Le rêve américain… C’est ça que tu veux ?

1. Nais…

2. Va à l’école et obtient un diplôme. Endette-toi.

3. Trouve un job bien payé et éclate-toi avec ton argent en le dépensant inutilement.

4. Retourne à l’école. Pourquoi pas ? Et endette-toi encore plus.

5. Trouve un job prestigieux mieux payé.

Il est temps de te caser maintenant.

6. Marie-toi et fais des enfants.

7. Achète une grande maison et une voiture… chacun. Endette-toi toujours.

8. Vis comme tes super voisins et n’oublie pas d’être convenant avec eux.

9. Tu veux bien vivre ? Accumule des crédits.

Le crédit, il n’y a que ça de vrai.

10. Travaille 50 heures par semaine pour ton salaire et paye :

  • Taxes
  • Prêts étudiants,
  • Remboursements de la maison,
  • Voitures,
  • Cadeaux de Noël…

11. Achète ! Achète toutes ces choses que tu n’auras pas le temps d’utiliser.

En espérant que personne dans le couple ne perde son emploi sous peine de voir le château de cartes s’écrouler.

Mickey dans la déchéance de sa vie et dans son bidonville

12. Attends ton vendredi, jour de détente au bureau, annonciateur du week-end. Et rêve de tes quelques semaines de vacances par an.

La moitié de ta vie est passée et tu rembourses toujours tes dettes.

13. Courage ! Il te reste une quinzaine d’années à tirer en reproduisant les étapes 10 à 12.

14. Profite de ta retraite (?) à 65 ans pour enfin faire tout ce que tu as toujours voulu faire. Si tu le peux encore…

15. Apprends de nouvelles choses, lis plus, voyage et passe du temps avec tes petits-enfants.

16. Meurs.

Est-ce le type de vie que vous avez toujours souhaité ?

Haydée et Tony dans le centre d'Elbasan nomade digitaux

Si oui, désinscrivez-vous immédiatement de ma newsletter. Mes prochains articles ne vous intéresseront probablement pas.

Vous croyez en des alternatives divergentes ? Alors rien n’est figé.

Bon, sauf le dernier point…

Pour le reste, tout peut avoir un sens différent. Il suffit de faire les bons choix et de prendre d’autres chemins.

Le vôtre ? Le mien ? Qu’importe !

L’important est que la Révolution numérique nous permet de repenser complètement la place du travail et de l’emploi.

Nous devons vivre autrement

Je vois d’ici un déferlement de critiques me disant :

La société ne fonctionnerait pas si nous abandonnions le système actuel. C’est ce qui fait tenir l’économie.

C’est totalement faux. Pourquoi ?

Lisez l’article suivant :

Mondialisation, Révolution numérique et Désintégration sociale remettent radicalement en cause les fondamentaux de notre système sclérosé.

La Révolution numérique est déjà derrière nous et a bouleversé l’intégralité des modèles de nos économies. Aucun secteur n’est épargné :

  • Industries
  • Médecine
  • Détail
  • Banques
  • Assurances
  • Conseils

Qui sont aujourd’hui les nouveaux champions économiques ?

Les « Gafa », entreprises issues de cette Révolution numérique : Google, Apple, Facebook, Amazon…

Comme toute révolution économique, celle du numérique pose un problème d’adaptation de notre marché du travail et de notre système de formation.

Cette révolution nécessite des changements radicaux

Mais tiraillées par leurs intérêts contradictoires, nos élites s’accrochent à un cadre de pensées tellement inadapté aux enjeux actuels qu’elles n’ont aucune alternative adéquate à nous offrir.

Même si certaines savent encore s’en octroyer de nouvelles…

Deux porcs aux commandes des Nations

Et sans système alternatif pour succéder à un effondrement inévitable, nous devons trouver nos solutions de remplacement sous peine de finir dans la violence du chaos.

C’est à vous qu’il incombe de construire votre futur

Alors commencez déjà par votre travail.

Le nomadisme digital est une alternative possible

Ce n’est pas « la solution » mais c’est la mienne.

Ce n’est ni la sédition ni le refus catégorique du système mais une manière de s’adapter à sa transformation.

Que dis-je ! De le transformer par vos choix et vos actions.

Haydée avec la statue des révolutionnaires Russes

La seule révolution commence par soi-même

Car ce nomadisme conjugue vie et travail en tenant compte des fruits de cette Révolution numérique.

Et quand bien même vous auriez raison dans un sens. Que les choses ne fonctionneraient pas si le monde entier suivait ma démarche dans son refus du rêve américain…

Pas d’inquiétude à avoir.

La plupart des gens n’ont ni la motivation ni le désir de changer de vie pour suivre leurs propres envies.

Ils se trouveront tout un tas d’excuses et peu de solutions. Ils continueront à faire ce qu’on leur impose de faire, noyant leur frustration dans l’achat compulsif de choses qu’ils utilisent à peine.

