Vous souhaitez travailler de n’importe où dans le monde ? Voici 11 business en ligne pour vous aider à vous lancer. Ce PDF comporte de nombreux liens menant vers des ressources précieuses. Cliquez ici pour l’obtenir. C’est gratuit.

Pas que je déteste l’Albanie. Certains paysages sont magnifiques et les gens sont accueillants.

Groupe-de-déglingués

Ils ont même un certain style…

Mais entre dictature stalinienne et capitalisme sauvage, le pays a oublié de passer par la case civilisée.
Un peu comme les américains qui, comme disait Sacha Guitry :

Sont passés directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation.

Alors ami voyageur, si tu te souviens de mon invitation au tourisme extrême, tu ne t’étonneras pas de mon envie d’aller tester le « Shqipërisë » (Albanie) : le pays des aigles.

Par contre…

2 français pour 4 mois en Albanie, ça étonne les autochtones.

Nous y sommes entrés en bus depuis la Grèce. 20 passagers pour 60 places : 17 albanais, une turque et nous… C’est dire si l’on se bouscule pour venir dans le coin. A tel point que le douanier nous a extirpé du car pour nous poser la question fatidique :

Mais qu’est-ce que vous venez foutre ici ?

Il a failli s’étouffer en entendant notre réponse :

Bah pour travailler m’sieur.

Effectivement… Les albanais qui réussissent bossent en Grèce ou en Italie, les maillons faibles de l’Europe, mais pas intra-muros. ça fait peur.

Après quelques pirouettes pour lui faire comprendre la subtilité du nomadisme numérique, nous avons quand même pu passer pour nous installer 2 mois à Elbasan et 2 autres à Tirana. Contraste saisissant.

02.Elbasan-vue-d'ensemble

Là c’est Elbasan (les photos de Tirana sont un peu plus bas)

Du coup, va plutôt à Tirana si c’est pour bosser parce que en Albanie, bienvenu dans les années 50 !

Bien que la capitale ne soit pas loin du compte.

  • 40 ans de fermeture totale au monde extérieur avec le dictateur psychopathe Hoxha et ses 8000 exécutions.
  • 30 ans de corruption entre guerres des Balkans et chaos économique lié à l’introduction brutale du capitalisme dans un pays à peine sorti de l’autarcie…

…ça laisse de sacrées traces.

Les bunkers posés à côté de chez toi, sans pitié

Comme ces bunkers éparpillés dans tous le pays (non ce n’est pas la niche du chien)

Alors, es-tu prêt à faire un saut dans le temps avec moi ? Peut-être que ça te donnera envie au bout du compte… ou pas.

C’est parti !

L’Albanie est pauvre

Merci, on s’en serait douté.

Ok, tu marques un point voyageur. Habitué à l’Asie ou l’Amérique latine, tu es coutumier du fait.

Mais je ne suis pas là en touriste, je vis le pays. La pauvreté n’est plus un exotisme passager. Elle te saute à la gueule et reste bien accrochée.

Ici c’est mentalité tribale, extrême dénuement et arriération structurelle. Chaud pour la balade ?

Alors, laisse-moi t’expliquer un truc ou deux si tu souhaites jouer les technomades en Albanie.

Oublie le train pour venir

Le réseau ferroviaire albanais n’est pas connecté au reste de l’Europe. A part au Kosovo.

Il y a bien quelques lignes internes reliant Tirana à une poignée de villes mais la lenteur est extrême. Tirana – Elbasan c’est 4h pour 90 km de rails ! Sachant qu’il n’y a que 50 km par la route.

Un train par jour, un spectacle à ne pas manquer !

Un train par jour, un spectacle à ne pas manquer !

Les wagons n’ont plus de vitres et il pleut parfois dans les compartiments. Comme dirait un local :

C’est un moyen de transport ringard réservé aux plus pauvres.

