Sexe, drogue et violence : viens goûter au tourisme extrême

Pauvre voyageur chevronné. L’exotisme organisé te lasse. Tu as beau avaler les kilomètres, le voyage perd de sa saveur et ne comble plus tes besoins d’évasion.

Si tu fuis l’uniformité de la société ce n’est pas pour la subir en voyage bordel !

Rassure-toi, le tourisme extrême est la niche en vogue qu’il te faut.

Parachutiste avec un bébé entre les jambes

Oublie le mal être de ton individualisme et la banalité de tes voyages. Viens t’éclater !

Loin des circuits conventionnels, le tourisme extrême puise dans l’inédit et se sert de ce qui accroche.

Le tourisme extrême de la violence

Aaaah ! Voilà du costaud ! Le « dark tourism » va pénétrer dans les ténèbres de ton imaginaire et fouiner là où normalement tu ne vas pas.

Touriste de guerre, ça te dit ?

Tu pourras prendre tous les risques et t’amuser avec la mort. Joue au poker avec ta vie, ça lui redonnera un sens. Survivre donne un regain de confiance en l’avenir.

Evite la Birmanie ou la Corée du Nord. Trop ouvertes, déjà « has been ».

Toshifumi Fujimoto utilise une arme syrienne

Toshifumi Fujimoto en pleine action pour un tourisme extrême en Syrie

Prends exemple sur ce Japonais et choisi la tendance 2013.

Parti en touriste au cœur du conflit syrien, il n’a rien raté de la mort en direct.

Tu peux même en faire un business.

Comme ce hongrois avec son circuit touristique de 2003, « l’Irak sous les bombes ».

Sacré voyagiste ! Ou Voy-ag-euriste devrais-je dire…

Et si tout ceci fait trop d’adrénaline pour toi, tu peux toujours combler ton besoin de dépaysement avec une petite favela brésilienne.

Ne t’inquiètes pas, les cars touristiques sont blindés.

Notre fructueuse industrie du bien-être peut bien faire quelques efforts pour développer le produit « aventure risquée » sans… risque.

Mais je sens bien que tout cela t’a un peu stressé…

Pose-toi avec moi pour un peu de tourisme sexuel

Tu verras, ça détend.
Je connais une vingtaine d’agences sérieuses pouvant te faire découvrir les mœurs sexuelles du pays de ton choix.

Les enfants t’attirent ? 300 000 mineurs n’attendent que toi chaque année en Thaïlande.

Enfants du Laos jouant au balon

Ici ce sont des enfants du Laos. Mais tu ne vas pas chipoter ?

Et si tu préfères du majeur bien classique, ne te sens pas seul ! Il y a plus de 80 millions de mecs comme toi dans le monde. Si tant le font, pourquoi pas toi ?

Il faut savoir répondre à l’offre…

Ca va mieux ? Bon, essayons de réfléchir avec notre cerveau maintenant.

Le tourisme extrême(ment) cérébral

Il y a plus intéressant qu’un coup de bite, je le confesse. Et peut-être ne voyais-tu pas autant de violence dans ta conception de l’extrême. J’aurai dû commencer avec un truc plus cool.

Deviens narco-touriste et teste toutes les drogues du monde

Question demande, le court-circuit spirituel sera toujours en plein essor et tu as l’embarras du choix :

  • Séjour Colombien et sa coke pure à 92 %
  • Randonnée opiacée dans le triangle d’or
  • Voyage chamanique au cœur des racines hallucinogènes du Pérou
  • Trip amérindien à la mescaline
  • Ascension de la montagne du diable jamaïcaine qui fracasse la tête
Un homme sniff une cuillère de cocaïne

Attention de ne pas en mettre par terre ! T’es mal parti mon bonhomme…

Certains te diront :

Toxico ! Tu n’as pas besoin de toutes ces conneries !

Ne les écoutent pas frère de l’extrême, ce sont les mêmes qui marchent au cocktail psychanalyse-anxiolytiques.

pilule de lexomil

Une p’tite pilule ce soir ?

Tu veux t’endormir au pays du lexomil ou continuer ton voyage de l’extrême avec moi ?

Le tour du monde des drogues passe par tellement de pays qu’il nous faudra plus d’une vie pour le faire.

Et comme une partie de la nôtre est déjà passée et qu’il faut se sentir au plus prêt de la nature pour voir le temps s’arrêter, alors…

Allons faire chier les sauvages ensemble !

Quoi de mieux que de vivre hors civilisation, comme ceux restés figés dans les temps anciens ? Car c’est bien de la recherche du temps perdu dont il s’agit.

Alors vivons la vie extrême, authentique de chez les derniers Pygmées et autres Papous du bout du monde.

Un gamin regarde des guerriers africains en rigolant

Cette tribu du Kenya fait son cirque devant des touristes.

« L’Homme Civilisé » n’a pas éradiqué ces dernières ethnies en sursis car elles vivent là où personne ne veut vivre et n’ont pas de ressources naturelles.

Mais c’est sans compter sur leur potentiel touristique ! Appel ça de l’ethno-tourisme discutable, je l’appel tourisme extrême du retour aux sources.

Rassures-toi ce n’est que le temps d’un séjour histoire de payer ta phrase et de faire quelques pola souvenir pour montrer à quel point tu prends Indiana Jones pour une merde.

Nous ne voulons pas changer le monde mais changer de monde.

C’est ça le tourisme extrême mon pote !

Tu préfères dormir dans une cellule de prison Londonienne ou dans une yourte en Ardèche ? Quel est le plus excitant pour toi ?

As-tu testé le tourisme extrême de la rançon ?

Caleçon attache-moi

Voilà le top de l’excitant, la torture cérébrale par excellence :

L’enlèvement !

Tu payes pour te faire enlever sur une période indéterminée dans le pays de ton choix. C’est le fleuron du tourisme de la peur.

Le Yémen ou la Mali sont des destinations phares mais je peux te proposer d’autres postulants sérieux comme le Niger ou l’Algérie.

Ils se feront un plaisir de t’amener au syndrome de Stockholm. C’est un peu l’aboutissement morbide de ta quête du dépaysement extrême.

Et le tourisme du sport extrême dans tout ça ?

Tu parles de ces jeunes fous prêts à se tuer avec une planche à voile ou à roulette ? De ces planeurs et sauteurs dans le vide à tout va, toujours à la recherche des meilleurs spots, de la plus grosse vague ou de l’exploit con à réaliser ?

L’aventure ne doit pas «réellement » tendre au tragique mais en avoir le goût. Je te propose de te payer ton frisson en toute quiétude et tu me parles de sport extrême ?

Il faut de la volonté pour pratiquer de tels sports, pas de l’argent

Atteindre un objectif à la sueur de son front, dépasser ses limites ; C’est trop sain pour nous mon pauvre. Trop difficile… Trop extrême !

