Les dures ? réalités du métier de blogueur-voyageur

Benjamin Planche du blog Partir Voyager raconte...

panneaux Australiens

Sans compter mon roadtrip en Australie !

Laponie suédoise, Andorre, Etats-Unis, Costa Rica, Panama, autant de destinations que j’ai pu me permettre de visiter ces 10 derniers mois.

Comment ai-je financé ces voyages ? Tout « simplement » par mon blog de voyage.

Pourquoi j’ai eu, autant de temps disponible ?

Parce que je suis totalement indépendant, et que mon métier de blogueur-voyageur me permet de travailler d’où je veux, quand je le veux. Si vous voulez suivre cette voie, il faudra d'abord quitter votre job.

Outre ces belles paroles, et ce discours qui peut faire rêver aux premiers abords, il y a beaucoup de côtés cachés, que l’on oublie souvent de mentionner.

Aujourd’hui, je tiens à vous faire part de mon expérience personnelle, sur ce métier qui me passionne, mais sur lequel, il y a beaucoup de fausses idées.

4 fausses idées sur le métier de blogueur-voyageur

Dès que j’annonce en public, ce que je fais, j’intrigue tout de suite la majorité des gens. Je le comprends tout à fait. Ce qui me gêne le plus, c’est ceux qui ne prennent pas le temps de s’y intéresser et qui ont tout de suite des préjugés. En voici 4 qui me reviennent le plus souvent aux oreilles...

Terrasse autralienne

... et qui me font bien rire !

Gagner de l’argent en racontant ses voyages, c’est de l’argent facile. FAUX…

Si travailler parfois plus de 35 heures en moins de 3 jours, c’est de l’argent facile, alors c’est clair : C’est TROP facile !
Les gens n’imaginent PAS tout le travail qu’il y a derrière un blog. Les heures à s’arracher les cheveux sur un problème technique, ou le temps passé à référencer son blog, pour jouer avec les mises à jour de notre ami Google. Alors NON, je ne me contente pas de raconter mon dernier road trip en Australie, pour vivre de mon blog. Il y a beaucoup, beaucoup de travail derrière tout ça !

Trop bien ! Tu travailles sur la plage avec ton PC, et tu bronzes en même temps ! FAUX…

Je crois que c’est le cliché que j’entends le plus souvent quand je suis en voyage. Et honnêtement, c’est un peu l’idée que je me faisais du métier également à mes débuts ! ? Finalement, je me suis très vite rendu compte que c’était impossible, et cela peut paraître étrange à dire, mais même en ayant une mer turquoise à côté de moi, je préférais m’enfermer dans une pièce climatisé pour travailler tranquillement !

Ah donc tu es payé à voyager en fait. Tu as trop de chance ! PAS TOUT À FAIT…

saut en parachute

Je prend surtout des risques ! ;)

Loin de faire parti des blogueurs les plus influents, je n’ai jamais encore été rémunéré par une marque ou un office du tourisme pour voyager !

Par contre, je sais que certains blogueurs très réputés dans la blogosphère ont parfois eu la chance de visiter un pays, en étant « invité ». Mais avant d’en arriver là, il y là encore, beaucoup de travail derrière…

Tu n’as aucun stress, c’est trop cool ton job... FAUX

Je crois que c’est l’un des derniers que j’ai entendu, et il tombait vraiment mal. Pendant le mois de Juin dernier, jusqu’au 20, j’ai exactement gagné la coquette somme de… 0 euros.
Heureusement pour moi, cela s’est vite débloqué, en seulement quelques jours, mais autant dire que le début du mois fût plutôt stressant, surtout avec un appartement à payer !

Mais quel article pessimiste !

Non je dirais plutôt réaliste… Car croyez-moi, je suis totalement passionné par mon métier, et à l’heure actuelle, je n’en changerai pour rien au monde.

photographie prend un étang

Je m'améliore même chaque jour en photographie

Pourquoi être blogueur-voyageur alors ?

Une indépendance totale

Webentrepreneur depuis maintenant 1 an, je suis totalement indépendant. A mes yeux cela n’a pas de prix ! Si je me « plante » je ne pourrais m’en vouloir qu’à moi-même. Et si, à l’inverse, mon nouveau produit est une réussite, j’en suis très fier !

