Rassure-toi.

Je ne vais pas te servir la soupe des articles comparateurs de banques qui font de l’affiliation à tout va.

Je veux surtout mettre un point final aux problèmes du compte bancaire micro-entrepreneur.

Quels problèmes ?

Comme tu le sais, tout ce qui intéresse les banques, c’est de se faire un max de pognon sur ton dos.

Et si elles peuvent te fourguer l’offre la plus chère, elles n’hésiteront pas à te mettre la pression en contournant la loi.

Du coup, je vais te donner les armes pour éviter de te plier à leur dictat et choisir le compte bancaire micro-entrepreneur qui te coûtera le moins.

Banquier agacé par les revendications de son client.

Voici le sommaire :

Compte bancaire micro-entrepreneur : ce que dit la loi

Faisons au plus rapide parce que les lois, c’est chiant.

Avant 2015, un micro-entrepreneur n’était pas obligé d’avoir un compte bancaire dédié à son activité professionnelle.

Il pouvait donc se servir de son compte personnel pour les opérations financières de son entreprise.

Mais…

À partir de 2015, le compte bancaire dédié devient obligatoire. Les micro-entrepreneurs doivent ouvrir un deuxième compte séparé de leur compte perso pour gérer les finances de leur business.

Les raisons évoquées ?

  • Lutter contre la fraude (discutable).
  • Faciliter ta gestion comptable en séparant les opérations de ton entreprise de ton compte personnel (parfois utile).
  • Certains parlent aussi du fait qu’en cas de contrôle fiscal, le Fisc n’aura pas accès à toutes tes opérations privées (pourquoi pas…).

Et puis la loi PACTE de 2019 est arrivée.

Droit d’utiliser son compte personnel comme compte bancaire micro-entrepreneur

Sous condition…

L’article 39 de la loi PACTE n° 2019-486 du 22 mai 2019 dit :

Les travailleurs indépendants […] sont tenus de dédier un compte ouvert dans un des établissements […] à l’exercice de l’ensemble des transactions financières liées à leur activité professionnelle lorsque leur chiffre d’affaires a dépassé pendant deux années civiles consécutives un montant annuel de 10 000 €.

En clair, aujourd’hui :

Tant que tu ne dépasses pas un Chiffre d’Affaires annuel de 10 000 € pendant 2 ans de suite, tu n’es pas obligé d’ouvrir un compte bancaire dédié à ton activité de micro-entrepreneur.

Plutôt cool si tu exerces une activité à titre occasionnel ou complémentaire, comme une location de vacances, du petit artisanat ou encore un service à la personne (SAP) qui ne te rapportent pas énorme à l’année.

Ou si tu viens de démarrer en freelance.

Tu peux donc utiliser ton compte personnel pour tes opérations professionnelles. Cela t’évite de payer les frais afférant à un deuxième compte bancaire.

Et si tu dépasses ce Chiffre d’Affaires deux années de suite ?

Droit d’utiliser un compte bancaire micro-entrepreneur dédié non professionnel

La loi est claire.

Si tu dépasses un Chiffre d’Affaires annuel de 10 000 € 2 ans de suite, tu dois ouvrir un compte séparé de ton compte perso.

Mais rien ne stipule que tu dois ouvrir un compte professionnel (dont le forfait et les tarifs sont plus chers qu’un compte personnel).

Le compte « professionnel » est une obligation pour les sociétés détenant un capital social (SARL, SAS, EURL, SA). Pas pour toi…

En micro, tes formalités juridiques et ta gestion financière sont allégées. Un compte personnel à ton nom est donc largement suffisant.

Et si cela ne suffit pas à te convaincre, voici ce qui est écrit sur le site economie.gouv.fr :

Copie d'écran du site economie.gouv prouvant que le compte bancaire micro-entrepreneur pro est facultatif.

Donc, je répète :

Un micro-entrepreneur n’est PAS obligé d’ouvrir un compte bancaire professionnel dédié !

Sauf que…

La double arnaque : compte courant / compte de dépôt

Voici comment les banques contournent la loi pour se gaver sur le dos des indépendants.

Imaginons que tu débutes en micro-entrepreneur et que tu gagnes moins de 10 000 € à l’année.

Tu décides de ne pas ouvrir de deuxième compte dédié à ton activité professionnelle.

Tu utilises ton compte personnel pour ton business et…

Un jour, tu reçois un joli courrier de ta banque :

Lettre de mise en conformité de La Poste obligeant l'ouverture d'un compte bancaire micro-entrepreneur professionnel.