  • Je ne ferais pas de voyage à pied
  • Je ne suis pas un Gérard d’Aboville à conquérir l’océan en solitaire à la rame,
  • Ni un Mike Horn à traverser le Groenland en 15 jours,
  • Et je n’imagine pas faire 41 000 km à vélo comme ce couple de voyageurs.

Ils te diront qu’il n’y a rien de mieux que la beauté du sport. Qu’alliée à la beauté des paysages, elle laisse un doux parfum d’aventure.

Soit, le tourisme extrême est multiforme, mais on se fout de sa beauté !

La beauté n’a plus rien d’attractif dans sa surenchère médiatique.
Des milliers de photos magnifiques sont retravaillées à outrance et partagées sur les réseaux.
Des tonnes de destinations et de plages idylliques sont vues à l’écran chaque jour.

Si tu voyages extrême c’est pour sortir de ta monotonie quotidienne, pas pour la retrouver dans une beauté surfaite qui ne donne plus faim.
Et réapprendre la faim est le fantasme des générations qui n’ont connu que le confort et la banalité de la modernité.

Moi je marchandise l’extrême et je ne cesse d’innover pour que de petits occidentaux comme toi assouvissent leur besoin de conquérir et dominer.

Oui c’est cher, mais que croyais-tu ?
L’originalité et la rareté ont un prix, ce sont les règles du marché. Et je ne te force pas…

Tony Founs

 

 

82 Réponses à Sexe, drogue et violence : viens goûter au tourisme extrême

  1. Guillaume 31 août 2013 à 6 h 12 min #

    Oui bon bah ni l’un ni l’autre…. ni encore l’autre non plus… Bref, on va rester dans le soft ! En revanche, si tu as l’adresse du revendeur du boxer « attache-moi » ! Je suis preneur !!! mdr

    Merci

    • Tony 1 septembre 2013 à 13 h 17 min #

      Ok Guillaume, je ne t’emmènerai pas dans les tréfonds de la noirceur du voyage. Restons dans le soft avec ce boxer que tu pourras trouver sur coffret-intime.fr. Et si tu as besoin de conseils en bondage n’hésite pas.

  2. Nath' 31 août 2013 à 6 h 13 min #

    Hello !
    Excellent, j’adore le ton de cet article, bien vu ! Et tellement vrai…
    Bonne journée

    • Tony 1 septembre 2013 à 13 h 18 min #

      Merci Nath ! Ravi que tu aimes les salauds dans mon genre. Être une ordure est un peu nouveau pour moi alors je prends tes encouragements avec plaisir. ;)

    • Nath' 1 septembre 2013 à 18 h 01 min #

      Ah mais je l’ai pris au 5ème degré ton article, je ne savais pas qu’il fallait le prendre au 1er degré ! ;-)

  3. Amandine 31 août 2013 à 6 h 49 min #

    Wouaw, trash comme article ! Une bonne claque pour bien commencer le week-end, ça réveille ! ;)

    Le tourisme spécial « homme civilisé visitant les sauvages » comme on va au zoo, j’ai malheureusement expérimenté. C’est ce qui m’a fait détesté le tour au lac Titicaca (même s’il y avait de belles choses à côté de cela). Ces dames, sur une des îles de roseau, faisaient des représentations « spécial touriste » : tout cela sonnait faut et me mettait terriblement mal à l’aise. Sans compter qu’à la fin, elles se sont mises à chanter des chants traditionnels, soit … puis des chants en anglais, jusqu’à lancer toutes en coeur « Hasta la vista baby ». Une horreur !
    Mais le plus horrible dans tout cela, … c’est que les touristes ont appréciés ! Navrant et sidérant tout à la fois.

    • Tony 1 septembre 2013 à 13 h 23 min #

      Je ne pouvais pas laisser tout le monde dans l’apathie du dernier week-end d’août Amandine. Et je sentais que mes détracteurs habituels avaient besoin de grain à moudre pour se sentir exister. :)
      Concernant ces mascarades touristiques, je ne sais plus trop quoi penser. Haydée avait entendu parler de ce côté faux à Titicaca. Faut-il empêcher ces danseuses de ramener quelques devises à la maison en faisant plaisir aux touristes sans cervelle qui adorent ça ?
      Mais de là à te servir du « hasta la vista baby » ça fout le cafard…
      Nous avons refusé le même genre de représentation à Iquitos au Pérou. A nous de rester vigilants sur la nature de la prestation et de savoir dire non.

  4. kevin 31 août 2013 à 7 h 30 min #

    Salut à vous 2,

    J’avoue ne pas avoir compris le sens de l’article. Certes le côté sex, drogue et rock and roll tel que vous le décrivez peut porter à préjudice sur la polpulation locale et est plus un fléau qu’autre chose.

    Seulement, je pense que le voyage extreme peut-être une recherche de soit même. Le seul problème comme dans tout voyage, c’est quand celui -ci est marketé et proposer au tourisme de masse.

    On a trop souvent l’image de l’occidentale en manque de sensation forte qui va se déchainer à l’autre bout du monde. Je pense cependant que la caricature est facile, même si elle est réelle. Il ne faut pas pour autant généraliser.

    Bonne continuation,

    Kevin

    • Tony 1 septembre 2013 à 13 h 24 min #

      Et bien oui, tout est réel Kévin : l’occidental qui se croit tout permis, la quête de sensations fortes et les préjudices moraux subis. La seule caricature présente ici c’est le dessin, pas aussi facile à faire qu’une généralisation.
      Une introspection peut se faire de bien des manières, pas besoin de plonger dans certaines déviances pour cela.

    • Sirhom 1 septembre 2013 à 15 h 19 min #

      Rassure-moi Tony, le tourisme du rapt organisé c’est une blague hein ?

      J’aime bien l’illustration, elle a presque une qualité visionnaire:)
      L’avenir de l’extrême, c’est la fusion et c’est aujourd’hui :

      Le sexe agrémente super bien les drogues et réciproquement, c’est pas nouveau, mais plein d’avenir. En occident on est au courant depuis les années 60. Dans certains coins du monde, c’est une tradition millénaire.

      Au Japon on produit du porno roots: des japonaises partent en Afrique dans les tribus se faire attraper par des grands blacks poussiéreux.

      Toujours au Japon, l’industrie du jeu vidéo a senti le vent venir. Capcom produisait il y a quelques années un jeu dans lequel on amalgamait black et zombi. On pouvait en toute quiétude dégommer du noir en Afrique.

      Aux states, le jeu vidéo est l’interface officielle de l’armée américaine. Il y a quelques années, Soldier of fortune – « mercenaire magazine » en français – un magazine d’extrême droite participait à la production de jeux dont le concept était précisément le tourisme de guerre. Aujourd’hui l’armée et la CIA produisent ces jeux. Depuis l’interface des jeux, en 2 clics tu peux t’engager. Les pubs du corps militaire emploient les mêmes cartes postales que l’industrie du tourisme.
      En tout troufion sommeille un voyageur.

