Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Pas que je déteste l’Albanie. Certains paysages sont magnifiques et les gens sont accueillants.

Groupe-de-déglingués

Ils ont même un certain style…

Mais entre dictature stalinienne et capitalisme sauvage, le pays a oublié de passer par la case civilisée.
Un peu comme les américains qui, comme disait Sacha Guitry :

Sont passés directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation.

Alors ami voyageur, si tu te souviens de mon invitation au tourisme extrême, tu ne t’étonneras pas de mon envie d’aller tester le « Shqipërisë » (Albanie) : le pays des aigles.

Par contre…

2 français pour 4 mois en Albanie, ça étonne les autochtones.

Nous y sommes entrés en bus depuis la Grèce. 20 passagers pour 60 places : 17 albanais, une turque et nous… C’est dire si l’on se bouscule pour venir dans le coin. A tel point que le douanier nous a extirpé du car pour nous poser la question fatidique :

Mais qu’est-ce que vous venez foutre ici ?

Il a failli s’étouffer en entendant notre réponse :

Bah pour travailler m’sieur.

Effectivement… Les albanais qui réussissent bossent en Grèce ou en Italie, les maillons faibles de l’Europe, mais pas intra-muros. ça fait peur.

Après quelques pirouettes pour lui faire comprendre la subtilité du nomadisme numérique, nous avons quand même pu passer pour nous installer 2 mois à Elbasan et 2 autres à Tirana. Contraste saisissant.

02.Elbasan-vue-d'ensemble

Là c’est Elbasan (les photos de Tirana sont un peu plus bas)

Du coup, va plutôt à Tirana si c’est pour bosser parce que sinon…

Bien que la capitale ne soit pas loin du compte.

  • 40 ans de fermeture totale au monde extérieur avec le dictateur psychopathe Hoxha et ses 8000 exécutions.
  • 30 ans de corruption entre guerres des Balkans et chaos économique lié à l’introduction brutale du capitalisme dans un pays à peine sorti de l’autarcie…

…ça laisse de sacrées traces.

Les bunkers posés à côté de chez toi, sans pitié

Comme ces bunkers éparpillés dans tous le pays (non ce n’est pas la niche du chien)

Alors, es-tu prêt à faire un saut dans le temps avec moi ? Peut-être que ça te donnera envie au bout du compte… ou pas.

C’est parti !

L’Albanie est pauvre

Merci, on s’en serait douté.

Ok, tu marques un point voyageur. Habitué à l’Asie ou l’Amérique latine, tu es coutumier du fait.

Mais je ne suis pas là en touriste, je vis le pays. La pauvreté n’est plus un exotisme passager. Elle te saute à la gueule et reste bien accrochée.

Ici c’est mentalité tribale, extrême dénuement et arriération structurelle. Chaud pour la balade ?

Alors, laisse-moi t’expliquer un truc ou deux si tu souhaites jouer les technomades en Albanie.

Oublie le train pour venir

Le réseau ferroviaire albanais n’est pas connecté au reste de l’Europe. A part au Kosovo.

Il y a bien quelques lignes internes reliant Tirana à une poignée de villes mais la lenteur est extrême. Tirana – Elbasan c’est 4h pour 90 km de rails ! Sachant qu’il n’y a que 50 km par la route.

Un train par jour, un spectacle à ne pas manquer !

Un train par jour, un spectacle à ne pas manquer !

Les wagons n’ont plus de vitres et il pleut parfois dans les compartiments. Comme dirait un local :

C’est un moyen de transport ringard réservé aux plus pauvres.

Ou pour visiter à moindre coût. Le billet Tirana – Durrës vaut le prix d’un café. Essaye donc pour le fun et les belles rencontres en perspective. ça te permettra aussi de voir l’envers du décor.

Regarde où tu marches

L’aménagement urbain est chaotique. Les trottoirs troués, défoncés ou inexistants. Et quand ils sont clean, un poteau planté au milieu t’oblige à marcher sur une route bien souvent éventrée.

Les gens marchent la plupart du temps sur la route du coup

Loin des trottoirs haussmanniens

La nuit, sors ta lampe frontale. Tu verras devant toi et tu éviteras le camion pleine balle qui te rase les miches en l’absence de voirie.

Et que dire des infrastructures… Hôtels et bâtiments officiels fissurés, maisons à moitié construites, détruites ou abandonnées sont monnaie courante.

La piscine municipale d'Elbasan désertée en hiver...

Championne de la décrépitude : la piscine municipale d’Elbasan ;)

N’aie pas peur de la pollution

Sans politique de gestion des déchets, l’Albanie croule sous les ordures.

Les randos étaient pleines de surprises

Les randos en montagne sont pleines de surprises

Non seulement le pays ne gère pas ses déchets perso mais il a misé son développement sur l’importation de ceux des voisins européens : 700 000 tonnes en quelques années.

l’Albanie, terre de déchets : édifiant

Et ça se voit ! Les décharges sauvages pullulent et les cours d’eau sont infectés.

On se demande ce qu'ils peuvent bien pêcher...

Et dire que des tonnes de personnes pissent et chient dans ce canal tous les jours…

Des milliers de roms survivent en collectant les ordures. 150 € la tonne de plastique, 20 € la tonne de carton.

Sans parler de la pollution des usines de métaux lourds et de produits chimiques. Elbasan est la championne en la matière. Un habitant du coin m’a dit :

Elbasan est tellement polluée que les tiranéens disent que nous avons des poules à 3    pattes…

Vu l’état de leur canal principal, ils feraient mieux de la mettre en veilleuse à la capitale…

A à peine 1 km du centre, la Seine est propre à côté !

A à peine 1 km du centre, la Seine est propre à côté !

Prévois ton jerrican de flotte

L’eau n’est pas desservie toute la journée. Chacun sa réserve sur le toit, raccordée à une pompe électrique histoire d’avoir un peu de pression. Et prie pour qu’il ne gèle pas en hiver.

Ah oui, l’eau n’est pas potable non plus. Alors évite d’avoir la chiasse en la buvant, surtout pendant les coupures d’eau. ;)

Assure ta connexion Wifi

Tout le monde ne se paye pas du haut débit. À Elbasan, les jeunes squattent les bars et vampirisent la connexion.

11.Glandeurs-Bar-Wifi

1 café = une journée passée sur smartphone

Pire ! Mot de passe en poche, ils campent à proximité plusieurs jours et bouffent la bande passante sans payer.

Notre hôte qui tient un bar est obligé de changer son mot de passe 2 fois par semaine pour réserver internet aux consommateurs.

Apprends à vivre en collectivité

Le regroupement familial est très courant. Papa, maman, frangins, grands parents, voire même cousins et tantes se côtoient dans la maison.

Nous étions au 3ème étage de la maison avec toute la famille en dessous

Dans notre maison de Tirana, nous au dernier étage et toute la famille en dessous

À l’inverse de nos pays développés, la cellule familiale est particulièrement soudée. Niveau valeurs, ça a du bon. Mais gaffe à la tonne de marmots en furie et au manque d’intimité.

Évite le piège de la raki

5 cl d’eau de vie à 55° coûte deux fois moins cher qu’un café crème. Raki à 40 ct d’€ contre crème à 80 ct d’€. Tu choisis quoi ?

Attention, ça casse la tête. Tu oublies tout. Même que tu es pauvre et que tu habites    en Albanie…

Les vieux zombis « rakifiés » sont légion dans le coin, comme en Bulgarie. Sûrement l’effet fabrication artisanale des machines à laver russes recyclées en alambics.

Alambic pour faire de la Raki

Bon, là c’est installation de luxe

Lutte pour envoyer ta carte postale

Tu as une chance sur 3 de trouver des timbres internationaux à la Poste. Ou plutôt, un bureau de poste sur 3 t’en fournira. Longue balade assurée.

Et évite de remplir ta carte avant d’avoir vu les timbres. Non seulement ils sont énormes, mais tu risques d’en coller trois sur ta carte pour atteindre le bon tarif.

L’Albanie est corrompue

Tu cherches à faire de la contrebande de clopes ou à trouver de la drogue ? Bienvenue au paradis.

Ici c'est du tabac. Croyez-vous que tout est déclaré sur l'étalage ?

Ici c’est du tabac. Tu crois vraiment que tout l’étalage est déclaré ?

Haschich et pavot poussent comme chiendent.

Je ne compte plus le nombre de traces de coke qu’on nous a proposé.

Tu es outré ? N’en veux pas à ces pauvres albanais. Dans un système autarcique, tous les moyens sont bons pour faire un peu d’oseille. Et je les comprends.

Acharne-toi plutôt sur les dirigeants ultras corrompus et leur fonction publique gangrénée. Ces rapaces du pouvoir bouffent à tous les râteliers :

  • Fraude électorale majeure
  • Détournement des aides à leur profit
  • Traite des blanches
  • Trafic d’armes
  • Blanchiment d’argent de mafias diverses

Tout est bon pour couvrir les business sordides les plus juteux.

Mention spéciale : Les trafics d’organes de l’UÇK début 2000. Quand les prisonniers serbes acheminés du Kosovo vers l’Albanie sont dépecés et vendus en morceaux aux plus offrants sous le regard de notre cher Bernard Kouchner. Et cet enc… ose démentir !

Qu’on vienne me dire que ce sont les serbes les mangeurs d’enfant après ça.

Stop Tony ! Tu vas trop loin.

Merde. Je me suis laissé emporter, désolé…

D’autant plus que je dois parler de la petite corruption gentillette visible pour un nomade digital. Je reprends donc.

Paye ta Mercedes

C’est 70 % du parc automobile albanais, plus qu’en Allemagne.

En veux-tu en voilà !

J’avoue, elles sont loin d’être toutes aussi belles que ces deux là

Symbole de réussite sociale pour les kékés des villes ou seule marque assez robuste pour les habitants des montagnes. Elles affichent bien souvent 6 chiffres au compteur. Une abondance liée aux trafics de la mafia avec l’Allemagne.