D’autres diront non à ce rêve américain

Pour cela, la question n’est pas de se dire :

Que dois-je faire ?

Mais plutôt :

Qu’ai-je envie de faire pour moi ?

Nuance importante qui vous orientera vers vos propres décisions.

Vous commencerez alors des projets novateurs vous aidant à quitter progressivement votre ancien travail.

Vous ne savez pas trop où aller ? Je vous donne quelques pistes.

Être nomade numérique regroupe tellement de métiers divers.

Mais bien plus qu’une manière de travailler, c’est un nouveau mode de vie que je partage avec vous. Et ce depuis pas mal de temps.

Et à l’avenir, nous irons plus loin, plus profondément encore pour vous donner les armes et l’envie d’aller dans le sens où vous l’entendez. Au-delà des biens de consommation, du conventionnel et de vos soumissions.

Les sujets 2015 de Travelplugin

Nous partagerons conseils et outils pour monter votre boîte en tout voyageant.
manifeste-chevrechaud_fini-les-business-penibles_7-fondements-pour-demarquer-votre-entreprise
Et notre premier cadeau de l’année est un livre gratuit sur notre site de stratégie de contenu : Fini les Business Pénibles : 7 fondements pour démarquer votre entreprise qui vous aidera à sortir du lot !

  • Études de cas. Tactiques détaillées pour faire grandir votre business
  • Cas concrets et histoires à succès qui vous motiveront
  • Exemples de business en ligne, de ceux qui fonctionnent aux plus insolites
  • Méthodes de travail de nomades numériques

Tout en abordant sporadiquement les problèmes inhérents aux entrepreneurs nomades.

  • Comment vous positionner dans une économie incertaine
  • Profiter des meilleurs endroits adaptés aux nomades numériques
  • Comment vous déplacer et vous loger n’importe où
  • Maîtriser votre budget pour rester longtemps sur la route
  • Gérer votre couple au quotidien en mode nomade digital

Et bien sûr, vous profiterez de notre propre expérience au quotidien, en toute transparence, à travers nos réussites et nos échecs.

L’envers du décor tinté de nos états d’âme, le tout illustré des dessins sarcastico-humoristiques de Tony.

Alors restez à l’écoute, le meilleur reste à venir.

Haydée Bouscasse

,

37 Réponses à Le rêve américain… C’est ça que tu veux ?

  1. Chantal P 5 janvier 2015 à 9 h 04 min #

    Et bien l’année commence fort ! la révolution est en marche. Un bel article et je partage tout à fait le fait que nous devons changer notre façon de voir les choses et évoluer bien au-delà des règles napoléoniennes qui nous régissent encore !!!
    Juste un bémol… bien des personnes « n’aiment » pas le numérique et ont du mal avec les réseaux sociaux, alors à ceux-là je leur dirai de mettre en place le fait de « vivre de leurs passions » quelle que soit la façon de le faire. Tout le monde n’a pas l’âme nomade. (pour moi, cela reste très attrayant. Je parle d’une façon plus générale) Ce qui ressort surtout, c’est le besoin pour tout chef d’entreprise de revoir sa façon d’être et poser un regard différent sur son job.
    Bons voyages pour vous tout au long de l’année et si vous passiez du côté de notre belle Provence (ben oui la France est belle aussi !) faites-moi signe ;-)

    • Haydée 6 janvier 2015 à 3 h 07 min #

      Tu as raison Chantal, mais comme je cible, je m’adresse bien aux « fous » du numérique.
      J’aimerai parler aussi aux personnes qui souhaitent vivre en autonomie tout en cultivant leurs légumes, mais je ne peux malheureusement m’éparpiller.

      Le nomadisme est un mode de vie bien spécial mais n’oublions pas que c’était une norme il y a bien longtemps (avant l’élevage et l’agriculture). Et à mon avis que ces personnes aient l’âme ou non, je crois qu’elles n’avaient pas le choix. Enfin, c’était une simple parenthèse.

      De toute façon les sédentaires ne trouveront pas leur compte sur mon blog.

      Aujourd’hui 20% de la population mondiale est nomade et comme j’aime faire des paris sur l’avenir, j’aurai tendance à dire que ce chiffre va augmenter sur les années à venir, dû à la mobilité numérique.

      Bravo pour cet article qui résume bien la situation du chef d’entreprise (et de sa remise en question).

      J’aime beaucoup notre pays, et c’est avec grand plaisir que je te ferai signe.

      Bonne année !

  2. Frédéric 5 janvier 2015 à 9 h 28 min #

    Pace è Salute Haydée !
    Super article, comme d’hab.
    Les démarches concrètes pour me mettre (enfin) en « dispo » commencent ce matin…
    Encore merci pour votre excellent blog, bonne continuation, et à bientôt.
    Amitiés,
    Frédéric.

    • Haydée 6 janvier 2015 à 3 h 08 min #

      Bien bien Frédéric !
      Et cette dispo va durer combien de temps ? Des projets en vue ?