Une liberté de mouvement sans égale

Et oui, il faut bien le dire, je peux partir quand je veux, où je veux et là encore, cela n’a pas de prix. Prenez mon voyage en Amérique !

Pas franchement fan de l’hiver français, je suis parti 3 mois à Miami avant de passer quelques semaines au Costa Rica puis au Panama. Tentant, n’est-ce pas ?!

Je fais ce que j’aime !

Confucius disait :

Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie

Oh que c’est vrai…

Seul sur une plage déserte

Je profite tout de même des plages... mais sans mon ordinateur !

J’aime tellement ce que je fais, que cela ne me dérange pas de passer des heures devant mon ordinateur à écrire des articles, référencer mon blog, gérer mes négociations avec les annonceurs etc.

C’est une passion autant qu’un travail !

J’ai rencontré d’autres blogueurs plus que passionnants

Le blogging est un milieu spécifique qui sort de l’ordinaire, Il est intéressant d’y rencontrer des gens au parcours atypique comme moi. A chacun son histoire et ses différences, le principal étant que nous soyons allés au bout de nos rêves.

Comment devenir à son tour blogueur-voyageur ?

Vous n’êtes pas découragé après toutes ces fausses idées cassées ? Les raisons de mon choix d’indépendance vous tentent ? J’ai quelque chose à vous proposer…

En collaboration avec Kévin, interviewé ICI en vidéo par Haydée, nous avons réalisé un guide « vérité » sur la monétisation des blogs de voyage.

Nous y expliquons sans aucun tabou les nombreuses erreurs que nous avons commises et comment nous avons fait pour arriver jusque-là.

Ce guide sort le 4 juillet vous aidera à développer vous aussi votre blog de voyage et à le monétiser. En bonus, vous découvrirez également les coulisses de nos blogs respectifs en vidéo.

Dans tous les cas, j’espère réellement que cet article aura permis de vous éclairer un peu plus sur ce qu’est réellement le métier de blogueur-voyageur. Quoi qu’il en soit, sachez que c’est une aventure entrepreneuriale exceptionnelle, et que le jeu en vaut la chandelle ! ?

Auteur : Benjamin Planche

About the author

Haydée Bouscasse wrote 52 articles on this blog.

Nomade digitale actuellement à Budapest, je blogue, je voyage et je monte mes business. En d'autres termes mon ordinateur portable est mon bureau.Si vous souhaitez suivre mes aventures entrepreneuriales, mes réussites et mes galères, abonnez-vous à l'un de mes réseaux. Je lance prochainement 2 sites pour vendre mes services. Vous en saurez plus à travers mes articles francs et originaux pleins de photos, de vidéos et d'illustrations humoristiques.

Vous avez aimé cet article ?
Créez un blog de voyage de qualité en rejoignant les 3000 inscrits à la newsletters. Vous recevrez ainsi le guide gratuit qui vous explique comment faire en 33 étapes sans oublier son bonus indispensable Google+ !

29 Réponses à Les dures ? réalités du métier de blogueur-voyageur

  1. Bertrand 3 juillet 2013 à 8 h 43 min #

    C’est clair que ça prend un temps énorme, même sans en faire son métier ni générer de l’argent c’est un gros « travail ».

    Enfin entre passer 35h sur un blog et 35h à l’usine, on relativise le mot « travail » !

    • Benjamin 3 juillet 2013 à 9 h 30 min #

      Salut Bertrand,

      Entièrement d’accord sur le fait de relativiser le mot « travail ». Pour avoir travaillé à l’usine, il n’y a pas photo, je n’échangerai ma place pour rien au monde ! :)

  2. Cécile 3 juillet 2013 à 9 h 09 min #

    Un article très intéressant que remet les pendules à l’heure et les choses à leur place. J’admire beaucoup le parcours de Benjamin, c’est vraiment bien ce qu’il fait. Bonne journée!

    • Benjamin 3 juillet 2013 à 9 h 31 min #

      Merci beaucoup Céline, content que l’article t’ai plu !

      À bientôt.

