Pourquoi tu devrais commencer un business en indépendant en parallèle de ton travail

Tu ne connais pas ton futur…

Quoi que tu en penses, c’est une vérité indéniable.

Elle est bien loin la prospérité des 30 glorieuses.

Le choc pétrolier de 73 a rappelé à nos parents la vérité de cet avenir incertain.

Révolu le plein emploi.

La crise (si ce terme a encore un sens) dure depuis 40 ans et prive toujours plus de monde de lendemains meilleurs.

Sans parler de la finance qui asphyxie des continents entiers.

Alors oui, dans ces conditions, tu ne connais pas ton futur.

Et ce n’est pas parce que tu reçois ton salaire aujourd’hui que tu en verras la couleur d’ici quelques années.

Les entreprises ferment, délocalisent, automatisent, réduisent leurs effectifs et j’en passe.

Un contexte qui ne fait que confirmer une grande vérité :

Rien n’est éternel…

les-diamants-de-haydee-sont-eternels

Sauf les diamants

Bref…

Il est temps de prendre ton avenir en main.

Et surtout pas de te tirer une balle dans la tête après avoir lu cette intro. :)

Les hommes ont toujours su s’adapter aux grands changements.

Enfin, ceux qui ont su réagir intelligemment… et surtout à temps !

Qu’est-ce que cela implique pour toi ?

Manger à ta faim et profiter d’une vie riche implique le fait de gagner assez d’argent (nerf de la guerre).

À moins de vivre en autonomie, loin des grandes villes et de notre société de consommation.

Mais comme cette alternative n’est pas encore accessible à la majorité, je te conseille plutôt d’influer sur le levier principal garant de ton avenir :

Ton boulot !

Alors, sache t’adapter à l’évolution du travail pour faire partie des grands gagnants de cette mutation.

Commence un business en indépendant en parallèle de ton travail.

Pourquoi ?

Parce que nous entrons dans le siècle des travailleurs indépendants.

Et que stratégiquement, c’est le business le plus facile à réaliser sans quitter ton job.

Être freelance, c’est vendre tes compétences sous forme de services.

En d’autres termes, tu exerces une activité en exécutant des missions que tu factures à des clients.

Par exemple :

  • Rédacteur, designer ou programmeur en ligne
  • Décorateur d’intérieur en local
  • Consultant ou coach en ligne et/ou en local
  • Masseur à domicile
  • Promeneur de chiens
  • Organisateur personnel
  • Assistant virtuel, etc.

Bref, peu importe le type de service que tu comptes proposer, à la fin de ta journée de taf régulier, tu fournis ton aide à des gens qui en ont besoin.

Et rien n’est plus satisfaisant que de se sentir utile, surtout dans une société où l’on a oublié ce pour quoi nous travaillons.

Certes, certains te diront qu’il est difficile de se démerder seul avec ce genre de business. Que les incertitudes qui y sont liées impliquent de grandes variations de revenus.

Vrai.

Raison pour laquelle :

  • J’insiste sur le fait de commencer en parallèle de ton travail.
  • J’ai créé le cours 1k1mois pour accompagner les plus motivés vers le chemin de la réussite avec leur nouvelle activité.

Pourquoi devrais-tu travailler en freelance avant de quitter ton job ?

tony-orangina-rouge

Tu profites d’un complément de revenu

Voilà l’un des avantages les plus intéressants.

Imagine pouvoir rayer les mots « dette », « emprunt » et « découvert » de ton vocabulaire.

Combien d’employés ayant un revenu respectable sont étranglés par leurs crédits, assurances, loyers hors de prix et coût de la vie qui ne cesse d’augmenter ?

Beaucoup trop !

Alors, sors du peloton.

Profiter d’un revenu complémentaire avec ton business en parallèle te permet de payer tes factures sans te retrouver dans le rouge chaque fin de mois.

Et le jour où tu voudras te payer un resto, une paire de pompes ou des vacances bien méritées, tu n’iras pas consulter ton solde, la sueur au front, pour te dire finalement :

« Et merde, on verra ça le mois prochain… ou l’année prochaine. »

Et peut-être même que ce complément de revenu fera baisser ta tension. :)

carte-bleue-qui-chauffe

Mais ne fais pas trop chauffer ta carte bleue non plus…

Car plus important encore, tu auras plus de chances d’assurer ton futur et celui de ta famille.

Non content de bannir le mot « emprunt », tu le remplaceras par « épargne ».

Une épargne digne de ce nom.

Pas un misérable bas de laine glané au bout 20 ans à force de sacrifices et d’économies drastiques.

Alors, une fois tes factures payées et tes emplettes effectuées, je te conseille de mettre de côté le reliquat de ce deuxième revenu.

Même si celui-ci augmente un peu plus chaque fois grâce à de nouveaux contrats.

Si tu as du mal à gérer, ouvre un compte séparé pour bien distinguer ton revenu de salarié de tes économies faites en freelance.