Et là, tu te dis :

Merde ! Comment c’est possible ?!

Ben oui, normalement la loi PACTE te donne le droit d’utiliser ton compte perso.

Oui, mais…

L’embrouille réside dans la subtilité entre compte courant et compte de dépôt.

Le compte de dépôt (presque) inaccessible comme compte bancaire micro-entrepreneur

Le « Compte de Dépôt », c’est le compte en banque « ordinaire » utilisé par la plupart des Français pour gérer leur argent au quotidien.

Eh oui ! Ton compte perso est bien souvent un compte de dépôt, et non un compte courant.

90% des gens ne le savent pas.

Face aux frais excessifs et aux tarifications incompréhensibles (abusives !) des banques, des lois sont venues renforcer les droits des clients disposant de ce compte de dépôt.

Si tu as le courage de t’y plonger, voici quelques références :

La loi MURCEF oblige ta banque à te faire signer une convention de compte de dépôt.

Cette convention a pour objectif d’encadrer les modalités relatives à l’ouverture et au fonctionnement de ce compte, notamment les possibilités de découvert (ou non) ainsi que son montant et son taux.

Impec pour ton information et ta protection.

Là, tu vas me dire :

« Bah super ! Ça veut dire que nous sommes protégés par la loi. »

Oui, mais…

Les banques ont profité de cette convention pour ajouter une petite phrase qui leur permet de te refuser l’utilisation d’un compte de dépôt comme compte bancaire micro-entrepreneur.

Une petite phrase parfois bien cachée au milieu de dizaines de pages – et toujours différente :

Clauses interdisant le compte bancaire micro-entrepreneur dans la convention de compte de dépôt.

Résultat ?

Si tu as signé cette convention et que tu utilises ton compte de dépôt pour ta micro-entreprise (en toute légalité), ta banque se donne le droit de le fermer.

En fait, ta banque n’est même pas obligée de te donner de justification valable pour fermer ton compte. Sa seule obligation est de respecter un préavis de 1 à 2 mois.

Ça aussi c’est écrit dans ta convention.

Le Compte Nickel m’a fait le coup en 2017, alors que je n’utilisais même pas ce compte pour mon activité professionnelle :

Mails de fermeture arbitraire de mon compte Nickel.

2 mois plus tard, mon compte était fermé et le mystère reste entier.

Mais revenons au micro-entrepreneur…

Pourquoi l’empêcher d’utiliser un compte de dépôt pour son entreprise ?

Simple.

Parce qu’un compte de dépôt ne rapporte presque rien à la banque.

Il peut même être gratuit si tu n’as pas besoin de ses offres et produits annexes (moyens de paiement et d’encaissement spécifiques, assurances, etc.).

Les banques font donc tout pour t’orienter vers des comptes courants, bien plus avantageux pour elles.

Pourquoi ce compte courant est-il si profitable pour les banques ?

Le compte courant (presque) obligatoire comme compte bancaire micro-entrepreneur

Le « Compte Courant » n’a aucune définition légale ni règlementation officielle de fonctionnement.
C’est juste un mot inventé par les banques pour en faire un produit différent du « Compte de Dépôt » et échapper ainsi à certaines formalités légales qui t’avantageraient.

Du marketing pur doublé d’un contournement de leurs obligations.

En clair…

  • Compte de dépôts = convention encadrée par les lois du consommateur = la banque ne fait pas tout ce qu’elle veut.
  • Compte courant = contrat commercial non encadré par les lois = la banque fait ce qu’elle veut (forfaits et frais bancaires arbitraires, règles imposées librement au client).

Et elles ont marqueté décliné ce compte courant en 2 offres :

  • Compte courant privé (personnel), à usage des particuliers
  • Compte courant professionnel, à usage des entreprises

Super pratique pour le refourguer à tout le monde.

Résultat :

Pour un particulier, les frais bancaires moyens reviennent à près de 200 €/an.

Et pour les professionnels, le budget explose :

  • Frais de tenue de compte : 240 à 600 €/an
  • Carte bancaire professionnelle : 42 à 140 €/an
  • Accès aux services en ligne : 0 à 360 €/an

280 à 1 100 €/an…

Sachant que les frais annexe (commissions de découvert, commissions de mouvement et autres joyeusetés peuvent multiplier la note par 2…)

Et tu te retrouves à payer entre 560 et 2 200 € à l’année !

Tu vois l’arnaque ?

