Vous souhaitez vous lancer ? Voici un guide de 3300 mots qui pourrait bien vous servir longtemps : Le guide ultime (testé et approuvé) pour développer son business en freelance. Cliquez sur ce lien pour l’obtenir au format PDF. C’est gratuit.

Pourquoi échouez-vous ?Tony_après_chute

C’est le cas de beaucoup d’entrepreneurs.

Et c’est une vérité dont peu aiment parler.

Mais qu’est-ce qu’un échec au fond ?

  • Vous prenez un risque.
  • Le risque ne produit pas de retour sur investissement.
  • Vous abandonnez et passez à autre chose.

Parfois ça ne paye pas, c’est inévitable dans l’entrepreneuriat.

Et après, il n’y a pas mort d’homme dans le fait de se ramasser !

Non, ce qui tue c’est lorsque votre échec affecte la façon dont vous pensez.

Lorsque l’échec devient « vous » plutôt que la situation, il est le tueur de vos espoirs et de vos rêves.

La peur de devenir un « échec ambulant » est plus destructrice que l’expérience même de l’échec (pleine d’enseignements).

Alors, plutôt que de vous miner autour de cette idée en vous disant :

J’suis qu’une merde…

Sachez simplement analyser vos échecs pour en trouver les causes. Et vous verrez qu’ils ne découlent pas de ce que vous êtes, mais de vos erreurs.

Nous avons fait notre lot d’erreurs avec nos business, mais sans jamais nous décourager pour autant !

Nous les avons identifiées, décortiquées et corrigées. Et ça prend beaucoup de temps.

Voilà pourquoi je tiens à vous mettre en garde contre ces 20 erreurs mortelles que vous ferez sûrement au commencement de votre business en ligne – pour éviter de tuer votre entreprise dans l’œuf.

La mort et un tombeau

1. Ne jamais commencer

Andrew Fashion

« Commencez maintenant, pas demain. Demain est une excuse de perdant. » 

Andrew Fashion

 

Ne pas se lancer est probablement la plus grande erreur de toutes.

Ne soyez pas de ceux qui parlent de monter des tonnes de projets pendant des années pour ne rien faire au final.

Pourquoi cette propension à l’inaction ?

Le doute, la peur…

Car il est plus facile de reculer devant les difficultés de votre futur parcours plutôt que de commencer (au point de ne jamais commencer).

Une belle manière d’assurer votre défaite.

Commencer un business en ligne n’est pas aisé. Cela demande un certain culot, de l’intelligence, du cœur et avant tout la volonté de vous bousculer.

Mais vous verrez, une fois lancé, incertitudes et réticences s’étioleront avec la pratique.

2. Choisir un sujet qui ne vous intéresse pas

Médaillon_Ji-Lee« Faites de votre passion votre salaire. » 

Ji Lee

 

Quel que soit le domaine dans lequel vous décidez de vous lancer, vous aurez besoin :

  • De profondes connaissances de votre sujet
  • De créativité
  • Et d’une inébranlable détermination

Des qualités bien plus faciles à développer si vous aimez vraiment ce que vous faites.

Mais il y aura toujours des concurrents plus passionnés que vous… Et comment rivaliser si l’écart entre votre amour du sujet et celui de vos concurrents est trop large ?

Vous ne ferez pas le poids.

Tony fait du pole dance accompagné d'une pro

Je ne donnerai jamais de cours de pole dance par exemple. Pas mon truc…

Votre business ne doit pas nécessairement être votre passion première ou le travail de votre vie (d’autant que la plupart d’entre nous en ont plusieurs).

Mais ne tentez pas l’impossible en choisissant un domaine dont vous vous foutez, simplement parce qu’il est lucratif.

Passionné par votre sujet, la détermination ne sera pas un problème, la créativité coulera toute seule et votre influence sera plus facile à asseoir.

3. Perdre du temps à penser et ne pas assez agir

Médaillon_Thomas-Edison« Le génie c’est un pour cent d’inspiration et quatre-vingt-dix-neuf pour cent de transpiration. »

Thomas Edison

 

Bien que dévoreur d’articles de blogs, féru de revues d’entrepreneurs et consommateur de formations, un de mes étudiants m’a avoué qu’il n’avait jamais lancé de business…

« Bien que » ou « à cause de » ?