    • Tony 1 septembre 2013 à 22 h 33 min #

      Si c’est une plaisanterie elle n’était pas toujours des plus courtes. Cela pouvait durer quelques semaines… Y’en a qui n’ont que ça à foutre que de prendre des vacances pour se faire enlever. :)

      Tout à déjà été inventé. On ne fait le neuf qu’avec du vieux qu’on améliore et qu’on mélange. On innove.
      Cette fusion des extrêmes me parait donc naturelle et se banalise un peu plus chaque jour, c’est fatal.
      Le cocktail sexe/drogue est un classique du genre. Tu as des exemples pour les traditions millénaires ?

      S’engager dans l’armée est un bon plan pour voyager, mon père l’a fait dans la marine. Ça date, et quand je vois la différence avec maintenant et ce que tu expliques je m’interroge.
      l’idiocratie est-elle entretenue pour mieux manipuler et servir « l’intérêts collectif » ?

      Bientôt, une bonne addiction aux jeux vidéos et quelques campagnes de sensibilisation suffiront à t’envoyer au front avec un sourire jusqu’aux oreilles. Mais ce n’est plus du tourisme là…

    • Sirhom 2 septembre 2013 à 3 h 15 min #

      Depuis la nuit des temps probablement on trouve dans les pratiques tribales africaines l’alchimie suivante :
      désinhibiteur+excitant+danse jusqu’à la transe=sexe cosmique

      bois bandé+zouk, c’est la version à peine déformée des caraïbes.

      En France aussi on trouve encore des traces de ces pratiques. Pour un peu tout le monde, il doit être difficile de se rappeler la dernière fois qu’on a pécho sans boire ou faire boire.

      Les haschischins historiques partousaient dans les brumes du kif. Du canabis bien épais.

      Les ménades antiques, prêtresses de Dyonisos picolaient jusqu’à l’orgasme meurtrier.

      Les sorcières du moyen-âge – descendantes en droite ligne des ménades – dans leur sabbat, se défonçaient bio pour mieux s’envoyer en l’air…

      Elles utilisaient des substances telles que la mandragore, la datura, la jusquiame, connues depuis l’antiquité pour leurs effets sur la fertilité. On en trouve des traces dans l’ancienne Égypte, dans l’ancien testament…
      Bref ça date.

    • Tony 2 septembre 2013 à 10 h 36 min #

      Comme j’ai bien fait de te poser la question. J’avais beau connaître quelques-uns de tes exemples, ton énumération m’en apprend bien plus.

      L’humain à toujours consommé des drogues, c’est la nature qui veut ça, même certains animaux le font. Mais je n’avais pas fait autant de liens avec le sexe comme tu le démontres.

      Je voyais mal les haschischins réussir à bander avec autant de THC dans le sang ! :)

      C’est le sabbat du moyen âge qui m’a le plus marqué à ce niveau. Je me demande jusqu’à quel point les écrits sont réels.
      – Excès de mandragore, datura et autres substances costaudes.
      – Relations sexuelles orgiaques sur des hommes non consentants
      – Cannibalisme et violence sans nom (sur les mêmes hommes ?)
      – Rites sataniques en tout genre

      Les druides ont tellement diabolisé les sorcières pour leur voler ce statut d’érudit, imposer leur vision sociétaire patriarcale et prendre le pouvoir qu’ils ont réussi à les discréditer aux yeux des historiens « Ad vitam æternam ».

      Quand je vois le poids de la désinformation moderne, je ne peux qu’imaginer les conneries incommensurables qu’on a pu faire avaler aux gens de l’époque et que nous prenons encore comme parole d’évangile aujourd’hui.

    • Sirhom 4 septembre 2013 à 3 h 13 min #

      Oui Tony,
      même les animaux:)
      Les félins raffolent de l’herbe à chat, c’est trop hiiigh !

      Y’a des année, j’avais un chien qui en été, à la saison du rut, suçait des crapauds. Je le retrouvais ensuite invariablement étendu dans le garage, haletant…

      Des années pus tard j’ai appris que certains crapauds secrètent dans leurs mucus des substances hallucinogènes.

    • Tony 4 septembre 2013 à 8 h 33 min #

      Ahahah ! Terrible le coup des crapauds halu ! J’ai une vision de cabot sur le dos, pattes en l’air parcourues de petits spasmes frénétiques.

      En tout cas, un chien qui suce un crapaud à la saison du rut, ça prête à confusion. :) Voilà un sujet parfait pour renouveler le pornchic de Marc Dorcel.

  5. Laurent 31 août 2013 à 7 h 57 min #

    Il me gêne cet article. Pas assez engagé, dans un sens où dans l’autre. A mon avis, il manque un peu d’ironie ou de second degré comme au début du papier…

    • Tony 1 septembre 2013 à 13 h 43 min #

      Les vérités crues sont toujours gênantes Laurent. Pour bien comprendre mon ironie je t’invite à rajouter quelques degrés supplémentaires. Par contre Il faudra que tu m’explique ta notion d’engagement, qu’espérais-tu de plus ?

  6. Bertrand 31 août 2013 à 11 h 58 min #

    Je suis d’accord avec Guillaume. Ni l’un ni l’autre, ni encore l’autre non plus, et je dirais même plus : « pas même les quatre derniers » !

    Le voyage à vélo est plus relax qu’il en a l’air, il est moins extrême que le voyage en routard de mon point de vu. Entre passer 7h sur le vélo et 7h dans un bus bondé, le choix est vite fait pour moi. Idem, entre marcher et pédaler, je préfère de loin pédaler. Mais malgré tout je pense que la prochaine fois, je pédalerais encore plus relax ;)

    • Tony 1 septembre 2013 à 13 h 57 min #

      Comme avec Guillaume, restons bon enfant Bertrand. :)
      Je suis d’accord, le vélo restera clairement ma manière préférée de bouger et tant que tu ne t’imposes pas 200 km/jour ou la traversée du pôle nord à bicyclette, ça n’est pas si extrême que ça, je te l’accorde.
      Mais je suis étonné par ton avis sur ce couple de Suisses à vélo. Tu ne te sens pas assez proche de leur manière de voyager ou ai-je mal compris ?

  7. Isabelle 31 août 2013 à 15 h 35 min #

    Ouah pas pour moi : tu as oublié le tourisme médical : se refaire les seins en Bulgarie ou la dentition en Tunisie … Et l’authenticité dans tout ça ? Moi j’avais vu des champs de cannabis au Liban en descendant dans la Bekka alors que le guide était en train de nous dire qu’il n’y avait plus de drogue au Liban …

    • Tony 1 septembre 2013 à 14 h 10 min #

      Tient ! Je n’avais pensé au médical Isabelle. Encore une belle branche bien pourrie par notre société de consommation. Je ne sais pas trop comment je peux le classer au niveau du tourisme extrême. Par contre je me sens capable d’en faire un article à part qui risquera de déborder un peu du sujet voyage.