Compte bancaire micro-entrepreneur de dépôt ou courant : même finalité…

Tu te fais niq… enfumer par ton banquier !

  • Tu souhaites utiliser ton compte de dépôt ou tu demandes à en ouvrir un deuxième pour ta micro-entreprise ?

Cela t’est interdit par la petite phrase présente dans la convention.

Ton banquier peut t’obliger à fermer ton compte et à ouvrir un compte courant.

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur utilisant son compte personnel pour son activité.

  • Tu souhaites ouvrir un compte de dépôt en cachant à ton banquier que c’est pour ta micro-entreprise ?

Un simple prélèvement / mandat SEPA de l’Urssaf ou des Impôts lui permet de le savoir. Et soit il clôture ton compte, soit il te force à le transformer en compte courant (Pro, de préférence).

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur qui cache l'utilisation de son compte personnel pour son activité.

  • Tu utilises ton compte courant personnel ou tu demandes à en ouvrir un deuxième pour ta micro-entreprise ?

Ton banquier te dit aussi que c’est interdit !

Et il te pousse à ouvrir un compte courant professionnel dont le forfait est hors de prix.

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur témoignant du mensonge du compte pro obligatoire.

Certains banquiers te feront même croire que le compte Pro est obligatoire pour obtenir une assurance Responsabilité Civile Pro (ce qui est totalement faux !).

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur témoignant du mensonge du compte pro obligatoire pour la RCP.

Bref…

Devant toutes ces pressions (parfois illégales), beaucoup de micro-entrepreneurs ne cherchent pas à batailler et acceptent le compte Pro.

Ben oui ! Un indépendant a déjà beaucoup de démarches en plus de son boulot… Il n’a pas que ça à foutre. Les banques le savent et en jouent.

Bon…

Tu me diras qu’ouvrir un compte Pro n’est pas si mauvais.

Quelques micro-entrepreneurs ont besoin de services spécifiques que seuls ces comptes peuvent fournir. Et tout cela se paye…

Sachant que l’on trouve maintenant des offres compte bancaire micro-entrepreneur moins chères.

Comme dit ici :

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur ayant opté pour un compte à 7 euros.

Il n’en reste pas moins qu’obliger TOUS les micro-entrepreneurs à s’orienter vers des comptes « professionnels » est une pratique honteuse.

Que ces comptes soient marquetés « micro-entrepreneur » ou pas.

Chacun devrait pouvoir choisir entre un compte de dépôt, un compte courant privé ou un compte courant Pro…

Et en effet, chacun a le droit de choisir.

Compte bancaire micro-entrepreneur personnel ou professionnel ?

Dans l’absolu, un micro-entrepreneur n’a pas besoin d’un compte professionnel.

Beaucoup moins coûteux, un compte personnel suffit dans la grande majorité des cas.

Après, si tu considères avoir besoin d’un compte Pro pour ton activité alors, pourquoi pas… tant que tu te débrouilles pour qu’il ne te coûte pas un bras.

Pour résumer, tu as le choix entre 3 solutions :

1. Ouvrir un compte de dépôt (personnel)

Mais comme tu l’as vu, les banques tentent de t’en empêcher avec la clause de leur convention.
Sauf que cette convention n’est pas figée !

D’ailleurs, certains micro-entrepreneurs réussissent à obtenir un deuxième compte bancaire micro-entrepreneur de dépôt sans problème… et parfois même gratuit :

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur disposant d'un deuxième compte bancaire de dépôt pour son activité.

En clair, tout dépend de ta banque et de ton conseiller.

Sinon, tu peux très bien négocier la suppression de cette clause.

Pour cela, tu disposes de 3 arguments :

  1. Les textes de loi.

Montre-leur que tu connais tes droits en leur mettant les textes de loi sous le nez. Ou en leur demandant de te montrer les textes de loi (inexistants) qui imposent l’ouverture d’un compte courant pour ta micro-entreprise.

  1. Ton ancienneté et ta fidélité.

Bon, d’accord… ça ne marche pas toujours. Surtout si ton directeur d’agence ou ton conseiller est une tête de con.

  1. La menace de fermer tous tes comptes et de quitter ta banque.

Plutôt efficace avec les banques traditionnelles qui perdent déjà de nombreuses parts de marché face aux néobanques :

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur ayant menacé de fermer son compte.

2. Ouvrir un compte courant personnel

Même combat : négocie !

Ton contrat de compte courant perso n’est pas plus figé que la convention de compte de dépôt.

