Ce n’est pas faute d’envie de voir mes amis nippons, je l’ai même planifié dans les années à venir.

Mais le temps que j’y aille, le Japon n’existera peut-être plus

Et peut-être même que l’humanité toute entière aura disparu ! Bref, je serai mort.

Pas facile pour aller visiter le Japon.

Ce fut ma première pensée en lisant cet article de blogs.mediapart.fr.

Dans environ un mois, Tepco, l’entreprise en charge de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, projette de retirer 400 tonnes de combustibles emprisonnés dans la piscine du réacteur n°4 perché à 30 mètres du sol. Une manipulation pouvant tourner au désastre planétaire si elle n’est pas réalisée avec une précision d’horloger.

Mais ce n’est pas tout. Le reste de l’article dépeint une situation digne d’un scénario apocalyptique.

Et moi qui comptais faire un peu de tourisme extrême là-bas… Car ce sera possible d’ici une vingtaine d’années. Des intellectuels japonais proposent d’installer un village touristique aux abords de la centrale nucléaire ; avec le devoir de mémoire en tête de liste des justifications.

Centrale nucléaire de Fukushima

 Vous avez peur ? Pas de panique ! Un journaliste scientifique et écrivain renommé réfute une partie de ces arguments alarmistes dans les commentaires du même article.

Le Japon ne sera pas l’épicentre de la fin du monde

Pour autant, la situation est loin d’être sous contrôle à Fukushima. L’accumulation de centaines de milliers de tonnes d’eau radioactive dans des réservoirs de fortune est au centre du débat.

Ça fuit ! L’océan pacifique devient une grande piscine radioactive jusqu’aux côtes américaines.

Sur terre, plus de 160 000 japonais ne réintégreront probablement jamais leur maison.

Mais alors lequel croire ??

Les 3 singes sur déchets nucléaires

Omerta Nucléaire ?

Le blogueur mal rencardé ou le journaliste ultra orienté ? Encore un bel exemple de stigmatisation médiatique.

Alors j’y vais ou pas au Japon ? C’est que je n’ai pas envie d’être irradié et de ressembler à un poulpe pétrifiée moi ! Et puis je tiens à ma thyroïde.

Ce dont je suis sûr c’est que même si je décide de ne pas aller au Japon c’est lui qui viendra à moi. La preuve avec ces découvertes de contamination à l’iode-131 en Europe.

Voyageur, amoureux des écosystèmes, où que tu ailles, où que tu sois la connerie des apprentis sorciers te poursuivra. Mais rassure-toi, même quand l’humanité ne sera plus, Mère Nature lui survivra.

Sources :

Tony Founs

 

 

Share This