À la question :

Qu’est-ce qu’une niche de marché ?

Voilà le genre de réponse que tu obtiens sur le Web français :

« Un marché de niche est un marché très ciblé (un petit segment) correspondant à un produit ou un service très spécialisé. »

Super.

Mais une fois la définition posée, la plupart des exemples donnés ne parlent plus que de produits :

  • Ne vendez pas du chocolat, mais du noir 80% aux groseilles issu du développement durable.
  • Ne vendez pas n’importe quelle voiture, mais des SUV.
  • Ne vendez pas des produits alimentaires, mais du vegan (cet exemple-là, tu y as droit tout le temps).
Haydée Bouscasse - Niche-marche-rentable-freelance-haydee-vegan

Aucun problème, je n’ai que ça dans mon frigo.

OK, mais…

Et si tu es freelance ?

Bah oui, tous les (futurs) entrepreneurs n’ont pas envie de créer une boutique e-commerce pour revendre des gadgets ou du chocolat niché.

D’autant plus avec les machines de guerre Amazon et Alibaba qui écrasent les petits commerces en ligne… aussi nichés soient-ils.

Quant à créer ses propres produits, ce n’est pas à la portée de tout le monde.

Alors, pourquoi tant d’articles de blogs ne te présentent-ils la niche qu’au travers des produits ?

Mystère.

Peut-être est-ce plus simple à illustrer.

Mais voilà. Cela ne t’aidera pas des masses pour ton activité d’indépendant.

Résultat : je retrouve régulièrement ces 4 questions dans ma boite mail :

  • Pourquoi une niche aide-t-elle à mieux se vendre en freelance ?
  • Comment détermines-tu ta niche en freelance ?
  • Une niche peut-elle être trop large ?
  • Comment sais-tu que ta niche est rentable ?

J’y réponds ici une bonne fois pour toutes.

Pourquoi une niche aide-t-elle à mieux se vendre en freelance ?

Simple…

Imagine que tu veuilles transformer ton jardin en un écosystème capable de produire des fruits et légumes bios à foison sans pesticides.

À qui vas-tu t’adresser ?

  1. À un jardinier quelconque qui te demande 15 €/heure.
  2. À un jardinier permaculteur qui te demande 40 €/heure.

Je soupçonne que tu choisiras le permaculteur.

Car tu voudras LE spécialiste capable de répondre parfaitement à ton besoin.

Quitte à prendre le temps nécessaire pour le trouver et à le payer plus cher.

Imagine maintenant que tu es ce jardinier permaculteur.

En nichant ton service…

  • Tu cibles plus facilement les prospects que tu comptes démarcher.

Tous les jardins de ta région ne sont pas destinés à devenir des potagers. Et tout le monde n’a pas le temps ni la possibilité de se lancer dans la permaculture.

Tu restreins donc ta cible pour démarcher des ménages d’actifs ou des retraités disposant de jardins assez grands.

  • Tu trouves plus rapidement ces prospects.

Ils s’intéressent à la permaculture via les sites, groupes et forums internet ; ou lors de rencontres et d’événements dédiés dans ta zone de chalandise.

Tu sais donc où les trouver. Et en étant actif sur ces places de marché, tu te fais connaître.

  • Tu comprends plus aisément les besoins de tes prospects.

Fort de cette compréhension, tu sais leur communiquer précisément comment tu peux les aider. Ainsi, ils se disent que tu es la personne idéale pour faire ce travail.

  • Tu fais face à moins de concurrences.

Tous les jardiniers de ta région ne sont pas spécialisés en permaculture. Sachant que tu peux également restreindre ta niche selon les techniques que tu emploies ou le type d’écosystème que tu mets en place.

  • Tu peux proposer des prix plus élevés.

Outre la concurrence réduite qui implique une notion de rareté, tes clients sont prêts à payer plus cher pour ton expertise qui répond à leur besoin spécifique.

  • Tu obtiens des clients de qualité.