Là est la question. Car si votre ratio entre penser et agir est inférieur à 80% d’action, repensez-y… Faites-en plus !

À trop lire et toujours chercher des idées, vous finissez par ne rien faire.

Et comme disait « l’autre » : « La distance entre les rêves et la réalité s’appelle l’action ». Alors, assez rêvé, agissez maintenant !

4. Ne pas résoudre de vrais problèmes ou besoins

Médaillon_Nicolas-Trublet« Le bonheur consiste dans la juste proportion des désirs et des besoins avec les moyens de les satisfaire. »

Nicolas Charles Joseph Trublet

 

Parfois, les gens sont tellement emballés par leur idée qu’ils en oublient de vérifier la réalité du terrain…

Fin 1990, le marché du mobile est en pleine effervescence et les opérateurs se battent pour chopper des abonnés. Mais avec la technologie de l’époque, la couverture d’émission reste très limitée.

C’est alors que Motorola lance le projet Iridium pour tenter de couvrir le monde entier. Grande innovation !

L’équipe de direction est enthousiaste à l’idée de créer de la valeur pour ses clients. Elle investit 7 milliards de dollars et envoie 88 satellites en orbite.

Réseau en place, Motorola commence à vendre ses services :

  • Des appareils combinés à 3 000 $ pièce et peu pratiques.
Motorola_Iridium

Oui, c’est gros…

  • Des frais d’appel incroyablement élevés.

Mais les utilisateurs sont contents de pouvoir communiquer partout dans le monde…

Enfin, jusqu’à ce que, la nouveauté passée, ils se rendent compte que téléphoner du désert ou d’une ville isolée de Sibérie n’est pas un besoin si important.

Trop tard pour Motorola.

Les prévisions de vente ne sont jamais atteintes et ils continuent à payer l’entretien des satellites 200 millions de dollars par mois !

Motorola a investi dans ce que ses gestionnaires voyaient comme une innovation prometteuse alors qu’il n’y avait pas de besoin réel à satisfaire ni de problème à résoudre.

En 1999, le projet Iridium fait faillite.

Moralité :

Les entreprises qui essuient des échecs sont généralement celles qui tentent de résoudre un problème dont tout le monde se fout.

Et c’est de loin l’erreur la plus commune des startups.

Personne ne vous achète ? Ne cherchez pas plus d’audience, détectez plutôt un problème concret ou répondez à un besoin réel.

En résolvant un problème suffisamment important, vous créez de la valeur, condition sine qua non pour une entreprise prospère et rentable.

Vous n’aurez plus besoin d’aller à la pèche aux clients et vous pourrez vous concentrerez davantage sur votre visibilité.

 
Vous pouvez télécharger le guide ultime (testé et approuvé) pour développer son business en freelance en cliquant simplement sur ce lien. Il complète parfaitement cet article.  

5. Ne pas vraiment écouter vos clients

Médaillon_Auguste-Detoeuf« Ne vous plaignez jamais du client à caractère difficile car il est la source de vos progrès. »

Auguste Detoeuf

 

Comment savez-vous si le problème que vous résolvez est suffisamment important ?

Écoutez vos futurs clients… Vraiment !

N’écoutez pas seulement ceux qui valident votre idée mais également ceux qui vous demandent un remboursement ou qui achètent votre produit mais ne l’utilisent pas.

Mieux encore, écoutez ceux qui vous disent qu’ils n’achèteront pas votre produit et essayez de comprendre pourquoi.

Vous n’avez pas toutes les réponses. Eux si. Et puis…

Le client a toujours raison.

Singe_oreilles_bouchées

Alors, ne faites pas comme certain, écoutez-les.

Car sans client, vous n’avez pas de business.

6. Ne pas tester ni collecter de faits

Médaillon_André-Gide« Il y a ce que l’on sait et il y a ce que l’on ignore. Entre deux, ce que l’on suppose. »

André Gide

 

Faire confiance à votre intuition est une bonne chose. Mais vous devez savoir le faire au moment opportun.

