Vous souhaitez monter un business rentable sans dépenser d’argent ? Prenez ce cours gratuit en 6 leçons pour y parvenir. Cliquez ici pour l’obtenir, c’est gratuit.

Ok, c’est ma faute…

Je vous ai un peu abandonné.

Le blog est mort depuis 3 semaines.

Et j’ai reporté tout mon amour sur un groupe d’élèves privilégiés.

Pourquoi ?

Parce que Tony et moi sommes en pleine construction de notre cours « 1K1mois ».

Haydée-&-Tony-Kaohsiung

Nous formons nos courageux volontaires pour gagner rapidement 1 000 € / mois avec un business en ligne.

Et en échange de notre suivi scrupuleux, par leurs retours très critiques, ils nous aident à rendre ce cours parfait avant son lancement programmé.

Un gros travail qui ne m’a pas laissé beaucoup de temps à vous consacrer.

Alors pour me faire pardonner, je vous dévoile ici les notions cruciales que j’enseigne pour monter votre business en ligne sans investissement tant que vous ne gagnez pas d’argent.

Vous avez une expertise particulière et une idée intéressante à développer ?

C’est un bon début.

Mais que veulent vraiment les gens ?

Voilà la question qui doit vous préoccuper en priorité.

Car si vous ne confirmez pas l’utilité de votre idée directement auprès des gens intéressés vous allez droit dans le mur…

Ne construisez rien sur ce que vous « pensez » que les gens veulent !

Votre travail est de « déterminer » ce qu’ils désirent réellement en fonction de votre idée.

Alors, faites une petite enquête dans les milieux concernés pour en extraire les meilleures informations.

Posez simplement aux gens quelques questions du genre :

  • Quel est ton problème principal ?
  • Quelle solution idéale te semblerait appropriée ?

Et faites votre petite cuisine pour synthétiser les retours pertinents.

Pas de panique ! Nul besoin de raquer pour une enquête IFOP ou BVA. Et puis de toute façon ce sont des menteurs…

Faites cela simplement avec un petit groupe de personnes trouvées aux bons endroits sur le net.

Vous voulez vraiment aider les gens à régler leur problème ?

Comprenez-les vraiment en leur demandant directement quels sont leurs soucis. Chose relativement facile.

Exemple :

Haydée_Sportive_gauléeÇa fait longtemps que j’ai dans l’idée de vendre mes compétences pour aider les femmes de 40 ans complexées par leur corps. (Serais-je crédible malgré mes 38 ans ?)

Vous croyez que je vais écrire un livre, créer un cours ou proposer des séances de coaching directement pour autant ?

Non !

Je trouverai d’abord des forums santé et des groupes de discussion de femmes excédée par les régimes bidon pour leur poser certaines questions :

Pourquoi ne parvenez-vous pas à maintenir votre corps au top aujourd’hui ?

À quel niveau cela vous pose le plus de problèmes ?

En fonction de leurs retours, j’identifierai leur problème récurrent qui me permettra de leur proposer une solution adaptée.

Vous voulez retrouver votre corps de 20 ans ? Allons-y pour ça !

Par contre, c’est au moment d’offrir une solution que les entrepreneurs dérapent…

La malédiction de la connaissance

Plus vous en savez, plus vous tenez à offrir tout ce que vous avez…

Le problème c’est que les gens ne veulent pas que vous les submergiez de tout votre savoir quand vous leur posez une simple question.

Et puis c’est une forme d’égocentrisme que de faire cela.

Posez-vous la question à vous-même :

Aimerais-je qu’une personne m’explique tout ce qu’elle sait ?

Composition-Tranxene

Non !

Ce que vous voulez c’est juste résoudre UN problème particulier qui vous concerne à un moment donné.

Et c’est ici qu’interviennent la niche et la cible. C’est-à-dire :

Ce que vous proposez exactement et à qui plus particulièrement.

Si une personne vous soumet une demande particulière, allez-vous lui faire un retour général sur le sujet ou allez-vous répondre précisément à sa question ?

Mise en situation :

Où sont vos toilettes s’il vous plait ?

Mes toilettes en marbre rose du Portugal avec chasse d’eau spécialement conçue pour les handicapés sont à l’étage. Vous trouverez le désodorisant dans le placard de gauche et le PQ à côté de […]

Bon, plus besoin de lui indiquer, elle a eu le temps de se pisser dessus…

Si vous calquez cela à un business en ligne, éviter cette erreur vous aidera à focaliser sur la solution précise qui répond au problème d’un groupe de personnes tout aussi précis.