Tes clients savent exactement ce qu’ils veulent et le boulot que ça demande. Ils connaissent donc la valeur de ton travail. Et ils sont extrêmement motivés par les résultats que tu peux leur apporter.

Tony Founs Niche-marche-rentable-freelance-tony-permaculture

De super gros légumes ultras bons à manger toute l’année.

Tous ces principes sont applicables à n’importe quelle activité en freelance.

Alors, si tu comptes mieux te vendre avec ton service…

Comment détermines-tu ta niche en freelance ?

Tout d’abord, une niche ne se détermine pas.

Tu ne choisis pas ta niche, tu la trouves !

Partant de là, trouver sa niche c’est :

Trouver un groupe de gens ciblés qui ressentent un besoin ou un problème spécifique auquel tu peux répondre.

Ta niche se situe à l’intersection d’une problématique et de ton savoir-faire.

Pour trouver une niche, il y a donc 2 paramètres à prendre en compte :

  1. Ta spécialité dans un domaine.
  2. La problématique d’un groupe de gens liée à ta spécialité.

1. Détermine ta spécialité dans un domaine

Pour cela, pose-toi les bonnes questions :

  1. Quelles compétences et expériences détiens-tu actuellement ?

Bref, en quoi es-tu bon précisément ?

Ici, tu entames la recherche de ta niche en fonction de ce que tu es capable de faire. Quand bien même tu n’as pas de diplôme.

Et bien sûr, plus tu assures dans ta spécialité, plus tu seras à même de facturer tes services à des prix intéressants.

  1. Qu’aimes-tu faire ?

Ne fais pas l’impasse sur cette question.

Si tu es bon en mécanique mais que tu détestes conduire, tu ne vas pas devenir dépanneur-remorqueur… car tu le feras tous les jours.

CQFD.

Alors, choisis un domaine que tu aimes vraiment !

En clair, pour trouver ta spécialité, tu dois allier tes réponses à ces 2 questions.

Difficile ?

Pas si tu poses les choses méthodiquement à l’écrit.

C’est pourquoi j’ai créé un cahier d’exercices en 8 étapes pour te permettre d’y répondre précisément :

Comment découvrir tes forces en tant qu’entrepreneur.

trouver-forces-competences-cahier-exercices

Ensuite…

2. Détecte une problématique liée à ton domaine

…et que tu es capable de régler avec ta spécialité (évidemment).

Pas de recette miracle ici.

Trouver la problématique d’un groupe de gens peut se faire de bien des manières et s’avérer plus ou moins rapide.

  1. Recense tes propres problèmes et besoins dans ton domaine.

Car si tu maîtrises ta spécialité, tu es sûrement parmi les mieux placés pour savoir :

  • Ce qui est difficile à faire.
  • Ce qui prend du temps.
  • Ou ce qui empêche les profanes de le faire eux-mêmes.
  1. Soit attentif aux peines, douleurs, problèmes et besoins des autres :
  • En les leur demandant directement.
  • En épluchant les discussions des groupes, forums et réseaux sociaux.
  • En lisant les commentaires des blogs et des sites spécialisés.

Toujours liés à ton domaine et à ta spécialité, bien sûr.

Voilà qui te demandera une bonne dose d’écoute et d’empathie.

Cela t’amènera également à te poser d’autres questions :

  • Quelles sont les personnes avec qui tu es connecté aujourd’hui ?
  • As-tu un réseau (même petit) ?
  • Y a-t-il des communautés dans lesquelles tu communiques qui pourraient te permettre de saisir des opportunités ?

Fais-en une liste dès maintenant. Et renforce-la au fur et à mesure que tu intègres de nouvelles communautés en rapport avec ton domaine de prédilection.

Un exemple concret :

Après avoir expérimenté la qualité de vie de nombreux pays, Tony et moi avons choisi de vivre en Serbie pour une durée indéterminée.

Haydée Bouscasse et Tony Founs Niche-marche-rentable-freelance-expatriation-serbie

Notre problème ?