C’est plus sympa comme anecdote là ?

Ne t’embête pas avec les lois

  • Interdit de fumer dans les bars et restaurants ? Tu t’en fous.
  • Obligation d’afficher les prix dans les magasins ? Contente-toi d’un prix sur deux. D’où des différences allant du simple au triple rien qu’en traversant la rue.
  • Tu construis une nouvelle maison pour ta famille ? Prévois un budget racket conséquent. Plusieurs locaux m’ont expliqué que les maisons à moitié construites envahissant le pays le resteront faute d’argent à donner aux mafias locales. Ou à l’administration qui t’extorque…
Une maison sur deux est comme ça !

Il manque les bais vitrées mais au moins t’as la vue

Amuse-toi pour sortir de ton pays

« Floower », un pote d’Elbasan doué en informatique et en anglais, ne pense qu’à une chose :

Se barrer de cette ville pourrie et ses 60 % de chômage chez les jeunes.

Salaires, statuts, papiers et preuves en tout genre sont prétextés pour l’empêcher de quitter le territoire. Un enfer administratif qui l’a poussé à rejoindre illégalement la Grèce à pied par les montagnes déjà 5 fois. Systématiquement chopé, il est aujourd’hui interdit de sortie pour plusieurs années. Et ce n’est qu’un exemple parmi beaucoup.

La fuite des capitaux des gros-culs du pays me parait plus facile…

Le peuple albanais n’est pas éduqué

Je te le disais en début d’article ; passer brutalement d’une dictature agressive à l’économie de marché mène à quelques dérives.

Bats-toi pour vivre et manger tous les jours à ta faim dans un pays cloisonné et l’éducation te paraîtra secondaire, voire étrangère. Découvre subitement le monde extérieur, ses loisirs, ses déviances et sa décadence. Et tu fais quoi ?

Tu plonges dans l’excès sans retenue ! Et avec délectation.

Donne un festin à un crève la dalle et il s’étouffera avec. Réaction légitime.

Enfin, mixe le tout à la fierté albanaise héritée du Kanun, code d’honneur des clans mafieux, et certaines réactions deviendront… comment dire, spéciales.

Tu aimes la malbouffe ? Bienvenue à Junk food land

La moyenne d’âge de la population a beau être sous les 30 ans, les gros envahissent l’Albanie.

Chips, sandwichs ultras gras, plats huilés à outrance, bonbons, gâteaux, brioches… Tout le monde bouffe de la merde. Tu croises régulièrement des gamins revenant de course avec des sacs plastiques remplis de barres chocolatées.

Je parie que son panier est rempli de légumes

Je parie que son panier est rempli de légumes

Tu n’es pas fan ? Paye ton resto hors de prix réservé à quelques expats américains. Et tu y trouveras quoi ? Une pizzaaaaa !

Bref, le niveau des restos reflète bien celui du pays : beaucoup de pauvres et quelques riches. Amuse-toi pour trouver ta « brasserie » du coin dans ces conditions.

Mais à force de fouiner, nous avons dégoté quelques perles :

  • Un restaurant à poissons délicieux et très abordable. Tu veux l’adresse ? Lâche ton commentaire. ;)
  • Et quelques fameux bouibouis à qofte. Obligatoire. Mais choisis bien l’endroit pour éviter les mauvaises surprises dans ta viande hachée.
19.Session-Qofte

Fromage, qofte et sauce yaourt avec de gros morceaux de poivrons jaunes, un délice

Tu aimes le football ? Tu vas être servi

Jamais tu ne verras autant de bars dédiés aux paris sportifs footballistiques. Plus qu’il y a de mototaxis à Ica au Pérou… C’est dire.

Parier est un sport national et chaque jour de Champions League est sacrosaint. Ces soirs-là, les rues sont désertes et les églises de la lobotomie bondées.

Le plus marrant dans tout ça ? Ces bars sont tellement tapissés de téléviseurs géants qu’ils peuvent abrutir le regard du plus résistant.

20.7-télés-pour-un-si-petit-espace

7 téléviseurs dans 2 m²… Et j’ai vu pire !

Regarde où tu marches…

Encore ??

Tu n’imagines pas à quel point.

Connais-tu la bulle d’intimité ? Cette notion d’espace entre personnes que l’on se doit de respecter dans la rue ou ailleurs. Elle n’existe pas en Albanie. Ainsi, tu te heurtes à deux situations :

  • On te voit, mais on fonce droit sur toi comme si tu n’existais pas pour t’éviter de justesse au dernier moment.
  • On se branle de ta présence et on te télescope sans vergogne pour s’éloigner dans un vague grognement véner.

Et sans smartphone devant les yeux ! Balaise.

Haydée à fait l’expérience d’une trajectoire linéaire sur 100 mètres sans se pousser. Résultat : 6 collisions frontales.

Ne cherche pas à prévenir l’impact en hélant la personne, ils sont sourds. Effets boites de nuit peut-être ? Bref, reste alerte et pousse-toi.

T’es une femme, t’es bonne ? Je te plains

Non non. Rien à voir avec la majorité musulmane du pays. Sauf peut-être cette impression d’être la seule femme à flâner dans la rue. Les autres vont du point A au point B, basta.

Et tu ne les verras jamais dans un bar, sacrilège ultime ! Femme de mauvaise vie !

Par contre, les bonhommes sont présents. Et les tonnes de glandeurs de rue n’ont qu’une chose à faire : mater ! De ce regard inquisiteur et visqueux qui te suit à s’en tordre le cou. Sans oublier les sifflements intempestifs. Notre impression :

Ils ont une bite à la place du cerveau ou quoi ?

Une femme potable peut se taper n’importe qui, de 15 à 70 piges. À croire qu’ils ne baisent jamais…

Vise-la-main-du-crevard.-Elle-s'approche-insinueusement-du-téton-de-notre-copine

Vise la main du crevard. Elle s’approche insidieusement du téton de notre copine

Certains vont même jusqu’à te suivre.

Haydée en a fait les frais une nuit à Elbasan. Sortie seule prendre l’air à 100 m de la maison, une bagnole ralentie d’un coup devant elle sur la route adjacente.

Pas de panique, ce n’est pas pour moi. Mais méfiance.

Se dit-elle, voyant la caisse s’approcher au pas. Pressant l’allure, Haydée s’écarte de la trajectoire. La voiture s’arrête près d’elle et deux passagers patibulaires la fixent. Elle rebrousse chemin, commence à courir quand la caisse accélère subitement et la prend en chasse. Les derniers mètres finissent en course effrénée pour atteindre la porte d’entrée.

Sympa…

T’es un homme, tu cherches une meuf ? Je te plains

Je t’ai parlé des gros. C’est valable aussi pour les femmes. Les effets de la malbouffe sont ravageurs et les bourrelets impossibles à cacher.

En 4 mois d’Albanie, j’ai vu autant de belles jambes qu’en une soirée à Budapest.

Dur… Moi qui suis si sensible aux gambettes.

22.Grosses-pas-belles

Et dire qu’elles n’ont que 20 ans…

Attends ! Ce n’est pas tout. L’Albanie fait le bonheur des entreprises cosmétiques. Chaque demoiselle se gratifie d’un copieux pot de peinture en guise de maquillage. Un masque tellement épais qu’il doit peser son poids.

Enfin, je te laisse imaginer le style vestimentaire. « Années 50 » comme j’ai dit au début.

Mais finissons par une touche positive…

Profite des contacts francs du collier

Les gens rustres ont aussi leurs bons côtés. Une fois la phase d’observation passée, tu deviens leur meilleur pote du moment. Bon, à toi de faire le premier pas quand même.

Mais quelques échanges suffisent. Un mot dans leur langue, un sourire et les tapes dans le dos ou sur le torse fusent. Embrassades et contacts franchouillards sont de mise.

Bisou !

Putain que c’est agréable ! On se sent vivant parmi les vivants. Pas le zombis d’un monde « civilisé » occidental, robotique et bourré de principes de bienséance qui t’empêchent d’exprimer tes sentiments.

Je t’avais bien dit que les Albanais étaient accueillants. Ô combien plus important que tout autre défaut listé plus haut. :)

Nomade digital en Albanie ça donne quoi concrètement ?

Bonne chance si tu veux parler anglais

Les anglophones sont rares. Autant que les noirs et les Asiatiques du pays.

À ta demande :

Do you speak english ?

L’ignorant te fera clairement comprendre que tu le fais chier…

Apprendre les rudiments de l’albanais n’y changera pas grand-chose. Ils ne comprennent rien ou font semblant. Parle avec les mains, tu auras plus de chance.

Notre solution perso ? Parle espagnol, ils te répondront en italien. Là ils maîtrisent.

Par contre n’essaye pas d’expliquer ta condition de nomade digital. Tu te heurteras à des yeux ronds.

Allez, petite consolation : Les langues albanaise et anglaise ont quelques prononciations similaires. Du coup, si tu tombes sur un local assez doué pour baragouiner, l’échange n’en sera que plus facile. Cool !

Tu n’es jamais loin des montagnes

Présents de décembre à mars nous avons bénéficié d’un climat doux. Mais tu peux perdre 10° à 15° du jour au lendemain. Nous avons même eu droit à -5°C le jour de l’an…

Un record comparé à nos 17°C de Noël

Un record comparé à nos 17°C de Noël

Certes, il y a 250 jours de soleil par an. Mais tu n’es pas à l’abri d’une tornade de grêlon qui te tombe dessus sans prévenir. C’est ça la montagne.

Ton budget est serré ? Parfait !

Et la différence de prix est flagrante entre la capitale et les alentours. La preuve en chiffres :

Elbasan :

  • Appartement pour 1 mois : 300 €
  • Courses pour 1 mois : 100 €/pers
  • Frais généraux (médical, déplacement, matériel divers) : 100 €/pers
  • Soirée royale, resto + bar : 15 €/pers
  • 1 Café : 25 centimes
  • 50 km pour aller à la capitale : 2 €/pers en bus ou 22 € en taxi
  • Connexion internet : pourrie
  • Espace de coworking : Néant

Méfie-toi des achats merdiques. Les piles emballées sont à moitié chargées. Certaines bières neuves sont à moitié vides et sans bulles. Et ta bonbonne de gaz pour cuisiner à moitié pleine après recharge.