Nous comptons trop souvent sur notre intuition (par paresse ou négligence) au lieu de tester et collecter des faits.

Vous voulez une démonstration simple ?

Regardez l’image ci-dessous :

Comparaison_tables

Laquelle de ces deux tables est la plus facile à passer à travers une porte étroite ?

Votre intuition vous dira que c’est celle de gauche.

Une personne avisée ne sera pas aussi confiante et prendra une règle pour mesurer les deux tables avant de donner sa réponse.

Et elle remarquera de façon surprenante qu’elles sont égales en taille et en forme !

Comparaison_tables

Tout est une question de perception…

Vous comprenez maintenant l’importance d’écouter ses clients et prospects ?

7. Vouloir satisfaire tout le monde

Médaillon_Bill-Cosby« Je ne connais pas la clé du succès, mais la clé de l’échec est d’essayer de satisfaire tout le monde. »

Bill Cosby

 

Difficile à comprendre ? Prenons un exemple concret :

Une femme de 50 ans désire perdre un peu de poids. Elle recherche des cours de fitness dans une salle proche de chez elle et tombe sur deux annonces :

  1. Séances de fitness mixtes pour tous âges et tous niveaux. Dépensez-vous à fond tous ensemble.
  2. Séances de fitness spéciales femmes actives. Perdez du poids et regagnez en santé avec un programme sur mesure.

Laquelle va-t-elle choisir ? Facile. :)

Écouter tout le monde c’est bien. Vouloir plaire à tout le monde c’est naze. Car au final, vous n’attirerez plus personne.

Pourquoi allez-vous chez un ophtalmo plutôt que chez votre généraliste pour soigner vos yeux ?

Parce qu’il est spécialisé dans une niche qui satisfait votre besoin spécifique.

fausses lunettes effet "yeux"

Et puis ça évite les mauvaises surprises…

Vouloir satisfaire tout le monde c’est élargir sa cible au point de devenir trop généraliste et ne résonner avec personne.

8. Attendre trop longtemps pour lancer votre produit ou service

Médaillon_Mario-Andretti« Si tout est sous contrôle, vous n’allez pas assez vite. »

Mario Andretti

 

Un de nos lecteurs nous écrivait récemment :

J’ai attendu 5 longues années que tout soit parfait pour construire un projet concret. Quand je l’ai enfin lancé, j’ai regretté d’avoir attendu si longtemps !

Dur… Nous n’avons pas été aussi lents, Dieu merci, mais nous sommes passés par là.

Lorsque vous commencez à bloguer ou podcaster pour construire votre audience, vous pouvez vite vous retrouver coincé dans le cercle vicieux de la perpétuelle création de contenus…

Sans jamais offrir quoi que ce soit à vendre.

Pour quelles raisons ?

  • Certains attendent d’avoir une taille d’audience « magique » : 1000 inscrits, 10 000 visites, etc.
  • Certains ne trouvent pas le temps de bloguer ou de faire des vidéos tout en construisant un produit en même temps.

Un vrai challenge et un piège fatal !

Tête de squelette

N’attendez pas trop longtemps

Par contre, si c’est un problème de procrastination, appliquez les bonnes méthodes pour vous en débarrasser.

9. Ne pas vous focaliser sur un seul objectif

Médaillon_Henry-Ford2« Les obstacles sont ces choses que vous voyez lorsque vous perdez votre objectif de vue. »

Henry Ford.

 

Internet est une mine intarissable de possibilités de business. Tout ce qu’il vous faut c’est une bonne idée et la passion. Construisez un site autour de cela et en quelques mois vous pourriez avoir une vraie entreprise entre vos mains.

Mais curieusement, l’abondance de possibilités conduit de nombreux entrepreneurs en ligne à l’échec.

Comment ? En finissant par essayer de poursuivre trop de buts en même temps.

  • Ils commencent plusieurs blogs
  • Promulguent de nombreux programmes d’affiliation
  • Créent des mini sites web pour AdSense
  • Offrent des services de consultation, etc.