Ou pour visiter à moindre coût. Le billet Tirana – Durrës vaut le prix d’un café. Essaye donc pour le fun et les belles rencontres en perspective. ça te permettra aussi de voir l’envers du décor.

Regarde où tu marches

L’aménagement urbain est chaotique. Les trottoirs troués, défoncés ou inexistants. Et quand ils sont clean, un poteau planté au milieu t’oblige à marcher sur une route bien souvent éventrée.

Les gens marchent la plupart du temps sur la route du coup

Loin des trottoirs haussmanniens

La nuit, sors ta lampe frontale. Tu verras devant toi et tu éviteras le camion pleine balle qui te rase les miches en l’absence de voirie.

Et que dire des infrastructures… Hôtels et bâtiments officiels fissurés, maisons à moitié construites, détruites ou abandonnées sont monnaie courante.

La piscine municipale d'Elbasan désertée en hiver...

Championne de la décrépitude : la piscine municipale d’Elbasan ;)

N’aie pas peur de la pollution

Sans politique de gestion des déchets, l’Albanie croule sous les ordures.

Les randos étaient pleines de surprises

Les randos en montagne sont pleines de surprises

Non seulement le pays ne gère pas ses déchets perso mais il a misé son développement sur l’importation de ceux des voisins européens : 700 000 tonnes en quelques années.

L’Albanie, terre de déchets : édifiant

Et ça se voit ! Les décharges sauvages pullulent et les cours d’eau sont infectés.

On se demande ce qu'ils peuvent bien pêcher...

Et dire que des tonnes de personnes pissent et chient dans ce canal tous les jours…

Des milliers de roms survivent en collectant les ordures. 150 € la tonne de plastique, 20 € la tonne de carton.

Sans parler de la pollution des usines de métaux lourds et de produits chimiques. Elbasan est la championne en la matière. Un habitant du coin m’a dit :

Elbasan est tellement polluée que les tiranéens disent que nous avons des poules à 3    pattes…

Vu l’état de leur canal principal, ils feraient mieux de la mettre en veilleuse à la capitale…

A à peine 1 km du centre, la Seine est propre à côté !

A à peine 1 km du centre, la Seine est propre à côté !

Prévois ton jerrican de flotte

L’eau n’est pas desservie toute la journée. Chacun sa réserve sur le toit, raccordée à une pompe électrique histoire d’avoir un peu de pression. Et prie pour qu’il ne gèle pas en hiver.

Ah oui, l’eau n’est pas potable non plus. Alors évite d’avoir la chiasse en la buvant, surtout pendant les coupures d’eau. ;)

Assure ta connexion Wifi

Tout le monde ne se paye pas du haut débit. À Elbasan, les jeunes squattent les bars et vampirisent la connexion.

11.Glandeurs-Bar-Wifi

1 café = une journée passée sur smartphone

Pire ! Mot de passe en poche, ils campent à proximité plusieurs jours et bouffent la bande passante sans payer.

Notre hôte qui tient un bar est obligé de changer son mot de passe 2 fois par semaine pour réserver internet aux consommateurs.

Apprends à vivre en collectivité

Le regroupement familial est très courant. Papa, maman, frangins, grands parents, voire même cousins et tantes se côtoient dans la maison.

Nous étions au 3ème étage de la maison avec toute la famille en dessous

Dans notre maison de Tirana, nous au dernier étage et toute la famille en dessous

À l’inverse de nos pays développés, la cellule familiale est particulièrement soudée. Niveau valeurs, ça a du bon. Mais gaffe à la tonne de marmots en furie et au manque d’intimité.

Évite le piège de la raki

5 cl d’eau de vie à 55° coûte deux fois moins cher qu’un café crème. Raki à 40 ct d’€ contre crème à 80 ct d’€. Tu choisis quoi ?

Attention, ça casse la tête. Tu oublies tout. Même que tu es pauvre et que tu habites    en Albanie…

Les vieux zombis « rakifiés » sont légion dans le coin, comme en Bulgarie. Sûrement l’effet fabrication artisanale des machines à laver russes recyclées en alambics.