Ainsi, tu ne seras pas tenté de tout claquer.

Et les jours de vache maigre (car il y en aura) tu disposeras d’un matelas assez confortable pour retomber sur tes pattes.

Diversifier tes revenus te permet de rester serein en cas de pépin.

Et ta tranquillité d’esprit ne s’arrête pas là.

Tu t’octroies une véritable sécurité d’emploi

Je sais ce que tu vas me dire :

« Instabilité des entreprises, fin du salariat, blablabla. Y’en a marre Haydée ! Je vais vraiment finir par me la tirer cette balle… »

crise-tire-une-balle

Oui bah j’y peux rien si tout le monde panique. Même les grands patrons et les médias aux ordres en parlent ouvertement.

Et la tendance est bien là :

  • Augmentation du temps de travail
  • Réduction massive des droits sociaux
  • Suppression du Code du travail
  • Précarisation généralisée

Imagine alors où tu risques de te coller ton CDI d’ici les 10 prochaines années.

Mais cela me donne envie de te poser une question :

Aimerais-tu travailler 30 ans dans la même boîte ?

Qui voudrait faire cela aujourd’hui ?

Et quand bien même tu fais partie de ceux qui le veulent vraiment, travailler dans une grosse entreprise n’est pas ce qu’il y a de plus sécurisant.

Surtout lorsque tu sais que plus de la moitié des entreprises classées 500ème en bourse n’existeront plus d’ici 10 ans.

Ça fait un paquet de salariés laissés sur le carreau. Imagine leurs difficultés.

Pour eux, rien n’est pire que de tout recommencer à zéro. Sans compter qu’ils sont souvent forcés d’accepter le premier boulot venu pour subsister.

Cela me rappelle l’anecdote d’un film que j’ai maté hier soir :

Une architecte avec 15 ans de métier se retrouve au chômage. Le seul boulot que lui propose Pôle Emploi :

« Chargée de communication mobile. »

Traduction : Distribuer des prospectus en patins à roulettes dans un supermarché.

Ahahah ! Ça, c’est de la reconversion.

Tandis que si tu développes ton business en indépendant à côté de ton travail, le jour où tu te fais virer, tu ne te retrouves pas coincé sans avoir prévu le coup.

Tu disposes déjà d’une autre activité bien en place avec quelques clients, là où la plupart des salariés n’en ont qu’un seul : leur patron.

Tu n’auras plus qu’à faire grandir ton business en freelance rapidement en mettant en place les bonnes actions.

D’autant plus qu’une fois au chômage, tu disposeras tout ton temps pour le faire. ;)

Et si tu as su économiser lorsque tu étais encore salarié, tu vivras bien plus sereinement le temps de cette transition vers le freelancing à temps complet.

Ou le temps de trouver un nouveau taf qui te convient vraiment. Car…

Tu te donnes des opportunités pour une meilleure carrière

À l’avenir, seuls les professionnels ayant une pensée critique et une capacité d’agir de manière stratégique trouveront du taf… ou préserveront le leur.

D’ici 20 ans, les robots, logiciels d’automatisation et autres intelligences artificielles nous auront soufflé un max de boulots.

Tu vas me dire :

« Eh oh ! T’emballes pas. Ce sont essentiellement les tafs à la con liés aux procédures répétitives ou à l’analyse de données. »

Certes, mais pas que !

Car notre quatrième révolution industrielle va faire disparaître beaucoup d’autres métiers.

Resteront en haut du panier les métiers créatifs, basés sur le relationnel ou nécessitant un savoir-faire très spécifique.

Bref, tous les boulots que tu peux pratiquer en indépendant.

Alors, assure ta reconversion.

Commence dès aujourd’hui à développer des compétences utiles à ta carrière en pratiquant l’un de ces métiers en freelance.

Tu t’ouvriras ainsi de nouvelles portes au sein même de ta boîte ou de ton secteur.

Thomas Jefferson disait :

Si tu veux quelque chose que tu n’as jamais eu, tu dois être en mesure de vouloir faire quelque chose que tu n’as jamais fait.

Alors, rentre dans cette dynamique d’apprentissage grâce à ton business en indépendant. Et de cette manière…

Tu acquiers de nombreuses connaissances

Bon, je ne vais pas te faire de grandes démonstrations sur ce sujet.

Quelle que soit l’activité à laquelle tu vas te dédier, tu te doutes bien que plus tu la pratiqueras, plus tu en connaîtras un rayon.

Sans compter que tu apprendras à gérer :

  • Ton temps
  • Ton argent
  • Ta discipline
  • Tes risques
  • Ta capacité à négocier
  • Et tout ce qui est lié aux services que tu offres à tes clients.

Tu toucheras à de nombreux domaines liés au marketing, à la finance, au réseautage, à l’organisation et j’en passe.

Autant de casquettes portées régulièrement par les entrepreneurs

Autant de casquettes portées régulièrement par les entrepreneurs…

Et loin d’être innés pour les salariés.