Conséquence : ils font des tas de trucs moyens, voire médiocres, dans chacune de leurs activités.

Vous voulez créer quelque chose de puissant ?

Concentrer tous vos efforts sur cette unique chose ! C’est une vérité applicable à beaucoup de domaines dans la vie.

Pensez à la lumière :

Dispersez-la en faisceaux lumineux et elle sera faible. Concentrez les faisceaux en un seul point et elle deviendra très puissante, si puissante qu’elle sera capable de couper l’acier !

Laser

Le marché en ligne est un monde à lui seul. Avec des milliers de blogs dans chaque niche, des centaines de sites dans tous les segments et des dizaines d’entreprises en ligne offrant des services similaires.

Pour être rentable, vous devez être le meilleur dans ce que vous faites. Un résultat uniquement possible en vous concentrant tel un laser sur un objectif unique.

Mais cela ne veut pas dire que vous devez vous cantonner à un projet pour le restant de votre vie.

En développant votre business efficacement, au bout d’un temps vous le rendrez à peu près autonome. Vous serez alors en mesure de prendre du recul et de poursuivre de nouvelles idées.

10. N’avoir aucune mission

Médaillon_Simon-SinekLes gens ne vous achètent pas ce que vous faites, mais la raison pour laquelle vous le faites.

Simon Sinek

 

Vous connaissez sûrement Chipotle Mexican Grill, le fast-food intègre… (Oui, oui, ça existe.)

Dans un secteur où l’élevage intensif et la course au rendement sont rois, Chipotle moralise son activité en la rendant moins impactante pour l’environnement.

  • La chaîne a banni de ses menus les animaux élevés en batterie, gavés d’antibiotiques et ne voyant jamais la lumière du jour.
  • Elle favorise autant que possible l’agriculture biologique ; pour le reste, ce sont des fermes familiales et des productions locales.

Là est sa mission !

En se concentrant sur le « Pourquoi » :

Pourquoi existe-t-elle au-delà de servir ses clients.

…plutôt que sur le « Quoi » :

Ce qu’elle fait réellement.

Elle nous persuade d’aller dans son sens et d’acheter chez elle plutôt que vers la concurrence.

Mieux encore elle nous donne envie d’être ses ambassadeurs, fiers de prôner de nobles valeurs.

https://youtu.be/lUtnas5ScSE?t=92

En tant qu’entrepreneur, vous devez identifier votre mission.

Quelque chose en quoi les gens veulent adhérer, qu’ils peuvent promouvoir en vous achetant.

C’est l’un des 7 fondements expliqués dans notre guide Fini les Business Pénibles, pour aider les entrepreneurs à sortir du lot.

11. N’avoir ni charisme ni personnalité

Médaillon_Jay-DanzieVotre sourire est votre logo, votre personnalité est votre carte de visite, ce que ressentent les personnes après une expérience avec vous devient votre image de marque.

Jay Danzie

 

Sur la plupart des marchés, les clients ont l’embarras du choix.

Si votre business a de la concurrence, vous devez donner à vos clients potentiels une raison de choisir votre offre plutôt qu’une autre.

Et pas avec des phrases impersonnelles du style :

  • Je vous délivre un contenu de qualité adapté à vos attentes.
  • Je vous certifie de faire tout le nécessaire pour vous mener au succès.

Combien de nouveaux entrepreneurs sautent sur un sujet populaire, ne faisant qu’imiter ou copier ce que les entrepreneurs à succès font déjà ?

J’imagine qu’ils pensent :

Si ça fonctionne pour eux, ça fonctionnera pour moi.

Mais mettez-vous maintenant à la place des lecteurs ou des clients. En trouvant votre site, ils se demanderont :

Pourquoi prendre la peine de passer autant de temps chez lui et de lui acheter ?

Vous devez leur apporter une réponse claire et rapide avant qu’ils ne se fassent la malle ailleurs.

Vous ne pouvez pas espérer développer votre audience en étant la pâle copie d’un autre site plus connu, même si vous proposez quelque chose de mieux au final.