      Merci pour le compliment que je prend avec plaisir.

    • Frédéric 6 janvier 2015 à 22 h 21 min #

      Hello,

      Et en plus c’est « réellement » interactif… cool ! :-)

      J’ai 42 ans, je suis dans la fonction publique (officier de sapeurs-pompiers) et vais prendre un an de dispo, pour me mettre à fond dans mes activités musicales (et dans l’écriture de e-books à ce sujet, également).

      Contrairement à vous, et à vos lecteurs/collaborateurs, je resterai sédentaire (petit studio d’enregistrement, de nombreux projets en cours, etc.) mais votre blog a été très instructif quant’à ma prise de décision et à l’anticipation de cette période. En effet, certains de vos commentaires concernant la « préparation » m’ont ouvert les yeux, et ont dédramatisé l’aspect « logistique » : une avance sur héritage, âprement négociée, s’est avérée être la solution pour retrouver la bohème de mes 20 ans avec un minimum de sécurité.

      Bien que ne cadrant pas totalement avec l’objet de votre blog car mon passé de bourlingueur semble révolu, je continuerai à suivre vos parutions (et puis c’est bien écrit, ce qui ne gâche rien…) et à éventuellement y participer ; je n’hésiterai pas non plus à vous demander quelques tuyaux concernant le blogging et l’écriture.

      Un grand merci pour votre avoir contribué à mes réflexions, et encore félicitation pour votre boulot et votre démarche.

      Bonne continuation

      @ bientôt.

    • Haydée 8 janvier 2015 à 1 h 25 min #

      Oui presque interactif Frédéric :)

      Merci pour ton témoignage, tu as pris de sacrées décisions, chapeau. Un bel exemple de changement qui j’espère secouera certains lecteurs.
      Étant plus spontanés, les commentaires sont parfois plus importants que l’article en lui-même. Et comme tu le mentionnes, c’est ce qui t’a permis de relativiser certaines difficultés et de sauter le pas.

      Je disais plus haut que les sédentaires ne trouveraient pas leur compte sur mon blog, je me suis trompée ! En effet « indépendance » ne signifie pas être constamment en mouvement comme nous le faisons.

      Nous avons notre sécurité tout comme toi, et je le conseille à tous ceux qui veulent se mettre à leur compte, même ceux qui sont dans la vingtaine, puisqu’il ne s’agit pas d’un simple voyage long terme, mais bien d’un réel projet de vie. Il faut donc assurer ses arrières.

      Avec plaisir pour répondre à tes questions et pour t’avoir aidé tout simplement ! Nous en sommes ravis.

  3. Chris 5 janvier 2015 à 12 h 00 min #

    Salut Haydée,

    Je me réjouis déjà des futurs articles sur le sujet du nomadisme et de l’entrepreunariat digital :) Votre point de vue unique est vraiment enrichissant.

    Pour ce qu’il en est de la société de consommation que tu décris dans la première partie de l’article, elle ne peut pas être abandonnée par la majorité sinon le système s’écroule bel et bien.
    Le capitalisme repose malheureusement sur la consommation croissante… le jour où, à un niveau global, la consommation venait à se crasher et bien tout le système se crasherait avec et nous par la même occasion !

    Malheureusement, les belles idées de devenir des consommateurs avertis et de réduire nos besoins en possessions matérielles ne peuvent être mises en pratique que par une minorité de gens. Si tout le monde sort de l’endoctrinement de la consommation on est bon pour recommencer à vivre dans les forêts. Ca pourrait être sympa remarque !
    Bref le sujet est complexe est passionnant et il démontre les limites naturelles de notre système qui tôt ou tard est voué à l’implosion.

    Au plaisir

    –Chris

    • Haydée 6 janvier 2015 à 19 h 37 min #

      Vaste sujet comme tu le dis si bien Chris.
      Et tu mets le doigt sur le principal en admettant que ce système est voué à l’implosion. Donc, autant l’abandonner au plus vite quitte à le laisser s’écrouler une bonne fois pour toutes au point de retourner dans les forêts.

      Car je préférerais voir ce système disparaître avant nos forêts si possible. ;)

      Bien sûr, « régresser » à cause de la disparition de nos sociétés ne m’enchante pas vraiment. Le chaos n’a jamais été bon pour personne. À l’instar de certains pays des Balkans pendant la guerre, c’est l’horreur et l’inhumanité qui nous attendent au tournant.

      Mais comme l’illustre parfaitement Isaac Asimov dans Fondation : à défaut de pouvoir empêcher cet effondrement sociétal inévitable, autant le laisser venir (voir même le précipiter) et se préparer à réduire au maximum la période de chaos qui s’en suivra.

      Tony et moi sommes plutôt partisans de cette solution.
      Raison pour laquelle nous avons choisi la voie du nomadisme digital en première instance.
      Il s’inscrit encore dans notre système de croissance, dans lequel nous sommes forcés de vivre pour le moment, mais cherche malgré tout à le modifier en douceur.