En d’autres termes…

Tu n’apprendras jamais autant qu’en étant ton propre patron.

Tant sur toi-même que pour ta culture personnelle.

Conditions idéales pour garder ton cerveau sain et parfaitement alerte aussi longtemps que possible.

Souviens-toi de cette phrase d’Albert Einstein :

Une fois que tu arrêtes d’apprendre, tu commences à mourir.

Bref, tu emmagasines tout un tas de connaissances dans de nombreux domaines en parallèle de ton boulot de salarié.

Et c’est ainsi que…

Tu te découvres de nouvelles passions

Ce n’est qu’en pratiquant une activité que tu peux savoir à quel point elle te plait.

Haydée à Coimbra au Portugal_Passionnée

Des passions qui se sont accumulées

Crois-tu que j’aurais imaginé être passionnée par tout ce que je fais aujourd’hui si je ne l’avais pas testé avant ?

Mieux encore, il y a cette règle de la réaction en chaine. Une sorte d’effet papillon de la passion.

Plus tu pratiques de choses, plus tu as de chances d’en découvrir de nouvelles…

Et de les apprécier (ou non).

Prends mon exemple :

  • Passionnée par le voyage, j’en ai fait un blog
  • Passionnée par le blogging, je n’ai cessé d’écrire
  • Passionnée par l’écriture, j’en ai fait une activité freelance
  • Passionnée par l’art du freelancing, je l’enseigne aujourd’hui…

Sans parler des tonnes de choses que j’ai découvertes autour de ces activités avec les années : travail en ligne, nomadisme numérique, etc.

C’est énorme !

Bon, je ne te cache pas que j’en ai abandonné aussi pas mal en cours de route parce qu’elles ne me plaisaient pas.

Mais comment aurais-je pu savoir lesquelles me passionneraient vraiment autrement qu’en les pratiquant toutes ?

Pratiquer, c’est entreprendre. Et tu ne sais jamais vraiment où te mènera ton entrepreneuriat.

Alors, lance-toi dès maintenant. Teste un métier d’indépendant tout en gardant la sécurité de ton travail à temps complet.

Tu pourras ainsi évaluer sans risque si ton boulot de freelance a vraiment du sens pour toi.

  • Ça te plait ? Fonce !
  • Ça te gonfle ? Essaye un autre domaine.

Nous avons tous des talents latents capables de nous amener à faire un job que nous aimons vraiment.

Alors, identifie tes passions sans te mettre dans une situation précaire pour les découvrir. Ne lâche pas ton taf pour en faire un autre que tu détesteras peut-être au final.

Pratique en parallèle de ton travail. Et comme tout exercice ou compétence, plus tu pratiqueras, plus tu identifieras ce par quoi tu es vraiment passionné.

  • Quel type d’activité te fait vraiment vibrer.
  • Sur quel type de marché tu aimes travailler.
  • Quel type de clients te correspond vraiment.

Commence par identifier tes points forts et compétences grâce à ce guide et son cahier d’exercices pratiques.

Clic sur le bouton orange ci-dessous pour l’obtenir :

bandeau_telechargement_exercices

Au-delà de ton travail, ces grandes forces sont souvent liées à tes loisirs que tu peux caler à un business en indépendant.

Tes loisirs peuvent t’en dire beaucoup sur tes passions. Tes passions t’amènent à intégrer de nouvelles compétences.

Et tant qu’à faire…

Tu développes tes compétences tout en étant payé

Imagine que tu te cantonnes à la même activité depuis la sortie de tes études.

Tu disposes d’un excellent salaire et tu maîtrises parfaitement ton boulot.

Satisfait de ta condition, tu te reposes sur tes acquis, ne voyant pas l’utilité de te former à de nouvelles compétences.

Les années passent, ton goût de l’effort et de l’apprentissage avec.

Puis vient le jour où tu te fais virer.

Tu cherches alors un nouvel emploi dans ta branche (à salaire équivalent bien sûr).

Sais-tu quelles réponses tu obtiendras régulièrement ?

« Désolé mais…

  • C’est un secteur complètement bouché.
  • Vous êtes trop qualifié pour ce poste.
  • Vous n’êtes pas assez qualifié pour ce poste.
  • Vos prétentions de salaire sont trop importantes. »

Pour finir par Le conseil fatidique :

« Vous devriez penser à une reconversion. »

Et te voilà obligé de te former avec la nécessité de trouver une nouvelle source de revenus très rapidement.

Les impératifs de la vie restreignent toujours notre liberté de choix.

Dur…

D’autant plus difficile si tu n’es plus dans l’apprentissage depuis de longues années.

Imagine maintenant que tu as développé ton business en parallèle de ton travail.

Tu profites de toutes les opportunités pour apprendre, tu développes tout un tas de compétences que tu n’aurais jamais imaginées auparavant, et plus encore…

Tu es payé par d’autres personnes (tes clients) pour développer toutes ces compétences.

