23. Cédric 5 août 2016 à 9 h 42 min #

    Bonjour,

    Pour tout ceux qui voyagent avec tablettes et PC, comment vous faites tous pour garder en sécurité votre matériel lorsque vous ne l’utilisez pas et que vous partez vous balader dans la ville ?

    – Vous le laissez dans la chambre d’hôtel ? Sachant qu’il y a plein d’allées et venues dans la chambre durant la journée (femme de ménage etc.)
    – Dans un coffre-fort ? C’est pas inviolable ces trucs-là. Des employés pourraient même connaitre le code ou une astuce pour l’ouvrir. Et quand il n’y a pas de coffre ?
    – Les casiers de l’auberge de jeunesse ?
    – Vous vous trimbalez avec tout le matos partout tout le temps ?

    Comment vous faites ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le kit de survie antivol du technomade | Blogue... - 8 décembre 2014

    […] Appliquez les conseils de ce kit de survie antivol du technomade et vous travaillerez avec vos appareils mobiles connectés en tout sécurite  […]

  2. Le kit de survie connexion Wifi du technomade - 22 décembre 2014

    […] Le matériel de qualité est important car il prend en compte le taux de durabilité. Alors ne lésinez pas sur la marque mais évitez de vous faire voler. […]

  3. Le rêve américain... C'est ça que tu veux ? - 5 janvier 2015

    […] de survie : Antivol, wifi, 3G, sécurité, […]

  4. Le kit de survie connexion 3G du technomade - 14 janvier 2015

    […] Mon kit de survie antivol ne vous protégera de ce genre de voleurs. […]

  5. Le kit de survie sécurité internet du technomade - 11 mai 2015

    […] Vous avez suivi mes conseils pour éviter de vous faire voler votre ordinateur ? […]

Laisser un commentaire