Dans ce PDF gratuit, vous trouverez la liste des 61 meilleures idées de business la plus complète du Net francophone. Pour l’obtenir au format PDF, cliquez sur le lien. C’est gratuit.

Avant de commencer j’ai quelques questions à vous poser :

  • Voyagez-vous énormément ? (au moins 50% de votre temps)
  • Avez-vous tendance à éviter les hôtels ?
  • Êtes-vous payé pour ce que vous écrivez sur votre blog ?

Si vous répondez « oui » aux 3 questions, félicitations ! Vous êtes… euh… hum.

Qu’êtes-vous vraiment en fait ? Un voyageur pro ou un nomade digital ?

homme travaille sur la plage avec son portable

Et cet homme qu’est-il ? A vrai dire, ni l’un ni l’autre.

Bon, pour clarifier les choses une fois « mais pas pour toutes », voilà ce que je pense vraiment de la différence entre les deux.

Les voyageurs professionnels

Je ne parle pas ici des étudiants qui partent à l’étranger pour une année de césure ou des retraités qui vont en Thaïlande pour des séances prolongées de yoga.

Je pense surtout à ces personnes qui voyagent presque non-stop et qui exploitent tous les moyens possibles pour se faire financer leurs voyages via leurs blogs.

Les voyageurs sont des personnes en constante recherche de nouvelles expériences. Ils ont une endurance hallucinante et une soif quasi innée d’avancer vers des contrées inconnues.

Mais c’est aussi pour leurs finances qu’ils doivent rester en mouvement perpétuel.

Avec 45 billets de blog sur la vie en Islande par exemple :

Ils écrivent sur les sources thermales, les chevaux islandais et les petits pingouins ou encore sur les aurores boréales, voir même sur Björk…

Puis il recyclent leurs articles afin de les multiplier plus facilement.

Ainsi ils vont à la chasse aux lecteurs ou plutôt… à la chasse aux annonceurs et aux sponsors

C’est un élément clé à connaître à propos de cette catégorie de blogueurs-voyageurs.

Ils le font par amour du voyage et pour voyager (presque) gratuitement.

Et ils ont une contrainte :

Garder leur lectorat intéressé afin que sponsors et annonceurs continuent de les financer.

Vache-a-lait-Voyageur-Pro-600

Oui ! Il est actuellement possible de voyager autour du monde, de bloguer à ce propos et d’être payé pour le faire.

En réalité, ces blogueurs n’ont pas besoin d’être des as de la rédaction.

D’ailleurs, beaucoup de blogs de voyage sont assez fades et écrivent sans un soupçon d’imagination. J’ai souvent lutté pour savoir pourquoi les gens continuaient de les lire…

Mais ils ont des lecteurs, c’est certain ! Puisque les publicitaires s’y intéressent de près.

Ils les payent pour un espace sur leur blog par exemple.

Ou bien les sponsors les rémunèrent pour les envoyer en Inde faire des câlins aux tigres, en Colombie faire de la tyrolienne, ou goûter les sushis où vous savez.

Ces voyageurs professionnels profitent des hôtels tout frais payés et en retour ils écrivent des billets complaisants dans le style :

Mes partenaires ont tout financé mais mes mots restent impartiaux…

Attention toutefois à certains partenariats douteux. Vous pouvez vous retrouver dans un hôtel miteux. Mais puisque tout a été payé, vous omettrez ce désagrément dans votre article où vous mentionnerez :

Je suis restée dans cet hôtel fabuleux : « The sunshine resort’

Bon ok j'exagère un peu...

Sympa la vue… il y a une fenêtre ?

Voyager à plein temps coûte très cher et seulement quelques voyageurs peuvent se permettre des hôtels de qualité.

Les nomades digitaux

Être un nomade digital n’est pas une question de voyage.

Il est simplement question de choisir de se déplacer à l’étranger tout en travaillant. D’où la dénomination « nomade ». Par définition, un nomade se pose à un endroit, vit un moment sur place puis se déplace à nouveau.

Et s’il souhaite pérenniser son travail en freelance il à plutôt intérêt à se poser quelques temps pour prendre ses marques et bosser calmement.
 
Prenez exemple sur cette liste d’idées. Peut-être trouverez-vous votre voie futur. Pour télécharger les 61 meilleures idées de business en ligne, cliquez sur ce lien. Le PDF est gratuit.
 
C’est du télétravail mais en mouvement.

Je l’ai fait moi-même, à Paris, en banlieue mais aussi dans le Sud de la France. Puis je suis partie dans d’autres pays, comme l’Argentine, le Pérou ou la Colombie.

Aujourd’hui mon lieu de vie c’est Budapest. Je sais que beaucoup d’entre vous le savent déjà.

Budapest est vraiment sympa mais en ce moment je travaille sur la stratégie de contenu d’un site internet pour un client et excepté l’appart je ne vois pas grand chose…

On ne peut donc pas dire que je sois en voyage.

Vache-a-lait-Nomade-Digital new

Mais cela ne m’empêche pas de me balader et de visiter le week-end, tout comme vous lorsque vous passez le vôtre au parc en bas de chez vous.

Les nomades digitaux ont des carrières qu’ils peuvent exercer de n’importe où

C’est dû à la manière dont ils ont monté leur business. C’est à dire totalement dématérialisé.

