Lauréate de la dernière session de notre cours en ligne 1k1mois, Anne-Catherine a déjà bien entamé sa transition de salariée à indépendante. Elle se dévoile ici sans concession pour te livrer le guide de la réussite issu de son expérience.

de-salarié-à-indépendant-anne-catherine-guervel2015, ma décision est prise :

Je dois quitter mon emploi.

Car ce n’est plus vivable.

Si tu es salarié, tu as sûrement déjà vécu cela :

  • Manque de bienveillance,
  • Peu de reconnaissance morale et financière,
  • Et un employeur qui t’en demande toujours plus…

Bah oui ! Il ne va pas embaucher quelqu’un d’autre si tu peux assumer le boulot.

« Vous savez parler anglais Anne-Catherine ? Parfait, on vous rajoute l’international. »

Qu’importe si cette tâche n’est pas spécifiée dans ton profil de poste.

Et n’attends pas de remerciements. Enfin, à quelques rares exceptions.

Imagine le topo pour une assistante juridique multitâche telle que moi…

Alors fatalement, à force de tirer sur la corde tu craques.

Mais moi, non !

Je suis bretonne de naissance et je dis ce que je pense, même si ça ne plait pas toujours.

Certes, cela permet de tenir le coup, mais ce n’est pas salvateur pour autant. On ne guérit pas son mal en soignant les symptômes mais en s’attaquant à la racine.

Et pour moi, cela signifie changer radicalement de vie professionnelle.

Alors oui ! C’est décidé. J’entame ma transition de salariée à travailleuse indépendante.

Pourquoi je te livre tout cela ?

Parce qu’avant de penser à « comment » changer de vie, tu dois identifier le « pourquoi ».

Détermine ta motivation profonde

Un « pourquoi » assez puissant pour te faire agir et rester motivé sur le temps.

Dans mon cas, c’est limpide : lâcher mon emploi de salariée dans lequel je ne m’épanouis plus.

Mais pas pour retrouver un boulot du même acabit, car j’en ai fait le tour. Ni pour travailler tout en voyageant. Là n’est pas mon aspiration.

Je souhaite simplement bosser de chez moi.

de-salarié-à-indépendant-avec-mon-pc-portable

Juste avec mon PC portable… et mes chats.

Prendre mon temps. Faire ce que j’ai envie de faire : écrire. Et m’éclater dans mon boulot.

Je suis très communicative et je veux privilégier des contacts avec des personnes qui me conviennent vraiment : bienveillantes, intéressantes et reconnaissantes.

Pas facile… car conditionné, le salarié conçoit difficilement pouvoir gagner sa vie et entretenir des relations pros en dehors de sa boîte.

Sans compter ceux à qui l’on fera vivre l’enfer s’ils décident de la quitter.

Mais mes motivations sont plus fortes que toutes ces barrières.

Et je me suis rapprochée d’un tas de gens passionnants qui bossent à l’extérieur de ces bureaux.

Si tout cela te parle, tu te diras sûrement :

Mais comment passer de salarié à indépendant progressivement ?

Ok, alors venons-en à ce fameux « comment ».

Utilise tes points forts et tes compétences

de-salarié-à-indépendant-chat-cul-en-l'airLoin de moi la prétention de te livrer une recette miracle. Juste mon expérience que tu pourras transposer à ton cas.

En 1999, j’ai claqué la porte de l’entreprise qui m’embauchait. Je n’en pouvais plus de faire les courses du patron…

Internet m’attirait déjà beaucoup à l’époque.

Je me suis toujours intéressée à ce que faisaient les autres et je me suis dit que j’y trouverais ma place. Pour m’investir dans quelque chose de nouveau, me constituer un réseau et y découvrir des amis… pourquoi pas.

Alors, j’ai acheté un modem (le super lent et bien bruyant d’antan) et j’ai cherché à bosser sur internet.

J’ai commencé à fréquenter les communautés et j’y ai côtoyé pas mal d’experts.

Une période qui m’a permis de tester de nombreuses pratiques et d’en apprendre énormément.

C’est ainsi qu’est né mon blog quelque temps plus tard.

Au début, c’était un sapin de Noël bourré d’affiliations. Forte des méthodes (pas toujours nettes) que j’avais apprises, je vendais toutes sortes de produits.