      Trop bon le coup du « il n’y a plus de champs de cannabis au Liban » pile devant une de ces plantations. J’espère que tu t’es bien foutue de la gueule du guide ! Qu’à t-il dit pour ne pas perdre la face ?

    • Isabelle 2 septembre 2013 à 5 h 57 min #

      Le guide … Si il avait été chinois, il aurait perdu la face … C’était un petit étudiant ! On avait un copain qui se mariait à Tripoli (Liban ) et pour nous faire découvrir son pays avant la mariage, il nous avait organisé des petits tours en bus … Alors, on lui a juste fait la remarque et il était très confus… C’était des champs à perte de vue t pourtant le Liban venir d’être retiré de la black liste de l’ONU pour la drogue … On a même vu des pavots …

    • Tony 2 septembre 2013 à 10 h 52 min #

      Coup dur pour le guide de Tripoli… :)
      On ne peut pas trop lui en vouloir en fin de compte, il ne peut pas se porter garant des affirmations débiles de l’ONU.
      20% du PIB libanais venait du tourisme. Mais depuis la fin de la guerre civile, l’instabilité et le manque d’encadrement public et juridique n’aident pas à la reprise.
      Le Liban a dû passer quelques accords tacites avec les nations-unies pour booster un peu son tourisme après toutes ces guerres improductives. La disparition magique des champs de canna et de pavot ne serait donc qu’un pieux mensonge au service de la reprise économique du pays ?

  8. carlo 31 août 2013 à 16 h 19 min #

    j’ai beau relire cet article, je ne vois pas ou tu veux en venir.
    humour, sarcasme??

    800 millions de touristes sexuel, tu confonds ces chiffres avec le nombre de touristes annuelles ! Les touristes sexuels représentent environ 10% soit 80 millions.

    Les touristes sexuel ne sont pas tous « des mecs » (gay inclus).
    Il y a aussi bcp des femmes, de lesbiennes.
    Je crois que tu confonds « pédophilie » et « prostitution ».
    A moins que les clients et clientes des prostituées ne baisent aussi leurs enfants en rentrant à la maison. :)

    • Tony 1 septembre 2013 à 14 h 56 min #

      Humour ou pas ? Je te laisse seul juge carlo

      Oups, méchante coquille ! J’ai eu la main leste. Merci pour ta remarque, c’est corrigé. Un zéro de trop a son importance à ce niveau.
      Comme tu le dis, 800 millions est bien le nombre total de touristes annuel dans le monde et l’on estime à 10% le nombre de lâches qui profitent du tourisme de la prostitution.
      C’est le 3ème commerce illégal le plus important du monde après les trafics de drogue et d’armes.

      Par contre non, je ne confonds pas avec la pédophilie. Je parle bien de la prostitution en général. Les mineurs Thaïlandais n’étaient qu’un exemple servant d’illustration.

      Tu chipotes sur la nature de ces touristes : hommes, femmes, gay = même combat. Le mot « mec » est plus une figure de style qu’une classification précise de ce genre d’individus. Mais j’ose dire que le mâle est beaucoup plus représenté que la femme dans ces cercles : 99 % ? :) Ce serait de l’hypocrisie que de dire le contraire.
      Tu te moques en disant que certains baisent leurs enfants en rentrant chez eux mais tu n’imagines pas à quel point tu as raison. Cela existe bel et bien !

  9. Sirhom 31 août 2013 à 16 h 47 min #

    Salut Tony,
    enfin un article un peu méchant, ça fait du bien au sortir du bain de limonade plate qui inonde globalement la toile.

    Dans le fond par contre, c’est finalement un peu mou. Tu fais je trouve un peu facilement la morale, en mettant face à face les saines joies vélocipèdes et la double péno pédophilique. Ce qui manque surtout, c’est une véritable analyse du pourquoi ces phénomènes que tu condamnes. Tu englobes tout vaguement dans l’idée d’une désaffectation de nos sociétés modernes. Tu t’arrêtes quand ça devient palpitant.

    Tu dresses en tout cas un bilan très sombre quant à notre monde « civilisé ». D’un coté on a le choix de s’engager dans une guerre qui ne nous concerne que de loin, pour se sentir vivre à l’étranger, de l’autre l’option de gober ses antidépresseurs pépères, dans son canap. C’est assez intéressant je trouve. Ça nous ramène à la question primordiale que les commenteurs voyageurs s’envoient tous à la face un moment ou un autre.

    -C’est pas ça le voyage !

    -C’est pas mon idée du voyage !

    -Gnagnagna

    C’est quoi le voyage ?

    Nicolas Bouvier disait dans sa célèbre citation de l’Usage du monde : « Un voyage se passe de motif». Je sais pas qui c’est Nicolas Bouvier, je viens de piquer ça sur le blog de Laurent de onechai.fr : )
    Je trouve ça assez nase en fait – euh c’est pas pour toi Laurent. C’est une façon rhétoreuse de dire sans le dire : J’ai pas envie d’me prendre la teuté, t’te façon les voyages c’est troop cool.

    James Michener dit que – c’est une considération sociologique pas psychologique, à la base du phénomène voyageur on trouve immanquablement la loose. Il faut être en échec pour vouloir partir.

    Toi Tony, pourquoi tu voyages ?

    Une autre question, t’es pas obligé de répondre, ça casserait connement le principe de ton article : Au fond qu’est ce que tu penses vraiment des activités douteuses dont tu fais la liste ?

    • Tony 1 septembre 2013 à 15 h 47 min #

      Pour être honnête Sirhom, j’avais commencé cet article sur un tout autre registre. Je me documente toujours avant d’écrire, et au fil de mes lectures, la mièvrerie générale de ce que j’ai pu lire m’a gonflé.

      J’ai donc décidé de prendre le politiquement correct à contre-pied. Mais sans faire de véritable analyse, tu as raison.
      C’est délibéré, comme mon approche manichéenne de la question ici.
      Rassures-toi, je n’en pense pas moins, mais il me faudrait devenir sociologue et écrire 25 000 mots d’un coup pour donner mon point de vu sur la question. C’est malheureusement inbouffable pour la majorité…
      Pour avoir lu quelques-uns de tes articles je pense que tu aurais aimé.

      Le bilan est sombre, certes, mais la noirceur de l’âme humaine a toujours existé et s’exprimera toujours. Dans cet article je ne la dénonce pas, je la montre tel qu’elle peut parfois être. Sans fioriture. Je parle de ce dont personne ne veut parler. Nous sommes trop ancrés dans nos tabous.

      Je voyage pour la découverte, pour essayer de m’ouvrir à d’autres cultures et remettre en question mes certitudes.
      Nous sommes tous faibles, cons, lâches, égoïstes, etc… Et en général ça ne s’arrange pas avec l’âge. Le voyage est un bon moyen de tenter de corriger toutes ces tares humaines.