      Nous y instaurons les notions de nomadisme, de retour aux sources, d’autonomie et parfois même d’un saupoudrage de survivalisme.

      Ces notions sont celles que nous désirons apprendre, développer et appliquer au fur et à mesure des années. Et le jour où tout s’effondrera, nous aurons sûrement plus de chance de combler le vide qui en résultera par des alternatives saines plutôt que par le chaos.

      En résumé, que notre société de consommation outrancière s’écroule ! Nous saurons quoi faire ensuite. Et même si le nomadisme digital ne sera plus vraiment d’actualité pour nous faire vivre à ce moment-là, il nous aura aidé à sortir en douceur des griffes du rêve américain et du système qu’il a engendré.

      Tout se fait par étape.

    • Leman Russ 8 janvier 2015 à 0 h 47 min #

      Très intéressante remarque,

      Une question :

      Pourquoi est ce que tous les systèmes économiques et sociaux échouent les uns après les autres ce qui engendre le chaos ?

      Autrement dit, pourquoi l’humanité est elle aussi stupide ?

      La monarchie à échoué, l’impérialisme à échoué, la république et la démocratie est en train d’échouer.

      Le capitalisme échoue à cause du mythe de la croissance infinie, le socialisme sous toute ses formes que se soit le nazisme ou le communisme est encore pire car c’est juste une escroquerie.

      Une piste de réflexion: Loi économique : Lorsqu’une ressource est en abondance et qu’elle s’autorégénère de part son abondance, elle devient gratuite.

    • Haydée 8 janvier 2015 à 21 h 54 min #

      Si tous ces systèmes échouent, c’est sûrement parce qu’ils ne sont pas viables sur le long terme Leman.
      En y réfléchissant bien, aucune grande civilisation n’a vu son système perdurer indéfiniment, ce qui me parait normal en fin de compte.

      Ajoute le poids de la politique dans l’équation et tu remarques que tous ces régimes, sans exception, ne sont profitables que pour des élites asservissant la masse. Et comme l’homme en veut toujours plus, il est légitime qu’à un moment il y ait une rupture entre les nantis et les asservis qui générera le chaos.

      Ta piste de réflexion est intéressante mais j’ai du mal à l’appliquer à un système entier, quel qu’il soit.

      Une piste politique à creuser, même si je ne suis pas fan de son leader en France, serait le principe de la démosophie (néologisme composé de « Demos » (peuple) et « Sophia » (sagesse) : Une démocratie directe inspirée par les libres penseurs.

      Le concept de la Démosophie est (Je cite) :

      « Un modèle de société qui, au lieu d’être dirigée par l’oligarchie politique issue de la République, le serait par l’élite intellectuelle du pays, sans aucune sélection par la situation sociale, donc sans partis politiques, ni élections de dirigeants.

      Ce modèle mettrait en place des dirigeants sélectionnés par des études, puis par concours, n’ayant d’autres pouvoirs que ceux d’appliquer les directives de l’autorité suprême.

      L’autorité suprême serait exercée directement par le peuple tout entier selon une représentation basée sur un concept de « Conseil de sages » incluant la participation directe de chacun des citoyens du pays.

      Belle utopie n’est-ce pas ? :)

  4. Maxime 5 janvier 2015 à 19 h 45 min #

    Bonjour Haydée

    Merci pour ces révélations flagrantes pour lesquelles on avait passé le plus clair de notre temps sur cette terre;
    Moi même je suis déjà à la retraite( 61 ans) et par la force des choses je suis tombé sur ces business en ligne mais jusqu’à ce jour je tâtonne encore et pas de revenus.
    Au plaisir de vous relire dans vos divers articles et de vous suivre dans vos aventures .

    • Haydée 6 janvier 2015 à 3 h 13 min #

      Cela met du temps Maxime, je ne suis donc pas étonné que tu sois encore dans l’hésitation.

      Le blog a 2 ans maintenant (sans compter les 6 mois en amont pour le planifier) et c’est seulement dans un mois que nous sortons notre premier site de  » business en ligne ». Il a fallu tâtonner, se former, comprendre où se situaient nos forces, réfléchir à une stratégie et maintenant mettre en place l’ensemble.

      Voilà, c’est pour bientôt. Une histoire à suivre…

      Je te souhaite de trouver ta voie. A force de travailler, nous la trouvons forcément.

  5. Tintin Thaï 5 janvier 2015 à 23 h 14 min #

    สวัสดีครับ – Sawadee khap

    Un rêve…
    Les paupières libèrent de leur emprise les cils entremêlés. Les yeux s’ouvrent et l’iris se resserre sur une ligne imaginaire entre le ciel et la terre. L’esprit est à l’écoute et recherche le goût des autres et leurs authenticités. Résister ou y céder, il est déjà trop tard car le compte à rebours a déjà commencer.