Il doit y avoir une politique du « à moitié » dans le coin.

Au pire tu as des marchés partout

T’inquiète, il te reste les marchés de rue… A moitié pourris

Tirana :

  • Appartement pour 1 mois : 400 €
  • Courses pour 1 mois : 170 €/pers
  • Frais généraux (médical, déplacement, matériel divers) : 100 €/pers
  • Soirée royale, resto + bar: 30 €/pers
  • 1 Café : 40 centimes
  • 20 km environ pour aller à l’aéroport : 18 € en taxi
  • Connexion internet : correcte
  • Espace de coworking : Plusieurs, mais nous n’avons pas testé

Petit conseil bonus : Profite du quartier universitaire. Tu y trouveras des jeunes éduqués et des femmes qui flânent ; un luxe. En prime, tu profiteras des nombreuses cantines selfs aux prix imbattables si faire ta bouffe quotidienne te gonfle trop. Entrée – plat – boisson pour 2,80 €

Bref, ce n’est pas ici que tu vas te ruiner.

Pourquoi ce « non merci » au final ?

Malgré le coût de la vie minime, l’inéducation pèse lourd. Trop lourd. La culture est embryonnaire et les grandes villes sont assez moches.

Et plus de fêtes foraines que de musées...

On a vu plus de fêtes foraines que de musées

Heureusement que la montagne est belle…

27.Heureusement-qu'il-y-a-la-montagne

Et que le lac artificiel de Tirana en jette

Mais nos business sont en cours de création. Nous ne gagnons pas assez pour dépenser sans compter. Et comme nous sommes de bons vivants au contact facile, éviter la tentation des sorties était vital.

Se concentrer sur le boulot et finaliser notre premier service de création de contenu  : Chèvre Chaud était primordial pour la suite.

L’Albanie nous aura permis de vivre convenablement et de monter ce business sans exploser le budget.

Mais toi voyageur, si tu cherches simplement un bord de plage tranquille pour siroter tes cocktails et un hôtel pas cher pour embarquer quelques albanaises pas trop fatty, alors Durrës ou Sarandë devraient te convenir.

Mais je te préviens d’avance, tu n’y trouveras aucun MacDo. ;)

Tony Founs

,

59 Réponses à Nomade digital en Albanie ? Non merci…

  1. Philippe 5 mai 2015 à 4 h 11 min #

    J’ai dépensé moins que ça à Prague centre :D

    • Tony 5 mai 2015 à 12 h 11 min #

      Peux-tu donner des détails concernant ton budget à Prague Philippe.

      Tirana : indice de prix 35 – Prague : indice de prix 43

      La preuve en détail avec la comparaison des prix entre Prague et Tirana sur Numbeo qui me semble au plus proche de la réalité.
      Du coup :

      – Nos appartements font 70 m² minimum et sont tout équipés. Nous travaillons sur place. Il nous faut donc un maximum de confort pour éviter de nous marcher dessus.
      – Nous mettons un point d’honneur sur une alimentation saine et équilibrée. En tant que sportifs, la santé passe avant tout et bien se nourrir coûte très cher.
      – Nos dépenses impliquent également tous nos déplacements internes
      – Et n’oublions pas tous les frais annexes d’une vie à long terme du style médecin, dentiste, rachat de matos informatique ou de maison.

      Si de ton côté tu reste 2 semaines sur place pour vivre en coloc ou dans une boite à chaussures et que tu achètes de la junk food à 1€ par jour, tu n’auras effectivement pas le même budget.

    • Ed 5 mai 2015 à 12 h 21 min #

      Merci pour le détail sur le budget, Tony.

      Je reste un peu étonnée sur le budget bouffe, mais je ne suis sans doute pas assez sportive :)
      Par exemple, en France (Nantes, donc pas un bled paumé non plus), on mange très bien à deux pour 250-300€/mois (pour deux, donc, pas par personne), sachant qu’on achète une bonne partie en bio (à la biocoop) et local autant que possible, qu’on compte l’alcool dedans (et oui ça fait vite exploser un budget alimentaire), et qu’on n’a pas l’impression de se priver.
      Après, oui, on n’achète jamais de marques et on est de petits consommateurs de viande.

      Mais le budget que tu citais me semblait plus correspondre à ce que j’imaginais d’une vie au Portugal par exemple qu’en Albanie.

    • Philippe 5 mai 2015 à 12 h 28 min #

      À Prague les colocs ne sont pas des boites à chaussure :) Mais ça peut ne pas convenir à tout le monde. Nous avons été habitué à de bien plus petites surfaces (Megève, Bali, Bangkok…) donc OK pour nous. 300€/mois, avec un petit investissement temps/énergie dans la recherche du lieu.

      Pas de junk food. Nous cuisinons beaucoup dans le style thai donc légumes+viande+ épices ou italien ça ne revient pas si cher. (Je n’ai pas suivi la dépense exacte mais nous allions régulièrement dans des restau locaux sans péter le budget)

      La ville est bien fait avec beaucoup de tram et métro, la carte coute 20 ou 25€/mois. Si tu es dans un bon quartier tu marches beaucoup et tu peux baisser la dépense encore. Si tu veux visiter d’autres villes les bus sont pas très cher.

      Je compte pas l’amortissement du matos informatique etc.

    • Philippe 5 mai 2015 à 12 h 30 min #

      Il faut dire qu’on peut se faire des « soirées royales » pour moins de 15€/pers aussi :)

    • Tony 5 mai 2015 à 14 h 23 min #

      @ Philippe et Ed concernant le budget alimentation, qui a beaucoup d’importance pour nous tous, à raison. :)

      J’ai rectifié mon erreur et j’en viens donc à 100 €/mois/pers à Elbasan contre 170 € à Tirana. Ce qui colle sensiblement avec l’ordre de grandeur que vous annoncez pour vous. Comme je le disais, notre budget bouffe est celui où nous ne lésinons pas. En détail, mensuellement c’est :
      – Légumes frais
      – Poisson frais, thon en boite et fruits de mer
      – Viande blanche et œufs
      – Fruits à coque
      – Olives
      – Quelques bières et bouteilles de vin pour se détendre :)

      Pas spécialement de bio par contre. Mais nous essayions de privilégier les plus petits commerçants. Dans la mesure du possible bien sûr, car parfois ils se touchent avec les prix.

      Une anecdote me vient à ce sujet : A Elbasan nous prenions l’habitude d’acheter nos tomates et olives à une petite échoppe familiale installée en face de notre maison. Nous avons arrêté car ils ont augmenté leurs prix au fur et à mesure… Peu habitués aux touristes, ils n’ont pas su nous baiser d’entrée en jouant sur leurs tarifs mais n’ont pas hésité à le faire au bout de la 3ème fois. Résultat : Nous n’y sommes jamais retourné.
      Une semaine plus tard, lors d’une de nos sorties jogging, nous sommes tombés sur leur lieu d’habitation, paumé à 5 km de chez nous en plein cœur de la montagne. Marrant. Ils cultivaient tout eux-mêmes et descendaient leur production à dos d’âne. Mais je ne pourrai pas dire si ce qu’ils produisaient était bio.

  2. Denis 5 mai 2015 à 6 h 39 min #

    Là tu vends du rêve ;)
    Mais merci pour cet article hyper réaliste.
    L’Albanie n’était pas sur ma wishlist mais quand même ;)

    • Tony 5 mai 2015 à 12 h 33 min #

      A première vue, on pourrait effectivement bannir l’Albanie de sa wishlist suite à cet article Denis.

      Mais quitte à étonner tout le monde, j’encouragerai les touristes à visiter ce pays. Il est en voie de développement et ne peut que s’améliorer. Enfin, j’espère…

      Notre expérience reste celle d’expatriés posés dans des coins reculés, en dehors des quartiers touristiques. Nous ne nous installons jamais en centre-ville et aimons fouiller l’envers du décor. Ça joue énormément.

  3. Nath' 5 mai 2015 à 7 h 14 min #

    Waouh, de bon matin, cet article décoiffe ! Justement je cherchais ma prochaine destination de voyage ! lol

    • Tony 5 mai 2015 à 12 h 38 min #

      Héhé ! ça tombe bien Nath, l’Albanie est bondée de coiffeurs. Et une coupe ne coûte que 1,50 € en moyenne. Véridique.

      Contacte-nous dès que tu as tes billets, nous serons ravis de te donner nos bons plans. :P

  4. Ed 5 mai 2015 à 7 h 37 min #

    Euh j’ai le droit de dire que je suis super choquée par cet article ?
    Dire en gros « tout est pourri, les gens sont des rustres, mais ils s’apprivoisent quand même facilement » ça me gêne un peu (beaucoup).
    D’autant que par exemple une de mes amies (la vingtaine, blonde, mignonne) est allée plusieurs fois seule en Albanie, pour de longs voyages en sac à dos, et en est revenue enchantée. Les filles photographiées pour nous montrer que leurs jambes ne sont pas fines n’ont pas non plus l’air trop traumatisées. Peut-être Haydée n’a-t-elle juste pas eu de chance ?
    Et pourquoi s’étonner du manque de respect quand vous écrivez « un hôtel pas cher pour embarquer quelques albanaises pas trop fatty » ? ;)

    Sinon, concernant le budget, le budget courses, ça correspond à quoi à peu près (en dehors de l’alimentaire) ? Vous mangez bio, beaucoup de viande ?
    (Juste pour me faire une idée, car vous n’avez pas réussi à me dégoûter de l’Albanie :))

    Merci.