  3. aurélie globe-croqueuse 3 juillet 2013 à 9 h 20 min #

    Il y aussi malheureusement pas mal de clichés sur le métier d’artiste ou artiste-voyageur…j’en sais qqchose! lol (les gens croient qu’on peint toute la journée en buvant du thé, que dessiner ce n’est pas un métier, qu’on fait des grasses mat ou travaille peu…ils ne voient pas l’envers du décor : l’instabilité financière, les non-horaires, travail même les week-end, la paperasse, les propositions de travail non rémunérés ou sous-payés… pas de congés payés ou ticket resto ou carte transport remboursée, mais cela est vrai qu’il ya des avantages aussi…tout à un prix!)

    Pour moi c’est le contraire de toi : je réussi à me faire inviter pour visiter un pays en tant qu’artiste, mais la monétisation du blog ce n’est pas encore ça…et pourtant j’y passe du temps ! C’est du boulot! D’ailleurs, j’y retourne! ;)

    • Benjamin 3 juillet 2013 à 9 h 36 min #

      Bonjour Aurélie,

      C’est clair que tu dois avoir encore plus de clichés dans ton métier d’artiste peintre, mais il ne faut pas y faire attention. Cela m’amuse plus qu’autre chose maintenant ! :-)

      En tout cas, c’est génial que tu te sois fait invité pour visiter un pays. C’était lequel d’ailleurs ?
      Concernant la monétisation, tu es réellement sur un marché de « niche », ce qui est très bien, tu te démarques ainsi énormément des blogs de voyage plus classique, comme le mien par exemple. Le mieux ici serait clairement de créer ton propre produit pour le vendre à tes lecteurs.

      À bientôt.

      Benjamin.

  4. aurélie globe-croqueuse 3 juillet 2013 à 10 h 05 min #

    Pour les clichés c’est clair! (sans parler des gars qui croient qu’être artiste c’est être drogué pour être inspiré lol ) Mais j’avoue, oui, qu’avec le temps y’a des choses qui font plus sourire. Mais y’a un tic que les gens ont qd ils savent ton métier d’artiste c’est qu’ils te demandent toujours si tu en vis peut être que pour toi c’est pareil. lol C’est assez génant comme question mais en même temps c’est normal, les gens st curieux des chemins hors sentiers battus.

    Pour l’invitation des pays que j’ai pu visiter en tant qu’invitée y’a la Tunisie (2x) pour un voyage de presse et Le Yémen pour une résidence d’artistes européens. Et un peu aussi le burkina, que j’ai réussi à faire financer (seul les coups sur place étaient pris en charge). Le top c’était le Yémen. 3 semaines, magnifique pays où je n’aurai jamais pensé aller. ça a du bon de se pointer juste avec sa valise et ses pinceaux ^-^ . Sur place c’est du taff aussi, mais du taff comme ça j’en voudrais tous les jours! lol

    Merci pour tes compliments, ça me conforte! Pour le produit, j’y pense, il me faut juste du temps… et oui, c’est du boulot tout ça! Bravo pour ton courage, de te lancer en auto- entrepreneur. J’aime bien ton blog, très instructif et souvent plein d’humour.

    • Haydée 3 juillet 2013 à 22 h 16 min #

      Ah oui, je n’y avais jamais pensé à cette question récurrente spécial artiste : « Est-ce que tu en vis ? »
      Cela doit être lassant à la longue j’imagine, mais quelque soit le métier de toute façon, nous avons droit à notre lot ;)
      Sans problème, je prend également un tel taf. Merci pour tes commentaires Aurélie !

  5. Laurent 3 juillet 2013 à 19 h 15 min #

    Il y a beaucoup de jobs de ce genre qui ressemble un peu à un truc de glandeur quand on ne connait pas, c’est clair. Quand j’ai commencé à voyager et que je lisais la bio des auteurs de Lonely Planet, je me disais, « c’est le pied tout de même comme boulot, payé à voyager ». Réflexion faite maintenant, je ne suis pas certain que bosser sur un guide de voyage le brancherait tant que ça !!
    Laurent posté récemmentFunérailles en pays TorajaMy Profile

    • Benjamin 4 juillet 2013 à 11 h 00 min #

      Salut Laurent,

      Oui c’est clair que bosser pour un guide de voyage, ça me faisait également rêvé… Maintenant, que je connais un peu les dessous du métier de guide, notamment pour le Routard, ça me fait beaucoup moins rêver !