Impossible d’y rester plus de 3 mois sans visa. Et nous ne sommes ni étudiants ni salariés dans le pays pour remplir les conditions d’obtention des tampons.

Nous avons donc exposé notre problème sur un groupe Facebook d’expatriés en Serbie.

À force de discussions, une freelance serbe nous a contactés pour nous aider dans nos démarches (et nous vendre sa prestation).

Sa spécialité :

Le droit et l’administration serbe.

Sa niche :

Les étrangers qui souhaitent s’installer en Serbie, mais ne savent pas comment s’y prendre.

Lorsque nous l’avons rencontrée, elle nous a avoué qu’elle aimait aller au contact des étrangers. Et elle a trouvé sa niche à force de lire les discussions entre expatriés sur les réseaux du Net.

Bref, elle a sondé les besoins des gens liés à sa spécialité en alliant l’utile à l’agréable.

Et une fois cette problématique détectée, elle a construit un service capable d’y répondre.

Note qu’elle aurait pu proposer tous types d’aides administratives à tous les Serbes. Mais non…

  • Elle ne s’adresse qu’aux étrangers.
  • Et elle vend uniquement des services d’aide à la création d’entreprises et à l’obtention de permis de résidence.

Toujours indécis ?

Tu ne sais toujours pas quelle niche trouver ?

Alors, voici un autre moyen (un peu plus long) avec mon exemple…

Comment ai-je trouvé ma niche ?

  1. Commence à travailler pour toi et/ou à proposer ton aide dans ce que tu sais faire.

Car pour te débloquer, le plus efficace reste bien souvent l’action !

Tu ne sais jamais vraiment où te mèneront tes actions.

Mais sois sûr d’une chose, elles te feront prendre des voies et trouver des idées que tu n’aurais pas imaginées autrement.

Lorsque j’ai débuté sur le web, je n’avais pas de niche bien définie.

J’aimais traduire, écrire, créer et gérer des sites internet. Raison d’être de la création de mon blog. (J’ai commencé à travailler pour moi).

Parallèlement, je sautais sur la moindre opportunité qui passait devant moi :

  • Traductions français-anglais
  • Webmastering et back office
  • Rédaction web en tout genre

C’était un bon début…

Mais pour être franche, proposer un peu de tout à tout le monde ne m’a pas apporté de gros résultats.

Pourquoi un client m’aurait-il choisie plutôt qu’un spécialiste ?

Tu ne vas pas voir un généraliste pour un problème de peau. Tu consultes un dermatologue.

Bref…

En ce temps-là, mon blog ne me rapportait presque rien. Mais il m’a permis de renforcer mes compétences en webmarketing et en rédaction.

Haydée Bouscasse Niche-marche-rentable-freelance-haydee-Action

L’action !

Bon, je ne te cache pas qu’il m’a fallu suivre quelques formations solides en parallèle. Et si tu tiens à mieux te vendre, tu devras sûrement en passer par là également.

Résultat : à force d’apprentissage et de mise en pratique, je me suis spécialisée dans la rédaction web.

Était-ce une niche de marché pour autant ?

Non !

Car en disant à mes prospects :

« Je suis rédactrice et j’écris pour tout le monde. Embauchez-moi ! »

Au mieux, je pouvais me vendre auprès de sites qui emploient des rédacteurs généralistes à 15 €/heure pour écrire des articles « fast food » de 500 mots histoire de plaire aux algorithmes de Google…

Pas très niché tout ça.

Mais plus j’écrivais, plus je faisais de recherches sur le marketing de contenu, plus j’échangeais avec les professionnels du domaine.

Et c’est ainsi que j’ai développé mon réseau et mon expertise en copywriting.

C’est également à ce moment-là que j’ai identifié le problème récurrent de nombreuses entreprises présentes sur le Net :

Les écrits marketing de leur site professionnel ne donnent pas envie d’acheter.

Pire, ils donnent parfois envie de fuir !