    • Julie 5 mai 2015 à 9 h 01 min #

      Ed, je suis d’accord avec toi. Cet article est hilarant et je comprends très bien ce que l’auteur a voulu dire mais on est tellement habitués au politiquement correct qu’on préférerait que ça reste dans une discussion entre amis.
      J’ai rencontré pas mal de touristes venant de l’Albanie quand j’étais au Monténégro et en Bosnie et ils étaient ravis (bon forcément ils n’y vivaient pas). Et je veux bien croire que ce ne soit pas facile d’habiter en Albanie (comme dans plein d’autres pays du monde d’ailleurs). Mais je trouve ça limite de les mettre tous dans le même panier « gros, moches et méchants ». Ces pays ont vécu des années terribles, la jeunesse est complètement perdue et ne sait pas comment se positionner.
      En tout cas, j’ai lu l’article jusqu’au bout et j’attends toujours votre « newsletter » avec impatience !

    • Tony 5 mai 2015 à 17 h 51 min #

      Mes écrits sont plus facilement lâchés à l’oral et entre amis Julie. C’est exactement ça. Je sais qu’avec ce genre de propos je m’expose à de vives critiques. D’autant plus que tout ceci reste mon expérience d’expat sur 4 mois dont 2 dans un sanctuaire d’inéducation (Elbasan). Tirana fut beaucoup plus facile à vivre au final.

      Par contre rassure-toi, je ne les mets pas tous dans le même panier et j’ai adoré bon nombre d’albanais. Mais comme on dit souvent : On a tendance à s’attarder davantage sur les mauvaises choses.

      Tes mots sont justes. Les habitants de ce pays sont victimes de leur histoire et elle est particulièrement dense en catastrophes et en horreurs. Je me suis beaucoup renseigné sur l’histoire des Balkans, et pas par le biais de sites de désinformation comme tu peux le voir avec ce lien. J’en ai également beaucoup parlé avec certains locaux honnêtes avec eux-mêmes et loin d’adhérer à la Grande Albanie désirée par les Ballistes. Leur jugement est parfois plus critique que le mien.

      En tout cas merci pour l’impartialité de ton commentaire face au ton politiquement incorrecte voulu dans cet article.

    • Tony 5 mai 2015 à 13 h 43 min #

      Choquée et génée, je n’en espérais pas tant Ed. ;)

      Tout n’est pas pourri et la rustrerie n’est pas totale bien sûr. Cela dépend des endroits.

      N’oublions pas qu’entre voyage itinérant et expatriation, la démarche est différente. En visite d’agrément, ton amie blondinette n’a peut-être pas eu le temps de se risquer hors des grands axes.

      Je lui déconseille la route Elbasan – Ura e Lizes habillée en « fille » par exemple. Même en pantalon large et chaussures de rando d’ailleurs.

      Difficile de traumatiser les albanaises, de fait. Mais dans une ville comme Elbasan, elles ont malgré tout intérêt à rester à leur place. Les filles photographiées habitent à Tirana. La différence est de taille.
      Ce qui m’amène à te donner raison sur un point : Ne généralisons pas au risque de caricaturer. Je le fais allègrement avec « les albanaises fatty » de ma phrase de fin mais là c’est sciemment et j’assume. Une petite pointe d’ironie ne fait pas de mal et je n’en démordrai pas :

      Les Albanais mangent trop de sucre ! Et ça se voit. Hommes et femmes confondus.

      Ce n’est pas vraiment de leur faute. Qui a donc introduit ces tonnes de chips et de barres chocolatées en tête de gondole de tous les magasins ? Sûrement pas la population. Mais forte de son inéducation, elle consomme sans se poser de question.

      Au final, ce qui me débecte réellement en Albanie ce sont les pouvoirs publics, véritables coupables. Mais je ne me fais pas d’illusion, en France nous suivons le même chemin décadent niveau santé. C’est un phénomène général qui date d’après la guerre : La dérive nutritionnelle contemporaine n’est pas réservée aux albanais. :(

      Concernant notre budget bouffe, je te réponds sur ton autre commentaire avec un détail plus précis. Tes remarques et celles de Philippe m’ont amené à déceler une grosse erreur que j’ai faite dans l’article (trop de fatigue après 3000 mots…). Nos 200 à 270 € par mois ne correspondent pas uniquement à l’alimentation mais à notre fonctionnement général. Je corrige donc. Merci pour ces remarques.

  5. Eh ben, quel article Tony !
    Comme dab, j’adore !
    Mais que tout ceci fleure le… poisseux !
    Quelle tristesse !
    Merde, je suis bien en France !
    Ok ok, les gens sont accueillants, mais au final, ne le sont-ils pas (quasi) partout ?
    J’avais une amie qui était en couple avec un réfugié Kosovar, ils ont eu 3 enfants. Ben c’était pas folichon : le gars, musulman (enfin ne mangeait pas de porc, c’était ça sa confession musulmane. Pas de prières ni rien), était macho, les femmes ne doivent pas sortir. Alors elle, en bonne française très indépendante, voire carrément féministe, dur dur ! Ils se sont séparés, violence de sa part, gros bordel, il ne pouvait voir les enfants qu’avec un accompagnateur social, bref. Et c’est pas le seul, paraît-il. Quand les cultures sont trop différentes…
    Mais cet article illustre bien l’état du pays, la mentalité, j’ai trouvé passionnant !
    Des Français en Albanie, tu m’étonnes que le douanier tombait des nues ! lol
    Le tabac ? J’ai cru que c’était des cakes MDR !
    Vive votre blog, et vive Chèvre Chaud !
    J’adore votre approche :)
    Biz

    • Tony 5 mai 2015 à 19 h 03 min #

      Nous trouvons effectivement des gens accueillants partout Marjorie. Des cons aussi. L’Albanie ne fait pas exception à la règle. Mais malgré les protestations de certains, je persiste à dire que le pays des aigles possède une forte concentration d’inéduqués.

      Aaah si tout le monde pouvait penser comme toi… Merci pour ton soutien !

      Par mail perso, une jeune femme me reproche de simplement dénoncer cet état de fait sans vraiment expliquer le « pourquoi ». Je sens que je vais devoir publier une étude sociologique poussée des habitants d’Albanie.

      En tout cas, pas besoin d’étude poussée pour ce douanier. Nous avons aimé cette façon assez cash de nous dire qu’on était vraiment bizarres de venir travailler dans son pays. Mais lui il a le droit, il est du coin. :)

      Pour ce qui est de ton amie, j’ai failli te poser le même genre de question que Mickael, mais pour le coup, devant votre échange, j’avoue me retrouver coincé entre vos deux avis. Intéressant quoi qu’il en soit.

    • V.S.K 20 février 2016 à 12 h 03 min #

      Mon dieu, mon dieu!
      Donc si je me base sur Patrice Alegre, tous les francais sont des psycopathes tueurs en serie, c’est bien ca l’idée?
      Née au Kosovo, je vis en France, marié à un polonais (ca aurait aussi pu être un albanais du kosovo comme moi) et libre dans mes choix et pensées! De grands parents musulmans, je n’ai jamais vécu une mentalité rigide et ais été toujours encouragé à poursuivre mes reves. Partie à Londres en tant qu’au pair durant mon année sabatique à à peine 18ans, j’ai également été muté à NY à l’age de 25ans, par un leader mondial de la chimie l’an passée, et ce 1an après l’obtention de mon master dans une grande école de commerce a Paris – cela a fait la fierté de ma famille qui a toujours été extremement tolérante et encourageante.
      Je n’ai jamais eu d’hommes macho dans mon entourage et il faut arreter de s’attarder sur un individu pour porter jugement sur toute une population. Sans vouloir vous offenser, je trouve cela pathétique de votre part.

  6. Bettina 5 mai 2015 à 9 h 13 min #

    Meme reaction que « Ed », je trouve ca un peu choquant et assez reducteur.
    J’ai visite Shkoder et Tirana en Albanie, et je n’en ai pas eu la meme vision … Certes, c’est TRES pauvre et le developpement a encore de bonnes annees avant d’amener le pays sur la bonne voie.

    C’est sale, oui mais ca depend ou. J’habite au Cambodge, je sais de quoi je parle ! Au Cambodge, C’EST SALE !! En Albanie, beaucoup moins. Et puis que peut-on dire? La proprete est lie au developpement, a l’education, etc … C’est comme tout, il faut encore quelques annees.

    La nourriture est assez consistante, oui, comme dans beaucoup de pays de l’Est (j’ai vecu 6 mois en Hongrie = + 6 kilos, sur la balance !) mais c’est de ma faute, je trouvais ca trop bon! L’Albanie a aussi des specialites culinaires delicieuses, beaucoup a base de viande, il suffit de ne pas en abuser. Et a Tirana on peut aller faire ses courses et manger « normalement » (comme on le ferait en France j’entends).

    Les hommes regardent les femmes, mais il s’agit principalement de curiosite et pas seulement pour penser a mal (nous etions les seules filles a marcher dans la rue a Shkoder, mais jamais nous ne nous sommes senties en insecurite).

    C’est un pays corrompu, avec beaucoup de chomage et ou les lois sont rarement respectees. OUI. Mais ca n’en fait pas un pays desagreable pour autant (La encore, j’habite au Cambodge, ou ces trois caracteristiques s’appliquent aussi malheureusement …) Il faut adapter sa vision des choses plutot que de comparer a la France ou a critiquer un niveau de vie bas, je pense.

    • Bettina 5 mai 2015 à 9 h 15 min #

      Et bref, je voulais dire que : tout est une question de point de vue.
      J’ai ADORE l’Albanie, je travaille dans le tourisme et c’est d’ailleurs une destination ou je compte retourner, pourquoi pas pour y lancer mon projet. :)

    • Tony 5 mai 2015 à 19 h 40 min #

      J’en ai effectivement entendu des vertes et des pas mûres sur le Cambodge Bettina. Et pour avoir visité le Laos, je vois très bien de quoi tu parles.

      Tu as beau être choquée par mes dires, tu confirmes pas mal des constatations de l’article. Simplement, tu les relativises avec pudeur en me demandant d’éviter les raccourcis. C’est tout à ton honneur.