C’est quand même plus sympa que de te payer une formation en urgence sans savoir où elle te mènera concrètement.

Et tu gagnes en expérience tout en étant rémunéré, sans te stresser avec une obligation de résultat.

Bon, tu te taperas sûrement quelques montées d’adrénaline à chaque décision que tu prendras…

haydee-a-kaohsiung_montee-dadrenaline

Mais c’est ainsi que…

Tu testes ta capacité à être ton propre patron

Comme tu l’as bien compris, tu dois te créer une palette de clients et un revenu régulier.

Facile à dire… mais cela implique de :

  • Communiquer correctement avec tes clients
  • Fournir un travail de qualité dans les délais impartis
  • Prendre des décisions stratégiques
  • Et te pousser au cul continuellement

Et ce, quelles que soient les circonstances de ta vie personnelle.

Un travail qui demande beaucoup d’autodiscipline et d’abnégation.

Autant dire que la procrastination ne sera plus jamais ton amie.

Et tu te rendras sûrement compte que la plupart des patrons pour qui tu as bossé n’étaient pas forcément des branleurs. ;)

Tout le monde n’est pas capable de se gérer seul de manière innée.

Il te faut donc un peu d’entraînement pour savoir à quel point tu en es capable de ton côté.

Que ce soit pour comprendre que l’entrepreneuriat n’est pas fait pour toi ou pour savoir ce que tu devras améliorer sur le temps sans te planter.

Je suis plutôt pour le risque mesuré.

Imagine que tu te lances en indépendant à plein temps du jour au lendemain.

Et malgré ton obligation de réussir, tu ne parviens pas à te mettre au pas. Tu traînes, tu te laisses aller et tu prends de mauvaises décisions.

Bref, tu es un mauvais patron avec toi-même.

Résultat : aucun client, pas de revenu et tu finis par liquider ton épargne. Pire, tu te vois obliger de prendre un crédit pour continuer à vivre correctement.

L’angoisse…

A contrario, garder ton travail actuel te permet d’avoir le temps de faire tes preuves en tant qu’entrepreneur tout en touchant ton salaire d’employé.

Plutôt commode pour t’octroyer cette phase d’expérimentation sans te sentir acculé.

Tu apprendras ainsi :

  • À gérer les différentes casquettes de l’entrepreneur.
  • À identifier tes forces et tes faiblesses.
  • Et à gérer de mieux en mieux ton travail avec tes clients.

À ton rythme et sans prendre de risques inconsidérés.

Cette phase d’apprentissage te permet de mesurer ta capacité à être ton propre patron avant de te lancer à plein temps.

Et comme tu comprends alors ce que veut dire penser stratégiquement…

Tu construis ton réseau (et ta réputation) en amont

Sache que se marqueter est l’un des aspects les plus importants du freelancing.

C’est une chose d’être intelligent, créatif et talentueux. Mais c’en est une autre d’être capable de vendre ses compétences à des clients.

Et pour développer ton business en indépendant, tout passe par le relationnel.

Tu dois donc :

  • Créer des liens forts allant bien au-delà de la relation client habituelle.
  • Construire des connexions qui ont le potentiel de durer longtemps.
  • Obtenir des recommandations pour faire marcher le bouche-à-oreille.

Et plus tu rentreras dans cette dynamique, plus tu verras d’opportunités s’ouvrir à toi.

Sûrement pas en te créant un site internet ou un page Facebook en speed, incapables de nourrir ce genre rapports avec des gens intéressés par ton service.

Car construire son réseau et sa réputation demande de l’investissement personnel et du temps.

Temps que tu ne t’octroieras pas facilement si tu te lances sans filet. Trop occupé à accorder ta vie quotidienne aux impératifs liés à ton business.

À force d’avoir la tête dans le guidon, beaucoup d’entrepreneurs freelances négligent cet aspect relationnel primordial.

Ils ne font pas de bonnes connexions, n’acquièrent pas de réputation et finissent par se planter sans vraiment savoir pourquoi.

Alors, commence à développer ton réseau et à te faire un nom tant que tu es encore salarié.

D’autant plus que tu as la chance de disposer d’un bon vivier de relations dans ton travail actuel.

En tout cas, sûrement davantage que si tu essayes de développer ton réseau en travaillant de chez toi.

Et tu prendras le temps de chouchouter tes prospects et clients sans penser frénétiquement à tes rentrées d’argent.

Tu les traiteras comme des amis, tu leur donneras le meilleur de toi-même, sans pression et tu prendras plaisir à le faire.

Et qu’y a-t-il de plus important que de prendre plaisir avec son boulot ?

Ce qui nous amène à notre dernier avantage…

Tu ne te feras plus jamais chier dans ta vie

Je suis le genre de personne qui s’ennuie très facilement.