Et quand bien même ces entreprises proposent des produits ou des prestations de grande qualité sur des sites magnifiques, elles perdent de nombreux clients à cause d’une communication médiocre.

Non, je ne donnerai pas de noms…

Je me suis dit :

« À quoi bon dépenser de l’argent dans un super site internet si leurs écrits marketing ne suivent pas ? »

C’est un peu comme si tu achetais un écrin somptueux pour y fourrer une bague à 2 € sortie d’un distributeur automatique.

Haydée Bouscasse et Tony Founs Niche-marche-rentable-freelance-bague-fake

Je te laisse imaginer la suite…

Alors, j’ai créé Chèvre Chaud, mon service de conception-rédaction, pour aider ces entreprises à mieux vendre grâce au copywriting et au storytelling.

Ma spécialité : la stratégie de contenu marketing.

Ma niche : les entreprises innovantes qui ont besoin de textes vendeurs pour leur site internet, implémentés dans une stratégie adaptée à leur business.

Je fais d’abord une recherche approfondie sur leur domaine d’activité, leur cible et leurs concurrents. Cela me permet de déterminer la meilleure stratégie qu’ils doivent appliquer.

Puis je travaille scrupuleusement chaque phrase des pages de leur site pour qu’elles atteignent les objectifs que nous nous sommes fixés ensemble.

J’ai commencé à démarcher et décroché quelques contrats.

Satisfaits du résultat, mes premiers clients m’ont recommandée et la machine s’est enclenchée.

Mais ce n’était pas encore assez niché pour mieux me vendre et pérenniser mon activité.

Ce qui nous amène à la question suivante…

Une niche peut-elle être trop large ?

Oui, bien sûr !

C’est même très souvent le cas.

Car tu peux toujours être bien plus spécifique pour te concentrer sur des clients de plus grande qualité.

Comment restreindre ta niche ?

Deux options s’offrent à toi :

  1. Restreindre ta cible.
  2. Restreindre ton domaine d’activité.

1. Restreindre sa cible pour mieux se vendre

Reprenons la cible de ma niche avec Chèvre Chaud :

« Les entreprises innovantes ».

À quel type d’entreprises cela te fait-il penser ?

À pratiquement tout le monde !

Ma cible était donc encore trop large.

Certes, toutes les entreprises ont besoin de slogans percutants et d’écrits vendeurs. Mais…

À vouloir toucher tout le monde, on ne résonne avec personne.

Restreindre ma cible en fonction d’une zone géographique aurait été idiot. Je travaille exclusivement sur internet.

Tout comme me limiter à un domaine d’activité aurait été peu pertinent dans mon cas.

Alors, je me suis posé une question simple :

« Avec qui je souhaite vraiment travailler ? »

Les boîtes trop « corporate », impersonnelles, tentaculaires ou atteintes d’immobilisme avancé ?

Non !

Mes écrits se veulent très personnalisés. Ils doivent :

  • Communiquer l’histoire unique et l’authenticité d’une marque.
  • Transmettre la personnalité et la mission de ses créateurs.
  • Générer des émotions fortes chez le lecteur…

Quitte à sortir parfois des sentiers battus en bousculant les vieux codes de la bienséance imposés par le monde de l’entreprise.

Pas sûre qu’elles adhèrent à tant de transparence. Ni à toutes ces valeurs.

J’ai donc ciblé principalement les startups et PME novatrices « atypiques », en accord avec les changements de paradigmes de la révolution numérique.

2. Restreindre son domaine d’activité pour mieux se vendre

Ici, le but est de définir une limite à ce que tu fais afin de te positionner en tant qu’expert d’un domaine spécifique.

Imaginons que tu es créateur de sites web.

Vas-tu tout proposer ?

  • Site vitrine
  • Site e-commerce
  • Applications web
  • Sites intranet – extranet
  • Site institutionnel
  • Plateforme d’échange, de partage et de services

Si tu me dis « Oui », félicitations ! Tu es une brute dans ta spécialité.