      La seule insécurité que nous avons ressenti est cette « poursuite rapide » que Haydée a vécu à Elbasan. Mais à aucun autre moment nous ne nous sommes sentis en danger.

      Ce que nous relevons, c’est cette insistance du regard de certains hommes qui est parfois limite injurieuse. Je veux bien mettre cela sur le compte de la curiosité mais lorsque Haydée leur signifiait ouvertement sa gène par la parole ou par des gestes sans équivoque, ces messieurs n’ont jamais daigné baisser le regard, bafouiller quelques mots ou s’excuser de cette insistance excessive. Au contraire ! Ils continuaient à mater de ce regard irrespectueux sans se soucier de ce qu’elle pouvait ressentir. Pas mal d’entre eux se permettaient même de sortir une langue explicite pour lui dire : « Je te baise » dès que j’avais le dos tourné.

      D’autres moins nombreux n’hésitaient pas à lui faire des avances grossières quand je m’éclipsais quelques secondes, pour me dire la minute d’après que j’étais leur super pote. Mon cul !

      Quand tu vis cela sur plusieurs mois, il y a de quoi en avoir marre. Haydée finissait par ne plus vouloir sortir seule, voire plus du tout.

      Point d’insécurité dans ce constat, juste une demande de respect après leur avoir signalé leurs comportements limites, sans succès. Cela vaut bien quelques ligne dans mon article.

      Enfin, loin de moi l’envie de vouloir comparer l’Albanie uniquement à la France. Nous habitons aujourd’hui en Serbie et c’est plutôt à ce pays que je compare l’Albanie aujourd’hui. Et bien il n’y a pas photo, je suis bien mieux ici pour des niveaux de vie équivalents.
      J’y suis même beaucoup plus à mon aise qu’en France d’ailleurs. :)

      Après, je ne cherche pas à dégoutter les gens mais il ne faut pas être hypocrite devant certains comportements.

      De quel projet s’agit-il exactement de ton côté ? Tu attises ma curiosité.

    • Bettina 6 mai 2015 à 1 h 52 min #

      Merci pour ta reponse :)
      C’est sur que je peux comprendre les frustrations lorsqu’on vit a long terme dans ce genre de pays … Et bizarrement j’ai trouve beaucoup de similitudes entre Albanie et Cambodge !
      Cette maniere etrange de se faire regarder (meme si au Cambodge elle s’apparente vraiment a de la curiosite pas de la provocation) et de ne pas comprendre les regards, c’est tellement frustrant!!

      Pour la Serbie, c’est vrai que la qualite de vie est bien superieure !
      Je n’ai pu visiter que Belgrade mais j’ai beaucoup aime l’ambiance de cette ville : si morose et gaie a la fois, difficile a expliquer !

      En tout cas merci pour l’honnetete dans les articles, apres reflexion tu as raison, ca fait du bien ;)
      En ce qui concerne mon projet, disons qu’il s’agit d’un constat pour l’instant sur le manque d’interet touristique pour cette region ! A voir par la suite ! Comme je le disais j’habite au Cambodge pour l’instant, donc je suis un peu loin pour aller explorer la region une nouvelle fois hehe …

    • Tony 6 mai 2015 à 13 h 22 min #

      A mon tour de te remercier chaleureusement pour cette seconde réponse Bettina.
      Lorsqu’on regarde les notes (sur 100) de l’ONG Transparency International concernant la corruption de 175 pays pour l’année 2014 on obtient :
      – Albanie (110/175 – Note : 33)
      – Cambodge (156/175 – Note : 21)
      Des cultures très distinctes, certes, mais les similitudes que tu observes sont sûrement dues en partie à ce problème. Le Cambodge est pire au final. Je comprends que tu ne veuilles pas trop fustiger l’Albanie du coup. ;)

      Quant aux regards masculins albanais, leur connotation perverse est peut-être due à un mélange.
      J’ai toujours pensé que les religions œuvraient contre l’émancipation des femmes sous prétexte de vouloir se prémunir contre la tentation et la perversion. L’islam est une confession qui le prône assez ouvertement.

      L’Albanie est :
      – Le seul pays d’Europe à majorité musulmane. Même s’il est modéré et que le nationalisme s’impose avant toute confession religieuse.
      – Le dernier régime Stalinien officiel d’Europe, aboli sur le tard. Peu propice à l’ouverture d’esprit.
      Deux notions bien différentes avec cependant un point commun : La femme libérée n’est pas monnaie courante dans le coin.
      Alors quand ces messieurs commencent à voir les femmes de leur pays s’émanciper, ou pire voient débarquer une occidentale ouverte et débridée, il ne gère plus rien ! :)
      L’émotion prend le dessus et l’instinct bestial resurgis.

      Le Cambodge, pays bouddhique, est sûrement moins exposé à cet état de fait. Cela reste mon point de vue en fonction de mes observations. Il est donc subjectif.

      Concernant la Serbie : J’adore ! Nous ne sommes là que depuis 3 semaines, nous vivons en marge du centre et nous travaillons beaucoup. Difficile donc de juger correctement pour le moment, mais je ressens la même ambiance que toi.
      Nous attendrons d’avoir des interactions plus profondes avec les Serbes pour affiner nos sentiments. Nous y restons 3 mois. Aucun doute que cela arrivera du coup, car nous aimons provoquer les contacts dans les endroits le plus improbables, bien loin des Starbuck Coffee d’un centre-ville touristique fréquenté par les anglo-saxons. A suivre…

      Pour ton projet , je cautionne cette idée de développer le tourisme en Albanie car c’est grâce à ce genre d’initiatives que l’on pourra faire évoluer la vision des habitants du pays.

    • Bettina 7 mai 2015 à 1 h 43 min #

      Je pense que tu as raisons en ce qui concerne les religions , et oui le bouddhisme apaise / cache bien des choses !
      Je vous souhaite une bonne decouverte de la Serbie alors!
      Qu’en est-il de votre periple? Vous etes alles en Bosnie ? En Roumanie pas encore visiblement comme le note un commentaire plus bas ;) Pareil, je le conseille vivement : paysages sublimes, authenticite, facilite de vie (plus qu’en Albanie … :P )
      Bon periple :)

    • Tony 7 mai 2015 à 20 h 53 min #

      « Ils cachent bien les choses »… Ahah ! Bettina, en te lisant et en voyant la réponse de Philippe, je me suis remémoré certaines situations cocasses vécues en Thaïlande. J’ai bien ri.
      Les thaïlandais sont comme les routiers, ils sont sympas mais « faut pas pousser ». :)
      Plus sérieusement, depuis la loi martiale et l’arrivée au pouvoir de militaires, les « bavures » prouvent que bouddhisme ou pas, la violence contre les étrangers n’est pas inexistante dans le royaume. Et le meurtre des deux britanniques à Koh Tao ne risque pas d’arranger les choses dans un pays qui accuse une baisse de 18 % des entrées touristiques en 2014.

      Concernant notre périple, nous n’avons pas fait la Bosnie non plus. Je pense qu’il nous faudrait plus d’une vie pour vivre et appréhender correctement la culture de tous les Balkans. Dur de choisir dans ces conditions… Peut-être pour plus tard.
      Nous repassons par la France cet été pour régler certains « détails » administratifs et nous planifions 1 an aux Philippines à partir de septembre. Mais tout peut encore changer au gré des opportunités qui se présenteront à nous. C’est aussi ça la vie de nomade digital. ;)

      Merci ! Et n’hésite surtout pas à nous en dire plus le jour où tes projets voient le jour. Que ce soit en Albanie ou ailleurs.

    • Philippe 7 mai 2015 à 6 h 06 min #

      « oui le bouddhisme apaise »

      Evite quand même d’énerver un chauffeur de taxi en Thaïlande :D

    • Bettina 7 mai 2015 à 6 h 28 min #

      Oh oui j’approuve pour la remarque sur les taxis thai!
      Heureusement, cette remarque ne s’applique pas au Cambodge. Ils s’enervent oui, mais ils legardent pour eux et affichent un grand sourire a la place :P

  7. Jérôme 5 mai 2015 à 9 h 57 min #

    Ah je me souviens de mon passage en Albanie. Ce n’était que quelques jours à Tirana après être passé au Kosovo.

    C’est clair que les arbres en plein milieu du trottoir, c’est juste horrible et c’est un ajustement urbain complètement à la ramasse :D

    Par contre, les habitants que j’ai pu rencontrer ont été vraiment sympathique, je me suis même fait charger en voiture par un habitant (dans sa Mercedes oh tiens…. ^^ Oh oui y’en a beaucoup en effet ^^) qui avait prit contact avec la responsable de l’auberge car impossible à trouver (tellement caché au fond d’une petite ruelle ^^) et y était allé me déposer :)

    C’est clair que l’anglais n’était pas extrêmement présente comme langue mais en effet plusieurs parlaient italien. D’ailleurs avec l’aubergiste qui était hyper accueillant, il y a eu des mots dans 5 langues différentes pour se faire comprendre sur tout -> Un peu d’anglais, d’albanais, d’italien, d’allemand,… ^^ On fini toujours bien par trouver un mot qui ressemble à peu près à une autre langue et on se fait comprendre par ça et par des gestes :)

    J’adore suivre votre Blog et ce ton différent comme pour cet article apporte beaucoup.
    Bonne chance à vous dans cette nouvelle aventure qu’est « Chèvre chaud » :) ;)

    • Tony 5 mai 2015 à 20 h 04 min #

      Malgré tout ce que j’ai pu raconter plus haut dans les commentaires, je reste d’accord avec ton analyse Jérôme : La sympathie est de mise en Albanie.

      Le comportements inadmissibles que j’ai pu décrire, à Bettina par exemple, sont à imputer majoritairement aux jeunes albanais entre 20 et 30 ans. Il y a un fort contraste entre les vieux et les jeunes dans le pays. Et cela m’a été confirmé plusieurs fois par des locaux.

