Vous souhaitez devenir nomade digital ? Voici la liste des 61 meilleures idées de business en ligne, la plus complète que vous trouverez sur le Net francophone. Pour l’obtenir au format PDF, cliquez sur ce lien. C’est gratuit.

Chaque jour ou presque, je reçois des mails de personnes souhaitant devenir nomades digitales.

Mais leur peur de se lancer est toujours bien présente.

Elles me font part de leurs craintes en m’écrivant :

Et si rien ne fonctionnait et que je me plantais ?

Je les comprends parfaitement.

Il y a quelques années, je pensais aussi que les contraintes logistiques et financières m’empêcheraient d’avancer.

J’étais coincée dans ma vie de consommatrice sédentaire plus ou moins imposée.

Mais maintenant que je suis technomade je sais que c’est bien moins difficile que vous ne pouvez l’imaginer.

Devant ma fenêtre en train d'admirer la neige de nov en Bulgarie

Alors, laissez-moi vous aider à combattre toutes ces peurs pour enfin sauter le pas fatidique.

Vous êtes propriétaire

Tant que ce n’est pas une hypothèque, je ne vois pas en quoi cela pose problème. Bon, j’exagère un peu…

Vous avez plusieurs options.

1. Option radicale : Vendez votre bien !

Vous souhaitez vraiment devenir nomade digital ?

Alors, vous n’aurez pas besoin de maison.

Et si vous avez l’intention de revenir souvent au pays, famille et amis se feront un plaisir de vous accueillir quelques jours.

Ce sera l’occasion de faire une soirée diapos pour raconter vos histoires.

Mais n’achetez pas votre billet d’avion avant d’avoir trouvé le bon acheteur.

2. Vous n’êtes pas enchaîné à votre appart : louez

Maison attaché et les escargots

Vous pourrez même en profiter pour vous faire un complément de revenu qui vous aidera à payer votre logement à l’étranger.

Vos voyages sont trop fréquents pour revenir souvent en France ?

L’option de l’agence est bonne à prendre pour vous décharger de responsabilités telles que :

  • visites
  • rédaction du bail
  • constitution de dossier
  • état des lieux
  • voir même problèmes de plomberie et d’électricité

Cela vous coûtera entre 350 et 3 500 € d’honoraires suivant votre zone d’habitation et le nombre de mètres carrés que vous possédez.

Mais vous n’êtes pas obligé de passer par une agence.

3. Proposez votre location sur Airbnb

Vous ferez certainement votre plus gros profit ainsi.

Attention, ce moyen étant plus adapté à de courtes périodes, ce sera définitivement plus compliqué à gérer.

Sans compter les périodes creuses de location.

Prévoyez la présence d’un membre de votre famille ou d’un ami pour accueillir les locataires à chaque fois et faire le travail de nettoyage après chaque passage. C’est indispensable.

Mes hôtes bulgares sont un bon exemple : quand l'interlocuteur n'était pas le père c'était la fille :)

Mes hôtes bulgares sont un bon exemple : quand l’interlocuteur n’était pas le père c’était la fille :)

Et n’oubliez pas d’inclure sa petite commission dans le calcul de votre loyer.

Alors, inscrivez-vous sur Airbnb et sachez que c’est également une très bonne option pour tester le nomadisme digital. Mais en tant que locataire cette fois-ci.

4. Faites de l’échange d’habitations

En passant par des sites tels que :

  • guesttoguest.com
  • echangedemaison.com
  • homeforhome.com

Bref, vous avez l’embarras du choix.

Vous avez une famille

Petit secret : Nous en avons tous une…

Ou presque.

Par contre, pas de secret, vous n’avez que 2 options. Soit vous partez sans eux et ils vous suivront sur les réseaux, soit vous partez tous ensemble ! Comme :

 

  • Typhania qui voyage avec son homme et sa fille Nine. Ils ont tout vendu et travaillent sur la route depuis septembre 2013. L’à propos de son blog décoiffe et remet les choses à leur place.

Côté blogueurs anglo-saxons, découvrez :

  • The vagabond family, une famille de 4. Car pourquoi s’arrêter à un seul enfant en voyage ?
  • Et cette rédactrice freelance, The escape artistes, que rien n’arrête avec son fils de 12 ans.

Le plus frappant en lisant leurs articles, c’est que les enfants semblent bénéficier d’un environnement plus propice à une éducation ouverte et adaptée à la diversité du monde.

Ils n’en sont que plus heureux et plus sociables !

Vous aimez accumuler des tonnes d’affaires personnelles

Il y a des gens comme ça.

Ils possèdent et entassent tellement de choses que l’antre du capitalisme semble être leur Mecque.