Chat-lion-color

Être mieux ne suffit plus, vous devez être différent !

Et quand quelqu’un vous demandera pourquoi votre site ou produit mérite son attention, votre réponse sera plus objective et facile à comprendre.

12. Confondre votre blog avec votre business

Médaillon_Haydée« Répétez après moi : un blog n’est pas un business, un blog n’est pas un business. »

Haydée Bouscasse

 

Un blog est une plateforme incroyable pour partager vos idées, vous connecter aux autres et gagner du public (entre autres).

Un blog est l’interface de communication privilégiée de votre entreprise.

Et il en va de même pour votre podcast, votre chaine YouTube ou toute autre interface vous permettant de publier des contenus gratuits.

Donner du contenu gratuit n’est pas un business. C’est une façon de construire votre influence.

Et ne comptez pas obtenir parrainages et publicités rémunérées directement de cette influence. Vous aurez besoin d’un plan plus direct pour gagner un revenu avec votre blog ou votre podcast.

13. Ne pas vous créer de liste d’email

Médaillon_Pat-Flynn« L’argent n’est pas la liste en elle-même. Tout dépend de ce que vous en faites. »

Pat Flynn

 

Voilà qui est plus clair que la litanie habituelle des entrepreneurs assurant que :

L’argent est dans la liste.

Mais si vous voulez lancer une entreprise en ligne qui tourne, vous aurez besoin de récolter un max d’emails.

Ainsi, vous convertirez vos visiteurs en abonnés et à terme, vos abonnés en clients.

Sans cela, vos chances de vendre sont restreintes. Alors, construisez votre audience grâce à cette liste.

 

14. Essayer de tout faire par vous-même

Médaillon_Henry-Ford1« Venir ensemble est un commencement, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est un succès. »

Henry Ford

 

Très difficiles d’apprendre à déléguer votre travail quand vous êtes entrepreneur.

Faire tout vous-même vous permet de contrôler les moindres détails de l’exécution de votre business (de la qualité aux délais).

Et lorsque vous déléguez, beaucoup d’incertitudes entrent en jeu.

Mais vous ne pourrez pas construire une véritable entreprise seul éternellement.

Equipe_gagnante

Vous devrez vous entourer de bons partenaires

Au bout d’un temps, il y aura trop choses à faire pour une seule personne, même si elle travaille dur à l’aide de ses multicompétentes.

Sachez reconnaître et accepter vos limites…

Ou travailler trop dur et trop longtemps aura un impact négatif sur vos revenus.

Voilà pourquoi déléguer est essentiel.

Vous allez me dire :

Tu me demandes de commencer à embaucher des gens ?

Pas du tout (même si j’espère qu’un jour vos projets en ligne seront si avancés qu’ils auront besoin d’employés à plein temps).

Mais n’allons pas trop vite. Commencez par demander de l’aide en « one shot » en fonction de vos besoins.

Troquez votre expertise contre celle des autres ou dépensez un peu d’argent si vous êtes obligé de le faire. Cela vous fera économiser beaucoup de temps ; temps que vous utiliserez pour faire ce que vous faites le mieux.

Deuxième point important :

Vous avez besoin de soutien !

Vous devez vous entourer d’entrepreneurs de votre niveau et d’autres avec plus d’expérience (un mentor par exemple).

Plus vous serez connecté à eux, plus vous serez à l’aise dans votre quête. Vous vous sentirez moins fou ou esseulé et vous vous rendrez compte que nous sommes tous confrontés aux mêmes obstacles.

15. Ne pas assez dépenser

Médaillon_Helmut-Schmidt« Les investissements d’aujourd’hui sont les profits de demain et les emplois d’après-demain. »

Helmut Schmidt

 

Une fois votre business lancé vous envisagez de commencer un blog ou un site pour communiquer.

Arrivé là, vous aurez sûrement besoin d’investir un peu.

Les nouvelles technologies et les outils du web 2.0 ont cassé les coûts de mise en place et de gestion des entreprises. Mais cela ne signifie pas « zéro investissement »…

Possible, mais risqué.