C’est même plus facile, car le compte courant n’est pas réglementé. Les banques peuvent y mettre ce qu’elles veulent ? Alors, toi aussi.

Tourne cela à ton avantage : négocie les modalités et les frais divers avec ton banquier.

De nombreux micro-entrepreneurs le font… et ça fonctionne :

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur ayant négocié son compte bancaire de dépôt pour son activité.

Et ce, même lorsque leur banque dispose d’une offre « spéciale » compte bancaire micro-entrepreneur (plus chère qu’un compte courant personnel) :

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur ayant obtenu un compte bancaire micro-entrepreneur de dépôt à 2 euros.

Certains parviennent même à ne pas payer pour ce compte courant, car leurs besoins sont minimes :

Bref, comme d’hab, tout dépend de l’intégrité de ton banquier… et de tes besoins.

Mais tous ces exemples te prouvent bien une chose : ta banque fait ce qu’elle veut avec qui elle veut !

3. Ouvrir un compte courant professionnel

Tu peux penser qu’un compte professionnel est indispensable pour avoir accès à certains services et avantages.

Par exemple :

  • Ouvrir ton compte sous une dénomination commerciale
  • Avoir des moyens de paiement au nom commercial de ton entreprise
  • Effectuer un crédit pour ton entreprise
  • Avoir une autorisation de découvert plus importante
  • Être accompagné par un conseiller financier, etc.

Alors, tu auras peut-être raison de t’orienter vers ce choix.

Mais une fois encore, tu peux tout négocier ! Notamment sa gratuité :

Commentaire Facebook : micro-entrepreneur ayant obtenu un compte bancaire micro-entrepreneur pro gratuit.

Finalement, les banques ont mis du temps à comprendre que le marché des micro-entrepreneurs (plus d’un million !) pouvait être fructueux sans pour autant les dépouiller.

Enfin, surtout les banques en ligne…

Car les banques classiques se sont tellement gavées de frais et d’agios gargantuesques qu’elles n’ont pas voulu lâcher la manne financière du micro-entrepreneur tout de suite.

Et certaines ont toujours du mal à sacrifier ces profits faits sur le dos des petites structures malgré la concurrence des néobanques.

Comme l’a dit un italien :

« Le ventre plein fait la tête vide. »

Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, les banques proposent de plus en plus de comptes « auto-entrepreneur » avec très peu de frais et certains avantages réservés aux comptes Pro.

Alors, quel compte bancaire choisir parmi cette multitude de nouvelles offres ?

Choisir le meilleur compte bancaire micro-entrepreneur

Je ne vais pas faire dans l’originalité ici, car tu peux trouver des centaines d’articles sur le sujet.

Mais la plupart te donnent des infos partielles, obsolètes ou non spécifiques aux micro-entrepreneurs.

Je vais donc te donner des d’infos précises et actualisées pour septembre 2020 sur les comptes bancaires micro-entrepreneur.

Si tu as acheté notre ebook Tuto Micro, sache que nous avons mis à jour son chapitre « banques » avec toutes les infos que tu trouveras dans cette partie. Alors, n’hésite pas à télécharger cette nouvelle version (gratuite pour toi, comme toutes les mises à jour à venir) – je t’ai envoyé un mail avec le lien.

Et si tu ne t’es toujours pas procuré Tuto Micro pour créer et gérer ta micro-entreprise, retrouve le contenu complet du livre sur ce lien.

Tu peux même télécharger directement les 104 premières pages de Tuto Micro gratuitement en cliquant sur ce lien :

Bannière du tutoriel pour créer sa micro-entreprise 2020.

Tu as le choix entre 3 types de banques :

Les banques traditionnelles

Ai-je vraiment besoin de les présenter ?

À moins que tu réussisses à trouver ton bonheur avec ta banque traditionnelle grâce à mes explications précédentes, je ne te conseille pas de te tourner vers elles pour ouvrir un compte bancaire micro-entrepreneur.

  • Elles sont chères.
  • Elles sont plus adaptées aux sociétés.
  • De plus en plus de leurs services sont proposés par les nouvelles banques aujourd’hui.

Et je ne les aime pas. Haha !

Poupée de banquier vaudouisée par un client.

Donc, pas de tableau comparatif ici.