Mais en proposant le panel complet sans distinction, tu es en train de parler à tout le monde.

C’est beaucoup trop large !

Tony Founs Niche-marche-rentable-freelance-tony-etonne

Oui, c’est con.

Car bien que tous ces sites partagent les mêmes bouts de code informatique (que tu maîtrises), ils répondent à :

  • Des attentes web très différentes.
  • Des types de publics différents.
  • Des fonctionnalités différentes.
  • Des gestions différentes.
  • Des obligations légales différentes, etc.

Alors niche ton service de création de sites dans un domaine spécifique.

Car lorsque ton client viendra vers toi (ou toi vers lui), tu seras capable de lui communiquer ce que tu peux lui apporter précisément au-delà de la simple création de sites.

Voilà comment tu apportes de la valeur à ton service pour mieux te vendre !

Un exemple concret :

En te positionnant comme le spécialiste de la création de sites hôteliers, tu sauras dire à ton client :

  • Quels mots-clés pertinents insérer.
  • Quelles pages principales mettre en avant dans sa barre de navigation.
  • Quelles pages secondaires ajouter pour l’internaute qui souhaite creuser.
  • Quelle navigation est la plus adaptée pour optimiser l’expérience utilisateur.
  • Quels systèmes de réservation et de paiement implémenter, etc.

Grâce à tes explications, ton client se dira :

« C’est tout à fait ce que je recherche ! Pourquoi prendrais-je les services d’un créateur de sites lambda alors que je peux profiter de son expertise dans mon domaine ? »

Et il sera prêt à te payer plus cher pour profiter de cette valeur ajoutée.

En tant que spécialiste du monde hôtelier, tu accumuleras les recommandations des professionnels du domaine pour te créer une solide réputation de leader sur ce marché.

Imagine le poids du témoignage du patron de chaine d’hôtels… Cela vaut de l’or !

Car ses concurrents connaissent très certainement son nom. Et en voyant sa recommandation, ils tendront à t’embaucher toi plutôt qu’un autre.

Ainsi, tu mets toutes les chances de ton côté pour obtenir davantage de contrats.

Haydée Bouscasse Niche-marche-rentable-freelance-haydee-belle-vie

Et tu pourras profiter de la vie comme il se doit.

À l’inverse, une niche dans un domaine d’activité trop large ne te permet pas :

  • De définir précisément qui tu es et ce que tu fais.
  • De toucher un type de clients précis.
  • D’apporter une valeur supplémentaire à ton service.
  • De facturer à des prix élevés…

Tu seras même obligé d’entrer en compétition avec tes prix ; de les baisser pour pouvoir remporter des missions.

Et je suis sûre que ce n’est pas ce que tu veux.

Une niche peut-elle être trop petite ?

Oui, aussi.

Le principe est simple :

Ta niche doit être assez petite pour correspondre à tous les principes vus précédemment.

Mais ta niche doit être assez grande pour t’assurer un revenu acceptable sur le temps.

Tu dois donc trouver le juste équilibre entre :

  • Le nombre de clients potentiels accessibles.
  • La portée de ton domaine d’activité.
  • Le prix et la fréquence de tes prestations.

Des exemples ?

Nombre de prospects / localisation géographique :

« Créateur de jardins japonais dans le Poitou-Charentes. »

Pas sûr de trouver beaucoup de clients uniquement dans cette zone pour ce type de prestation.

Domaine d’activité / nombre de prospects :

« Photographe culinaire pour restaurants libanais. »

Pourquoi uniquement les restaurants libanais ? Est-ce vraiment pertinent ?

Nombre de prospects / domaine d’activité :

« Décorateur d’intérieurs spécialisé dans le style victorien. »

Combien de personnes sont prêtes à décorer leur maison ainsi ? Sûrement bien moins qu’un décorateur dédié à l’aménagement des espaces pour chats.