    Bientôt, je m’installe à Bangkok, j’avais projeté d’ouvrir un commerce (mais pour éviter les tracas) j’ai quelques idées qui ont commencé en lisant travelplugin.

    All the best, Tintin Thaï

    • Haydée 8 janvier 2015 à 0 h 36 min #

      Que c’est beau Tintin. Merci pour ce petit paragraphe poétique. :)

      J’espère vite découvrir « tes nouvelles idées ».

      Quand seras-tu à Bangkok ?
      Nous partons en Thaïlande en septembre pour s’installer 6 mois à Chiang Maï, mais nous ferons une petite virée à Bangkok, c’est certain.

  6. Vi 6 janvier 2015 à 17 h 14 min #

    Si on a aucune formation dans le domaine du web et qu’on est « nulle en ordi » c pas évident de trouver un « travail nomade » malheureusement, ne serait ce qu’un blog c complètement abstrait quand on y connaît rien et tout le monde n’a pas forcément de facultés d’autodidactes… Existe t’il un/des cours avec un prix abordable (genre pour les gens au smic comme moi) le soir ou week end ou même en visio dans ce type de domaines pr les gens qui travaillent a temps plein et font chaque jour 1h30 de transport pour des cacahuètes et voudraient se lancer dans quelque chose dans le domaine du numérique?

    • Haydée 8 janvier 2015 à 1 h 09 min #

      Si tu n’es pas calé Vi, tu n’as d’autres choix que de te former, seul ou accompagné.

      As-tu téléchargé mon guide gratuit pour créer un blog ? Je te le conseille ! Ok… bon, c’est moi qui l’ai écrit, mais quand bien même j’ai eu de bons retours par de nombreux débutants. Il se lit très facilement et comporte plus d’illustrations qu’il n’y a de pages. Donc pour la partie blogging, pas besoin de payer, suis le guide : http://www.travelplugin.com/guide-gratuit/.

      Concernant le métier, c’est difficile de te répondre car ta demande est trop générale.

      Avec les 11 métiers en ligne qui se trouvent dans cet article : http://www.travelplugin.com/business-ligne-travailler-nimporte-ou-dans-monde/ y en a-t-il un que tu souhaiterais faire ?

      En fonction de ta réponse, je pourrai peut-être t’aiguiller.

  7. Philippe 6 janvier 2015 à 20 h 28 min #

    « les choses ne fonctionneraient pas si le monde entier suivait ma démarche dans son refus du rêve américain »

    Même pas sûr ! Les nomades trouvent une façon efficace de créer de la richesse, de rendre service à autrui et d’en vivre tout en s’épanouissant personnellement.

    Si tout le monde en faisait autant, l’humanité s’en porterait-elle moins bien ?

    • Haydée 9 janvier 2015 à 1 h 49 min #

      Un monde rempli exclusivement de nomades digitaux Philippe ?

      Pourquoi pas…

      Suite à la révolution numérique, 40 à 70% des métiers d’aujourd’hui sont candidats à l’automatisation. Le travail comme nous le connaissons est en train de disparaître.
      Du coup nous allons vers l’ère du self-emploi largement plébiscité par le web et les objets connectés.

      Il y aura donc sûrement de plus en plus de technomades à l’avenir.
      Bien que personne ne peut savoir dans quelle mesure pour le moment. Peut-être aurons-nous une réponse d’ici une ou deux décennies.

      Mais concrètement, il est difficilement envisageable de voir tout le monde suivre cette voie. Nos sociétés ont besoin d’un panel de travailleurs différents comme nous en avons toujours eu. Ce qui implique des sédentaires et des travailleurs non numériques.

      La diversité fait la richesse.
      Et puis qui fera ma baguette de pain ? ;)

      Note que je suis d’accord avec toi sur le fait que notre boulot nous permette de nous épanouir tout en rendant service et en créant de la valeur ajoutée.
      Donc j’imagine que notre monde ne s’en porterait pas plus mal effectivement. Mais si tout le monde suivait cette voie, je doute que nos sociétés comme nous les connaissons existent encore, ce qui implique des changements tels que j’ai du mal à en imaginer les conséquences.

  8. Jean Révé 7 janvier 2015 à 11 h 08 min #

    Bonjour,
    J ‘ai eu la chance d’avoir une existence plutôt trépidante et jalonnée de nombreux voyages et projets qui me permettaient d’éviter de me sentir trop emprisonné dans l’essoreuse du consumérisme et du productivisme marchand.
    Mais aujourd’hui, à la lecture de cet article, me souffle à nouveau à l’oreille cette petite voix, la même qu’à chaque retour de mes voyages : « qu’est-ce que tu attends pour changer ta vie ?… »
    Aujourd’hui, mon business actuel peut se « piloter » de n’importe où. On trouve des ressources digitales dans le monde entier et la barrière des distances s’est raccourcie.
    En fait, il faut juste avoir le courage…
    C’est un processus à la maturation lente, comme le rhum vieux.
    Tout ce que l’on désire se trouve derrière la crainte…
    Alors que je sens à nouveau depuis quelques mois qu’il est désormais temps de franchir le pas, les mots de l’article me pousse dans mes idées d’installation à l’étranger, dans ce coin dont je connais bien le potentiel bonheur et qualité de vie, partagé au fil de mes escapades sur ses plages parfaites pour surfer – et dans l’eau et sur le web ;-)
    Une fois son courage pris à 2 mains, il faut tout de même une bonne organisation de départ, d’installation.
    Peut-être que je serai un cas concret pour vos futurs articles sur le sujet et que je suivrai avec intérêt. Bravo pour votre blog et Keep on !