      Ce que je pense vraiment de ces activités douteuses ? Certaines me plaisent, d’autres me débectent. Et ne dit-on pas qu’il faut tout essayer dans la vie ? Enfin presque tout…

    • Sirhom 1 septembre 2013 à 16 h 05 min #

      « C’est malheureusement inbouffable pour la majorité… Pour avoir lu quelques-uns de tes articles je pense que tu aurais aimé. »

      Ah ah, bien envoyé : )

      T’as lu le truc sur les enfants chinois ? C’est dense et ça tabasse, je dois pouvoir épuiser des troupes entières de lecteurs avec ça. Pour l’instant, les lecteurs ne me dérangent pas.

      Faut que je pense à répondre au commentaire de belle-maman:)

    • Tony 1 septembre 2013 à 21 h 36 min #

      Si tu parles de ton article : Le marché des enfants, j’avoue que c’est fort. J’étais tombé dessus il y a quelques jours mais n’avais pas eu le temps de le finir. C’est chose faite :)

      Dur de lire plusieurs milliers de mots avec la même attention, surtout à l’ère de l’image et des courtes descriptions. Mais si en plus c’est profond et bourré d’infos sérieuses tu peux effectivement épuiser tes lecteurs. Et par là même décourager tes commentateurs. Heureusement que tu t’entends bien avec belle maman. :)

      Mon billet sur le tourisme extrême ne fait pas loin de 1 300 mots et n’est pourtant que le pitch d’une saga noire qui pourrait faire l’objet de nombreux écrits.

      N’hésite pas à poser ton lien la prochaine fois. J’ai dû fouiner pour retrouver ton article et comme L’internaute est faignant… :P

    • Tony 1 septembre 2013 à 15 h 52 min #

      Jusqu’où ira t-on pour une poignée de dollars Stéphane ? « Idéal J » répondait : « J’te braque même pour du toc ! »
      Fort de cette superbe prose, j’ai envie de te dire que nous aurons le temps de gerber toutes nos tripes avant que la surenchère ne s’arrête.

  10. Jordane de MonBonPote.com 31 août 2013 à 17 h 40 min #

    Ba et le tourisme sexuel ? Si je dis que je suis parti en Ukraine pour voir un pote, suis-je crédible ?
    D’ailleurs c’est marrant, car lui appelait le tourisme Gore le tourisme qui consiste à visiter des favelas, des camps de concentration, la pauvreté etc… Moi je trouve que c’est plus pour prendre conscience de sa propre condition.

    Après on ne peut pas en vouloir au voyageur voulant leur dose d’adrénaline…

    • Tony 1 septembre 2013 à 16 h 24 min #

      Je te crois Jordane.
      Mais homme ou femme, pote ou pas, ça n’a pas d’importance du moment que tu mets une capote… Désolé, encore une blague douteuse ; c’est Toy qui prend le dessus. :)

      Tourisme gore est un terme un peu excessif dans ce cas précis. Je suis plus de ton avis et je pense que ça ne ferait pas de mal à certains de voir ce qu’est réellement la misère humaine.
      Quant aux camps, invoquer le devoir de mémoire ne me parait pas déplacé. L’homme doit se souvenir de ses erreurs.

      Je suis le premier à dépasser quelques limites pour avoir de l’adrénaline.
      Tout le monde a droit à sa dose, même ceux qui se l’injectent directement dans les veines ; tant que ça n’engage qu’eux et ne porte pas préjudice aux autres.

  11. yopo 31 août 2013 à 18 h 21 min #

    travel magouille ira jusqu’ou il faut pour sa poignée de dollars, aussi petite soit-elle

    • Tony 1 septembre 2013 à 16 h 45 min #

      Bonjour mon petit trolleur, je t’attendais.
      Pour une poignée de dollars j’te prendrai bien les fesses :)

  12. piotr 31 août 2013 à 21 h 16 min #

    Apres l’article « best of des blogs », ctrl+C ctrl+V écrit en 10 minutes,
    l’article foure tout, sans profondeur et bien racolleur comme la presse a scandal.

    lizez les gens on parle de sex drogue extreme,
    3 fois plus de chances d’avoir un clic !

    On touche le fond.

    • Tony 1 septembre 2013 à 16 h 48 min #

      Connaissant la verve de Piotr, je pense qu’il aurait écrit ça mieux que toi mon petit trolleur ;)
      Ne va pas plus loin tu es déjà au fond.

  13. Nath' 1 septembre 2013 à 7 h 06 min #

    En lisant cet article, j’avais tout simplement vu une dénonciation de certaines formes de tourisme (extrême).
    Sans doute suis-je naïve de ne pas avoir vu les « mots clés » ?…

    • Sirhom 1 septembre 2013 à 14 h 58 min #

      Bah, tu mets sexe, drogue et violence dans le titre, difficile de rater le racolage.
      D’un coté ç’aurait pu être pire. Mais surtout, ça joue avec les limites et les interdits, c’est à fortiori intéressant. J’oserai même dire nécessaire.

    • Tony 1 septembre 2013 à 16 h 58 min #

      Meeeeerde ! Je suis découvert… Pour un tel sujet je savais que j’aurai du mettre les mots clés : tricot, maquillage et barbapapa. ;)

    • Nath' 1 septembre 2013 à 18 h 05 min #

      En même temps, le racolage a bien marché vu le nombre de commentaires ! ;-)
      Allez, qui n’essaye pas de mettre des mots-clés dans ces titres d’articles tout en jouant sur l’humour, la provocation, le second degré ?
      Enfin quand même, je serais curieuse de lire un article ayant pour titre « tricot, maquillage et barbapapa » ! ;-)

    • Tony 1 septembre 2013 à 19 h 22 min #

      Chiche ;)

  14. jconsult 1 septembre 2013 à 11 h 52 min #

    Très drôle et plein d’entrain et si ce n’était pas aussi rebutant on serait tenté de faire l’expédition touristique du sexe avec notre passeport de Français, d’Allemand, de Scandinave … comme des millions d’Européens bienpensant l’organisent à longueur d’année par l’intermédiaire d’agences de voyages bien « honnêtes » !
    On aimerait aussi user de la kalachnikov pour participer au flingage de « terroristes » subversifs dans les pays en ébullition tels la Syrie et l’Afghanistan aujourd’hui, ou bien la Palestine ou mieux hier la Tchétchénie, la Serbie ou le Kosovo sans oublier l’innommable Irak tant bien géré par les méritants Américains du nord !
    Mais tu oublies du parler du tourisme religieux, celui des réunions massives de jeunes croyants chantant les louanges de l’église sainte, celui des évêques pères de famille comme en Irlande ou celui d’Amérique latine que les papautés successives ont tout couvert au mieux de leurs intérêts. Tu oublies le tourisme des pèlerinages chrétiens ou musulmans où toutes les orgies sont permises à la condition qu’elles restent secrètes et non propagées par Al Jazeera !
    Sans oublier les réunions huppées à la Strauss Kahn où tout le monde oublie le vocabulaire de prostitué !