      La guerre et la misère mettent du plomb dans la cervelle. (Sans jeu de mots) :P

      A ce niveau je dirais qu’en France c’est la même. D’où la métadescription de mon article :
      « Être nomade digital en Albanie, c’est un peu comme être touriste dans ta cité banlieusarde. »

      Le jeunes des cités françaises n’ont plus le même respect que leurs parents et grands parents, quelles que soient leurs origines. Plus de notion des valeurs. Plus d’éducation si ce n’est celle de la télévision et des conneries que notre gouvernement leur met dans le crâne (ça me fait penser à la théorie du genre que l’éducation nationale veut inculquer aux enfants en primaire, mais je m’égare…).

      Bref, tout cela pour dire qu’un pays comme l’Albanie, avec sa moyenne d’âge de 30 ans et ses revirements politiques et économiques brutaux, n’a pas eu le temps (ni l’envie) d’éduquer correctement sa jeune population. Ce qui explique mon constat au vitriol.

      Pour l’histoire des langues, ton commentaire m’a rappelé quelques situations sympathiques que nous avons vécu exactement comme toi. Trop bon ! Il y a toujours moyen de se démerder au final.

      Merci beaucoup pour tes compliments et pour Chèvre Chaud. :)

  8. Mat 5 mai 2015 à 10 h 14 min #

    Salut, article super intéressant mais pourquoi être resté aussi longtemps en Albanie ? Car là ça fait pas rêver du tout, je pense que je me serais barré au bout d’un mois.

    Je trouve aussi que les prix que vous donnez sont loin d’être bon marché: 200 € de courses pour un mois, c’est ce que je dépense en France en me faisant plaisir.

    • Tony 5 mai 2015 à 20 h 23 min #

      La réponse à ta question est simple Mat :

      1. Si je n’étais pas resté si longtemps, je n’aurais jamais pu me permettre cette critique justement. Il faut du temps pour analyser avec un minimum de discernement. 1 mois et un seul endroit dans le pays n’aurait malheureusement pas été suffisant.

      2. Nous ne sommes pas en voyage d’agrément. Nous avons des objectifs à tenir avec notre entreprise et pas de temps à perdre dans des déménagements improvisés. Et puis cela coûte de l’argent. Notre budget serré ne nous le permet pas.

      D’autant plus que nous avons déjà été obligé de bouger en urgence lors de notre installation en Hongrie. L’appartement que nous avions loué 6 mois s’est avéré insalubre (Je suis tombé malade à cause d’une pollution domestique) et nous avons dû nous battre contre les proprios pour récupérer notre caution et partir en Bulgarie. Encore une sacrée histoire. :)

      Résultat : Entre les problèmes, les déménagements et le fait de me soigner, nous avons perdu 2 grosses semaines.
      Quand tu lance ton entreprise en ligne, cela peut-être fatal.

      Concernant le budget course, j’y ai répondu plus haut par l’intermédiaire de Philippe et de Ed. Mea culpa… :P

  9. Philippe 5 mai 2015 à 12 h 34 min #

    Pareil ! Et pourtant j’achetais du parmesan, du fromage français, du vin (la bière est gratuite), de temps en temps de la tapenade, tomates séchées ou autre produits chers… Mais si tu cuisines juste légumes et viande simple pour le gros des repas, dans la plupart des pays tu manges pour 100-150€/pers/mois.

    • Tony 5 mai 2015 à 18 h 34 min #

      Tout compte fait, après correction de mon erreur, nous sommes d’accord sur le budget bouffe Philippe.

      En tout cas je vois que vous vous faites plaisir ! Fromage français…

      Je n’ai pas été malin d’incorporer les frais de dentiste avec l’alimentation. :P
      D’ailleurs pour info, une couronne dentaire ne coûte que 70 € en Albanie. Mais j’avoue que sur un budget mensuel ça compte.

  10. Ed 5 mai 2015 à 12 h 45 min #

    Et pour ceux qui voudraient rigoler et en savoir un peu plus – sans complaisance – sur l’Albanie, je conseille ce roman hilarant : Vacances au pays perdu de Philippe Ségur

    :)

  11. Tony 5 mai 2015 à 13 h 54 min #

    Merci pour le bouquin en référence Ed. J’ai arrangé le lien pour qu’il donne envie avec son titre.
    Il ne me reste plus qu’à l’acheter.

  12. Michael 5 mai 2015 à 14 h 29 min #

    En réponse à Marjorie :

    Pourquoi ton amie « féministe » a fait 3 gosses à un mec d’une culture différente, violent, macho… ? Après on vient se plaindre et on condamne 3 enfants à vivre cela.
    De plus elle se dit « féministe » et se met en couple avec ce type d’hommes ? C’est contradictoire et ironique. Peut-être le fait qu’il soit un réfugié lui a fait penser que ce serait un signe de tolérance de sa part, d’ouverture d’esprit et de politiquement correct de se mettre en couple avec lui…

    Ah ce politiquement correct ! Son absence de cet excellent article SUBJECTIF gêne certains qui voient la vie en rose.

    • Ceci dit, je suis d’accord avec toi sur un point : beaucoup de monde font l’erreur, pourtant bien intentionnés au départ, de ne pas assez réfléchir à l’avenir, à son ressenti, et font des enfants alors que le couple n’est pas au top…

  13. Michael (tu pouvais utiliser la fonction « répondre » sous mon commentaire ;)) :

    Pour te répondre, elle a fait l’erreur que font beaucoup de jeunes femmes (ou jeunes hommes), que ce soit avec des Français ou des hommes d’autres cultures, qui est de simplement être très amoureuse puis de constater avec le temps et comme c’est souvent le cas, l’arrivée d’enfants, que la personne n’est pas celle qu’on croit.

    Une fois maman, elle pouvait beaucoup moins bouger, il préférait qu’elle reste au foyer.
    Sa vraie violence s’est révélée une fois qu’elle a voulu le quitter, puis l’a quitté. Leur façon de voir l’éducation aussi était radicalement différente (exemple : avec leur fille, il voulait l’éduquer différemment, genre future femme au foyer).
    Bref. Avant de supposer des choses sur des gens que tu ne connais pas, essaie de comprendre les différences qu’il peut y avoir entre les cultures, les religions, ce sont souvent des sources de conflits et séparations, voire drames. Et même des différences qui peuvent survenir avec l’âge car souvent on change, on mûrit, on évolue ou un supporte moins de choses, etc.

    Il faut reconnaître que les différences de cultures (et ce n’est pas la seule histoire que je connaisse hélas), notamment entre femmes « libérées », disons avec une éducation occidentale, et des hommes plus traditionnels, se révèle souvent un problème.

    • Michael 5 mai 2015 à 17 h 16 min #

      Marjorie,

      j’ai essayé la fonction répondre sous ton commentaire mais ça ne fonctionnait pas. Pas grave.

      Je ne connais pas ton amie, vraie. Mais je ne suppose rien d’anormal. Comme tu le dis, les relations entre femmes « libérées » et hommes plus traditionnels se terminent le plus souvent en drame.

      Et ce sont ces femmes « libérées » qui se battent pour les droits des femmes, qui se mettent en couple avec des hommes qui pensent tout le contraire d’elles. Incompréhensible.

      Et de plus ces femmes réagissent au quart de tour quand leurs concitoyens mâles, qui leur ont permis cette émancipation qu’ils défendent, en les soutenant et leur assurant une société où les droits des femmes sont respectées, montrent quelconque signe de machisme ou de masculinité, ou de politiquement incorrect. C’est hypocrite.

      Enfin tu me parles d’amour. Comment ces femmes émancipées tombent-elles amoureuses d’hommes qui les ne voient pas plus qu’une femmes au foyer ? Ce sont des femmes éduquées (endoctrinées ?) qui savent comment fonctionnent les sociétés d’où viennent ces hommes. Ne voient-elles pas que ça ne marchera pas ? Que ces hommes profitent d’elles pour des papiers ou pour le prestige d’avoir une femmes blanche (ça peut choquer mais c’est la vérité) ? Le pire c’est quand elles font des gosses. N’ont-elles pas pensé à la future éducation des enfants ? De l’influence de la famille archi-traditionnelle du père ? de sa religion ?

      Oui l’amour est beau, mais si des femmes éduquées, émancipées et féministes pensent et agissent comme des ados et ne voient pas plus loin que leur nez, alors il ne faut pas venir se plaindre après…

      Mais bon c’est la pensée libérale. Si on ose faire le contraire on est mal vu.

  14. Sebaroudeur 5 mai 2015 à 17 h 53 min #

    J’ai un nouveau titre pour ton article : le néo-colonialisme nomade digital.

    Je trouve cet article très irrespectueux, mais bon, j’imagine que c’est fait exprès pour faire le buzz.

    Après, s’attendre à aller vivre dans un paradis européen avec le niveau de vie de l’Inde, fallait pas rêver non plus.

    • Tony 5 mai 2015 à 20 h 30 min #

      Pas con l’histoire du néocolonialisme nomade digital Seb.
      Ta critique est acerbe mais repose sur une part de vrai : On en profite ! Mais nous ne sommes rien à côté du gratin de ce monde.
      J’irai même plus loin. Tout le monde voudra faire comme nous quand l’Europe occidentale se sera écroulée économiquement à cause d’un TAFTA et d’une commission européenne appauvrissant le petit peuple. L’euro assassin et sa finance dégueulasse vont faire crever la dalle à pas mal de monde d’ici 10 ans et les néo-colonialistes deviendront des réfugiés.

      Ce n’est pas pour rien que les plus malins se cassent en Asie, au Costa Rica ou en Equateur. Mais nous bossons comme des chiens pour en arriver là. Du coup tu peux me fustiger autant que tu le désire, je m’en tape.

      L’irrespect c’est de fermer les yeux et de jouer les politiquement correct. Tu me dis qu’il ne faut pas rêver, mais quand je vois à quel point il fait bon vivre en Serbie et la bonne éducation de sa population à niveau de vie et prix sensiblement identiques à l’Albanie, je te réponds que le rêve devient réalité. Et c’est tellement bon !