    • Haydée 9 janvier 2015 à 0 h 07 min #

      C’est parfait Jean Révé ! Car tout au long de l’année nous allons dénicher des courageux qui auront cassé cette barrière de la crainte pour vivre leur vie en nomade digital ou en expatriation.

      J’espère de tout cœur que tu réussiras à tenir ton business en ligne pour réaliser ton rêve. Et décrit comme cela, ton petit coin de bonheur donne sérieusement envie.

      Prends ton temps, mature, réalise toi et nous dégusterons ton cas avec grand plaisir une fois que tu nous auras recontacté pour qu’on puisse en parler sur le blog.

  9. Kalagan 8 janvier 2015 à 2 h 23 min #

    Être nomade, ou « géographiquement libre », c’est à mon avis une façon de pratiquer la simplicité volontaire. J’en suis un grand adepte, et plus on simplifie sa vie (moins de consommation, d’informations, de dépenses, d’objects, de futilités…), plus on se focalise sur l’essentiel, et plus on a des chances d’atteindre nos objecitfs.

    Et bien bravo le rêve américain… J’ai rencontré plusieurs américains, 25-30 ans, ici, au Mexique, qui étaient endettés jusqu’au coup pour étudier. C’est un truc de ouf. Alors, quand on voit ça à la télé, on se dit, il exagère un peu… Mais quasiement à chaque fois que j’ai vécu avec des américains, je leur posais la question : une grande majorité de ceux qui m’ont répondu commencent leur vie professionnelle avec des dettes. C’est ancré dans la culture. Heureusement que ce n’est pas (encore) comme cela en France.

    • Haydée 9 janvier 2015 à 2 h 34 min #

      À force de changer de lieu régulièrement, on apprend naturellement à se débarrasser du superflu. Et par la même occasion notre vision des choses change. Je comprends ton point de vue Kalagan.

      Lors de mon expatriation en Espagne, je vivais en colocation avec 2 étudiants américains de Berkeley. Le coût de leurs études étaient hors de prix. Puis 4 ans plus tard j’ai eu l’occasion de visiter cette université, que dis-je, cette ville dans la ville, j’ai compris pourquoi ils payaient aussi cher.

      En revenant en France, j’ai repris mes études pour faire une école de commerce. Mon père en a payé une grosse part, mais j’ai payé aussi ma part, je ne suis pas partie avec une dette, mais j’ai du travailler en amont pour la financer.

      Et à Barcelone la même année (en l’an 2000), mon petit ami de l’époque avait emprunté 150 000 francs pour faire un MBA sur 2 ans.
      Donc en réalité ça existe en France ! Bien que je doute qu’en 2015 les banques soient aussi prêteuses …

  10. Vi 8 janvier 2015 à 11 h 20 min #

    Hello, j’ai téléchargé le guide, j’avoue ça me fait un peu peur malgré les images par rapport aux manip à faire et surtout il faut que je trouve un sujet « de niche » or, je suis curieuse-dispersée: je m’intéresse à plein de choses et il faudrait vraiment que je sois une experte dans un domaine pour oser écrire dessus alors je continue ma réflexion…
    En attendant… Pour la formation je recherche depuis quelques temps quelque chose en PAO (Photoshop+Indesign+Illustrator) peut être qu’avec ça je pourrait exploiter ma créativité dans le domaine numérique vu qu’en physique j’adore peindre des trucs abstraits et dessiner toute sorte de choses ( ça va des plans d’appart, vêtements, personnages, animaux, etc… une dispersée je l’ai dit?), je suis SURE à 100% de ne pas pouvoir m’en sortir toute seule parce que j’ai déjà essayé avec des tutos video de photoshop sur Youtube et je ne comprend rien, j’ai besoin d’un prof car je pense que j’ai un petit blocage du fait que ce soient des mots inconnus pour moi (calques, uploader, jpeg, etc…O_o), par la suite je prévois une autre formation en Webdesign puisque cela semble être la partie la plus créative du monde du web mais quand je vois les prix pour une année, je serais obligée de faire un crédit vu qu’avec le smic comme salaire mettre des sous de coté c’est pas évident (sans compter le congé sans solde à prendre et mon loyer et autres qui ne se payent pas tout seuls), j’ai pensé à prendre un deuxième boulot mais c’est compliqué… je panique un peu… tout ça me décourage et j’ai la sensation d’être prise au piège dans un boulot (CDI) que je n’aime pas et qui ne permet pas de vivre ET d’économiser mais que je ne peut pas quitter (ps: j’ai déjà démissionné deux fois de boulots chiants et je passe pour l’instable du groupe auprès de ma famille et amis…). Pour info, j’ai un BTS dans le secrétariat, rien de bien créatif…
    Bref… I need some help please… Penses-tu que l’idée du webdesign soit judicieuse?