  6. Guillaume 4 juillet 2013 à 2 h 59 min #

    C’est vrai que la première idée qui vient à l’esprit est la « facilité » semblante qui se dégage de ce genre de boulot…..
    Et combien s’en mordent les doigts régulièrement ?
    Beaucoup à mon avis !

    • Haydée 4 juillet 2013 à 15 h 59 min #

      Ils s’en mordent les doigts ou ils arrêtent tout simplement ! L’entreprenariat quel qu’il soit n’est jamais simple de toute façon.

  7. Cindy@voyage 7 juillet 2013 à 14 h 14 min #

    Clairement, être blogeur n’est pas de tout repos : écrire (et avant ça, trouver sur quoi écrire), rechercher les infos, les photos, puis publier et là, référencer pendant des heures !
    C’est un vrai boulot, qui prend souvent plus de 35h par semaine. Seulement, ces heures, on les fait quand on veut !
    Cindy@voyage posté récemmentVoyager pas cher : où dormir ?My Profile

    • Haydée 9 juillet 2013 à 9 h 50 min #

      C’est tout l’avantage, faire ses heures quand on veut, même la nuit, lol. J’avoue ne pas avoir beaucoup dormi cette nuit en fait. ;) Après nous restons maîtres de nos actes, on peut donc aussi facilement se laisser aller et ne rien faire.

  8. Juliane 25 juillet 2013 à 11 h 07 min #

    Tu as de la chance d’avoir beaucoup de temps et d’avoir pu voyager dans tant de pays. Le technique que tu adoptes est à apprendre. Il suffit juste que nous révèle tout le secret du métier!

    • Haydée 25 juillet 2013 à 13 h 59 min #

      Benjamin a un métier que de plus en plus de voyageur exerce (ou essaye tout du moins) mais si tu veux commencer par créer ton blog Juliane voici une très bonne source : C’est un guide gratuit que j’ai écrit comportant 33 étapes pour créer un blog de voyage jusqu’à sa monétisation : http://www.travelplugin.com/guide-gratuit/

  9. Kalagan@Travailler sur internet 30 juillet 2013 à 15 h 07 min #

    L’avantage quand on est indépendant par rapport à salarié, c’est qu’une fois qu’on a atteint un CA qui nous permet de vivre (et quand on vit à l’étranger, quelques centaines d’euros peuvent parfois suffir), on peut travailler avec des prestataires pour diminuer un peu son temps de travail. Voilà un objectif de nomade digital que je commence à atteindre (je ne suis pas non plus à 4 heures par semaine, hein !).

    Imaginez la réaction de votre patron : après vous avoir accordé une augmentation, vous lui demander de passer à mi-temps !

    • Haydée 31 juillet 2013 à 15 h 24 min #

      Bravo Kalagan si tu commences à atteindre ce point, je te le souhaite ! Et puis, personne n’arrivera à la semaine de 4h à moins d’être riche au départ. Je crois même que je m’ennuierai si je bossais si peu.

      Oh oui j’imagine sa tête, il répondra certainement : « Mais c’est quoi un mi-temps ? » ;)

  10. Reeon 9 août 2013 à 4 h 25 min #

    T’as de la chance, Ben. Moi dans les 4 qui reviennent il y a « mais c’est pas un job ça ! » :D Non pas que ça me dérange mais l’à-priori est plutôt « t’es un clochard » que « t’es un aventurier » ou « t’es un bosseur ». Bref… Faut que je change de potes, là ^^
    Reeon posté récemmentRetraite en Thaïlande, 10 bonnes raisons de se lancerMy Profile

    • Haydée 9 août 2013 à 12 h 13 min #

      @ Reeon

      Il y a de tout en effet en terme de réflexions.
      Je crois qu’on ne te traite plus de clochard à partir du moment où tu gagnes de l’argent avec ton blog. Enfin ça dépend, il y a peu j’ai eu droit à : « Quelle lacheté que de refuser de travailler comme tout le monde en attendant assis sur une chaise devant son pc, espèrant le jackpot et devenir milliardaire grâce au récit de ces pseudo aventures » …
      A suivre…

  11. greg 20 octobre 2013 à 7 h 36 min #

    Sauf que lorsque l’on voyage on ne cherche pas à être milliardaire, à moins que certain… Mais bon de notre coté, c’est plus la partie découverte et passion du voyage qui nous promène autour du monde. En revanche vivre de notre passion, le voyage et le blog serait un plus, nous essaierons de mettre en pratique certains conseils trouvés sur ce site.