Mais j’ai vite senti que ce business n’était pas fait pour moi. J’avais l’impression d’être malhonnête…

Non ! Ce n’est pas cette image-là que j’ai envie de donner.

Je voulais faire des choses plus transparentes, aider les autres à évoluer.

Et j’ai été bien inspirée, car Google a vite réfréné les prétentions de tous les vendeurs « grey hat » de la toile avec ses nouveaux algorithmes.

Il n’en reste pas moins que ces années m’ont apporté une pléiade de compétences que j’ai pu mettre à profit sur le temps :

  • Rédactions en tout genre
  • Création de sites WordPress
  • Maitrise de nombreux logiciels
  • Technique et référencement
  • Création et édition d’ebooks
  • Illustrations web, etc.

Cela m’a donné confiance. Je me suis dit :

« Oui, tu es capable de faire autre chose en dehors de ton boulot ma fille. »

Et c’est sûrement le cas pour toi aussi.

Car nous disposons tous de compétences susceptibles de nous amener à l’indépendance.

Encore faut-il les activer et les utiliser à bon escient. Alors…

Applique-toi à aider ton prochain

Note bien que je ne parle pas encore de business à ce stade.

Jules Simon disait :

Donner pour recevoir, ce n’est pas donner, c’est faire un commerce.

Pour ma part, c’est de manière tout à fait désintéressée que je souhaitais aider les autres.

Mon blog est devenu Cyberentraide. Un journal de bord où je parle cash tout en communiquant sur mes erreurs. Et sans chercher à faire de grandes audiences.

J’y prodigue toutes sortes de trucs et astuces par le biais de mes conseils et de mes tutoriels vidéo (je suis d’ailleurs l’une des pionnières en la matière).

Je m’y suis toujours présentée le plus naturellement du monde en tablant sur l’honnêteté.

Et grand bien m’en a pris ! Car donner sans chercher à recevoir paye bien au-delà de ce tu peux imaginer :

  • Je me suis fait connaître
  • J’ai instauré de nombreuses relations de confiance
  • Et j’ai appris à comprendre ce que voulaient les gens

Du coup, en 7 ans d’existence mon blog a beaucoup évolué.

Aujourd’hui, il est entièrement dédié au blogging dans tous ses états : attitude, écriture, technique, images, référencement.

de-salarié-à-indépendant-le-blogging-dans-tous-ses-etats

Pour t’en faire une idée, va faire un tour sur ma page de présentation. Tu retrouveras les différentes rubriques de mon site pour savoir :

  • Comment écrire et faire vivre son blog
  • Comment entretenir son blog
  • Comment faire connaître son blog grâce aux médias sociaux

Même si je m’oriente davantage vers l’écriture. Car j’aime les mots, je sais les manier et cela reste mon principal domaine d’activité.

Maintenant…

Pourquoi je te dis tout cela ?

Parce qu’en aidant les autres avec tes compétences, tu te crées la base propice au lancement de ta future activité (tout en continuant d’en apprendre un paquet).

Certes, cela prend du temps mais ça paye !

Et après ?

N’aie pas peur de lancer ton business

Offrir de bon cœur est une excellente chose.

Mais pour passer de salariée à travailleuse indépendante, il allait bien falloir commencer à facturer mes services.

Et c’est là que de nouvelles barrières sont venues me heurter de plein fouet.

Je me suis dit :

« Tu comptes vraiment proposer tes talents de rédactrice, relectrice et correctrice Anne-Cat ? »

Mais…

« Et si j’étais trop nulle pour réussir ? Tout le monde me dit qu’il faut être un expert… Je ne suis peut-être pas si bonne écrivaine ? »

« Et s’il y avait trop de gens bien meilleurs que moi ? C’est un domaine très compétitif sur le Net… »

« Et si personne ne m’aimait finalement ? Je suis loin d’avoir autant de likes ou de followers que certains… »

« Et si… ? »

Stop ! Trêve de manque de confiance et de remises en question. Casse toutes ces barrières !

Dis-toi plutôt :

« J’ai autant de connaissances que les autres. Et quand je vois le niveau d’écriture de certains ‘experts’, j’ai toutes mes chances de réussite. »

« Tout le monde a sa place pour peu de savoir apporter le petit plus qui le caractérise. »

« Et depuis quand vendre ses services est une question de popularité sur les réseaux sociaux ? Soyons sérieux. »

Mais pour être honnête, je ne parvenais pas à penser ainsi.