    • Tony 1 septembre 2013 à 19 h 26 min #

      L’ex Yougoslavie… l’une des plus grosses désillusions de ma jeunesse. C’est ce qui a le plus éveillé ma conscience aux dégueulasseries de ce monde et à l’hypocrisie criminelle de l’ONU/OTAN.
      Les exactions de certains Serbes en « vacances safari » en Bosnie pour buter du musulman m’ont écœuré. Voilà un tourisme qui vaut au minimum la prison à vie.

      C’est vrai que je n’ai pas évoqué le tourisme de la foi. J’aurais dû car le religion apporte son lot d’extrémistes. Les guerres des Balkans en est un exemple parfait parmi des milliers.
      L’agnostique que je suis n’a pas eu le réflexe d’en parler. J’avoue que je ne connais pas les dérives de ce genre de tourisme. Le net ne dévoile pas grand chose excepté son côté mercantile qui se développe vitesse grand V au États-Unis. Aurais-tu des exemples d’orgies à me donner ? Ça m’intéresse.

    • Tony 3 septembre 2013 à 10 h 02 min #

      Hello Patoch. Félicitation ! Tu fais parti du cercle restreint des personnes ayant un sens de l’humour turpide. J’adore ! :)

  15. olivier 3 septembre 2013 à 5 h 18 min #

    « Je me documente toujours avant d’écrire »….
    Par exemple pour cet article, mis à part internet comment t’es tu documenté?

    Car tu parles exactement de ce que je reproche parfois aux bloggueur Tony.
    Vous oubliez que vous éditez du contenu et diffusez de l’information.
    Ces informations seront peut-être utilisé par d’autres pour eux même écrire un article.

    Dans ce cas si Carlo m’avait pas mentionné ton erreur sur le nombre de touristes sexuel (passant de 800 à 80 million), vous diffuseriez une information complètement erronée.

    C’est le probleme lorsque tout le monde se dit « bloggueur professionnel », sans pour autant avoir de règles déontologiques et avec bien souvent internet comme seule source informations.

    Voila pourquoi internet ne peut être fiable comme seule source d’information.

    Si je prend l’exemple de ton article :
    conscernant le tourisme sexuel, tu passes de la pédophilie à « il y sont 80 millions à le faire, vas y fonce ».
    Alors de quoi parle t’on? De 80 million de pédophiles ou de 80 millions de touristes sexuel?
    Ce n’est pas clair…il ne sagit pas d’une simple faute de frappe avec un zéro de trop mais de contresens, d’ambiguité

    Dans ce même article, tu parles de tourisme chamanique et la ligne suivant tu mélanges cela avec prise de cocaine, triangle d’or, jamaique….?
    Quel rapport entre narco tourisme et le chamanisme, ayauasca et prise de drogue « récréative »?

    Tony, internet n’est pas fiable pour se documenter et écrire des articles. Je penses que tu connais les erreurs comisent par les journalistes qui ont utilisés wiki pour se documenter et les conséquences de la diffusions d’informations non vérifiées.

    Pour moi être professionnel c’est se sentir responsable de ce que l’on diffuse, vérifier ces sources hors du web. On ne devient pas professionnel simplement parce qu’on y passe bcp de temps et que l’on compte en dégager un revenu.

    • Tony 3 septembre 2013 à 10 h 05 min #

      Mes sources :
      – The darker side of travel : the theory and practice of dark tourism – de Richard Sharpley, Philip R Stone
      – Age of consent : A sex tourists guide – de Peter F. Friedmann
      – Dark tourism – de J. John Lennon & Malcolm Foley
      – No money, no honey – de Sébastien roux

      Je te fais grâce des articles de journaux.

      Tu as raison, le terme « Narco touriste » est bien plus adapté que « chamanique ». C’est rectifié.

      Merci de reconnaître ma qualité de blogueur professionnel Olivier, je n’en espérais pas tant, tu me flattes. :)

  16. Manu @ VoyageAvecNous 3 septembre 2013 à 12 h 16 min #

    Incroyable le tourisme de la violence, je ne savais même pas qu’on pouvait payer pour aller en Syrie actuellement.

    C’est quand même des sacrées formes de tourisme… tourisme sexuel et le tourisme de guerre.

    J’espère ne jamais tomber là-dedans et que les « simples » voyages me conviendront tout le temps.

    • Tony 3 septembre 2013 à 12 h 52 min #

      C’est vrai ça Manu, je ne sais pas comment notre pote japonais a réussi à faire le voyage jusqu’en Syrie ! Pas en pédalo j’imagine.

      Si tu ne scotch pas « Call of duty » 6 heures/jour et que tu fais encore des galipettes avec Blandine tu as une chance de t’en sortir. ;)

  17. Christian de Destresse Marketing 3 septembre 2013 à 15 h 29 min #

    Salut Tony,

    Bravo, la classe pour l’accroche!

    Et beaucoup de petits coquins se sont découverts en venant commenter.

    Heu, comme moi?

    C’est pas tout ça mais tu as oublié de fourguer le nom des agences qui organisent ces petites randonnées pédestres sympathiques.

    Histoire de leur envoyer d’autres touristes.
    Les extrêmes des extrêmes: c’est qui qui va courir le plus loin vers une mosquée ou une église avec une sac de 50 kilos de dynamite sur le dos?

    Graves ceux-là. Ils se la pètent un peu trop.

    A part ça, il y a encore des touristes débiles que tu as oubliés: ceux qui veulent partir sur Mars en sachant qu’ils ne reviendront jamais..cool…surtout le père de trois enfants…sympa le papa.

    Sûrement @+ … Moi qui rêve de voyages.
    Christian.

    • Tony 3 septembre 2013 à 18 h 57 min #

      Bien vu pour les coquins Christian. Mais d’autres se cachent !
      J’en veux pour preuve un taux d’ouverture record de l’article pour beaucoup moins de partages qu’à l’accoutumée.

      C’est révélateur de cette peur latente du parler cru. On adore le saignant tant que ça ne nous éclabousse pas personnellement.
      Combien rigolent des conneries de Dieudonné sous cape et lui crachent à la gueule en public ? Aïe ! Rien que de prononcer ce nom m’expose à l’antisémitisme.

      Et bien c’est ça le principe. Au fond on s’en branle de Dieudonné. C’est le procès d’intention qui est fait quand on en parle qui importe.
      Dur de donner un avis tranché sans s’exposer. Alors on se tait. A moins de ne pas faire partie des légions d’eunuques produits par notre système.
      Bref…

      Aller ! j’te lâche un nom : Big Apple oriental tours. Tu ne m’en voudras pas si je ne te mets pas le lien. A vos blocs-notes. J’attends les retours d’expériences maintenant.

      Par contre évite de donner de mauvaises idées s’il te plait. Les 50 kilos de dynamite vont finir devant ma porte avec tout ce que je balance. Question tourisme, il y a mieux que Maisons-Alfort, mais ça pourrai devenir une destination en vogue.