Alambic pour faire de la Raki

Bon, là c’est installation de luxe

Lutte pour envoyer ta carte postale

Tu as une chance sur 3 de trouver des timbres internationaux à la Poste. Ou plutôt, un bureau de poste sur 3 t’en fournira. Longue balade assurée.

Et évite de remplir ta carte avant d’avoir vu les timbres. Non seulement ils sont énormes, mais tu risques d’en coller trois sur ta carte pour atteindre le bon tarif.

L’Albanie est corrompue

Tu cherches à faire de la contrebande de clopes ou à trouver de la drogue ? Bienvenue au paradis.

Ici c'est du tabac. Croyez-vous que tout est déclaré sur l'étalage ?

Ici c’est du tabac. Tu crois vraiment que tout l’étalage est déclaré ?

Haschich et pavot poussent comme chiendent.

Je ne compte plus le nombre de traces de coke qu’on nous a proposé.

Tu es outré ? N’en veux pas à ces pauvres albanais. Dans un système autarcique, tous les moyens sont bons pour faire un peu d’oseille. Et je les comprends.

Acharne-toi plutôt sur les dirigeants ultras corrompus et leur fonction publique gangrénée. Ces rapaces du pouvoir bouffent à tous les râteliers :

  • Fraude électorale majeure
  • Détournement des aides à leur profit
  • Traite des blanches
  • Trafic d’armes
  • Blanchiment d’argent de mafias diverses

Tout est bon pour couvrir les business sordides les plus juteux.

Mention spéciale : Les trafics d’organes de l’UÇK début 2000. Quand les prisonniers serbes acheminés du Kosovo vers l’Albanie sont dépecés et vendus en morceaux aux plus offrants sous le regard de notre cher Bernard Kouchner. Et cet enc… ose démentir !

Qu’on vienne me dire que ce sont les serbes les mangeurs d’enfant après ça.

Stop Tony ! Tu vas trop loin.

Merde. Je me suis laissé emporter, désolé…

D’autant plus que je dois parler de la petite corruption gentillette visible pour un nomade digital. Je reprends donc.

Paye ta Mercedes

C’est 70 % du parc automobile albanais, plus qu’en Allemagne.

En veux-tu en voilà !

J’avoue, elles sont loin d’être toutes aussi belles que ces deux là

Symbole de réussite sociale pour les kékés des villes ou seule marque assez robuste pour les habitants des montagnes. Elles affichent bien souvent 6 chiffres au compteur. Une abondance liée aux trafics de la mafia avec l’Allemagne.

C’est plus sympa comme anecdote là ?

Ne t’embête pas avec les lois

  • Interdit de fumer dans les bars et restaurants ? Tu t’en fous.
  • Obligation d’afficher les prix dans les magasins ? Contente-toi d’un prix sur deux. D’où des différences allant du simple au triple rien qu’en traversant la rue.
  • Tu construis une nouvelle maison pour ta famille ? Prévois un budget racket conséquent. Plusieurs locaux m’ont expliqué que les maisons à moitié construites envahissant le pays le resteront faute d’argent à donner aux mafias locales. Ou à l’administration qui t’extorque…
Une maison sur deux est comme ça !

Il manque les bais vitrées mais au moins t’as la vue

Amuse-toi pour sortir de ton pays

« Floower », un pote d’Elbasan doué en informatique et en anglais, ne pense qu’à une chose :

Se barrer de cette ville pourrie et ses 60 % de chômage chez les jeunes.

Salaires, statuts, papiers et preuves en tout genre sont prétextés pour l’empêcher de quitter le territoire. Un enfer administratif qui l’a poussé à rejoindre illégalement la Grèce à pied par les montagnes déjà 5 fois. Systématiquement chopé, il est aujourd’hui interdit de sortie pour plusieurs années. Et ce n’est qu’un exemple parmi beaucoup.