Résultat : j’aurais pu me lancer bien avant.

J’éprouve parfois une petite pointe de regret en y repensant :

Mais pourquoi, ai-je perdu du temps dans ma vie internet ?

Parce qu’il n’est pas facile de se lancer.

Et le business n’est pas inné.

Je ne savais pas trop comment me mettre en avant, vanter mes compétences ou oser demander de l’argent pour mon travail.

Alors, j’ai profité du cours 1k1mois de Travelplugin pour surmonter ces obstacles et gagner la confiance qu’il me manquait.

de-salarié-à-indépendant-professeur-cours-business-freelance

Prof Tony m’a dit que c’était possible alors, je dois pouvoir le faire !

Cela m’a poussé dans mes retranchements et m’a donné le coup de pouce nécessaire pour bien démarrer.

Et si je devais me planter aujourd’hui ?

Eh bien, ce n’est pas grave ! Je repartirai de plus belle.

D’autant plus que je conserve pour l’instant la sécurité de mon travail à temps complet.

Ce que tu dois retenir ici ?

Lance-toi, quels que soient tes doutes en tes capacités. Il n’y a pas de « moment idéal » pour commencer une activité.

C’est en forgeant que l’on devient forgeron.

Mais si le besoin s’en fait ressentir…

Forme-toi pour combler tes lacunes

2016 fut l’année de toutes les formations pour moi. Et je me suis lâchée !

J’ai même réussi à en suivre 3 en même temps…

C’est beaucoup ?

Peut-être, mais je t’assure que je n’achète jamais pour rien car je suis très sélective. Et toutes m’ont apporté quelque chose d’important :

  • « WP Chef » d’Alex Bortolotti et ses partenaires pour maitriser les bases du CMS WordPress.
  • Le « Programme newsletter » de Delphine Debauve pour parfaire l’écriture de mes mails.
  • La formation « La tranchée » d’Olivier Lambert pour rendre mon blog profitable de l’hébergement jusqu’au premier euro.
  • Le cours « 1k1mois » de Haydée et Tony pour convertir mes compétences en business rentable.

Sans parler des formations sur certains outils comme Scrivener pour la mise en forme des ebooks.

Lorsque tu te lances dans une activité, il est assez rare de disposer de toutes les compétences dès le départ.

Alors, sache investir sur toi-même pour assurer ta réussite.

C’est vital. Et cela renforcera ta confiance.

Satisfais les besoins réels des gens

de-salarié-à-indépendant-chat-demande-caressesAujourd’hui, je suis parée avec deux prestations phares s’adressant essentiellement aux blogueurs et aux auteurs :

  1. Relecture et correction de textes

Avec les points sur les I et les barres sur les T bien sûr. ;)

Chez moi c’est…

Maison de correction cherche fautes d’orthographe.

Je relis des articles et des livres entiers pour en corriger les fautes, les erreurs grammaticales, la ponctuation et améliorer les tournures de phrases.

J’adore ça ! Et cela me permet de découvrir plein de sujets passionnants. Comme ce bouquin fantastique que j’ai relu récemment.

Et je remarque qu’il y a pas mal de demandes d’auteurs qui publient déjà sur Kindle.

  1. Mise en forme de textes et édition d’ebooks
  • Je regroupe les articles des blogueurs pour en faire des livres.
  • Je reprends les manuscrits des auteurs pour les parfaire.

Je corrige, j’étoffe, je mouline, je finalise et je convertis le tout en ebooks optimisés pour la publication Kindle.

Cela prend du temps mais ça paye bien.

Des boulots qui demandent une certaine abnégation pour me mettre à la place de celui qui rédige. Car parfois, la tentation de tout réécrire est forte.

Mais je ne peux pas me le permettre pour de simples corrections et mises en forme… À moins d’accepter moins de missions et d’augmenter mes tarifs.

Après, mes prestations ne s’arrêtent pas là car beaucoup de gens viennent me chercher pour réaliser d’autres travaux.

S’ils ont des besoins que je suis capable de combler alors, pourquoi m’en priver ?

Du coup…

J’enrichis les textes des articles de blog. J’y ajoute de la matière lorsqu’ils sont trop courts.