    Merci de faire exister ce type de blog qui nous motivent à changer de vie et à voir que nous sommes pas des extra terrestres si nous nous sentons mal dans le système classique.

    Vi.

    • Haydée 9 janvier 2015 à 17 h 29 min #

      Salut Vi

      Nous ne fonctionnons qu’avec les formations du net. Par exemple, nous avons eu recours au service de ce site http://fr.tuto.com/. Ce sont des formations vidéos payantes.

      J’ai bien peur que tu ne te décourages trop vite. Toute formation est longue et tu devras quoi qu’il arrive, chercher le vocabulaire, le comprendre, mettre en pratique, en d’autres termes, te casser la tête.
      Photoshop, Illutrator, etc. sont des usines à gaz quand on ne s’y connait pas. J’ai mis des mois avant de comprendre WordPress dans son ensemble par exemple et j’ai bataillé (sans prof).

      J’ai également acheté 2 cours sur ce site https://www.udemy.com que je trouve vraiment très bien, petit hic, c’est en anglais, mais les formations vidéos sont tellement claires qu’il est impossible de ne pas comprendre, bon ok… sauf si tu es une bille en anglais.

      Pour répondre à ta question, toute formation sur le net aujourd’hui est judicieuse. Ce qui fera la différence de ton travail est dans la manière de te vendre. Car une fois compétente en webdesign, tu feras parti de milliers d’autres webdesigners sur la toile, et il faudra faire ta place via un blog ou un site de vente bien pensé et dans l’idéal, les deux !

      Bon courage, j’espère avoir répondu à tes questions.

  11. Manu 9 janvier 2015 à 14 h 21 min #

    Bonne année à vous deux tout d’abord ;) L’année commence bien avec cet article !

    C’est vrai que c’est un peu le nait, endette-toi et meurt qui a tendance à prendre de l’ampleur de nos jours.

    Les crédits pour les études sont de plus en plus courant et il faut rembourser après ! Vu la conjoncture du travail en plus en ce moment… ce n’est pas gagné !

    En tout cas j’ai bien ri, merci :)

    • Haydée 11 janvier 2015 à 20 h 34 min #

      S’endetter n’est peut-être pas la bonne résolution de l’année 2015, en effet Manu :)
      (des années antérieurs non plus tu vas me dire…)

      Bonne année à toi également.

  12. [email protected] de gîte 9 janvier 2015 à 16 h 34 min #

    Ton énumération fait vraiment peur mais, malheureusement, je crois que ce n’est plus seulement un rêve américain, mais un rêve occidental généralisé et je pense que ça n’ira pas en s’améliorant… même si il existe des styles de vie alternatifs comme le votre que personnellement je trouve sympa ^^ Enfin, je crois que les émissions de téléréalité et autres m… n’aident pas à se sortir de ce schéma ! Merci pour cet article ;) et merci pour le petit programme de 2015 qui a l’air plutôt alléchant !

    • Haydée 12 janvier 2015 à 16 h 34 min #

      De fait, ce concept de rêve américain a considérablement évolué dans le temps Julien.
      Après avoir été inspiré par la conquête de l’ouest, il est devenu le leitmotiv caractérisant l’immigration au Etats-Unis pour y trouver la prospérité en partant de rien.
      Plus récemment cette notion fut reprise pour signifier l’accès aux libertés fondamentales et à l’ascension sociale par le mérite.

      Mais suite à leurs dérives, le système néolibéral américain et son économie de marché on fini par détourner la signification profonde du concept. Basé sur le crédit à la consommation ce système n’a fait qu’asservir la population puis la ruiner avec la chute des subprimes.

      Pour bien comprendre la relation entre le rêve américain et l’endettement voici un excellent article :
      Endettez-vous ! Le « rêve américain » et le crédit à la consommation

      C’est cela que je dénonce dans mon billet et c’est dans cette direction que tout l’occident s’est engouffré sans voir où cela allait le mener.

      Donc non, cela n’ira pas en s’améliorant si nous ne trouvons pas nous même des modes de vie alternatifs complètement dissociés de ce rêve américain qui n’est plus à l’heure actuelle qu’un cauchemar pour les uns et une prison dorée pour les autres.

      A noter que je ne crache donc pas sur le fait de faire de l’argent par le fruit de notre entrepreneuriat mais de s’endetter tout en continuant de cautionner une consommation uniquement faite pour stimuler la « croissance » de ce système. La nuance est de taille.