Ces collectionneurs ne pourront définitivement pas partir avec un tel ramassis de merdes inutiles.

S’en débarrasseront-ils un jour ?

Je leur souhaite ! Les brocantes sont faites pour ça…

Si si... Rassemblez vos chaussures et vous verrez que vous en avez presque autant !

Si si… Rassemblez vos chaussures et vous verrez que vous en aurez presque autant !

N’oubliez jamais que « l’être » est bien plus important que « l’avoir ».

L’expérience vaut tellement plus que la possession.

Vous vous en doutez sûrement, mais vous n’avez peut-être pas encore eu la chance de voir à quel point c’est vrai. Il faut le vivre pleinement pour s’en rendre compte.

Si vous aimez l’idée du nomadisme digital, mais n’imaginez pas arrêter le shopping ou vendre toutes vos affaires, un conseil :

Louez votre appartement meublé ou entreposez vos babioles dans un box de location et testez ce style de vie pendant quelques mois.

Puis voyez comment vous vous sentez après coup…

Ça aide à se recentrer.

Vous aimez la routine

Mais qui ne l’aime pas ?

Au moins un petit peu.

Car pour être honnête, la routine est essentielle si vous souhaitez faire de l’argent en montant votre entreprise sur la route. Autrement la productivité ne serait pas au rendez-vous.

Mes journées de boulot ont une structure assez similaire aux vôtres.

Sauf que je travaille pour moi.

 
Dans cette liste des 61 meilleures idées de business en ligne, faite un choix, lancez-vous et ne vous dispersez plus. Obtenez le PDF gratuit en cliquant ici.
 

Même si mes horaires sont malléables, quand je bosse, je bosse !

Même si mes horaires sont malléables, quand je bosse, je bosse !

La différence entre le nomade numérique et l’employé classique c’est que le premier peut adapter son travail à son rythme de vie là où l’autre est tributaire de son rythme de travail.

Si je souhaite faire une autre activité pendant 2 ou 3 jours ou si une nouvelle idée à exploiter me vient soudainement, je peux switcher en toute liberté.

Le tout est de garder une certaine constance de travail. Je préfère donc parler de « régularité » plutôt que de « routine ».

Car personne n’aime la routine permanente

Et c’est là que le travailleur nomade y trouve tout son intérêt.

Vous pouvez casser cette routine dès que l’ennui se fait trop ressentir.

  • Prendre une semaine de vacances à l’improviste
  • Passer quelques jours à vous balader dans une ville que vous connaissez peu
  • Voire changer de région ou de pays quand vous en avez fait le tour

Bref, passer à autre chose pour décompresser.

C’est ce que nous faisons.

Ce mois-ci, Tony et moi avons pris une semaine de vacances à Thessalonique en Grèce

Ce mois-ci, Tony et moi avons pris une semaine de vacances à Thessalonique en Grèce

Tant que vous vous poussez au cul pour avancer sur votre taf et que vous respectez vos deadlines, vous avez carte blanche.

Vous avez peur de l’inconnu

Quand on y pense, nous pataugeons tous dans l’inconnu depuis notre naissance.

Chaque découverte, aussi bizarre soit-elle, se banalise avec le temps.

Il en sera de même avec votre première expérience en nomade numérique.

Vous galérerez au début et vous habituerez ensuite pour finir par en apprécier la routine. Et une fois le virus chopé, vous en redemanderez.

L’inconnu est partout et il y a toujours une phase de rodage.

Lors de ma première expérience technomade en Amérique latine j’étais apeurée. J’ai même chialé le jour de mon départ, à l’aéroport, en me disant :

Mais qu’est-ce que je fous là ? Vais-je y arriver ? Travailler à distance, seule ?

Eh bien oui !

Au final ce qui fait peur c’est le changement

Mais la seule chose qui a beaucoup changé dans ma vie comparée à celle de Paris, c’est que je bouge dès que je me lasse d’un endroit.

A présent je savoure l'inconnu

A présent je savoure l’inconnu

Vous pensez ne pas pouvoir surpasser cette peur ?

Détrompez-vous. Même mon homme, qui a toujours eu besoin de repères et qui, dans chaque ville ou pays où nous nous installons me chante du :

Je vais avoir du mal à m’habituer à ce nouvel endroit…

… est ravi des découvertes qu’il y fait et s’habitue à sa nouvelle vie avec délectation.

Allez-y à votre rythme, sans vous presser. Partez là où vous vous sentirez confortable et avec autant d’argent de côté que nécessaire.