Je rédige des articles à la demande. Et sur des sujets parfois improbables comme les toitures en zinc ou les huiles pour les cheveux…

Je pensais que ça allait être chiant mais non, je m’amuse follement en faisant mes recherches et je trouve toujours l’inspiration.

J’ai quelques demandes pour des visuels. Comme ce blogueur qui voulait que je refasse les images de ses 80 articles.

J’ai même créé une petite charte graphique pour l’occasion. Je ne prends pas trop cher la photo, mais c’est hyper reposant.

On me sollicite également pour retranscrire des textes de vidéos. Parfait ! Cela correspond pile à l’une de mes compétences.

Et pour la petite anecdote…

J’ai même une dame qui m’a demandé de corriger les fautes d’orthographe de sa lettre d’amour… Trop mignon !

Je ne lui ai rien facturé bien sûr.

Je ne suis pas vénale, j’aide toujours gratuitement. Et je fais de très beaux boulots pour des gens qui n’ont pas spécialement les moyens.

Maintenant qui sait, si on m’envoie plein de lettres d’amour à corriger d’un coup, je le ferai sûrement contre rémunération.

Bref, j’écris des 10 000 mots par-ci, je réécris des 7 000 mots par là et je ne m’en lasse pas.

Car je travaille avec des gens que j’apprécie, en qui j’ai confiance et qui me correspondent.

La leçon à intégrer ici ?

Lorsque tu te lances dans une activité, tu ne sais jamais vraiment où tout cela va te mener.

Quoi qu’il en soit, sache t’adapter aux besoins réels de tes clients. Même si tu n’avais pas prévu de combler ceux-ci au départ.

Et en satisfaisant ces demandes, tu orienteras tes services vers des boulots spécifiques d’autant plus profitables.

Tu ne pourras en ressortir que gagnant.

Communique à fond pour trouver tes clients

de-salarié-à-indépendant-chat-deboutLa question fatidique : comment dégotter ses clients ?

À ce niveau-là, je t’en ai déjà dit un peu sur moi grâce à l’aide gratuite que je fournis depuis longtemps.

Du coup, certaines personnes qui profitaient déjà de mes astuces à l’époque reviennent me demander des ebooks aujourd’hui.

Bien sûr, je profite de mon blog.

Mon premier client vient de ma newsletter, suite à un sondage effectué auprès de mes lecteurs pour savoir s’ils étaient intéressés par mes services de correction.

Mais je ne te cache pas que la réponse la plus courante des gens fut :

« Oui ! Si c’est gratuit… »

Sauf un.

Était-ce le seul à se rendre compte du travail qu’implique ce genre de service ?

Peut-être, je ne sais pas…

Ce dont je suis sûre, c’est que les gens viennent à moi non pas pour mon expertise mais parce qu’ils apprennent à me connaître avant tout.

Et je suis très active sur les réseaux et communautés.

Je communique beaucoup. Toujours avec empathie et bonne humeur.

Mes clients viennent donc surtout de mes contacts. De toutes ces personnes rencontrées lors d’un échange et qui se disent finalement :

« Ok, Anne-Cat assure son taf. Mais je la choisis parce que le feeling passe. Parce qu’elle me correspond vraiment. »

Et les exemples ne manquent pas :

Comme ce blogueur (avec qui j’entretiens d’excellents rapports) qui a posté une demande sur Twitter afin de trouver des rédacteurs pour ses sites.

J’ai postulé et il m’a renvoyée vers un client pour m’occuper de son livre.

Ou cet autre blogueur qui, après avoir écrit sur mon blog, m’a apporté un client pour une relecture de bouquin sur le voyage à durée indéterminée.

Ou encore Mia de Trucs de Blogueuse que j’aime beaucoup et qui m’a permis de participer à son évènement « Coulisses du blog ».

En insérant mon lien dans l’un de ses articles, elle m’a apporté 3 clients potentiels. Merci Mia ! ;)

Bref, je ne me cantonne pas au cercle vicieux des « experts » :

  • Je communique pour le plaisir
  • Je participe à des opérations
  • Je découvre des personnes au fur et à mesure

Et je fais le tri en fonction de mes affinités.

Résultat : je suis heureuse de travailler avec ces contacts à qui je donne le meilleur de moi-même.