Et ceux qui ne jurent que par le gratuit après le lancement de leur business finissent souvent par échouer.

Echouer

Prenons l’exemple de la création d’un blog, un des moyens de publication les plus simples et les moins chères du Web.

Pourquoi ne pas :

  • Acheter un nom de domaine disponible.
  • Obtenir un hébergement pour 5 € par mois.
  • Charger un thème WordPress gratuit.
  • Et commencer à écrire.

Simple en théorie, vous pourriez le faire. Mais que de temps et de compétences pour qu’un tel blog soit rentable.

Pourquoi ?

  • Difficile de trouver de bons noms de domaine percutants encore disponibles.
  • Un thème WordPress gratuit fera ressembler votre site à des milliers d’autres, dur pour communiquer votre personnalité et gagner en crédibilité.
  • Écrire un article pour atteindre la première page des moteurs de recherche demande du temps et un don de rédaction important.
  • Un hébergement web pas cher ne pourra pas assumer une grosse charge de trafic. Pas bon pour votre serveur…

Avec un minimum d’investissement, vous pourriez :

  • Acheter un beau domaine pour votre blog.
  • Trouver un designer pour votre logo et la personnalisation de votre thème WordPress.
  • Obtenir un service d’hébergement Web décent.

Et tout cela pour moins de 400 € !

Un petit investissement pour une grosse différence de qualité afin de développer votre blog et de vous démarquer des autres.

Vous voyez, il ne s’agit pas d’investir des dizaines de milliers d’euros en développement, logicielles ou consulting (extrême inverse).

Nous parlons d’investir le strict minimum afin de disposer d’une interface professionnelle pour atteindre vos objectifs et non travailler contre eux.

16. Trop dépenser

Médaillon_Leonardo-DiCaprio« Je suis le pire radin de la terre. Je fais des économies, je prête rarement de l’argent, j’investis pour mes vieux jours. On ne sait jamais, ma carrière pourrait s’arrêter demain. »

Leonardo Di Caprio

 

Certes, trop dépenser est moins fréquent que l’inverse, mais cela arrive.

Notamment avec ceux ayant des revenus issus d’autres canaux :

  • Les entrepreneurs hors ligne qui se lancent sur le net.
  • Les salariés avec de grosses économies.
  • Les startups ayant levé des fonds de sociétés à capital-risque.

En quoi avoir trop d’argent peut vous amener sur une mauvaise pente ?

Picsou en ski sur de l'or

Sauf pour Picsou…

L’argent nous rend bêtes et fainéants.

Trop d’argent implique trop de confort :

  • Vous embauchez sans raison valable.
  • Vous investissez dans des campagnes marketing qui n’améliorent pas le fond de votre business.
  • Vous ne travaillez pas assez dur pour trouver davantage de clients…

Quand l’argent viendra à manquer (et il le fera), vous vous retrouverez incapable de faire rouler votre business correctement par vos propres moyens.

Lorsque l’argent est limité :

  • Vous bougez davantage votre cul.
  • Vous faites avancer les choses aussi vite et efficacement que possible.
  • Vous êtes plus créatif pour atteindre vos utilisateurs et promouvoir vos services.
  • Vous redoublez d’efforts pour assurer chaque vente.

Alors, si vous avez de l’oseille, limitez-vous !

17. Éviter la concurrence

Médaillon_Wayne-Calloway« Rien ne focalise autant l’esprit que la vue permanente d’un concurrent qui peut vous balayer du marché. »

Wayne Calloway

 

Certains pensent que le secret pour bâtir un business prospère ou faire beaucoup d’argent est de trouver un marché sans concurrence…

Faux !

Il existe bien des possibilités inexploitées, mais il est très difficile de les dénicher. Et attendre d’en trouver une n’est pas envisageable.

Là où il y a un besoin connu et un business model viable, il y a quasiment toujours des entreprises ou des personnes déjà sur la brèche.

Et puis même si vous trouvez un marché sans concurrence (ou que vous en créez un) très vite, d’autres entreprises se jetteront dessus à leur tour.