Exemple :

J’enseigne plusieurs matières scientifiques au lycée et je décide de dispenser mes cours en ligne.

Des parents me demandent des cours particuliers pour leur enfant lycéen nul en maths.

Vais-je leur proposer un pack de cours de maths, physique et biologie ?
Vais-je leur proposer des cours de niveau maths sup – maths spé ?

Formule_compliquée

Non, et si j’avais vraiment envie d’enseigner cela alors, autant le spécifier dès le départ en nichant mon offre.

Et quand bien même vous avez déterminé exactement :

  • Ce que vous voulez vendre,
  • à qui vous voulez vendre,
  • en fonction d’un besoin réel

Ce n’est toujours pas gagné car…

Pas de validation, pas de business profitable

Bien que remplissant toutes les conditions décrites plus haut, votre produit ne se vendra pas obligatoirement. Alors…

À quoi bon construire un produit qui risque de ne pas fonctionner ?

Décrivez-le plutôt sur une demi-page suite aux retours que vous avez obtenus du marché et soumettez votre proposition au petit groupe d’intéressés que vous avez sondé.

Ou à toutes autres personnes susceptibles d’être emballées par votre sujet (Facebook, LinkedIn, forums, etc.)

Et demandez-leur s’ils seront prêts à payer pour ça.

Pourquoi fonctionner ainsi ?

Parce que si personne n’est intéressé, vous le saurez très rapidement.

Vous êtes donc dans une démarche de coût d’échec minimal.

Et si vous obtenez beaucoup de réponses négatives ?

Récupérez alors les feedbacks et faites une analyse pour comprendre pourquoi ces « NON ». Ainsi :

  • Soit vous revenez en arrière et peaufinez votre idée pour démarcher à nouveau jusqu’à ce que les gens disent : « OUI ! »
  • Soit vous passez rapidement à autre chose. Vous recommencez avec une nouvelle idée jusqu’à ce que les gens vous supplient de créer le produit que vous leur proposez.

Vous pouvez avoir la meilleure démarche du monde, en vous enfermant dans votre idée de départ, vous échouerez systématiquement !

(À moins d’avoir un gros coup de bol… mais la chance est plutôt rare en business).

Soumettez plutôt votre idée de produit à de vraies personnes capables de le remettre en question.

Et grâce à leurs retours, prenez les bonnes décisions en appliquant les changements rapides qui s’imposent.

Fixer le prix de votre « pré-produit »

Quand je parle de « pré-produit », je veux dire :

  • La maquette de votre livre
  • Le pilote de votre cours ou de votre formation
  • La version bêta de votre site
  • Le prototype de votre application…

Vous êtes donc ici sur la prévente de votre produit. Souvenez-vous :

Dans votre phase de validation vous ne l’avez pas encore complètement construit.

Ou découpé…

Vache-a-steak

Vous n’êtes généralement pas le seul à offrir ce produit sur le marché. Alors, allez faire un tour chez vos futurs concurrents et calez-vous sur eux.

Du coup, proposez un prix réduit à ceux qui sont prêts à payer pour votre solution avant même qu’elle soit en ligne.

En échange, demandez-leur des feedbacks positifs et négatifs pendant sa construction et corrigez systématiquement.

Logiquement vous passerez beaucoup de temps à dialoguer avec ces personnes. Et si vous savez les impliquer elles vous le rendront au centuple.

Feedback et échec

La plupart des participants à votre programme pilote/bêta sont emballés à l’idée d’avoir leur mot à dire.

Même négatif, il est très important de vous rappeler que ces feedbacks ne constituent pas un échec. Bien au contraire :

Ce sont des informations en or pour améliorer votre offre !

Exemple :

En ce moment, nous sommes exactement dans ce cas avec 1K1mois.

1K1Mois_Logo

Nous avons proposé le pilote de notre cours à moins de la moitié du prix que nous fixerons à son lancement officiel.

En retour, les élèves qui en bénéficient nous donnent des feedbacks constructifs au fur et à mesure de sa construction.

Une belle entre-aide gagnant/gagnant.

Et un produit vraiment efficace puisque testé et approuvé par de réels utilisateurs.

Avec ou sans audience ?

Bon, j’avoue qu’avec les nombreux abonnés de ma newsletter et réseaux sociaux, quand j’ai proposé le pilote de mon cours j’ai eu beaucoup de candidats prêts à payer.

Du coup…

Si vous avez beaucoup d’audience

Allez-vous travailler avec un petit ou un grand groupe de personne ?