Passer plus d’une année dans la même entreprise m’a toujours rendue folle :

  • Debout à 7h
  • Même boulot chiant toute la journée
  • Retour au bercail à 21h

Pour me lever le lendemain avec une journée « copier/coller » de la précédente.

Tu n’imagines pas le nombre de lecteurs qui me confient leur désespoir quant à cette vie sans intérêt.

Ils trainassent depuis des années au même poste ultra monotone, laissant peu de place aux opportunités d’apprentissage et à l’évolution.

Pour finir par s’emmerder à mourir.

Et quand ils rencontrent un ami qui leur pose la question fatidique :

« Quoi de neuf ? »

La seule réponse qu’ils trouvent à dire est :

« Oh rien de spécial, tu sais moi… »

J’ai vécu cette petite mort.

Voilà pourquoi j’ai commencé mon business en parallèle de mon travail au lieu de dilapider mon temps libre devant une télé ou je ne sais quelle autre activité improductive.

En concentrant tes efforts à faire avancer ta carrière de freelance, c’est la nouveauté perpétuelle qui t’attend :

  • Nouvelles perspectives de vie
  • Nouvelles passions
  • Nouvelles compétences
  • Nouvelles rencontres

Et en te donnant la chance de faire ce que tu aimes vraiment…

haydee-se-reveille-heureuse-dans-son-grand-lit

Tu te lèveras de bonne humeur tous les matins, plein d’énergie et d’excitation

Quand bien même tu sais que tu vas te taper les transports pour enchaîner ta journée de boulot.

Car tu es en train de te créer une alternative concrète qui te motive pour de nouveaux horizons.

Tu ne connais pas ton futur

Et c’est bien mieux comme ça !

Préfères-tu te dire :

« Putain, encore 30 ans à tirer dans mon boulot de merde, mon petit confort tout relatif et ma vie sans évolution. »

Je ne pense pas…

Alors, apprends à lancer de ton activité d’indépendant en parallèle de ton travail pour t’ouvrir de nouvelles possibilités :

  • De réalisation professionnelle
  • De richesse financière
  • Et d’accomplissement personnel

Certes, cela implique également de la discipline et quelques sacrifices.

Mais tu en seras récompensé bien au-delà de tes espérances.

Tu découvriras tes forces et tu aiguiseras tes compétences dans des circonstances que tu contrôleras de mieux en mieux avec le temps.

Et plus tu gagneras en confiance, plus tu reprendras le contrôle de ta vie.

Haydée Bouscasse

39 Réponses à Pourquoi tu devrais commencer un business en indépendant en parallèle de ton travail

  1. jeazet 29 septembre 2016 à 7 h 45 min #

    Merci pour votre aide

    • Haydée 30 septembre 2016 à 14 h 59 min #

      Avec plaisir Jeazet !

  2. Elodie 29 septembre 2016 à 13 h 15 min #

    Tu me redonne la motivation
    Love you

    • Haydée 30 septembre 2016 à 14 h 59 min #

      C’est le but Elodie ! Ravie que cela fonctionne. :)
      Kiss

  3. Patrick Lemarié 29 septembre 2016 à 17 h 30 min #

    Excellent article que j’ai tweeté.

    Une invitation au plus grand nombre à vivre ses rêves et à les concrétiser au delà des craintes et des préjugés.

    • Haydée 30 septembre 2016 à 15 h 00 min #

      Merci pour le tweet que j’ai vu passer Patrick :)

      « Invitation » c’est le mot !

  4. Annabelle 30 septembre 2016 à 12 h 38 min #

    Merci, je reprends goût à mon taf actuel tout en continuant à me chercher puis créant mon propre business ;-) ok je réseaute en attendant !!

    • Haydée 30 septembre 2016 à 15 h 02 min #

      Tu souhaites lancer ton activité dans le yoga Annabelle ?

      Bon courage pour le réseautage.

  5. Annabelle 30 septembre 2016 à 15 h 24 min #

    Oui entre autres ;-) la boutique est un levier avec l’immobilier et le coaching, je ne sais quoi choisir mais j’ai commencé par acheter un immeuble ;-)
    Sinon je suis dans l’informatique ! Et je m’intéresse à la santé et au yoga :-)
    J’ai créé une EIRL car j’ai fait une ptite prestation informatique…
    Bises et merci pour tes très bons articles ! J’aimerais écrire aussi je pense que ça me plairait ;-)

    • Haydée 30 septembre 2016 à 16 h 59 min #

      Wouhaou tu as acheté un immeuble ! Bel investissement.

      Tu attises ma curiosité. Que fais-tu précisément dans l’informatique ?

    • Annabelle 6 octobre 2016 à 22 h 19 min #

      Je travaille en société de service, je code en PHP sans framework. Je suis tombée dans la marmite Internet dès le début donc je peux me débrouiller dans la technique pour faire +/- n’importe quoi ! As-tu un besoin particulier ?