Niche-marche-rentable-freelance-amenagement-pour-chats

Domaine d’activité / prix / nombre de prospects :

« Relecteur-correcteur de romans d’amour autoédités »

Une prestation de relecture-correction n’est pas chère payée et le domaine est très spécifique. Alors, y aura-t-il assez de demandes pour gagner suffisamment d’argent chaque mois ?

À toi de juger…

Sachant qu’au-delà des recherches que tu dois effectuer, ce n’est bien souvent qu’une question de bon sens.

Comment sais-tu que ta niche est rentable ?

En clair, ton activité te fera-t-elle gagner assez de sous ?

Répondre à cette question est IN-DIS-PEN-SABLE !

Cela parait évident. Et pourtant…

Beaucoup trop de freelances en devenir font l’impasse sur cette question.

La raison principale est simple :

51 % des salariés français sont stressés, fatigués ou s’ennuient au travail.

Plus précisément :

  • 26 % sont en bore-out (ils s’emmerdent à ne rien faire… ou pas grand-chose).
  • 44 % sont en brown-out (ils ne trouvent aucun sens à leur mission).
  • 24 % sont en burn-out.

Et que se disent-ils en premier lorsqu’ils tentent l’aventure de l’entrepreneuriat ?

« Je veux choisir un taf qui a du sens ! Me sentir utile. Vivre de ma passion. »

Ils ont raison !

Mais il ne faut pas en oublier les lois du marché pour autant.

Les règles d’or d’une niche de marché rentable

Avant de te lancer corps et âme dans une activité qui te fait vibrer, pose-toi ces questions simples concernant ta cible :

  • A-t-elle les moyens de payer pour ton service ?
  • Et quand bien même elle en a les moyens, voudra-t-elle vraiment payer pour ton service ?

Je ne reviendrai pas en détail sur ces questions cruciales ici, car j’en ai fait une étude de cas complète dans l’article :

Choisir son client cible : les 3 règles d’or à respecter.

Tony Founs Niche-marche-rentable-freelance-tony-cible

Alors, je te conseille de le lire attentivement.

Des exemples malgré tout ?

OK…

Prenons le cas d’un agent artistique :

Passionné de musique underground et doué pour les relations publiques et la négociation, tu souhaites aider les petits groupes inconnus à se lancer.

Bien sûr, le besoin est palpable. Et ton service les aiderait très certainement. Mais le problème est ailleurs…

Ces groupes de musique n’ont pas d’argent ! Et ils sont souvent réfractaires à l’idée de payer un producteur ou un agent capable de les faire décoller.

Ils préfèrent peut-être dépenser leurs cachets dans la bière et les joints (Ouh, le cliché !).

Reprenons maintenant le cas de mon service de copywriting :

Encore ?!

Ouaip, suite et fin du feuilleton.

J’ai donc décidé de m’adresser aux PME et startups qui ont besoin de développer une stratégie de contenu très personnalisée sur le web.

Ont-elles toutes les moyens de payer pour mes services ?

Non !

  • Exit les entreprises qui ne gagnent pas un rond (et n’ont pas d’économies).
  • Exit aussi celles qui ne gagnent pas assez pour investir un minimum.

Jusqu’ici, plutôt facile à déterminer.

J’ai donc affiné ma niche en démarchant les entreprises :

  • Ayant déjà un business prospère ou officiant dans le luxe.
  • Et les agences de webdesign-développement réputées n’ayant pas encore intégré la stratégie de contenu à leurs offres de service.

Bref, celles qui ont les moyens d’investir.

Mais…

Ont-elles toutes la volonté de payer pour autant ?

Non !

Et là, il n’y a pas 36 manières de le savoir, il faut aller au charbon pour le constater.

Traduction : aller au-devant des gens, leur poser des questions et démarcher.

Haydée Bouscasse Niche-marche-rentable-freelance-haydee-dort

Bref, ne pas s’endormir sur ses lauriers… ou sur son PC.

Si tu ne sais pas comment t’y prendre, tout est expliqué dans notre guide ultime (testé et approuvé) pour développer son business en freelance.