Et c’est ce que mon homme et moi faisons actuellement. Le mois d’août sera consacré au montage d’un nos sites annexes au blog et à un nouvel e-book.

Et la conception des 3 sera étalée sur les mois à venir, c’est à dire jusque la fin de l’année. Puis il nous faudra les construire.

Nous avons donc décidé de nous installer ici tout ce temps.

Les travailleurs nomades exercent généralement sur internet ou dans des sphères technologiques.

Mais il n’y a aucune raison de ne pas s’y mettre si l’on touche à d’autres domaines comme le droit, la bureautique ou l’enseignement.

Cela existe déjà bien entendu.

Et ce n’est pas tellement différent que de bosser de chez soi ou de son bureau. Par contre, si vous tentez le coup, une contrainte primordiale ne doit jamais être négligée :

Choisissez un lieu où internet a un fort débit.

Oubliez le Laos par exemple ! J’y ai passé 2 semaines et il m’était impossible de me connecter correctement.

Peut-être à cause de leur compétence extrême en câblage électrique... :)

Peut-être à cause de leur compétence extrême en câblage électrique… :)

Si l’on en croit les dires d’un blogueur expatrié dans le pays, mieux vaut éviter la Chine également. Il passe plus de temps à se reconnecter qu’à communiquer avec ses amis.

Alors imaginez un peu avec un client…

La fréquence de déplacement des nomades digitaux n’a pas de règle.

Mais comme tout bon travailleur, ils ont besoin de leur dose de routine pour bien faire leur travail. Et il est plutôt difficile de trouver du temps ou l’envie de travailler quand vous arrivez en terre inconnue.

Vos yeux s’écarquillent sur chaque nouveauté :

  • Que l’on vous serve du chien frit
  • Que vous preniez un chameau pour vous déplacer
  • Ou que vous deviez apprendre à connaître ce que vous avalerez jusqu’à votre prochain départ vers une nouvelle destination.

Bref vous avez compris.

Être un travailleur nomade est aussi accessible qu’être voyageur pro mais pose de nouvelles contraintes

Pour ce qui est de l’argent, les nomades digitaux gagnent souvent autant que les travailleurs sédentaires avec des jobs souvent comparables.

Ce qui n’est pas tout à fait notre cas pour l’instant… Nous sommes en phase de test.

Il le faut bien pour ouvrir la voie à ceux qui souhaitent faire la même chose que nous. ;)

2 femmes et un homme dans un appartement

Avec mes 2 colloques dans l’appart à Buenos Aires

C’est comme toute carrière pro. Plus d’expérience vous avez, plus on vous félicite et plus vous facturez cher.

Mais l’avantage est le suivant :

Vous n’êtes pas obligé de vivre dans un pays trop cher.

Vous pouvez donc faire beaucoup d’économies sur le montant de l’hébergement et sur le coût de la vie.

En Argentine, j’ai logé 2 mois en colocation dans un appartement de 120 m². Je payais 300 € tout compris avec femme de ménage inclue, comme à l’hôtel.

J’étais seule dans ma gigantesque chambre et je disposais d’une salle de bain privé. Le comble est que si j’avais été avec mon homme nous n’aurions pas payé plus cher.

Je vous laisse faire le calcul…

Ici en Hongrie, c’est un peu plus onéreux. Mais le prix est plus que raisonnable : 3 fois moins cher qu’en France, ça ne laisse pas indifférent.

Si ces arguments vous donnent envie de quitter votre taf pour devenir nomade, alors foncez !

Ce qui peut prêter à confusion entre voyageur professionnel et nomade digital

Nombre de nomades digitaux sont également blogueurs. Ils peuvent parfois faire de l’argent avec leur blog. J’en parle dans mon guide gratuit.

Mais encore :

Ils auront également tendance à parler de leurs expériences de voyages sur leur blog pendant qu’ils voyagent.

Ceci ne veut pas dire qu’ils sont voyageurs professionnels !

Ce sont des travailleurs qui font de leur mieux pour œuvrer autour du monde mais ils expérimentent également les lieux dans lesquelles ils vivent.

Si vous avez un doute sur un blogueur et que vous ne savez pas s’il est voyageur ou nomade digital, lisez sa page A propos, tout deviendra limpide à vos yeux.

Enfin, si il a su la remplir correctement…

Tout comme les blogs des voyageurs, ceux des nomades digitaux ne sont pas toujours très inspirés. Normal puisque leur blog n’est pas la source principale de leur chiffre d’affaires. Ils ont bien d’autres chats à fouetter.

Peu de gens connaissent vraiment le phénomène « nomade digital » et son mode de vie

C’est pourtant une philosophie qui gagne à être connu.

Nombreux sont ceux qui pensent que c’est un style de vie réservé aux vingtenaires plutôt qu’une ambition soutenue tout au long d’une carrière.

Que nenni, c’est bien loin d’être le cas. Et bon nombre souhaiterait goûter à cette forme de liberté.

Alors maintenant comment vous considérez-vous ?

Voyageur professionnel ou nomade digital ?

 
Si vous penchez plutôt pour la deuxième solution, n’oubliez pas votre PDF bourré d’idées. Vous serez ainsi fixé. Cliquez ici.
 

Haydée Bouscasse
 
 

Share This