      Concernant le Yoga, je le pratique pour moi comme de la gym le matin mais avec tout l’Esprit qu’il y a en plus ! Ce pourrait être aussi une idée pour faire du coaching car grâce au Yoga, j’ai perdu mes kg en trop et j’ai pu me sortir d’un burn out ;-)

      Merci pour ton intérêt :-)

    • Haydée 9 octobre 2016 à 9 h 49 min #

      Je n’ai pas de besoin particulier dans ces domaines Annabelle pour le moment.

      Le coaching yoga est très en vogue. Et tu as des arguments de poids (kg en moins, fini le burnout) ! En trouvant quelques autres bénéfices, tu pourras vendre tes séances facilement auprès d’un public ciblé.

      A bientôt

  6. Véronique 30 septembre 2016 à 18 h 36 min #

    Merci Haydée pour cette petite piqûre de rappel…..je commence mon activité de freelance dans 5,4,3,2,1…..demain !!!! Et oui, j’ai déjà une cliente et deux sont à travailler…..le pas est fait maintenant il n’y a plus qu’à…..mais je suis très motivée !!!! Je vous souhaite une belle aventure à Lisbonne…. à bientôt….

    • Haydée 3 octobre 2016 à 14 h 59 min #

      Merci Véronique ! Nous en profitons – tout en travaillant.

      Vraiment ravie d’entendre parler de tes avancement en live depuis nos échanges par mail.
      Bon courage pour ton travail avec tes clients (et clients potentiels).
      Tiens moi au courant pour la suite (ici ou par mail).

  7. Carine 1 octobre 2016 à 11 h 16 min #

    coucou, article motivant !
    j’aimerais avoir ton avis sur la question suivante : comment se faire un portfolio… en bossant gratuitement contre, en étant bénévole dans une association ou en montant un projet fictif (peut-être les 3 !)?
    merci d’avance

    • Haydée 3 octobre 2016 à 15 h 11 min #

      La réponse est dans ta question Carine. :) Mais il s’agit bien d’utiliser ces méthodes pour « débuter ».

      – Travailler gratuitement est une bonne option. Car comme tu dis cela te permet de construire un portfolio apportant des preuves de ton travail et ainsi susciter la confiance de tes clients potentiels.

      – Tu peux également travailler pour une somme modique au départ : ainsi tu te fais la main sur le business et le relationnel. Et cela t’oblige à demander de l’argent (les gens ont souvent peur de demander de l’argent).

      – Tu peux faire un travail bénévole dans une association mais sporadiquement.

      – Tu peux également faire un travail fictif ce qui te permettra de t’améliorer au passage.

      Le principal est d’utiliser ces méthodes pour te lancer en gardant en tête qu’il faudra te faire payer rapidement.

      Maintenant que souhaites-tu faire exactement ?

    • Carine 4 octobre 2016 à 14 h 22 min #

      merci pour ton retour !
      je souhaite faire comme toi sans le nomadisme ;-)… je veux dire écrire pour le web en indépendant. j’aimerais bosser avec des indépendants, des PME et des associations. je réfléchis et ton blog m’aident beaucoup. je suis une formation en webmarketing financée par pôle emploi en ce moment.
      j’ai un plan pour faire une mission (obligatoire pour valider la formation). en échange, je pense demander l’autorisation de citer le résultat final comme référence dans mon portfolio et un témoignage.
      pour le travail fictif, comment procéder ?
      encore un grand merci !

    • Haydée 4 octobre 2016 à 18 h 35 min #

      Hello Carine,

      Si tu souhaites te lancer dans l’écrit, le mieux pour toi est de commencer par des articles invités (article écrit de ta plume que tu peux publier sur d’autres sites).

      Le travail fictif consisterait à écrire des articles en vue de les utiliser comme preuve de ton travail mais l’article invité dans ton cas serait plus judicieux. Ainsi tu peux te promotionner sur la toile plus facilement.

    • Carine 24 octobre 2016 à 14 h 04 min #

      je pense effectivement écrire des articles invités quand je serai opérationnelle.
      re mercie Haydée… bonne Lisbonne !

  8. Nath 2 octobre 2016 à 19 h 26 min #

    Hello,
    Toujours aussi dynamisants tes articles : quelle pêche se dégage de tes écrits ! Sans parler du contenu même, plein de bons conseils pour « grandir » ! :-)

    • Haydée 3 octobre 2016 à 15 h 30 min #

      Merci Nath pour les compliments. :)
      Tu me motives pour continuer ainsi.

  9. SAKA 3 octobre 2016 à 10 h 32 min #

    Salut !
    Article très émouvant et très motivant ! Je voudrais savoir comment je peux réussir dans ma carrière de freelance avec l’existence de la cyber criminalité?
    Merci de me répondre.

    • Haydée 3 octobre 2016 à 15 h 14 min #

      Hello Saka

      Je ne comprends pas bien le sens de ta question ?
      Peux-tu développer ?

  10. E-zoo 15 octobre 2016 à 9 h 46 min #

    bien écrit l’article.