La fuite des capitaux des gros-culs du pays me parait plus facile…

Le peuple albanais n’est pas éduqué

Je te le disais en début d’article ; passer brutalement d’une dictature agressive à l’économie de marché mène à quelques dérives.

Bats-toi pour vivre et manger tous les jours à ta faim dans un pays cloisonné et l’éducation te paraîtra secondaire, voire étrangère. Découvre subitement le monde extérieur, ses loisirs, ses déviances et sa décadence. Et tu fais quoi ?

Tu plonges dans l’excès sans retenue ! Et avec délectation.

Donne un festin à un crève la dalle et il s’étouffera avec. Réaction légitime.

Enfin, mixe le tout à la fierté albanaise héritée du Kanun, code d’honneur des clans mafieux, et certaines réactions deviendront… comment dire, spéciales.

Tu aimes la malbouffe ? Bienvenue à Junk food land

La moyenne d’âge de la population a beau être sous les 30 ans, les gros envahissent l’Albanie.

Chips, sandwichs ultras gras, plats huilés à outrance, bonbons, gâteaux, brioches… Tout le monde bouffe de la merde. Tu croises régulièrement des gamins revenant de course avec des sacs plastiques remplis de barres chocolatées.

Je parie que son panier est rempli de légumes

Je parie que son panier est rempli de légumes

Tu n’es pas fan ? Paye ton resto hors de prix réservé à quelques expats américains. Et tu y trouveras quoi ? Une pizzaaaaa !

Bref, le niveau des restos reflète bien celui du pays : beaucoup de pauvres et quelques riches. Amuse-toi pour trouver ta « brasserie » du coin dans ces conditions.

Mais à force de fouiner, nous avons dégoté quelques perles :

  • Un restaurant à poissons délicieux et très abordable. Tu veux l’adresse ? Lâche ton commentaire. ;)
  • Et quelques fameux bouibouis à qofte. Obligatoire. Mais choisis bien l’endroit pour éviter les mauvaises surprises dans ta viande hachée.
19.Session-Qofte

Fromage, qofte et sauce yaourt avec de gros morceaux de poivrons jaunes, un délice

Tu aimes le football ? Tu vas être servi

Jamais tu ne verras autant de bars dédiés aux paris sportifs footballistiques. Plus qu’il y a de mototaxis à Ica au Pérou… C’est dire.

Parier est un sport national et chaque jour de Champions League est sacrosaint. Ces soirs-là, les rues sont désertes et les églises de la lobotomie bondées.

Le plus marrant dans tout ça ? Ces bars sont tellement tapissés de téléviseurs géants qu’ils peuvent abrutir le regard du plus résistant.

20.7-télés-pour-un-si-petit-espace

7 téléviseurs dans 2 m²… Et j’ai vu pire !

Regarde où tu marches…

Encore ??

Tu n’imagines pas à quel point.

Connais-tu la bulle d’intimité ? Cette notion d’espace entre personnes que l’on se doit de respecter dans la rue ou ailleurs. Elle n’existe pas en Albanie. Ainsi, tu te heurtes à deux situations :

  • On te voit, mais on fonce droit sur toi comme si tu n’existais pas pour t’éviter de justesse au dernier moment.
  • On se branle de ta présence et on te télescope sans vergogne pour s’éloigner dans un vague grognement véner.

Et sans smartphone devant les yeux ! Balaise.

Haydée à fait l’expérience d’une trajectoire linéaire sur 100 mètres sans se pousser. Résultat : 6 collisions frontales.

Ne cherche pas à prévenir l’impact en hélant la personne, ils sont sourds. Effets boites de nuit peut-être ? Bref, reste alerte et pousse-toi.

T’es une femme, t’es bonne ? Je te plains

Non non. Rien à voir avec la majorité musulmane du pays. Sauf peut-être cette impression d’être la seule femme à flâner dans la rue. Les autres vont du point A au point B, basta.