Pour ma part, j’ai envoyé des mails personnalisés aux prospects de ma cible pour leur expliquer ce en quoi je peux les aider.

S’ils accrochaient, je n’hésitais pas à passer du temps avec eux sur Skype pour déterminer leurs besoins particuliers (et leur montrer la valeur que j’apporte par la même occasion).

Une fois mon prix donné, si la majorité d’entre eux me disait non, je savais à quoi m’en tenir. Et je testais une nouvelle cible.

Voilà comment j’ai affiné ma niche sur le temps.

Une niche rentable, c’est choisir les bons clients

Parfois, tu auras ce genre de réponse :

« Serait-il possible de me faire une petite remise ? Nous sommes plutôt serrés niveau budget. »

Attention !

Lorsque j’ai commencé ma carrière en freelance, j’ai travaillé avec ce type de clients… Et ils cherchent bien souvent à te presser comme un citron.

Si tu débutes, tu seras tenté de céder en te disant qu’un client au rabais vaut mieux que zéro.

Mais tu peux être sûr qu’il sera chiant et te fera perdre du temps.

Sachant que le temps est la ressource la plus précieuse d’un freelance.

Alors, ne baisse pas ton prix. Réduis plutôt la valeur de ce que tu apportes.

Et s’il te dit non, cela signifie qu’il n’est pas prêt à te payer pour ce que tu vaux réellement.

Pour ma part, je ne travaille plus qu’avec des entreprises qui connaissent la valeur de mon travail et l’impact qu’il aura sur leur chiffre d’affaires. Elles sont donc prêtes à y mettre le prix.

J’aime travailler avec ces clients de qualité, car ils résonnent plus intelligemment. Tout est plus facile avec eux. Et cela me permet de joindre l’utile à l’agréable.

J’ai mis du temps à comprendre cette démarche.

Alors, ne fais pas la même erreur que moi. Prends-en de la graine !

Ta niche est rentable si tu réponds OUI à ces 3 questions

Pour finir, teste la rentabilité de ta niche avec ces 3 questions :

  1. Est-ce que ton prospect éprouve un problème ou un besoin assez urgent pour le pousser à agir vite afin de s’en débarrasser ?

Oui/non ?

Imagine que tu proposes des programmes de régimes santé. À ton avis, quelle niche sera la plus rentable ?

  1. Les obèses morbides qui doivent absolument perdre du poids.
  2. Ou les personnes qui cherchent à éviter cette prise de poids.

La 1, bien sûr.

La plupart des gens s’intéressent davantage à la libération qu’à la prévention.

C’est bête, mais nous fonctionnons tous ainsi.

  1. Est-ce que ton prospect recherche activement une solution à son problème ou à son besoin ?

Oui/non ?

Et si ton prospect a déjà passé beaucoup de temps ou dépensé de l’argent pour cela, c’est encore mieux. Car tu sais alors qu’il est extrêmement motivé.

Tu devras juste le convaincre que tu es sa meilleure option sans devoir lui faire avaler tant bien que mal qu’il a absolument besoin d’un service comme le tien.

  1. Est-ce que ton prospect a peu de solutions possibles à portée de main ?

Oui/non ?

Si c’est le cas, tu auras beaucoup plus de chance qu’il te choisisse.

Cela te permettra également de jauger ta concurrence. Et s’il n’y en a pas du tout, attention ! Ce n’est pas spécialement bon signe.

Tu n’as pas répondu OUI à ces 3 questions ?

Alors, change de niche !

Ou au moins l’un de ses paramètres.

Autrement, tu seras sûr de te planter.

Je sais… revenir sur le travail déjà effectué est parfois dur à avaler.

Mais tu ne perdras pas ton temps et ton énergie à lancer une activité qui te fera gagner des clopinettes, quand bien même tu adores ce que tu fais.

Ou alors, lance-toi dans le bénévolat. ;)

Haydée Bouscasse

 

 

Share This