    J’ai moi même commencé mon business en parallèle de mon travail pendant 2ans puis je me suis essoufflé car au début ça marchait bien puis moins bien du coup j’ai perdu la motivation.

    Aujourd’hui, j’ai envie de refaire repartir mais le marché a évolué, c’est pas simple d’être son propre patron.

    • Haydée 17 octobre 2016 à 19 h 02 min #

      Salut E-zoo

      Quel était ton business ?
      Était-ce en rapport avec ton site sur les animaux ?

  11. Florian 16 octobre 2016 à 15 h 01 min #

    Motivation à 100% après avoir parcouru ton blog !

    Un grand merci.

    Florian.G

    • Haydée 17 octobre 2016 à 20 h 22 min #

      Cool Florian !
      Je te souhaite de te lancer rapidement.

  12. Chris 29 novembre 2016 à 12 h 51 min #

    Toujours de très bons conseils il n’y a pas à dire!
    C’est effectivement intéressant de tester son idée en parallèle, c’est assez confortable, mais encore faut-il que cela soit possible (il y a certaines professions pour lesquelles il est interdit d’exercer une activité à côté).
    Petit bémol : tous les métiers freelance ne s’improvisent pas (je pense notamment à masseur à domicile :))

    • Haydée Bouscasse 30 novembre 2016 à 18 h 20 min #

      En effet Chris, le cumul d’activités n’est pas toujours autorisé suivant les professions.

      Pour le salarié du privé :
      Il peut cumuler plusieurs boulots par l’exécution de plusieurs contrats à temps partiel et même d’un temps partiel en plus d’un temps complet. À condition de respecter la réglementation sur la durée de travail (pas plus de 48 heures par semaine et 10 heures par jour). Sauf si son contrat de travail contient une clause d’exclusivité. Cette clause est justifiée s’il s’agit de protéger les intérêts légitimes de l’entreprise ou par la nature du poste. En outre, un salarié reste soumis à une obligation de loyauté envers son employeur et ne peut donc exercer une activité concurrente. Certaines professions, notamment les libéraux (médecins, avocats…) n’ont pas le droit de cumuler une autre activité.

      Pour le fonctionnaire :
      Il doit se consacrer entièrement à sa mission de service public. Telle est la règle. Mais il existe de nombreuses exceptions.
      Il peut, sous n’importe quelle forme sociale (dont le régime d’autoentrepreneur) exercer sans limitation de temps une activité désignée par le décret du 2 mai 2007. Il peut, pour d’autres types d’activités, créer ou reprendre une entreprise pour une durée maximale de trois ans. Enfin, si l’agent exerce son activité à temps non complet, il peut exercer une activité complémentaire, quel que soit son domaine.

      Pour plus de détails concernant ce cumul en autoentrepreneur, cet article explique tous les cas de figure spécifiques.

      Enfin, bien sûr, tous les métiers freelances ne s’improvisent pas (comme le tien d’ailleurs) ;). Nous l’avons déjà expliqué dans plusieurs de nos articles. Il faut donc avant tout acquérir les compétences nécessaires pour faire du bon boulot. Normal…

      Un autre avantage, facultatif mais non négligeable : il est bien plus facile de réussir dans son métier en parallèle lorsque nous sommes déjà un minimum connectés au domaine choisi. C’est-à-dire, lorsque nous avons déjà un petit réseau de relations établi dans notre niche.

      En tout cas merci pour ces remarques pertinentes.

  13. LAM 20 janvier 2017 à 8 h 25 min #

    Bonjour Haydée

    je pourrais être de l’âge de ton grand-père !
    Cependant, j’admire ton audace et ton « héroisme » pour avoir eu accès à ton blog, ce fut un hasard, un véritable hasard.

    En d’autres termes, au lieu de 34 personnes qui ont eu accès à ton blog, j’aurais vu des centaines,voire des milliers, car ton marketing est captivant.
    Je ne dis pas cela dans le sens de te faire plaisir, mais il y’a des milliers de personnes qui seront alléchées par tes conseils.

    Je m’explique !

    Il existe à travers le monde des structures gouvernementales officielles pour encourager l’entrepreunariat, sans arriver à motiver, le taux de création d’entreprise est infime, moins de 10% de la population concernée.

    Pourquoi je te dis cela ?

    Parce que j’ai assisté à des conférences officielles, où ceux chargés de motiver la population potentielle de créateurs d’entreprises, n’avaient pas la technique dédiée à ces créateurs, et vous me voyez désolé de ces échecs !
    Je sais ce que je dis.

    Ce que je propose comme idées à votre blog!
    Vulgarisez autant que faire se peut le punch de vos idées en agressant à travers des plaquettes explicatives et surtout très pratiques dédiées aux universités et aux centres de formation professionnelle, en exposant des expériences vécues pratiques et qui se sont déroulés dans la vie pratique !