Et le bouche-à-oreille fait le reste.

Mais ce n’est pas tout…

J’hésite de moins en moins à aller au-devant de mes prospects.

Aaah ! L’art de démarcher sans démarcher.

Finalement, c’est juste une question de naturel.

Un exemple flagrant ?

Pas plus tard que ce matin, je tombe sur les écrits d’un blogueur. Et là, ça me pique les yeux : 10 fautes en 3 lignes. Aïe !

C’est toujours délicat d’arriver avec ses gros sabots en disant :

« Euh… t’as fait 50 fautes dans ton bazar là. »

Mais je me suis dit :

« Paye-toi le culot, dis-lui. »

Et je lui ai envoyé un message privé sur Twitter en lui amenant la chose avec humour.

Étonné il m’a répondu :

« Mince… j’ai pourtant vérifié, je me suis relu. »

Comme quoi, le second regard d’une tierce personne prévaut à l’écrit.

C’est bien la première fois de ma vie que je faisais cela. Mais ça a fonctionné. Résultat : boum ! Client.

Conclusion de toutes ces expériences ?

Vendre ses services en ligne ne signifie pas créer une page internet vantant ses offres en attendant que des clients tombent.

C’est comme distribuer des prospectus dans la rue… Cela ne mène à rien (ou presque).

Voilà pourquoi tu dois être hyperactif dans ta communication. Tout en restant toi-même.

Donne un maximum de valeur ajoutée à ton travail

de-salarié-à-indépendant-chat-de-dosTu as les bonnes compétences et tu fais du bon boulot ?

Parfait !

Mais souviens-toi de ce que j’ai dit plus haut :

« Tout le monde a sa place pour peu de savoir apporter le petit plus qui le caractérise. »

Alors, quel est ton petit plus à toi ? Quels avantages obtiendront tes clients à travailler avec toi ?

À chacun les siens bien sûr…

Pour ma part, je ne mettrais pas l’accent sur ma rapidité extrême. Je prends mon temps, je n’aime pas être pressée.

D’autant plus que j’exerce encore mon activité en parallèle de mon travail. Et quand je rentre chez moi, je ne tiens pas à me mettre la pression avec mon second boulot.

Si j’ai choisi de devenir indépendante, c’est pour m’épanouir dans mon activité autant que dans la manière dont je la pratique.

Et tant que le boulot est bien fait…

Mon petit plus à moi, c’est avant tout l’écoute attentive et la compréhension profonde de mes clients.

Bien souvent, je reçois un mail avec une demande plus ou moins précise.

J’envoie alors mes coordonnées téléphoniques et j’y joins mes horaires en spécifiant que je suis salariée, donc pas toujours dispos.

Je suis honnête. Je dis toujours la vérité. (Encore un petit plus déterminant).

Pourquoi je privilégie le téléphone ?

Parce que c’est la manière la plus facile d’établir le contact et de dire ce que l’on veut exactement.

C’est également ainsi que tu ressens les gens. Et que tu sais tout de suite si le feeling passe ou pas.

Car il vaut mieux s’écarter des clients toxiques ou de ceux qui ne te correspondent pas (encore une notion importante que m’a apporté 1k1mois).

Essaye d’obtenir ce résultat uniquement par mail… C’est un peu comme faire un prêt sans rencontrer ton banquier. Difficile de savoir dans quoi tu t’embarques sans lui parler directement.

D’autant plus qu’une négociation par mail peut durer des semaines sans que l’on arrive au bout du truc.

Alors, je parle directement aux gens (je ne suis pas timide), j’écoute, je prends des notes… et je sais lire entre les lignes.

Et tout cela dans la bonne humeur !

Bref, quand mes clients m’ont au téléphone tout passe.

D’autant plus que je sais écouter les doléances, reconnaître quand je me suis trompé et m’excuser.

Une autre valeur ajoutée propre à moi…

Lorsque je travaille sur un blog ou un projet, mon client profite directement d’une vidéo tutoriel de ma part.

Avec elle, je lui explique tout ce que j’ai réalisé pour lui. Et tout ce qu’il doit ou ne doit pas faire pour profiter pleinement de mon travail par la suite.

Ainsi je suis totalement transparente et je rends un produit fini avec une marche à suivre claire une fois notre collaboration consommée.