      Futur article buzz Serbe à suivre ? Peut-être. Ce que je fait sciemment c’est de ne pas mâcher mes mots, que ça plaise ou non. Le buzz est secondaire. Mais je ne crache pas dessus. Je n’écris pas pour que personne ne me lise. ;)

  15. Lorie Elia 6 mai 2015 à 9 h 44 min #

    Mon Dieu… Je ne pensais vraiment pas que l’Albanie était un pays aussi dépourvu… Le communisme a laissé ses traces dans le paysage et dans les mentalités, n’y-a-t’il donc personne pour les aider à se relever? Eux aussi ont une culture à part entière puisqu’ils sont un pays avec des traditions, des coutumes et de belles ressources qu’ils ne sont malheureusement pas capables de préserver… Je suis déçue pour ses gens mais aussi pour l’environnement complètement saccagé :(.
    Pour ma part j’aime vos reportages, votre façon de voir et d’analyser les choses avec des mots aussi « crus » soient-ils ^^.

    • Tony 6 mai 2015 à 14 h 24 min #

      L’Albanie est le pays le plus pauvre d’Europe Lorie Elia.
      Ceux enclins à aider cette nation ne le feront pas par pure bonté. Comme le prétend un Tony Blair habitué à faire payer cher la « charité » de son réseau de consultants affectés au développement de nombreux pays pauvres. Il faut que cela rapporte et de préférence en millions d’euros.

      L’Union Européenne ne le fera pas gratuitement non plus. Si Bruxelles a déjà refusé deux fois le statut de candidat à l’adhésion de l’Albanie, c’est parce qu’elle n’est pas encore prête à mettre en place les réformes nécessaires à sa tonte en bonne et due forme. Les corrompus albanais prendraient sûrement encore trop d’argent destiné à remplir les poche des corrompus européens.

      Pour le moment, il est sûrement plus profitable de se servir de l’Albanie comme poubelle européenne et comme plaque tournante de nombreux trafics juteux. Et comme d’habitude, c’est le peuple qui trinque.

      Merci d’aimer la franchise de nos mots.

  16. Dorina 6 mai 2015 à 11 h 11 min #

    Salut Tony. Ton article est très intéressant, mais je ne veux pas commenter le texte parce-que je n’ai pas vécu ou visité l’Albanie. La question que je veux te poser est un peu off-topic…vous avez vécu une période en Hongrie et puis vous êtes partis en Bulgarie. Maintenant vous habitez en Serbie… Je suis roumaine (Transylvanie) et j’aimerais savoir la raison pour laquelle vous n’avez pas choisi d’ habiter une période en Roumanie qui est très proche de tous ces pays dont vous parlez. Merci d’avance :)

    • Tony 6 mai 2015 à 14 h 35 min #

      Aaaah Dorina, nous avons pensé plusieurs fois à venir en Roumanie. Pour être franc, nous avons même beaucoup hésité après notre séjour Bulgare. Voir la beauté sauvage de certains coins des Carpates m’a toujours tenté. Mais il a fallu choisir et l’hiver bien installé nous a un peu dissuadé de remonter vers le nord depuis la Bulgarie.
      J’espère sincèrement remédier à ce manquement dans les années à venir. Mais ce sera en été. :) Et si tu as quelques bons plans hors circuit touristique à partager nous en profiterons avec plaisir.

  17. Dorina 6 mai 2015 à 18 h 49 min #

    Les beautés de Roumanie vous attendent. Il y en a beaucoup. :)

    En ce qui concerne la saison, je vous propose printemps-été (avril-juillet). En août il peut être trop chaud, surtout si vous choisissez de vivre dans le sud du pays et pour l’hiver…je le déteste (à cause des temperatures) :)

    Moi, je vous propose la Transylvanie, il y a des villes très sympa. La capitale-Bucharest est la plus chère ville, mais en même temps la plus dynamique du pays. Et bien sûr, je vous proposerai des endroits/itinéraires qui ne sont pas touristiques mais qui sont beaux. :)

    • Tony 6 mai 2015 à 18 h 59 min #

      Mmm ! Nous voilà ravis d’avance de rencontrer ces beautés et de découvrir la Transylvanie Dorina. Et puis comme tous les occidentaux, j’ai toujours eu une fascination pour la légende de ce bon vieux Tepes. :)
      Nous gardons ta proposition bien au chaud. C’est cool ! Merci

  18. Cosette 7 mai 2015 à 19 h 16 min #

    Bonjour Tony, Haydée, J’étais allée en Roumanie il y a +30 ans, car à l’époque j’étais « rouge », communiste… et j’ai voulu aller voir comment un des pays « de lendemains glorieux » vivaient….. en plus d’une pauvreté extrême, les gens vivaient dans la peur, ils se vivaient « sous menace ». C’était différent de ce que tu décris, mais je retrouve entre les lignes, dans tes photos, cette atmosphère. J’avais visité des orphelinats d’enfants, parce que j’étais dans ce domaine, pour m’inspirer du modèle communiste, que j’imaginais enseigner le partage, le refus de la propriété privée et de l’égoïsme…. Ce fut une vision dantesque !!

    Dans ton propos , j’y entends les mots des yeux dilatés devant tant de détresses, j’entends ta tristesse, ton choc qui prennent les mots pour transmettre. Tu ne dirais rien, juste tes clichés de la rivière souillée, la désolation du trottoir qui s’effrite, les regards sur la seconde femme, ces déchets, ces maisons in-finies,… Comment parler, témoigner de cette misère sociale, d’âme, avec des mots « choisis », bien emballés de papier de soie ???? Ton vocabulaire ne parle pas de la valeur des gens mais de ce qu’ils DOIVENT subir « à leur insu » ! Ce qu’ils deviennent dans la privation de respect, jetés au bord de la route de la croissance, comme les détritus qui les entourent.

    En te lisant, je suis triste, car ce n’est pas seulement l’absence d’instruction, d’éducation qui crée ce désastre ! Je suis allée en Amazonie, j’ai vécu un temps avec des indiens, non scolarisés, non « cultivés » (selon nos critères s’entend, ne connaissent pas Mozard ou Picasso): leur maisons, leur nature était choyées, ils étaient humains plus qu’humains, en harmonie (cliché, ok). Ce que je pense est que le régime politique, la dé-propriation de l’individu le rend ignare, primaire, hébété devant son destin, sa vie, qui cherche réconfort dans le SUCRE blanc. Quand le pouvoir et pourri, le peuple devient mort-vivant, dont juste l’instinct permet de survivre. C’est révoltant ! Je crois que tu ne pouvais pas fleurir de belles phrases ta vision d’outre-tombe !
    Pauvres gens… Te demandes-tu quand ils se réveilleront pour reprendre un pouvoir (ne serait-ce que pour sceller les pavés épars ou pour les jeter au nez de leurs autorités maffieuses.)

    Ce qui m’avait choquée en Roumanie, c’est que les dirigeants et les exécutants me traitaient de « dégénérée », de « décadente » quand je m’affolais du traitement rude et rudimentaire que supportaient les gosses abandonnés (plus nombreux que les vrais orphelins!). Ils avaient RAISON et l’occident, nous étions de pauvres cloches, dont ils feraient 3 bouchées …

    Bref… voilà premières impressions à propos de ton récit.
    Merci de n’avoir pas maquillé tes mots et de n’avoir pas chaussé « la précautions d’usage » !! Bien à vous,Cosette

    • Marjorie / Histoire à Vivre 8 mai 2015 à 6 h 32 min #

      Je m’incruste ici pour te dire, Cosette, combien ton témoignage est beau, et bien écrit, très proche du cœur :)
      Gros bisous

    • Tony 8 mai 2015 à 9 h 35 min #

      Tes mots me touchent particulièrement Cosette. Au-delà de mes propos dur et provocateurs, tu as parfaitement compris ce que je cherchais à exprimer. A croire que tu as sondé la profondeur de ma tristesse. Effectivement, je ne suis pas dans un jugement de valeur. Je constate avec amertume à quel point un peuple peut être rabaissé et dénaturé par ses élites et les mécanismes de pouvoir qui les asservissent.
      Forte de ton expérience, tu en parles avec une justesse et une sensibilité qui m’émeuvent beaucoup.

      Non, ta description des indiens d’Amazonie ne sonne pas comme un cliché pour moi. Elle pointe bien au contraire le cœur du problème de nos civilisations actuelles.
      Malgré notre niveau de vie très confortable et l’éducation correcte qui nous caractérise, nous, peuples des pays occidentaux, sommes également victimes de ces processus qui nous arrachent notre libre arbitre et nous empêchent de vivre pleinement notre liberté. A une moindre échelle que celle du peuple albanais mais finalement le résultat n’est guère plus encourageant.

      Aujourd’hui, la liberté a un coût exorbitant. J’entends par là liberté de penser et de choisir son propre avenir. Les sacrifices qu’elle demande sont pharaoniques !
      Et puis quand notre vie entière nous est dictée par le système que nous subissons, que faire de cette liberté si toutefois nous l’obtenons ? Pour la majorité, il est plus simple d’être mort-vivant que de se battre pour retrouver son humanité.

      Que faire de notre liberté quand on a jamais appris à vivre avec ?

      Que l’on te traite de dégénérée lorsque tu pointes du doigt la folie et les traitements inhumains que le peuple subit, je ne suis pas étonné. Et comme Communisme à la Ceaușescu ou capitalisme à la Bush et consorts reviennent au même au final, les décadents d’hier sont les conspirationnistes d’aujourd’hui. Mais nous devons continuer à éduquer les consciences.

      Et du coup, qu’as-tu fait après tout cela ? Que fais-tu maintenant ?