Alors, si vous ne pouvez pas éviter la concurrence, que devez-vous faire ?

Battez-la ! Telle est la règle. Vous devez battre vos concurrents.

Tony Founs et Haydée Bouscasse en train de se battre pour un baton

Et c’est à celui qui ne lâchera rien.

La théorie de « l’avantage du précurseur » défendue par de nombreux universitaires dit que :

La première entreprise qui investit un marché ou une niche gagne la majorité des parts de ce marché et sera en mesure de défendre sa position de leader face aux nouveaux entrants…

Mais y a-t-il des preuves de cela à l’appui ? Pas assez…

  • Google n’a pas été le premier moteur de recherche.
  • Ebay n’a pas été le premier site de ventes aux enchères en ligne.
  • Amazon n’a pas été la première librairie en ligne.
  • MySpace et Facebook sont entrés sur le marché du réseau social de nombreuses années après le pionnier, Classmates.com.

Dans la plupart des cas et en particulier sur Internet, être le premier sur un marché n’est pas synonyme de réussite.

18. Tenter de réinventer la roue

Médaillon_Pablo-Picasso« Les bons artistes copient, les grands artistes volent. »

Pablo Picasso

 

Non, Picasso n’encourageait pas les autres peintres à voler le travail de leurs confrères.

Il voulait simplement dire que les grands peintres ont besoin d’aller au-delà de l’imitation. Ils doivent être en mesure d’identifier, de comprendre et d’intégrer les traits et techniques des meilleurs peintres.

Bien sûr, le peintre aura encore besoin de développer son propre style.

Mais négliger les progrès qu’ont apportés les plus grands dans sa branche serait stupide.

Idem pour les business en ligne :

Réinventer la roue pour chaque aspect de votre business ne vous aidera pas à atteindre le succès.

Evolution des ampoules

A-t-on remplacé l’électricité pour innover de l’ampoule incandescente au LED ?

Voilà l’intérêt d’analyser la concurrence, d’identifier ce qu’elle est en train de faire et de comprendre comment elle le fait pour l’intégrer à votre propre business.

Évidemment, vous aurez toujours besoin d’innover pour prospérer, mais cela reste une stratégie complémentaire.

Bref, les entreprises qui réussissent intègrent les meilleures pratiques de leur marché et innovent en même temps.

Imaginons que vous vouliez construire une boutique en ligne de chaussures de sport :

Développer la mise en page du magasin et créer votre processus de vente à partir de rien vous prendra beaucoup de temps et d’énergie pour un résultat incertain.

Analysez plutôt comment les magasins de chaussures en ligne organisent leurs produits et gère leur processus d’achat pour l’adapter à vos propres exigences.

Cela vous donne un point de départ solide qui ne vous empêchera pas d’innover par la suite pour rester en haut du panier avec vos concurrents.

19. Être inflexible

Médaillon_Inconnu« Si le plan A ne fonctionne pas, il reste encore 25 lettres dans l’alphabet. »

Inconnu

 

Avoir une vision ferme et claire de vos objectifs et les tenir est essentiel.

Mais il est tout aussi important de ne pas devenir inflexible concernant la manière dont vous allez les atteindre.

Votre vision c’est le « quoi ». Elle doit être solide comme le roc.

Le « comment » représente les différentes stratégies et plans d’action que vous allez utiliser pour réaliser cette vision. Ils doivent être flexibles et conçus pour évoluer le long de votre parcours.

Prenez l’exemple de l’industrie du disque dur.

  • 130 entreprises y sont présentes entre 1976 à 1996
  • En 1997, elles ne sont plus que 20 en activité.

85 % ont échoué par manque de flexibilité dans la façon de poursuivre leur vision.

Au début, toutes vendaient des disques durs 14 pouces pour des ordinateurs centraux. Les deux paramètres importants étaient :

  • La capacité du disque.
  • Le coût par mégaoctet.

Evolution_Disques_durs_en_60_ans

Puis, début 1980, les disques durs 8 pouces sont créés. Plus petit mais plus chers et avec moins de capacité.

Faute de demande, la plupart des entreprises du marché restèrent malgré tout sur le 14 pouces.