Si tu es arrivé jusque-là, tu sais maintenant comment passer de salarié à indépendant…

Mais qu’en est-il du « progressivement » ?

Fixe-toi des objectifs clairs et précis

de-salarié-à-indépendant-chat-tete-pencheeMon cheminement : trouver le moyen d’arrêter mais pas brutalement.

J’avais besoin du déclic pour claquer la porte d’un endroit et en ouvrir une nouvelle d’un autre côté.

Je me suis donc fixé des objectifs intermédiaires pour y parvenir graduellement.

Objectif n°1 : Gagner mes premiers 1 000 €.

Fait.

Lancer la machine est le plus difficile. Cela peut prendre un certain temps.

Mais un objectif humble et mesurable tel que celui-ci m’a permis de rester motivée pour atteindre cette première petite victoire.

Objectif n°2 : Gagner 600 € par mois une fois mon objectif 1 rempli.

Fait depuis novembre 2016.

Et mon carnet de commandes m’assure d’obtenir ce revenu régulier jusqu’en avril 2017.

Je suis même parvenue à 1 100 € en février.

Certes, je ne gagne pas encore cette somme chaque mois, mais je ne le cherche pas tant que je continue mon job d’assistante juridique à temps complet.

Et puis je tiens à me laisser du temps pour :

  • Continuer de m’évader avec la lecture
  • Écrire mes tranches de vie et mes nouvelles sur Scribay
de-salarié-à-indépendant-chats-anne-catherine

Ça va parler chats sur Scribay ! Normal, je les adore et j’en ai plein. :)

Objectif n°3 : Obtenir mon mi-temps et doubler mes revenus pour passer à 1 200 € par mois.

C’est en cours…

Car ça y est ! J’ai demandé mon temps partiel depuis fin janvier. :)

Et il est sacrément nécessaire pour mon salut. Pour enfin retrouver un confort de vie.

Pourquoi ne pas lâcher mon taf à ce moment-là ?

Chaque chose en son temps. Je joue la sécurité.

Tout plaquer aussi vite peut faire peur quand on a des charges sur le dos.

D’autant plus que je suis en train d’acheter mon appart.

Je veux donc profiter de ce petit pécule régulier pour financer mon achat et les travaux.

Objectif final : Devenir indépendante à 100 %.

Le premier pas est fait : je suis auto-entrepreneure depuis le 1er janvier.

Maintenant, je fais des factures…

Madame couteau suisse peut officiellement vendre ses services en se faisant taxer par l’état français. :P

Et outre toutes les prestations dont je t’ai parlé, je suis en train de me renseigner sur l’activité d’assistante virtuelle.

Un service que je compte mettre en place avant la fin de l’année.

Voilà…

Je sens que 2017 est mon année !

L’année du partage et du succès.

De gros verrous ont sauté.

Car aujourd’hui, j’avance concrètement et je sens que tout me réussit.

Et si quelque chose venait à clocher ou que ce n’était finalement pas mon année ?

Eh bien, ce sera l’année prochaine.

Je ne m’en formalise pas.

Car, quelle que soit l’expérience que je vivrai, elle m’apportera toujours quelque chose d’important.

La morale de cette histoire ?

Applique bien chaque étape de cet article en te fixant de petits objectifs réalisables au fur et à mesure, sans te submerger.

La route est longue ?

Peut-être… Alors, rends-la séduisante et agréable en la parsemant de petites victoires.

Crois-tu qu’un champion olympique a gagné sa médaille d’or du jour au lendemain ?

Non !

Mais il a savouré chaque victoire et chaque titre intermédiaire avant de la remporter.

C’est ce qui l’a stimulé. Ce qui l’a fait tenir face aux coups durs et aux difficultés tout au long de sa carrière.

L’entrepreneuriat n’est pas fait autrement. Il en va donc de même pour toi si tu décides de passer de salarié à travailleur indépendant.

Alors, 2017 est-elle également ton année ?

Anne-Catherine Guervel par Tony Founs.
 
Lire d’autres témoignages d’étudiants 1k1mois :

De demandeur d’emploi à entrepreneur en ligne : Steve a déjà gagné 1800€ avec notre cours
Enseignante et traductrice juridique en parallèle pour une meilleure vie : Le cas concret d’Anna

 
 

Share This