    Pour ma part, je crois en vous ! Et à mon âge, 70 ans, je suis tenté par la création d’une entreprise ! Riez mais réflechissez, car je veux associer à cela mes enfants et mes petits enfants!
    MERCI !!!!

    • Haydée Bouscasse 20 janvier 2017 à 23 h 26 min #

      Merci pour tes compliments et surtout pour tes conseils Lam.

      Je suis contente que le hasard t’ait amené vers mon blog. S’appellerait-il Google ?

      Si cela peut te rassurer, quelques milliers de personnes ont déjà lu l’article et les français sont de plus en plus nombreux à vouloir se lancer dans l’entrepreneuriat en profitant des conseils de personnes comme moi sur le Net. Le plus dur pour elles étant de s’y mettre en bonne fois pour toutes. Je gage que la conjoncture économique les motivera davantage au fil des ans.

      Ton idée est judicieuse et je n’exclus pas le fait d’intervenir dans les universités et autres centres de formations. Le plus motivant serait de venir leur parler de mon expérience en direct. Mais comme je travaille en ligne depuis l’étranger (et dans plusieurs pays sur une année) je ne peux faire du présentiel pour le moment. Mais qui sait, plus tard sûrement.

      Il n’y a pas d’âge pour créer son entreprise. Donc, loin de moi l’idée d’en rigoler. D’autant plus que plusieurs élèves de 60 ans passés ont déjà suivi mes cours. Et je considère ton projet d’en faire profiter tes enfants et petits-enfants très pertinent. Je ne peux que t’encourager dans ce sens.

      As-tu une idée de ce que tu aimerais faire ?

  14. Pierre Venuat 21 janvier 2017 à 15 h 52 min #

    Bonjour

    J’aime bien les aventures nomades de Haydée. Je suis de temps en temps de post en post. Et la je dis quand même attention: attention car ne pose pas une démission qui veut, n’est pas entrepreneur, nomade ou pas qui veut. Il faut quand même alerter sur les notions de prises de risque, d’investissement personnel et de temps passé avant que ça marche. Après tester un truc en marge de son job avant de se jeter à l’eau est quand même plus safe.
    Quand aux rédacteurs web, ils s’en vend des tonnes sur le web, à des prix toujours plus bas. Où sont les bons ? Pas forcément sur codeur !
    Bon, maintenant que j’ai dis ça je vous lâche, faut que je finisse mes préparatifs pour Ouagadougou.

    • Haydée Bouscasse 21 janvier 2017 à 17 h 18 min #

      Effectivement Pierre, ton commentaire reprend bien les conseils de l’article : ne pas quitter son job de but en blanc pour foncer tête baissée dans l’entrepreneuriat. Commencer en parallèle de son travail pour minimiser ses risques.
      Il y a des stratégies (simples une fois que nous les connaissons) pour réussir à faire cela intelligemment. Stratégies que j’enseigne à mes étudiants.

      L’une d’entre elles est justement de ne pas faire partie de cette masse d’indépendants qui s’inscrivent sur des plateformes telles que « Codeur » pour se vendre au rabais. D’autant plus que quel que soit leurs tarifs, ils ne rivaliseront jamais avec un malgache ou un tunisien qui ont besoin de moins d’argent pour vivre dans leur pays.

      Point de critique ici, juste une réalité. Et ces francophones habitant dans des pays plus pauvres que le France ont bien raison de le faire.

      Dans ces conditions, il incombe simplement aux français de savoir se vendre habilement en apportant plus de valeur à leurs clients. Et cela aussi s’apprend.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les étapes pour lancer ton business en freelance tout en travaillant à temps complet - 29 septembre 2016

    […] Vu que tu n’es pas con, tu comprends maintenant l’importance de préparer ton avenir en amont. […]

  2. Le guide ultime (testé et approuvé) pour développer son business en freelance - 29 septembre 2016

    […] Cela en vaut-il la peine ? Oui ! […]

  3. ▷ Approche téléphonique en B2B, Affiliation Amazon Club Partenaires, SEO gratuit et instantané, marketing via LinkedIn... [Lu sur la blogosphère] | Webmarketing & co'm - 16 octobre 2016

    […] Pourquoi tu devrais commencer un business en indépendant en parallèle de ton travail ; […]

  4. Comment découvrir tes forces en tant qu’entrepreneur (+ cahier d’exercices en 8 étapes) - 22 octobre 2016

    […] si c’est le cas, un petit conseil : commence par lancer ton business en parallèle de ton travail histoire d’élargir ton champ de compétences sans la pression d’une obligation de […]

  5. 11 business en ligne pour travailler de n'importe où dans le monde dès aujourd'hui - 16 décembre 2016

    […] commence par vendre tes services en parallèle de ton travail. Tu n’imagines pas les avantages monstrueux que cela […]

  6. Les 61 meilleures idées de business en ligne pour entreprendre en 2017 - 24 janvier 2017

    […] Tout en conservant son taf de salarié au départ. […]

Laisser un commentaire