D’autres, comme Quantum, sont allés chercher des clients potentiels pour les 8 pouces et ont trouvé preneur chez les producteurs d’ordinateurs portables tels que HP.

(Capacité de disque moindre et coût plus élevé par mégaoctet en échange d’une taille réduite.)

Evolution de la taille des disque dur

Taille des disques durs entre 1971 et 2011

Après quelques années, les portables dominèrent le marché pour supplanter les ordinateurs centraux.

Trop tard pour les producteurs de disques 14 pouces qui firent presque tous faillite…

Trop rigides, ils n’étaient pas prêts à innover ni à explorer de nouvelles utilisations de leurs produits existants.

20. Ne pas finir ce que vous avez commencé

Plaute« Il est plus facile de commencer que de finir. »

Plaute

 

Les gens qui manquent de focalisation ont généralement du mal à finir ce qu’ils ont commencé. Deux erreurs souvent liées.

Pensez à votre ami(e) qui commence toujours un nouveau régime pour y renoncer une semaine plus tard… Dur d’atteindre ses objectifs de perte de poids dans ce cas.

C’est le même problème avec votre business.

Les entrepreneurs qui ne peuvent pas finir ce qu’ils commencent n’iront jamais bien loin.

Commencer plusieurs projets en même temps vous empêche de finaliser la plupart. Et même si vous parvenez à rester concentré sur un seul, encore vous faut-il le terminer.

Tony Founs en train de boire un cocktail au chocolat

Sauf si votre projet est de finir un cocktail chocolat, chantilly, bacon… affreux !

Supposons que vous vouliez gagner votre vie en aidant les entreprises à chopper des clients par le biais des médias sociaux.

1. Vous créez un blog mettant en avant votre expertise des médias sociaux et vous vous constituez une audience.

Vous écrivez quotidiennement des articles de qualité, mais baissez de régime après quelques semaines pour abandonner au bout de deux mois.

2. Vous vous dites alors qu’écrire et publier un livre gratuit sur le marketing des médias sociaux pourrait générer un buzz et attirer de nouveaux clients.

Vous commencez donc à écrire, mais les mots cessent de couler au bout de dix pages et vous décidez de reporter cette idée à plus tard.

3. Enfin, vous décidez de lancer une campagne de pub au coût par clic sur Google AdWords. Vous en achetez pour 50 € pour finir par ne pas analyser les mots clés qui convertissent le mieux, combien de clients la campagne a rapporté ou quel retour sur investissement vous avez obtenu…

Comme vous l’avez maintenant deviné, vous avez tout faux !

Votre entreprise aura de très faibles chances de réussir parce que vous ne terminez pas ce que vous commencez.

Et maintenant ?

J’espère que ces 20 erreurs mortelles ne le seront plus pour vous après avoir lu ce pavé. ;)

Internet est en plein essor avec des tonnes d’opportunités. Et ceux qui commenceront aujourd’hui sont ceux qui récolteront les meilleurs fruits demain.

Le tout est de se lancer avec la bonne méthode.

  • Que vous souhaitiez créer un business pour compléter votre salaire ou construire une grosse entreprise pour générer un revenu à six chiffres.
  • Que vous viviez en France, en Malaisie ou au Brésil.
  • Que vous soyez un technicien astucieux ou simplement un nouvel utilisateur d’outils connectés.

Ce qui importe le plus est de savoir si vous avez ou non le désir de réussir et si vous êtes prêts à faire ce qu’il faut pour.

Cela implique aussi de nombreuses erreurs. Mais…

Médaillon_Theodore-Roosevelt« Le seul homme à ne jamais faire d’erreur est celui qui ne fait rien. »

Theodore Roosevelt

 

Alors, n’ayez pas peur d’en faire !

  À présent, conservez le guide ultime pour développer votre business en freelance afin d’en faire bon usage dans les semaines qui viennent. Cliquez ici pour le télécharger.
 

Et si vous en avez fait d’autres, faites profiter à tout le monde de votre expérience dans les commentaires.

Tony Founs
 
 

Share This