Bon… après, on ne va pas se mentir. Toutes les banques en ligne ont été créées par ces banques traditionnelles :

  • ING > Groupe ING
  • Boursorama Banque > Société Générale
  • Fortuneo > Crédit Mutuel Arkea
  • Monabanq > Crédit Mutuel – CIC
  • Hello bank! > BNP Paribas
  • BforBank > Crédit Agricole

Le seul intérêt de la banque traditionnelle reste l’accès à un conseiller personnel. Mais est-ce vraiment nécessaire en tant que micro-entrepreneur ?

À toi de juger…

Les banques en ligne

Face à l’explosion des micro-entrepreneurs qui font tout pour éviter les tarifs prohibitifs des banques traditionnelles, une nouvelle vague de banques est apparue avec des offres simples, plus adaptées et moins chères.

On peut dire qu’il en existe 7 aujourd’hui.

Mais seulement 3 banques en ligne proposent une offre spéciale micro-entrepreneurs.

Tableau comparatif et petite présentation :

Tableau comparatif des comptes bancaires micro-entrepreneur en ligne

Tableau comparatif comptes bancaires micro-entrepreneur en ligne.

Compte bancaire micro-entrepreneur Boursorama

Logo de la banque Boursorama.

  • Maison mère : Société Générale
  • Pays : France (IBAN français)
  • Licence bancaire : oui
  • Nombre de clients : + de 1 500 000

Ouvrir un compte Boursorama Pro ne nécessite aucune condition de revenus.

Ses avantages :

  • Assurance professionnelle gratuite
  • Carte Visa premier gratuite sans condition de revenus
  • Livret Pro à 0,05 %/an gratuit
  • De nombreuses options annexes
  • 80 € d’offre de lancement

Ses inconvénients :

  • Dépôt d’espèce impossible
  • Des refus d’ouverture de compte
  • Difficulté à joindre le service client

Pour ouvrir ce compte, tu auras besoin de :

  • 1 copie d’une pièce d’identité en cours de validité
  • 1 justificatif de domicile de moins de 6 mois
  • 1 RIB détenu dans un autre établissement
  • 2 derniers bulletins de salaire (salarié) ou dernier avis d’imposition (non-salarié)
  • 1 dépôt initial de 300 € pour finaliser l’ouverture

Mon avis sur Boursorama :

Il pourrait être idéal pour les artisans, les commerçants et les professions libérales réglementées s’il n’y avait pas le bémol du dépôt d’espèce.

Consulte la brochure tarifaire Boursorama (PDF)

Compte bancaire micro-entrepreneur AXA

Logo de la banque Axa.

  • Maison mère : AXA
  • Pays : France (IBAN français)
  • Licence bancaire : oui
  • Nombre de clients : ?

Ouvrir un compte AXA Pro ne nécessite aucune condition de revenus.

Ses avantages :

  • C’est la seule banque qui ne fait pas d’offre packagée. Tu ne payes que les services bancaires utilisés
  • Tarif attractif. Présenté comme gratuit, le forfait devient payant si tu fais peu d’achats. Mais même ainsi, il te coûtera 5 €/mois (2,50 € pour les moins de 30 ans)
  • Dépôt de chèques en agence (le dépôt d’espèce semble OK, mais à confirmer…)
  • Assurance responsabilité civile et mutuelle micro-entrepreneur accessibles au même endroit

Ses inconvénients :

  • Offre assez basique
  • Manque de lisibilité de l’offre Pro, car brochure tarifaire uniquement pour les particuliers (j’ai galéré !)
  • Application mobile pas toujours optimale

Pour ouvrir ce compte, tu auras besoin de :

  • 2 justificatifs d’identité en cours de validité
  • 1 justificatif de domicile de moins de 3 mois
  • 1 justificatif de revenu
  • Ta déclaration du début d’activité (formulaire P0)
  • 1 dépôt initial de 50 € pour finaliser l’ouverture

Mon avis sur Axa Banque :

AXA Banque fait partie des meilleures options pour les micro-entrepreneurs qui souhaitent payer un minimum avec une banque en ligne qui offre les services d’une banque classique. Et pourtant… elle est peu connue.

Consulte la brochure tarifaire AXA (PDF).

Compte bancaire micro-entrepreneur Monabanq

Logo de la banque Monabanq.

  • Maison mère : Cofidis, Crédit Mutuel, CIC
  • Pays :France (IBAN français)
  • Licence bancaire : Oui
  • Nombre de clients : 400 000

Ouvrir un compte Monabanq ne nécessite aucune condition de revenus.