Tout dépend de ce que vous comptez donner (et recevoir !).

Travailler avec un grand groupe pour faire passer votre message à un max de personnes vous permet de faire davantage d’argent avant la construction de votre produit.

Pratique si :

  • Vous devez investir pas mal d’argent une fois votre construction enclenchée.
  • Vous rédigez simplement un livre qui implique un petit prix raisonnable par définition.

Mais vous perdrez ainsi beaucoup en proximité.

Impossible de communiquer au cas par cas avec les gens.

Et si vous envoyez 2 mails automatiques par semaine simplement pour avoir quelques retours produits, au bout de très peu de temps ils abandonneront et vous laisseront sans réponse.

Travailler avec un petit groupe nous a paru plus adapté à notre cours.

Pomodoro-1K1mois

Ainsi, nous donnons à nos élèves un maximum d’attention tout en récupérant le plus de retours possibles pour créer un cours ultra qualifié.

Les avoir de vive voix en face à face était donc très important : raison de mon call Skype en début de pilote pour une sélection des élèves les plus motivés ainsi qu’à la fin pour le coaching personnalisé d’une heure.

Et puis à force de communiquer avec eux, je les connais bien maintenant. :)

Vous avez peu ou pas d’audience

Sans abonnés, vous allez devoir élargir votre définition de ce qu’est avoir un « public ».

Car une audience ne constitue pas nécessairement les gens qui sont inscrits à votre newsletter.

Vous avez généralement des gens qui vous connaissent et peuvent avoir confiance en vous personnellement et professionnellement :

  • Vos proches
  • Vos collègues
  • Les contacts divers de vos activités
  • Les contacts de vos réseaux sociaux

Bref, les gens de votre entourage. Et il y a de très grandes chances que parmi eux, certains aient le problème que vous mettez en exergue avec votre solution.

Ça a l’air con à dire mais :

C’est votre première audience !

Alors, sachez vous en servir. Ils vous diront si oui ou non, ce que vous proposez les intéressent et pourront même en parler à leur propre entourage si vous savez le leur glisser. ;)

Viennent ensuite tous les prospects que vous avez contactés sur le net. Et plus vous aurez trouvé de :

  • Forums
  • Blogs & sites pro
  • Groupes de discussion

…où vous adresser pendant votre validation, plus vous aurez de viviers où piocher vos prospects.

Ceux-ci sont très qualifiés puisqu’ils sont en rapport étroit avec votre idée et donc le produit que vous êtes en train de créer.

Plus facile pour vendre. Enfin, si vous osez…

La résistance à la vente

Je sais, essayer de vendre en direct est une épreuve difficile pour certains.

Emprunts de timidité ou de honte à demander de l’argent, leurs principaux points de résistance sont :

  • Le face-à-face
  • La vente par téléphone

Et pourtant, vous clôturerez toujours bien plus de ventes par téléphone que par mail.

Mais le mail reste malgré tout plus évolutif que le téléphone. Vous pouvez automatiser vos ventes en ligne :

  • En utilisant l’audience des autres
  • Via des applications
  • En faisant des articles invités
  • Par le biais de l’affiliation

Bref, partout où votre audience se trouve, vous pouvez lui faire parvenir votre message par différents procédés pour finir par toucher les personnes les plus qualifiées.

Donc pas besoin d’avoir tant d’abonnés, ni d’avoir un produit fabriqué pour résoudre un problème.

Ce qu’il vous faut, ce sont les bonnes personnes avec le bon problème, prêtes à dépenser de l’argent pour le résoudre.

Conclusion

N’attendez pas d’avoir la permission pour vendre quelque chose. Trop de gens tombent dans ce travers.

Ça parle, ça rumine, ça procrastine autour d’une idée, mais sans jamais la confronter au marché. Alors, elle ne vaut rien.

Sans le courage de vous y frotter pour une remise en question profonde, vous pourrez attendre longtemps avant de réussir.

Un peu de culot diantre !

Osez pré-vendre au moins à une dizaine de personnes avant de construire quoi que ce soit.

Et dites-vous que si vous vendez à 10, vous vendrez sûrement à 100.

Si vous souhaitez plus de détails concret pour y parvenir, cliquez sur le lien en début d’article pour profiter de notre cours gratuit.

Ne faites pas les même erreur que moi à mes débuts. Profitez de l’expérience de ceux qui ont galéré avant vous.

Et maintenant la question est : quelle idée allez-vous valider sur le net ?

Haydée Bouscasse
 
 

Share This