  12. Alain 16 février 2014 à 16 h 10 min #

    Dur ou pas dur finalement ?
    J’ai commencé mon blog voyage et je peine avec les visites. Je suis sur d’autres niches actuellement. Quel est ton post numéro un de CA ?

    • Haydée 16 février 2014 à 17 h 57 min #

      Ni l’un ni l’autre Alain.
      Toute entreprise demande une certaine volonté, mais une fois lancée il n’y a pas de raison de ne pas se laisser emporter par la vague.

      Le post de CA numéro de Benjamin est lié à vente de son livre je pense. (Je répond à sa place, car pas sûre qu’il réponde)

  13. Hélène 4 juillet 2014 à 10 h 07 min #

    Plus je lis ce genre de témoignages, plus je me dis que ça peut être possible un jour, d’avancer sur un chemin alternatif du rythme métro-boulot-dodo, c’est inspirant !

    J’aimerais lire davantage de « coulisses » de la vie nomade. Comment organisez son temps ? Arrivez-vous à vraiment apprécier le pays que vous visitez et le boulot qu’un blog ou qu’un boulot freelance requiert ? Est-ce que vous êtes en itinérance constance (ce qui me semble compliqué pour bosser sur un ordinateur) ou vous posez-vous plusieurs semaines, plusieurs mois, dans un pays ?

    Bref, c’est super intéressant à lire ! :)

    • Greg 4 juillet 2014 à 11 h 11 min #

      Hello Hélène,

      Oui la vie de nomade est possible avec ou sans blog. De notre coté on vit comme ça depuis un moment et nous avons un blog mais il est loin d’être professionnel et monétisé. En revanche il nous prend du temps et de l’énergie, car en plus de visiter et de voyager non stop, nous racontons notre quotidien, pour nous en tant qu’historique et journal mais aussi pour la famille pur qu’elle puisse nous suivre dans nos pérégrinations et enfin pour le reste du monde afin qu’il puisse trouver dans nos récits et nos photos ls informations qu’ils recherchent et que nous avons et du mal à trouver sur le net ou ailleurs.
      pour toute ces raisons, nous prenons sur notre temps de relâche pour mettre par écrit notre journée, trier et sélectionner quelques photos puis les mettre en ligne dès que l’on peut en essayant d’avoir le moins de retard possible. Surtout ne pas prendre de retard qui serait par la suite insurmontable. C’est du boulot mais c’est ce qui remplace aussi un petit pu le boulot que l’on a lâché pour voyager!

      Alors à bientôt sur les routes du monde

    • Haydée 4 juillet 2014 à 11 h 46 min #

      Salut Hélène,

      Tu as tout dis. La réponse à ta question est dans ton message. Travailler en mode nomade ne signifie pas voyager en permanence. Il s’agit simplement d’avoir la liberté de travailler de n’importe où : à New York, au Japon, en Hongrie, où tu veux. Mais il s’agit de poser ses fesses et de travailler.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les dures ? réalités du mé... - 3 juillet 2013

    [...] Laponie suédoise, Andorre, Etats-Unis, Costa Rica, Panama, autant de destinations que j’ai pu me permettre de visiter ces 10 derniers mois. Comment ai-je financé ces voyages ? Tout « simplement » par mon blog de voyage.Pourquoi j’ai eu, autant de temps disponible ?  [...]

  2. Comment vivre de son blog en Thaïlande - 20 décembre 2013

    […] Bloguer en voyage n’est pas si difficile que cela en fait. Voici les bases pour comprendre le procédé en 5 étapes plus un bonus. […]

  3. Blogueur-voyage ? 5 conseils indispensables pour bloguer sur la route - 20 décembre 2013

    […] Gérer son temps étant une des difficulté principale du métier blogueur voyageur. […]

Laisser un commentaire


+ quatre = 13

CommentLuv badge