Et surtout réfléchissez bien au :

  • Quand
  • Comment

Pour nous, c’est 2 à 3 mois dans chaque ville. Et moins c’est touristique plus nous sommes heureux !

Vous avez plus de 30 ans… Ou plus de 40, ou 50, ou 60 même

Excellent !

Être plus vieux a ses avantages.

  • Votre expérience de vie vous rend moins naïf
  • Votre budget est généralement moins serré
  • Votre éventail de choix de pays à visiter est plus large
  • Vos logements ne se cantonnent pas aux collocs pourries et aux youth hostels miteux

Avoir de la bouteille n’est pas une tare et devenir nomade digital  n’est pas réservé à une tranche d’âge particulière.

La preuve avec ces travailleurs nomades ayant passé la quarantaine :

Un couple de quarantenaire aux Etats-Unis

Ils sont finalement encore sur la route aujourd’hui et ont déjà fait les 5 continents

Remarquez que si je cite peu de blogueurs français, c’est que nous sommes très en retard en la matière.

Le terrain est presque vierge alors, lancez-vous, et rejoignez les précurseurs de l’hexagone.

Vous avez peur de manquer à vos amis

Ou vous redoutez qu’ils vous oublient après un certain temps.

C’est l’inverse ! Ils ne penseront jamais autant à vous que lorsque vous ne serez plus là.

Et puis nous aimons quand nos amis nous manquent.

D’autant plus sachant qu’à notre retour nous vivrons des moments incroyables avec eux, la larme à l’œil pour nos retrouvailles. Enfin, je parle pour moi.

Et à quoi sert la mobilité connectée via des Skype ou des Google Hangout si ce n’est pour garder le contact ?

Et si vous aimez voir vos amis si souvent…

Faites-les venir !

Louez un appart suffisamment grand pour les accueillir. Ce n’est pas ce qui vous coûtera le plus cher dans des pays d’Europe de l’est, d’Amérique latine ou d’Asie.

Offrez-leur le gîte et le couvert pour une semaine. Vous aurez l’air super généreux alors que dans certains coins cela ne vous coûtera que 4 ou 5 € par jour. :)

La seule chose qu’ils auront à payer sera leur billet d’avion.

Et si vous avez des parents âgés qui ont besoin de vous ?

C’est un peu plus délicat, je vous l’accorde.

Réduisez les distances et revenez plus souvent si vous vous sentez trop coupable ou inquiet.

Mais ne vous empêchez pas de réaliser vos rêves pour autant. Car quand votre tour viendra, vous serez sûrement plus heureux de voir vos enfants croquer la vie à pleine dent plutôt que d’être rivé à votre chevet.

Après, tout dépend des besoins de vos parents bien sûr.

Toute la logistique pour vivre une vie de nomade numérique vous terrorise

Vous l’aurez compris : maison, possessions, famille, amis, routine et terrain connu sont des repères que vous devrez réviser.

Cela peut effectivement faire peur. D’autant plus avec l’âge qui vous encroûte dans votre confort.

Et nous savons ce que c'est, nous avons eu 37 et 38 ans cette semaine !

Et nous savons ce que c’est, nous avons eu 37 et 38 ans cette semaine !

Mais non content de tous ces efforts, vous devrez gérer votre vie autrement ! Et ce n’est pas une mince histoire :

  • tenir ses affaires dans quelques sacs
  • les trimballer sur de longues distances
  • trouver le bon moyen de transport
  • dégotter le logement idéal
  • dénicher les magasins utiles
  • s’habituer aux coutumes et langues du coin
  • coordonner habilement chacune de ces étapes

Pour finir par recommencer ces actions à chaque destination et synchroniser chaque nouveau cycle entre eux judicieusement.

Cerise sur le gâteau : il vous faudra trouver le temps de travailler dans cette vie nomade accompagnée de ses imprévus.

Au-delà de casser votre statu quo vous devrez donc gérer une logistique que vous considérerez peut-être dantesque au départ.

Le plus dur reste le commencement. Mais avec le temps, toutes ces actions se banaliseront et vous paraîtront moins difficiles.

Quand vous aurez répété ce cycle plusieurs fois, vous comprendrez que ce n’est pas plus chiant que d’aller au taf tous les jours en empruntant 3 correspondances de bus et de métro pour finir par vous emmerder royalement au bureau.

Et ce sera sûrement plus épanouissant !

Et puis à quoi bon profiter des libertés du nomadisme numérique si c’était trop facile ?

Le bonheur réside dans la difficulté que l’on a à l’obtenir.

 
Alors téléchargez à présent la liste des 61 meilleures idées de business en ligne en cliquant sur ce lien.
 

Haydée Bouscasse
 
 

Share This