Ses avantages :

  • Tarification attractive et transparente
  • Cartes bancaires en option
  • Élue Meilleur Service Client 2018, 2019 et 2020
  • Dépôt de chèques et espèces en agence

Ses inconvénients :

  • Frais élevés de dépôt d’espèce (5 €) après les 5 opérations gratuites/an

Pour ouvrir ce compte, tu auras besoin de :

  • 1 justificatif d’identité en cours de validité
  • 1 justificatif de domicile de moins de 3 mois
  • 1 RIB de votre compte bancaire actuel
  • Ton dernier avis d’imposition
  • 1 justificatif de statut d’auto-entrepreneur
  • Ton numéro de SIREN/SIRET
  • 1 dépôt initial de 150 € pour finaliser l’ouverture

Mon avis sur Monabanq :

Actuellement, Monabanq est considérée comme le meilleur rapport qualité/prix du marché des banques en ligne. Certes, sa carte est payante, mais quelques euros par mois pour sa transparence et son service client valent le détour. D’autant plus si tu brasses du liquide assez souvent.

Consulte la brochure tarifaire Monabanq (PDF).

Les banques mobiles (ou néobanques)

C’est la troisième vague arrivée sur le marché. La plupart du temps, les néobanques sont juste des établissements de paiement (et non de crédit). Elles sont assez rares à avoir une licence bancaire pouvant octroyer des crédits et autoriser les découverts.

Leur crédo ?

Une application mobile bien rodée, des services réduits et (très) peu chers : plus minimaliste, tu meurs !

Elles sont parfaites pour les micro-entrepreneurs payés exclusivement par virements SEPA et n’effectuant des dépenses que pour leurs charges. Comme la plupart des prestataires de services en ligne (programmeurs, rédacteurs, traducteurs, community managers, webdesigners, etc.).

Je ne pourrai pas toutes les détailler, car elles sont nombreuses.

Alors…

Tableau comparatif et petite présentation des 3 néobanques pour micro-entrepreneur parmi les meilleures :

Tableau comparatif des comptes bancaires micro-entrepreneur néobanques

Tableau comparatif comptes bancaires micro-entrepreneur néobanques.

Compte bancaire micro-entrepreneur Qonto

Logo de la banque Qonto.

  • Maison mère : Aucune
  • Pays : France (IBAN français)
  • Licence bancaire : Oui (fonds confiés au Crédit Mutuel Arkéa)
  • Nombre de clients : 100 000

Le compte Qonto dispose de 4 offres distinctes. Je ne parle ici que de l’offre « Solo » réservée aux freelances et indépendants.

Ses avantages :

  • Bonne assurance voyage et couverture juridique
  • Possibilité d’ajouter les justificatifs de paiement
  • Compatible avec plus de 30 applications de comptabilité
  • Service client réactif

Ses inconvénients :

  • Tarifs présentés hors taxe
  • Frais de retraits aux distributeurs
  • Nombre de virements gratuits limité
  • Dépôt des chèques payant
  • Problèmes de virements non émis ou non reçus
  • Quelques fermetures de compte un peu trop radicales

Pour ouvrir ce compte, tu auras besoin de :

  • 1 justificatif d’identité en cours de validité
  • 1 justificatif de domicile de moins de 3 mois

Mon avis sur Qonto :

J’avoue que je m’attendais à mieux concernant Qonto. Les blogs spécialisés ne tarissent pas d’éloges, mais quand tu te penches sur certains frais, bah… c’est cher ! Le programme d’affiliation de Qonto explique peut-être ce battage médiatique : tous les blogueurs veulent croquer. ;)

Après, les options comptables sont intéressantes, mais je vois ce compte plus adapté aux micro-entrepreneurs du tertiaire qui veulent rapidement changer de statut en s’orientant vers les forfaits non « Solo ».

Consulte la brochure tarifaire Qonto (PDF).

Compte bancaire micro-entrepreneur N26

Logo de la banque N26.

  • Maison mère : Aucune
  • Pays : Allemagne (IBAN allemand)
  • Licence bancaire : Oui (licence européenne)
  • Nombre de clients : 1 000 000 en France, 5 000 000 dans le monde

Le compte N26 business se décline en 3 offres micro-entrepreneur (Standard, Voyageurs et Premium). Je ne parle ici que de l’offre Standard.

