Vivre à l’étranger implique souvent de quitter son travail. Pour franchir cette étape,  téléchargez les 13 excellentes raisons de quitter son job au format PDF en cliquant ici. C’est gratuit.
Une irlandaise

Ma mère une irlandaise dans toute sa splendeur

Partir en vacances est assez simple mais qu’en est-il d’un voyage long cours ?

Ayant déjà expérimenté 4 voyages à l’étranger d’environ un an, voici quelques éléments de réflexion.

A quelles difficultés serez-vous confrontées ?

1 – LA LANGUE

Il faut être un minimum habile pour rencontrer du monde et entamer une conversation, lier une amitié ou même une relation amoureuse. Si vous êtes bilingue il restera toujours une barrière à la communication.

Rien que le fait d’avoir un accent fait que vous serez toujours « l’étranger ».

Un exemple flagrant : ma mère est Irlandaise !

Elle a souvent été regardée comme une bête curieuse par sa manière d’être et son accent. Il faut toujours un temps d’adaptation à une interlocutrice française pour comprendre que ma maman est pourtant une locale.

Autre problème : à force de ne plus pratiquer votre propre langue, vous finissez par en perdre un peu le vocabulaire.

2 – LE SYSTÈME LÉGAL

En tant que citoyen français vous êtes habitué à votre propre système. Vous aurez tendance à penser que les lois auxquelles vous obéissez d’instinct coulent de source.

Ne vous y fiez pas trop.

A Hanoï le code de la route parait inexistant malgré les nombreux panneaux de signalisation.

Rue chaotique de Hanoï, Vietnam

Y a-t’il vraiment un code de la route au Vietnam ? ;)

Au Laos ne vous risquez pas à fumer de la marijuana dans la rue. Officiellement cela peut-être la peine de mort pour une telle idiotie ! Des tas de légendes urbaines circulent à ce sujet.

Et que penser du Pérou où il semble que les prérogatives de la police soient plus en faveur des bandits.

En clair ne vous attendez pas à être défendu comme chez vous dans certains pays. N’oubliez pas que la France est le pays des droits de l’homme… même si nos prisons ont une mauvaise réputation ;).

Tableau géant famille royale de Thaïlande, Bangkok

La famille royale c’est comme dieu en Thaïlande, attention à vos paroles

3 – LA SÉCURITÉ

Prétendre vous sentir à l’aise dans toute situation à l’étranger, même dans un pays développé, serait présomptueux. Sans vouloir diaboliser, le crime et la violence restent présents partout.

Vous devrez vous limiter à votre bon sens en ne traînant pas n’importe où la nuit, tout comme dans votre propre pays me direz-vous à raison.

 4 – LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

Parfois il vaut mieux se taire lorsque l’on parle politique ou religion.

Dans certains coins d’Amérique latine par exemple ; la laïcité y est instaurée mais rencontre de fortes résistances au niveau social, culturel ou traditionnel.

Si votre speech n’est pas acceptable pour les « standards Chrétiens », n’espérez pas que les locaux prennent votre défense.

Autre exemple en Thaïlande : ne vous avisez pas de dire trop de mal de la famille royale ou il vous en coûtera quelques années de prison. Cela peut aller jusqu’à 8 ans !

5 – LE SERVICE CLIENT

Vous aurez tendance à exiger certains droits et privilèges en tant que client.

Bar de Hanoï, Vietnam

Hanoï – Je n’ai jamais obtenu ce que j’ai voulu je n’ai pas cherché plus loin

Vous êtes programmé pour penser ainsi puisque dans votre pays un commerçant ou un représentant se pliera à vos demandes. Les retours de marchandises, les crédits accordés ou autres services recouvrements sont pour bons nombres de pays des chimères.

Le client n’est pas « roi » partout.

6 – L’ARNAQUE

A Bangkok, les premiers jours, vous mangerez probablement à Khao San Road où la qualité est plutôt moyenne. Mais une fois habitué, vous saurez où aller.

Avec son année d’expérience Kevin a su nous emmener dans un lieu « insolite » pour nous Européen : un Moukata. Vous y mangez à volonté pour un prix dérisoire et vous n’y verrez que des Thaïs.

Partez deux semaines à l’étranger et on vous facturera le prix fort, c’est presque inévitable. Et même après une longue période vous resterez une belle proie pour les plus malins.

Partie dîner avec 2 étrangers résidant de Hanoï depuis 1 à 2 ans, le restaurateur n’a pas lâché prise pour nous facturer l’ensemble plus cher qu’à ses compatriotes. Mes amis parlent pourtant couramment le Vietnamien.

7 – L’ALIMENTATION

Votre blanquette de veau ou votre camembert qui pue vous manquent ?

C’est normal !

Vous pouvez dire ce que vous voulez mais la bouffe française vous manquera tôt ou tard.

Restaurant de rue, Hanoï, Vietnam

Je ne sais pas trop ce que j’ai mangé ce jour là mais c’était bon

Lors de mon voyage en Angleterre, mes 2 colloques espagnols ont profité d’un noël au pays pour ramener 15 kg chacun de charcuteries et autres délices hispaniques pour tenir les 6 derniers mois de notre année d’étude.