      A nous de changer la donne en montrant que des alternatives existent.

  13. Leman Russ 7 février 2015 à 10 h 28 min #

    Je suis d’accord avec toi Haydée, le crédit est une chose très nocive s’il n’est pas maitrisé, comme toute chose d’ailleurs.

    Le crédit a causé la destruction et la ruine de la Grèce.

    Le peuple grec a également une part de responsabilité, les collecteurs d’impôts se faisaient lyncher et la fraude fiscale est le sport national à tous les niveaux, riches comme pauvres.

    Le rêve américain n’est pas applicable en France.

    Pourquoi l’est il aux États-Unis ?

    Parce qu’aux États-Unis, la densité de population est en moyenne de 30 habitants au km².
    Ils disposent donc de plus de ressources et d’espaces.

    Le social, le socialisme et le partage obligatoire n’existent pas aux States.

    En réalité, il n’y a pas de « rêve américain », c’est juste une situation normale que l’on obtiendrait si on encourageait les gens a s’abstenir de procréer comme ils le font en France: comme des lapins.

    La France est donc un enfer (densité de population proche de la Chine)

    Aux States, pas d’aide, les gens qui s’en tirent le mieux sont ceux qui n’ont pas d’enfants.

    C’est la même chose partout, quand tu as un peu d’argent et que tu le protège, tu es bien partout sauf dans les pays totalitaires comme la France ou on essaye de te le piquer car la population est trop nombreuse.

  14. ÉlèveFR 24 février 2016 à 16 h 55 min #

    Salut, je suis un élève au lycée et je suis en seconde. Mon plus grand rêve est d’exercer ma futur profession aux USA. Cependant en voyant les commentaires des personne disant, « les USA est un grand pays avec beaucoup de ressources mais dès qu’on arrive là-bas on peut finir très pauvre ou même devenir un sans abris, l’état sans moque » je suis bien conscient que le pays ne se préoccupe pas de tout ces habitants. Et à cause de ça me fait de plus en plus peur car en France nous sommes chouchouté avec les assurances et autres. Alors est-ce que c’est un mauvais choix d’aller au États-Unis ?
    Et les articles sont très intéressant, un grand bravo.

    • Haydée 25 février 2016 à 12 h 15 min #

      Difficile de répondre à ta question ElèveFR. Tout dépend de ce que tu comptes faire aux Etat-unis, de ton bagage, de ton niveau de langue, et du domaine d’activité dans lequel tu comptes te lancer. Quelle est cette future profession à laquelle tu penses ?
      Tout ce que je peux te dire pour le moment c’est…
      Devenir salarié aux USA ne t’amènera pas à grand chose de plus qu’en France. Sauf que tu seras moins chouchouté et assisté par l’état mais que tu pourras changer d’entreprise plus facilement.
      Devenir entrepreneur t’ouvrira des perspectives plus intéressantes, surtout si tu comptes le faire ne ligne.

  15. pokyah 20 juin 2017 à 18 h 29 min #

    Bonjour Haydee, Tony et tous les lecteurs du blog.

    Cet article m’avait vraiment inspiré à l’époque. Je viens de le citer dans mon dernier post : https://steemit.com/introduceyourself/@pokyah/a-belgian-geographer-interested-in-blockchain-p2p-economy-and-alternative-ways-of-living-arrived-on-steemit-en-fr

    Si vous ne connaissez pas Steemit, je vous invite vraiment à y faire un tour. C’est une plateforme libre et décentralisée. Une sorte d’hybrides entre reddit, medium et Twitter où les créateurs de contenu de qualité sont directement rémunérés par la communauté et sans besoin d’un quelconque publicitaire, lien affilié ou vente d’abonnement, etc.

    Cette vidéo présente très bien les choses en 2 minutes : https://youtu.be/aKTH0o8AEtQ

    Venez rejoindre la communauté francophone grandissante et permettez vous de vivre autrement en postant du contenu inspirant ;)

Trackbacks/Pingbacks

  1. Êtes-vous consommateur ou créateur ? - 17 février 2015

    […] occupé que vous êtes créatif. Beaucoup d'employés de bureau ne produisent pas. Ils ne sont que les rouages d'une machine abêtissante et s'ennuient à mourir en attendant la récompense de leurs […]

  2. Les vraies raisons qui nous poussent à devenir nomades numériques - 30 mars 2015

    […] le train en marche de la révolution numérique grâce au nomadisme digital nous le permettra […]

  3. Sans mission, l'entrepreneur n'est rien - 20 mai 2015

    […] la vie autrement. Exempte du faux rêve américain, piège à rats consumériste […]

  4. Les meilleurs blogs marketing et développement personnel - 5 février 2016

    […] Le rêve américain, c’est ça que tu veux ? […]

  5. Les meilleurs blogs marketing et développement personnel - 3 mai 2017

    […] Le rêve américain, c’est ça que tu veux ? […]

Laisser un commentaire