Ses avantages :

  • Ouverture de compte en moins de 8 min (véridique !)
  • Meilleure application mobile du marché
  • Version deskstop en plus de l’application
  • Compte gratuit
  • Paiements dans toutes les devises partout dans le monde sans commission et avec une conversion au taux de change réel
  • Cashback de 0,1 % sur tous les achats effectués par carte
  • Possibilité de création de sous-comptes pour organiser son budget
  • Service client Livechat instantané depuis l’appli ou l’ordinateur
  • Fonctionnalités de suivi d’activité très pratiques
  • Ajout de justificatifs de paiement depuis l’application

Ses inconvénients :

Pour ouvrir ce compte, tu auras besoin de :

  • 1 justificatif d’identité en cours de validité
  • 1 justificatif de domicile de moins de 3 mois

Mon avis sur N26 :

J’utilise N26 depuis des années, et je peux te dire sans hésitation que c’est la meilleure banque que j’ai testée. Surtout en tant que freelance nomade digital.

Consulte la brochure tarifaire N26 Business (PDF).

Compte bancaire micro-entrepreneur Shine

Logo de la banque Shine.

  • Maison mère : Aucune
  • Pays : France (IBAN français)
  • Licence bancaire : Non (fonds confiés à Treezor, filiale de la Société Générale)
  • Nombre de clients : 70 000

Le compte Shine se décline en 3 offres micro-entrepreneurs (Basic, Premium et Shine start). Je ne parle ici que de l’offre basic.

Ses avantages :

  • Ergonomie et facilité d’utilisation de l’application bancaire
  • Version desktop en plus de l’application
  • Fonction de facturation en ligne, avec paiement par carte en ligne (encaissement SEPA : 0,20 € + 1,2 % et 0,20 € + 2,7 % hors SEPA) ou virements SEPA et rapprochement automatique en cas de paiement.
  • Services de calcul automatique des charges
  • Outil de facturation intégré
  • Choix du plafond de paiement en ligne
  • Désactivation du paiement sans contact de la CB accessible
  • Ajout de justificatif de dépense depuis l’application
  • Assistant administratif automatique
  • Bon service client

Ses inconvénients :

  • Tarifs présentés hors taxe.
  • Accumulation rapide de frais avec les opérations spéciales (prélèvement ou virement refusés, relance des impayés, lettre de circularisation, gestion d’ATD / OTD, activité contraire aux CGU, etc.)

Pour ouvrir ce compte, tu auras besoin de :

  • 1 justificatif d’identité en cours de validité
  • 1 justificatif de domicile de moins de 3 mois
  • 1 justificatif de statut d’auto-entrepreneur

Je n’ai pas trouvé de brochure tarifaire Shine en PDF…

Mon avis sur Shine :

Si tu travailles en ligne et que tu n’as que des clients en zone euro, Shine fera l’affaire.

Plus important, ce compte est idéal pour les micro-entrepreneurs qui ont besoin de se faire assister. Que ce soit par son service de création d’entreprises (Shine Start) ou par son copilote administratif qui simplifie l’expérience bancaire et la facturation.

Une dernière chose, Shine a été rachetée par la Société Générale en juin 2020. Cela laisse présager d’une évolution des services dans les années à venir.

Maintenant, si ces 3 banques ne te conviennent pas, il reste :

  • Anytime – Qui propose des moyens d’encaissements variés
  • Revolut – Mais tu auras un IBAN anglais
  • Vaultia – La petite dernière 100 % française au forfait gratuit malgré le grand nombre de fonctionnalités (à tester)

Pourquoi se priver d’un compte bancaire en ligne ou néobanque  ?

Malgré toutes ces offres, tu voudras peut-être tenter le coup avec ta banque classique (si tu en as toujours une…).

Et certains te diront :

« Mais pourquoi ?! 7 ou 9 €/mois, c’est que dalle ! »

Certes… mais ça fait toujours 84 ou 108 €/an – sans les frais annexes.

Et aussi « petits » que soient les frais de ces nouvelles banques, tu n’as pas obligatoirement envie de te les taper.

Surtout si tu ne gagnes pas grand-chose et que tu sais maintenant que ta banque pourrait t’ouvrir un second compte de dépôt (ou courant) à tarif préférentiel – voire gratuit.

Alors, pourquoi t’en priver ?

Bon, il faudra sûrement mettre un peu la pression à ton banquier. Mais comme tu l’as vu, c’est possible (surtout si tu es un bon client).

Mais la bataille pour imposer le compte bancaire micro-entrepreneur Pro continue…

L’arnaque au Prêt Garanti par l’État (PGE) Covid-19

Avec la crise du Covid, beaucoup d’indépendants ont fait appel au PGE (Prêt Garanti par l’État) pour tenir le coup en attendant une (hypothétique) reprise économique.