Vous croyez parfois tomber sur un mets familier mais la désillusion est souvent au rendez-vous.

Prenez les viennoiseries françaises : souvent imitées, pratiquement jamais égalées. Même les pâtisseries orientales Parisiennes ne réussissent pas vraiment à reproduire notre bon pain.

Je ne vous fais pas de dessin quant aux pays arabes : oubliez votre jambon.

écoliers de Hanoï, Vietnam

Mais non les enfants je ne suis pas une extraterrestre :)

8 – SE SENTIR COMME L’ETRANGER

Quoique vous fassiez pour rentrer dans le moule, et même en y parvenant par tous les moyens, vous vous sentirez toujours comme l’étranger en vous promenant dans la rue, ne serait-ce qu’avec le regard d’autrui face à votre différence physique.

Comment interpréter les réactions des autres et ce qu’ils se disent une fois votre dos tourné. D’autant plus dans les pays asiatiques et arabes de religions différentes ou les pays africains de culture non latine.

Quelle idée peuvent-ils bien se faire de vous ?

Il suffit peut-être d’imaginer les vôtres face aux étrangers venant dans votre pays.

9 – LE MAL DU PAYS

Que ce soit vos proches, votre sport préféré ou vos petites habitudes de chez vous. La déconnexion d’avec vos coutumes vous fera ressentir un manque.

Dans beaucoup de pays on ne fête pas Noël ou n’offre pas de cadeaux aux anniversaires. Oubliez également votre gigot de Pâques et autres galettes des rois.

Toutes ces petites traditions que vous aviez l’habitudes de fêter en famille disparaissent.

Ah j’oubliais également les petits moments de solitude forcée : en Asie il n’est pas rare que l’on vous serve votre plat une fois que votre compagnon a déjà terminé le sien.

10 – VOTRE EXPÉRIENCE EST INEFFABLE

Bar de Hanoï, Vietnam

Comment vais-je raconter tout ça à mes amis ?

Lorsque vous reviendrez en France, vous expliquerez certaines choses à vos amis et familles, et à moins de vous avoir accompagné ou d’avoir vécu certaines expériences similaires, ils ne vous comprendront pas… vraiment.

Vous ressentirez parfois des frustrations et même un certain isolement, comme si vous aviez expérimenté quelque chose d’unique qui n’est tout simplement pas racontable.

Que vous leur montriez toutes les photos ou que vous leur racontiez toutes les histoires du monde n’y changera rien.

Avec le temps, ce sentiment prend une autre forme. Vous comprendrez mieux que c’est un trésor que vous avez entre les mains.

 
Ne partez pas sans la toute première étape. Voici les 13 excellentes raisons de quitter votre job sous format PDF à télécharger en cliquant ici.
 

En supplément de ces 10 choses les plus difficiles lorsque l’on part s’expatrier.

Voici une expérience riche en enseignements :

Professeur d'anglais expatrié à Hanoï, Vietnam

Michel actuellement professeur d’anglais à Hanoï témoigne

LE TÉMOIGNAGE DE MICHEL ACTUELLEMENT AU VIETNAM

20 ans de vie à l’étranger, ça marque ! Il y va de ses commentaires et vous parle de choses qui l’ont interpellé :

J’ai déjà peiné à me réadapter en France.

J’ai du mal à rencontrer des français à l’étranger. On fini par les éviter à cause de leur arrogance et leur mauvaise réputation au point de ne plus avoir envie de copiner.

Les pires sont les expatriés. J’ai connu un couple de boulangers qui a réussi son business à Riad. Ils considéraient qu’ils n’avaient pas à se mélanger à la population n’étant pas du même milieu.

La crème du pire revient aux femmes d’expatriés. La plupart d’entre elles divorcent à leur retour au pays. Finis les cuisiniers, femmes de ménage, conducteurs privés et autres avantages. Les maris ne pouvant leur offrir le même standing de vie, elles en chercheront un nouveau.

Les enfants d’expatriés changent régulièrement de villes, d’école et donc de camarades. Certains peuvent en devenir insociables voir même associables à force de perdre leur amis trop souvent ! Mais n’oublions pas qu’ils ont aussi la chance de s’adapter partout et de gagner en richesse d’esprit et de culture.

SON CONSEIL

Oubliez que vous êtes français, et acceptez les gens du pays tels qu’ils sont. Adaptez-vous tout en restant vous-même et changez votre comportement en ayant le même que vos hôtes. Vous vous habituerez.

Vivre à l’étranger et en particulier dans les pays en voie de développement est une expérience profondément significative qui saura vous rendre humble.

Et vous, seriez-vous prêt à tout plaquer malgré ces difficultés ?

 

 
N’oubliez pas de récupérer votre PDF sur les 13 raisons de quitter votre job afin de le lire depuis votre ordinateur. Cliquez ici.
 

Haydée Bouscasse

 

 

Share This