      Pas mal le coup de la planète Mars, j’en avais entendu parler. Dans un futur proche ce seront tous les nantis qui auront leur place là bas. Le fameux : « je ne veux pas changer le monde mais changer DE monde » prend tout son sens ici.
      Qu’est ce qu’on en a à foutre de niquer la planète ? On sera déjà mort ou sur Mars et nos enfants n’auront qu’à se démerder. On faisait comment nous à l’époque ?

      Maintenant si tu rêves de voyage je peux te faire un devis, d’après certains je suis déjà un blogueur-voyageur pro. Mais bon, pro ou pas pro, je fournis les femmes.

      Du coup je découvre ton blog. @+ c’est une certitude. :)

    • Sirhom 4 septembre 2013 à 3 h 34 min #

      T’es grillé Tony,
      là je pense que c’est sur, t’es fiché et re-fiché.
      Après ton Vietcong jaune, tu cumules grave.

      Que ne me suis-je laissé aller à mes bas instincts… participer à cette foire du mauvais goût !

      Foutu pour foutu, j’ajouterai que tu as oublié de parler de l’humanitaire, parfois douteux : ONG utilisées par les gouvernements et l’industrie; programmes éducatifs visant au fond à l’occidentalisation, ou à la politisation des masses démunies; les intervenants comme j’en connais, intéressés par un voyage à sensation, ou par la pénétration des sphères diplomatiques…

    • Tony 4 septembre 2013 à 8 h 23 min #

      Littéralement cramé même. La biafine n’y changera rien. Mais pourquoi j’aime ça ? :)

      Par contre tu files un mauvais coton Sirhom. Non content d’avoir mis le doigt dans l’engrenage infernal du mauvais goût, tu en rajoutes une couche avec les ONG.
      Si tu commences à toucher aux dérives du sacro-saint humanitaire et à ses récupérations mercantiles je ne réponds plus de rien !
      Délectable.
      Quel pourcentage d’intervenants fait ce type voyage par vocation philanthropique ? Pas bézef à mon avis… Mais je ne leur jette pas la pierre. J’aurais sûrement fait comme eux à leur place.

      Certains décrivent ce type d’humanitaire comme une nouvelle sorte de colonisation. Il y en a à prendre et à laisser je pense, mais je ne suis malheureusement pas assez calé sur la question.
      Ça ferait un bon sujet d’article en tout cas.

  18. Christian de Destresse Marketing 4 septembre 2013 à 6 h 45 min #

    Big apple oriental tour? Sea, sex and sun…c’est Gainsbourg qui a commencé…et DSK qui a continué (il parait qu’après 10 voyages il a le 11ème gratuit :D)

    Et moi, je veux rien savoir…pas envie de finir en prison aux states pour proxénétisme.

    Donc tu es pro, mince alors.
    Tu as un jet et tout et tout?

    Ouahhh
    @+

    • Tony 4 septembre 2013 à 18 h 24 min #

      Avec une pléiade de voyages par an, c’est sûrement plus rentable pour DSK que les « Miles » d’Air France.

      Meuh non, tu peux éviter la prison en plaidant la folie passagère. Ça devrait être dans tes cordes. ;)

      Par contre, pour un pro du blogguing-voyage je ne peux te proposer qu’un jet lag…

    • Tony 5 septembre 2013 à 21 h 39 min #

      Bienvenu Callie, rejoins nous donc tous, toi qui ose te mouiller en donnant ton avis.
      Sortir du standard déchaîne souvent quelques passions. Et les passions qui s’expriment après de longs silences le font souvent à l’extrême. Tient ! Encore l’extrême, décidément…
      Mais je ne m’attendais pas à autant de retours positifs des commentateurs et ça me fait chaud au cœur. Merci ! :)

  19. LOL 8 septembre 2013 à 18 h 08 min #

    Mes sources :
    – The darker side of travel : the theory and practice of dark tourism – de Richard Sharpley, Philip R Stone
    – Age of consent : A sex tourists guide – de Peter F. Friedmann
    – Dark tourism – de J. John Lennon & Malcolm Foley
    – No money, no honey – de Sébastien roux

    t’es trop fort !
    ta source pour les chiffres c’est geotour!

    sinon bravo pour cette collection, peu de gens ont autant de livre sur le tourisme sexuel dans leur bibliothèque.
    On en apprend un peu plus sur tes passions quand tu n’est pas sur ton vélo.
    Bien à toi l’adepte de la loie du talion (de la peine de mort quoi,)

    • Tony 8 septembre 2013 à 18 h 29 min #

      Merci mon petit troll, c’est vrai que j’ai une bibliothèque très fournie. Et j’ai encore beaucoup de passions et de livres qui vont avec. Tu n’as pas fini de t’extasier de tes deux stars préférées : Tony & Haydée.

      Tu te trompes pour la loi du talion. Ce n’est pas la peine de mort mais « oeil pour oeil, dent pour dent ». Attention aux amalgames que tu fais un peu trop souvent dans tes commentaires.

      Si tu veux troller, fais le intelligemment.

  20. Chris @ Tour du monde 10 septembre 2013 à 9 h 13 min #

    On peut dire que tu viens de nous donner une sacrée bonne dose d’extrêmes là. Déjà que certains hurlent quand on leur parle de voyage au tour du monde, j’imagine même pas la tête de taty si je partais en guerre :)
    Je me retrouve déjà plus dans les approches de sport extrême, même si pour l’instant cela se limite à quelques excursions à vélo, un marathon et quelques sauts dans les airs !

    • Tony 17 septembre 2013 à 11 h 41 min #

      Je suis sûr que taty serait ravie que tu lui ramène un petit souvenir de guerre. Une ogive ou une mine antipersonnel feraient l’affaire et ont sûrement plus de cachet qu’un collier en toc trouvé sur les marchés de Bangkok. :)
      Pour les sport extrêmes tu es déjà plus au fait que moi car je n’ai jamais fait de marathon ni de saut dans les airs. Je suis trop trouillard pour le parachute de tout façon.

  21. fabrice 21 septembre 2013 à 0 h 59 min #

    L’Asie du sud-est en concentre au moins 3! Je recommande !
    Enfin, façon de parler…

    • Tony 23 septembre 2013 à 13 h 41 min #

      Toi aussi tu t’es laissé prendre dans la manne du péché ? Mais alors Fabrice, tu es un homme normal en fin de compte ! Cruelle désillusion que la mienne. Toi qui, à mes yeux, brillait tel un bouddha dans les hautes sphères de la droiture et de l’honneur.
      Je vais devoir réviser mes classiques. ;)

  22. fabrice 23 septembre 2013 à 16 h 01 min #

    3ème degrés bien sûr:-)

    Mais je suis encore un petit scarabée:-)

  23. Tintin 7 octobre 2013 à 1 h 41 min #

    Tu fais un article intitulé « sexe, drogue et violence »
    C’est bien détaillé, original, malgré tout, dans ton article consacré au sexe, pourquoi tu parles de pédophilie qui représente une minorité sur l’ensemble de l’industrie du sexe ??
    C’est sûr que c’est bien loin des mœurs chrétiennes, mais de là, à faire l’amalgame et à parler de lâches ceux qui profitent du tourisme sexuel. C’est avant tout un échange. Une prestation de service rémunéré.
    Vis-à-vis de nos valeurs républicaine, la consentement tient un rôle primordiale.