Et tu ne les verras jamais dans un bar, sacrilège ultime ! Femme de mauvaise vie !

Par contre, les bonhommes sont présents. Et les tonnes de glandeurs de rue n’ont qu’une chose à faire : mater ! De ce regard inquisiteur et visqueux qui te suit à s’en tordre le cou. Sans oublier les sifflements intempestifs. Notre impression :

Ils ont une bite à la place du cerveau ou quoi ?

Une femme potable peut se taper n’importe qui, de 15 à 70 piges. À croire qu’ils ne baisent jamais…

Vise-la-main-du-crevard.-Elle-s'approche-insinueusement-du-téton-de-notre-copine

Vise la main du crevard. Elle s’approche insidieusement du téton de notre copine

Certains vont même jusqu’à te suivre.

Haydée en a fait les frais une nuit à Elbasan. Sortie seule prendre l’air à 100 m de la maison, une bagnole ralentie d’un coup devant elle sur la route adjacente.

Pas de panique, ce n’est pas pour moi. Mais méfiance.

Se dit-elle, voyant la caisse s’approcher au pas. Pressant l’allure, Haydée s’écarte de la trajectoire. La voiture s’arrête près d’elle et deux passagers patibulaires la fixent. Elle rebrousse chemin, commence à courir quand la caisse accélère subitement et la prend en chasse. Les derniers mètres finissent en course effrénée pour atteindre la porte d’entrée.

Sympa…

T’es un homme, tu cherches une meuf ? Je te plains

Je t’ai parlé des gros. C’est valable aussi pour les femmes. Les effets de la malbouffe sont ravageurs et les bourrelets impossibles à cacher.

En 4 mois d’Albanie, j’ai vu autant de belles jambes qu’en une soirée à Budapest.

Dur… Moi qui suis si sensible aux gambettes.

22.Grosses-pas-belles

Et dire qu’elles n’ont que 20 ans…

Attends ! Ce n’est pas tout. L’Albanie fait le bonheur des entreprises cosmétiques. Chaque demoiselle se gratifie d’un copieux pot de peinture en guise de maquillage. Un masque tellement épais qu’il doit peser son poids.

Enfin, je te laisse imaginer le style vestimentaire. « Années 50 » comme j’ai dit au début.

Mais finissons par une touche positive…

Profite des contacts francs du collier

Les gens rustres ont aussi leurs bons côtés. Une fois la phase d’observation passée, tu deviens leur meilleur pote du moment. Bon, à toi de faire le premier pas quand même.

Mais quelques échanges suffisent. Un mot dans leur langue, un sourire et les tapes dans le dos ou sur le torse fusent. Embrassades et contacts franchouillards sont de mise.

Bisou !

Putain que c’est agréable ! On se sent vivant parmi les vivants. Pas le zombis d’un monde « civilisé » occidental, robotique et bourré de principes de bienséance qui t’empêchent d’exprimer tes sentiments.

Je t’avais bien dit que les Albanais étaient accueillants. Ô combien plus important que tout autre défaut listé plus haut. :)

Nomade digital en Albanie ça donne quoi concrètement ?

Bonne chance si tu veux parler anglais

Les anglophones sont rares. Autant que les noirs et les Asiatiques du pays.

À ta demande :

Do you speak english ?

L’ignorant te fera clairement comprendre que tu le fais chier…

Apprendre les rudiments de l’albanais n’y changera pas grand-chose. Ils ne comprennent rien ou font semblant. Parle avec les mains, tu auras plus de chance.

Notre solution perso ? Parle espagnol, ils te répondront en italien. Là ils maîtrisent.

Par contre n’essaye pas d’expliquer ta condition de nomade digital. Tu te heurteras à des yeux ronds.