  19. Aline 12 juillet 2015 à 2 h 19 min #

    Je découvre avec surprise cet article, des mots parfois durs mais qui reflète ton vécu.
    Je ne peux rien ajouter car je ne connais absolument rien de l’Albanie, mais ce que je constate c’est que vous vivez et découvrez un pays loin des sentiers touristiques à plus ou moins long terme ce qui vous permet d’avoir votre propre vision.
    Cela m’inspire à me diriger d’avantage sur cette voie. Nous fuyons de plus en plus les endroits touristiques et envisageons doucement un chemin vers le nomadisme-digitale.

    • Tony 21 juillet 2015 à 14 h 20 min #

      Vous avez bien raison de chercher autre chose que les sentiers battus Aline. Et même si parfois les surprises ne sont pas toujours bonnes, nous en gardons un bon souvenir et en tirons de nombreuses leçons. Comme dans le cas de l’Albanie.
      En tout cas je vois que vous êtes bien partis pour l’acheminement vers le nomadisme digital. Rien que la préparation de vos sacs est impressionnante ! Vous êtes opérationnels pour bourlinguer assez librement partout sur la planète avec tout le nécessaire pour travailler de n’importe où. Chapeau bas.

  20. Guillemette 29 avril 2016 à 15 h 36 min #

    Bonjour,
    je viens de lire cet article, et j’en tombe des nues.
    Je suis une femme, française, enseignante, et qui vit à Elbasan. Le comble du malheur, le direz-vous. Et bien non. Tant et si bien que j’ai renouvelé mon contrat pour rester un peu plus.
    Certes, beaucoup de choses sont vraies, mais l’analyse est désolante de non-ampathie.

    Je ne me suis jamais fait roulé sur les prix, même en ne comprenant rien à l’albanais au début. Les habitants tentent au mieux de communiquer avec toi même s’ils ne parlent pas anglais. J’ai réussi à me faire faire fabriquer des draps, sans problème.
    Certes les mecs mattent, mais où ne le font-ils pas ?! Et question sécurité, aucun problème, aucune petite délinquance, pas de vol, pas de harcèlement. Je me sens bien mieux ici que dans une ville française.

    Le niveau d’éducation est faible, je suis d’accord, mais c’est bien trop facile de dire qu’ils sont tous cons. A bien des égards les étudiants m’ont étonné. Les enseignants enseignent avec les programmes qu’on leur donne, et les élèves apprennent ce qui leur ai demandé. Pourquoi les blâmer ?! Ce n’est pas eux le problème.
    Et la faute à tout ça, ce n’est pas les albanais, mais leurs dirigeants, qui s’en mettent plein les poches et prennent des décisions irrationnelles. Et pour leur condition, je trouve que les Albanais ne s’en sortent pas si mal.
    C’est trop facile d’être né du bon côté et de balancer comme ça…. Même en étant ici depuis 18 mois, en travaillant avec des albanais, dans des établissement publics, je n’aurai jamais la prétention de dire que je comprend ce qu’ils vivent. La vie d’expat en Albanie est belle, soyons claire. Car on ne peut pas imaginer que c’est impossible de ne pas trouver du travail car on n’est pas dans le bon réseau. On ne peut pas comprendre ce que c’est d’étudier et de ne pas avoir son diplôme car on n’a pas donné un petit billet …..
    On est une petite équipe d’étrangers à être tombé sous le charme de l’Albanie et nous sommes bien outrés de ces propos.
    Il aurait été agréable d’avoir un peu plus de mesure dans vos propos (sans parler de politiquement correct). A bon entendeur…

    • Tony 5 mai 2016 à 14 h 05 min #

      Tu me mets dans le bouche des mots que je n’ai jamais écrit Guillemette.
      Non, je ne dit pas que les albanais sont tous cons.
      Non, je ne dis pas qu’ils sont tous des voleurs.
      Oui, je dis bien que tout est de la faute des dirigeants (et des pays développés en prime). Je m’intéresse de prêt à la géopolitique et je sais par quoi les albanais sont passés.

      Mais je maintiens mordicus tout ce que je critique : inéducation, pollution, infrastructures déplorables, corruption, malbouffe, irrespect de la femme…
      Car c’est du vécu sur 4 mois et tout est véridique. D’autant plus au moment où nous vivions à Ura e Lizes.

      Je respecte ton expérience personnelle qui ne m’étonne pas puisque tu travailles dans un milieu éduqué (avec les étudiants). Mais je rigole doucement devant ce côté vierge effarouchée que tu me sers en te disant outrée. Tu le dis toi-même dans ton commentaire : « Beaucoup de choses sont vraies. »
      Je tiens malgré tout à te rassurer : au niveau de sa population et de ses dirigeants, la France (et ses banlieues en particulier) ne vaut pas mieux sous bien des égards. Raison pour laquelle je suis heureux de ne plus y habiter.

      Quant à ma « non-empathie », je peux t’assurer qu’au contraire j’en ai à revendre d’habitude. Les albanais que j’ai rencontrés l’ont constaté et en ont même parfois bien profité… Mais point de convenance ou de mièvrerie chez moi chère Guillemette. Alors, le politiquement correct sûrement pas.

  21. Abrodi 2 juin 2016 à 20 h 18 min #

    Bonjour, je suis albanais du kosovo et pourtant j’ai l’impression d’une énorme différence entre l’albanie et le kosovo. nous sommes tous albanais mais les mentalités (à part au niveau des politiques) sont assez différentes. je me suis toujours plus senti en sécurité au kosovo qu’à bruxelles (où je vis) et concernant le malbouffe, je n’ai jamais aussi bien mangé qu’au kosovo. la religion musulmane est là mais en vérité on s’en fiche un peu, ce n’est qu’une façade (même si l’arabie saoudite nous parasite avec la construction de mosquées et le fait que ce pays paye les familles les plus pauvres pour mettre un morceau de chiffon sur la tête de leurs filles/femmes et qu’ils nous envoient leurs imams illuminés). concernant la pollution et l’état des routes je te rejoins totalement mais c’est un problème de corruption car où veux tu que les gens jettent leurs détritus quand tu n’as pas de ramassage des déchets efficace?
    enfin bref, j’ai fais tous les pays de l’ex-yougoslavie mais, et même en tant qu’albanais, je n’ai jamais voulu mettre les pieds en albanie parce que, et c’est un fait, au kosovo on pense beaucoup comme toi sur les albanais d’albanie et surtout sur leur côté sauvage.

    • Tony 3 juin 2016 à 13 h 47 min #

      Ton commentaire est très intéressant Abrodi. Je ne suis jamais allé au Kosovo, il m’est donc difficile de rebondir sur les différences entre les Albanais Kosovars et ceux d’Albanie. Du coup tu m’éclaire un peu à ce niveau-là.

      Après, je connais un peu le contexte politique :
      – Les rivalités régionales issues de profondes racines historiques qui créent des tensions entre Serbes (orthodoxes) et Albanais (musulmans). Très compliqué à expliquer tellement il y a de tenants et aboutissants…
      – Les USA et l’UE qui se sont servi de la région pour combler certains objectifs géopolitiques : faire chier les Russes (Russie et Serbie se considèrent comme des pays frères) et établir l’une des rares bases des Balkans au Kosovo tout en aidant les monarchies du Golfe à user de leur influence dans le coin (le jeu des alliances de l’époque).
      – Les Saoudiens et une partie de musulmans qui ont exacerbé le problème religieux.

      Bref, sur une terre pour deux peuples ­­au nationalisme aussi exacerbé l’un que l’autre, la question du Kosovo est un cas typique de confrontation de légitimité historique récupérée par les grandes puissances du monde.
      Et au milieu de tout cela, tu as des gens qui essayent de vivre ensemble comme ils le peuvent. Cela me fait penser à ce film que j’ai beaucoup aimé : ENCLAVE de Goran Radovanović.

      Par contre, comme tu le dis si bien, j’ai entendu beaucoup de bien du Kosovo concernant l’hospitalité et le fait que l’on y mange très bien. Sans compter la beauté des paysages. Tu me confortes dans l’idée d’y faire un tour pour juger par moi-même.

      Quant à la corruption, je ne suis pas étonné étant donné ce fameux contexte, comme c’est le cas de beaucoup de pays aujourd’hui malheureusement.

  22. Abrodi 3 juin 2016 à 20 h 22 min #

    j’ai oublié de préciser que la yougoslavie de tito, dont faisait parti le kosovo, était autrement plus ouverte que l’albanie d’enver hoxha, ce qui explique pas mal de choses au niveau de la mentalité.

  23. precela 23 février 2017 à 20 h 50 min #

    J’ai vécu de 8 ans jusqu’à mes 19 ans à Elbasan. Je vous assure qu’il y a des choses qui sont vraies mais d’autres très exagères. Femmes avec des jambes « pas très fines » il y en a dans tous les pays, rien à voire avec la nationalité et la mal bouffe on peut manger de partout si on a envie. ;) Bref… c’est triste et sa fait rire en même temps la manière comme on peut interpréter certaines choses, mais en tant que Français je comprends que le contraste a été choquant pour vous. Je vis en France depuis 6 ans mais mon éducation je l’avais bien avant ee…:P On a beaucoup a améliorer et je suis tout a fait d’accord avec toi quand tu parle de la politique pourrie des personnes qui dirigent le pays… par contre la famille qui vivent tous dans la même villa, franchement bravo d’avoir trouvé ca…en 20 ans la bas, je n’avais pas eu l’occasion d’en connaître une… :P

Trackbacks/Pingbacks

  1. 32 conseils excentriques pour être un meilleur rédacteur web et donner l'envie d'en redemander - 20 juin 2015

    […] eu droit à mon lot de remontrances avec mes articles traitant de mon expérience en Albanie ou du tourisme extrême et je ne m’en suis jamais […]

  2. Régions.news #183 – Edition Du Jeudi 7 Mai 2015 | Régions.news - 5 avril 2016

    […] ● @NeptuN_31. Nomade digital en Albanie ? Non merci… http://www.travelplugin.com/nomade-digital-en-albanie-non-merci/ […]

Laisser un commentaire