Pour faire simple :

  • Tu demandes un préaccord de prêt à ta banque
  • Tu le donnes à BPI France pour recevoir une attestation
  • Tu transmets ton attestation à ta banque pour obtenir ton prêt

Sauf que (oui, encore)…

La banque traditionnelle chez qui tu as un compte de dépôt ou un compte courant personnel te dit :

« Ah bah va falloir ouvrir un compte professionnel monsieur. Sinon, pas de préaccord. »

La raison invoquée ?

« Techniquement impossible. »

Bah voyons !

BPI France est pourtant catégorique :

Mail de la BPI prouvant que le compte pro est facultatif pour l'obtention d'un PGE.

Bien sûr, la Banque de France l’est moins :

Mail de la Banque de France recommandant l'ouverture d'un compte pro pour le PGE.

En clair, certaines banques traditionnelles n’hésitent pas à faire du compte courant Pro la condition d’attribution de PGE.

Du racket pur et dur.

Et si tu es dans une néobanque ?

Pas possible non plus.

La plupart des néobanques disposent seulement d’un agrément « établissement de paiement » qui les empêche d’octroyer des prêts. Prérogative réservée aux établissements de crédit.

Donc, pas de PGE pour toi.

Même constat pour beaucoup de banques en ligne.

Et voilà comment des dizaines de milliers de micro-entrepreneurs se retrouvent dans la merde.

Laisse-moi faire mon conspi 2 secondes steup…

C’est le même principe qu’avec un vaccin Covid qu’on essayerait de nous faire gober de force :

  • Tu n’es pas obligé d’accepter le vaccin… mais tu ne peux plus bénéficier de la sécu, ni envoyer ton gamin à l’école.
  • Tu n’es pas obligé d’accepter le compte Pro… mais tu peux dire adieu à ton PGE.

Maintenant tu peux te déchainer sur moi dans les commentaires. ;)

Mais si l’on en revient aux banques, elles trouveront tous les moyens pour te refourguer leur compte Pro.

Comme Gates sa picouse… (OK, j’arrête).

1 million de micro-entrepreneurs qui payent les frais d’un compte pro… Imagine le jackpot !

C’est de la vente forcée ?

Oui, mais tant qu’elles auront le droit de fermer ton compte sans avoir à se justifier, la loi ne pourra rien pour toi.

Ce vide juridique n’a pas fini d’en faire baver aux récalcitrants du compte bancaire micro-entrepreneur professionnel. Et ne compte pas sur le gouvernement pour combler ce vide, hein…

Voilà le genre de petites arnaques que tu vivras à chaque étape de ton parcours micro-entrepreneurial.

Nous les avons toutes recensées pour toi dans Tuto Micro :

Bannière du tutoriel pour créer sa micro-entreprise 2020.

Faire face au racket des banques

Le meilleur conseil à retenir de cet article ?

Ta banque n’est pas le Bon Dieu.

Ton banquier n’a pas la parole d’Évangile.

S’ils t’affirment ou t’imposent quelque chose, ce n’est pas forcément obligatoire ni irréversible.

Alors…

Avant de signer leur contrat ou leur convention, remets-les en question, demande des changements, discute d’un arrangement.

NÉGOCIE !

Peu importe ce que tu veux.

Mais ne laisse surtout pas couler sous prétexte que ton conseiller te vend son bout de papier comme si c’était les 10 commandements.

Oui, ça demande de se battre un peu.

Mais ton silence vaut consentement (même lorsque ta banque change les clauses de ta convention déjà signée) alors, tu as tout intérêt à te manifester.

La négociation échoue ?

Si tu n’es pas marié avec ton banquier, va voir ailleurs (en le lui faisant bien remarquer).

Sinon, tu peux saisir le médiateur de la banque (ses coordonnées et la démarche sont stipulées dans la convention). Et la procédure est aux frais de ton banquier.

Si tu peux l’emmerder un peu, bah… pourquoi te gêner ?

Maintenant, imagine que tous les micro-entrepreneurs agissent ainsi.

Les banquiers les prendraient sûrement moins de haut.

Il y aurait moins d’abus…

Moins de comptes Pros inutiles et coûteux imposés à la clé.

Et certains auraient même pu obtenir le prêt garanti par l’État tant espéré.

Même si cette dernière option n’est qu’un petit pansement sur une grosse plaie béante.

Tony Founs

 

 

Share This