Allez, petite consolation : Les langues albanaise et anglaise ont quelques prononciations similaires. Du coup, si tu tombes sur un local assez doué pour baragouiner, l’échange n’en sera que plus facile. Cool !

Tu n’es jamais loin des montagnes

Présents de décembre à mars nous avons bénéficié d’un climat doux. Mais tu peux perdre 10° à 15° du jour au lendemain. Nous avons même eu droit à -5°C le jour de l’an…

Un record comparé à nos 17°C de Noël

Un record comparé à nos 17°C de Noël

Certes, il y a 250 jours de soleil par an. Mais tu n’es pas à l’abri d’une tornade de grêlon qui te tombe dessus sans prévenir. C’est ça la montagne.

Ton budget est serré ? Parfait !

L’Albanie est idéale pour les petites bourses mais gaffes aux emmerdes.

Et la différence de prix est flagrante entre la capitale et les alentours. La preuve en chiffres :

Elbasan :

  • Appartement pour 1 mois : 300 €
  • Courses pour 1 mois : 100 €/pers
  • Frais généraux (médical, déplacement, matériel divers) : 100 €/pers
  • Soirée royale, resto + bar : 15 €/pers
  • 1 Café : 25 centimes
  • 50 km pour aller à la capitale : 2 €/pers en bus ou 22 € en taxi
  • Connexion internet : pourrie
  • Espace de coworking : Néant

Méfie-toi des achats merdiques. Les piles emballées sont à moitié chargées. Certaines bières neuves sont à moitié vides et sans bulles. Et ta bonbonne de gaz pour cuisiner à moitié pleine après recharge.

Il doit y avoir une politique du « à moitié » dans le coin.

Au pire tu as des marchés partout

T’inquiète, il te reste les marchés de rue… A moitié pourris

Tirana :

  • Appartement pour 1 mois : 400 €
  • Courses pour 1 mois : 170 €/pers
  • Frais généraux (médical, déplacement, matériel divers) : 100 €/pers
  • Soirée royale, resto + bar: 30 €/pers
  • 1 Café : 40 centimes
  • 20 km environ pour aller à l’aéroport : 18 € en taxi
  • Connexion internet : correcte
  • Espace de coworking : Plusieurs, mais nous n’avons pas testé

Petit conseil bonus : Profite du quartier universitaire. Tu y trouveras des jeunes éduqués et des femmes qui flânent ; un luxe. En prime, tu profiteras des nombreuses cantines selfs aux prix imbattables si faire ta bouffe quotidienne te gonfle trop. Entrée – plat – boisson pour 2,80 €

Bref, ce n’est pas ici que tu vas te ruiner.

Pourquoi ce « non merci » au final ?

Malgré le coût de la vie minime, l’inéducation pèse lourd. Trop lourd. La culture est embryonnaire et les grandes villes sont assez moches.

Et plus de fêtes foraines que de musées...

On a vu plus de fêtes foraines que de musées

Heureusement que la montagne est belle…

27.Heureusement-qu'il-y-a-la-montagne

Et que le lac artificiel de Tirana en jette

Mais nos business sont en cours de création. Nous ne gagnons pas assez pour dépenser sans compter. Et comme nous sommes de bons vivants au contact facile, éviter la tentation des sorties était vital.

Se concentrer sur le boulot et finaliser notre premier service de création de contenu  : Chèvre Chaud était primordial pour la suite.

L’Albanie nous aura permis de vivre convenablement et de monter ce business sans exploser le budget.

Mais toi voyageur, si tu cherches simplement un bord de plage tranquille pour siroter tes cocktails et un hôtel pas cher pour embarquer quelques albanaises pas trop fatty, alors Durrës ou Sarandë devraient te convenir.

Mais je te préviens d’avance, tu n’y trouveras aucun MacDo. ;)

 
N’oublie pas de garder une copie des 11 business en ligne, les infos de ce PDF t’aideront à t’émanciper. Clique ici.
 

Tony Founs
 
 

Share This