    Non sans rappeler, que le mots « travail » vient du latin, et à l’origine voulait dire torture. Cela me choque pas, que certain font se choix là, plutôt que de travailler 8heures par jour à effectuer le même geste où vendre son corps, ça me choque pas plus celui qui paie pour avoir une relation sexuelle tarifée.
    Tout les amateurs de vitesse et d’adrénaline, ne serait pas contre de louer une BMW, et de faire la faire monter dans les tours.
    Ni voyez aucun cynisme, contrairement à ton  » Il faut savoir répondre à l’offre » par rapport au tourisme sexuel, le reste du temps ça reste sur le ton de l’humour.
    Perso, j’ai pas besoin de drogue, de sexe oui, et c’est pas pour autant que je méprise ceux qu’ils le font. Chacun fait ce qu’il veut. Même parler de ce qu’il ne connait pas…
    hehe
    lol

    • Tony 7 octobre 2013 à 15 h 08 min #

      C’est vrai qu’en relisant le passage de l’article une petite confusion persiste entre la pédophilie et la prestation sexuelle entre majeurs.
      J’ai donc légèrement rectifié le texte afin d’éviter l’amalgame et te remercie pour cette remarque.

      Je t’accorde également que le mot lâche est mal choisi pour désigner les touristes sexuels.
      Il n’y a pas vraiment de lâcheté dans le fait de chercher une prestation rémunérée basée sur le consentement mutuel entre majeurs. Je ne suis pas prude, j’accepte donc cet état de fait sans soucis.
      J’avoue avoir pensé à la pédophilie en écrivant « lâche » dans le commentaire auquel tu fais référence.

      Sans aller jusqu’à mépriser ceux qui ont des relations sexuelles tarifiées, je ne suis pas fan de ce genre de pratiques.
      Payer pour baiser, c’est choisir la facilité. Pas besoin de draguer, on réalise ses fantasmes sans batailler et ça évite de se prendre des râteaux.
      Ça manque de sport tout ça. :)

  24. Ju 20 décembre 2013 à 13 h 15 min #

    J’aurais parlé de tourisme de l’illégalité plutôt que de tourisme de l’extrème à vrai dire :) L’extrème a pour moi une connotation plus positive de dépasser et de prise de risque (sportive par exemple), qui sans être un échappatoire peut être un stimulant ou un moyen de se sentir vivre !

    • Tony 20 décembre 2013 à 14 h 51 min #

      J’avoue avoir beaucoup hésité avant de choisir le terme « extrême » Ju. Mon problème est que tous ces tourismes dont je parle sont discutables, certes, mais pas illégaux. Excepté le tourisme sexuel avec des mineurs bien sûr. Et vu que je ne suis pas contre un peu d’extrême de temps à autres, car comme tu le dis on se sent vivre dans ce moments là, j’ai choisi.
      En tout cas ça donne faim tous ces bagels ! :)

  25. cloturat 11 juin 2014 à 13 h 32 min #

    Re-bonjour,

    Très, très, bien écrit cet article.
    De telles réflexions ont souvent surgi dans ma tête.
    Je pourrais moi aussi me replonger dans mes souvenirs pour écrire des anecdotes qui m’ont fait détester une certaine forme de tourisme. Je n’ai pas votre talent !

    Très chaleureusement !

    • Tony 17 juin 2014 à 12 h 21 min #

      Merci Monique !
      Je serais très curieux de connaître tes anecdotes. Et tu ne dois pas en manquer j’en suis sûr. :) J’espère que tu les écriras un jour, quitte à les faire corriger.
      Bise !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Sexe, drogue et violence : viens goûter a... - 31 août 2013

    […] Pauvre voyageur chevronné. L’exotisme organisé te lasse. Le voyage perd de sa saveur. Rassure-toi, le tourisme extrême comblera tous tes besoins d’évasion.  […]

  2. Revue de Blogs #1 : Les meilleurs articles Voyage du mois de Septembre | Tour-monde.fr - 30 septembre 2013

    […] ne vous impressionne pas outre-mesure, je vous conseille de jeter un œil à cet article sur travelplugin.com qui révèle différents types de voyages très extrêmes, par exemple dans […]

  3. Pourquoi je n’irai peut-être jamais au Japon ? [dessin du samedi] - 19 octobre 2013

    […] moi qui comptais faire un peu de tourisme extrême là-bas… Car ce sera possible d’ici une vingtaine d’années. Des intellectuels […]

  4. Tourisme spatial : le voyage dans l’espace est bientôt possible [dessin du samedi] - 2 novembre 2013

    […] Dennis Tito, premier touriste de l’espace en 2001. Mais jusqu’où iront-nous dans le tourisme extrême […]

  5. J'ai 28 ans et ma vie semble toute tracée. Que puis-je y faire ? - 27 novembre 2013

    […] du tourisme sexuel au Sénégal, lâche-toi !…Nan j’déconne […]

  6. Dossier Agression : Tout savoir sur le vol et l’agression en voyage - 16 décembre 2013

    […] Sexe, drogue et violence : viens goûter au tourisme extrême […]

  7. Voy(ag)eurs à la recherche de l'authentique perdu - 1 février 2014

    […] « Sexe, drogue et violence : viens goûter au tourisme extrême », sur l’essentiel blog de nos copains Haydée et Tony, Travel Plugin ; […]

  8. Découverte : les cénotes de la péninsule du Yucatán - 26 février 2014

    […] Le blog Explorando Cenotes (en espagnol) ; […]

  9. CaminoNomada tagué au Liebster Award - CaminoNomada | Blog de Voyage - 1 juillet 2014

    […] Sexe, drogue et violence : viens goûter au tourisme extrême Un coup de gueule paradoxalement exagéré et sobre à la fois, où Tony de Travelplugin.com vous laisse songeur. Un article qui me flotte souvent dans un coin de la tête. […]

  10. 32 conseils excentriques pour être un meilleur rédacteur web et donner envie d'en redemander - 27 juillet 2014

    […] eu droit à mon lot de remontrances avec mon article traitant du tourisme extrême et je ne m'en suis jamais […]

  11. Nomade digital en Albanie ? Non merci... - 5 mai 2015

    […] ami voyageur, si tu te souviens de mon invitation au tourisme extrême, tu ne t'étonneras pas de mon envie d'aller tester le "Shqipërisë" (Albanie) : le pays des […]

Laisser un commentaire