Pauvre voyageur chevronné. L’exotisme organisé te lasse. Tu as beau avaler les kilomètres, le voyage perd de sa saveur et ne comble plus tes besoins d’évasion.

Si tu fuis l’uniformité de la société ce n’est pas pour la subir en voyage bordel !

Rassure-toi, le tourisme extrême est la niche en vogue qu’il te faut.

Parachutiste avec un bébé entre les jambes

Oublie le mal être de ton individualisme et la banalité de tes voyages. Viens t’éclater !

Loin des circuits conventionnels, le tourisme extrême puise dans l’inédit et se sert de ce qui accroche.

Le tourisme extrême de la violence

Aaaah ! Voilà du costaud ! Le « dark tourism » va pénétrer dans les ténèbres de ton imaginaire et fouiner là où normalement tu ne vas pas.

Touriste de guerre, ça te dit ?

Tu pourras prendre tous les risques et t’amuser avec la mort. Joue au poker avec ta vie, ça lui redonnera un sens. Survivre donne un regain de confiance en l’avenir.

Evite la Birmanie ou la Corée du Nord. Trop ouvertes, déjà « has been ».

Toshifumi Fujimoto utilise une arme syrienne

Toshifumi Fujimoto en pleine action pour un tourisme extrême en Syrie

Prends exemple sur ce Japonais et choisi la tendance 2013.

Parti en touriste au cœur du conflit syrien, il n’a rien raté de la mort en direct.

Tu peux même en faire un business.

Comme ce hongrois avec son circuit touristique de 2003, « l’Irak sous les bombes ».

Sacré voyagiste ! Ou Voy-ag-euriste devrais-je dire…

Et si tout ceci fait trop d’adrénaline pour toi, tu peux toujours combler ton besoin de dépaysement avec une petite favela brésilienne.

Ne t’inquiètes pas, les cars touristiques sont blindés.

Notre fructueuse industrie du bien-être peut bien faire quelques efforts pour développer le produit « aventure risquée » sans… risque.

Mais je sens bien que tout cela t’a un peu stressé…

Pose-toi avec moi pour un peu de tourisme sexuel

Tu verras, ça détend.
Je connais une vingtaine d’agences sérieuses pouvant te faire découvrir les mœurs sexuelles du pays de ton choix.

Les enfants t’attirent ? 300 000 mineurs n’attendent que toi chaque année en Thaïlande.

Enfants du Laos jouant au balon

Ici ce sont des enfants du Laos. Mais tu ne vas pas chipoter ?

Et si tu préfères du majeur bien classique, ne te sens pas seul ! Il y a plus de 80 millions de mecs comme toi dans le monde. Si tant le font, pourquoi pas toi ?

Il faut savoir répondre à l’offre…

Ca va mieux ? Bon, essayons de réfléchir avec notre cerveau maintenant.

Le tourisme extrême(ment) cérébral

Il y a plus intéressant qu’un coup de bite, je le confesse. Et peut-être ne voyais-tu pas autant de violence dans ta conception de l’extrême. J’aurai dû commencer avec un truc plus cool.

Deviens narco-touriste et teste toutes les drogues du monde

Question demande, le court-circuit spirituel sera toujours en plein essor et tu as l’embarras du choix :

  • Séjour Colombien et sa coke pure à 92 %
  • Randonnée opiacée dans le triangle d’or
  • Voyage chamanique au cœur des racines hallucinogènes du Pérou
  • Trip amérindien à la mescaline
  • Ascension de la montagne du diable jamaïcaine qui fracasse la tête
Un homme sniff une cuillère de cocaïne

Attention de ne pas en mettre par terre ! T’es mal parti mon bonhomme…

Certains te diront :

Toxico ! Tu n’as pas besoin de toutes ces conneries !

Ne les écoutent pas frère de l’extrême, ce sont les mêmes qui marchent au cocktail psychanalyse-anxiolytiques.

pilule de lexomil

Une p’tite pilule ce soir ?

Tu veux t’endormir au pays du lexomil ou continuer ton voyage de l’extrême avec moi ?

Le tour du monde des drogues passe par tellement de pays qu’il nous faudra plus d’une vie pour le faire.

Et comme une partie de la nôtre est déjà passée et qu’il faut se sentir au plus prêt de la nature pour voir le temps s’arrêter, alors…

Allons faire chier les sauvages ensemble !

Quoi de mieux que de vivre hors civilisation, comme ceux restés figés dans les temps anciens ? Car c’est bien de la recherche du temps perdu dont il s’agit.

Alors vivons la vie extrême, authentique de chez les derniers Pygmées et autres Papous du bout du monde.

Un gamin regarde des guerriers africains en rigolant

Cette tribu du Kenya fait son cirque devant des touristes.

« L’Homme Civilisé » n’a pas éradiqué ces dernières ethnies en sursis car elles vivent là où personne ne veut vivre et n’ont pas de ressources naturelles.

Mais c’est sans compter sur leur potentiel touristique ! Appel ça de l’ethno-tourisme discutable, je l’appel tourisme extrême du retour aux sources.

Rassures-toi ce n’est que le temps d’un séjour histoire de payer ta phrase et de faire quelques pola souvenir pour montrer à quel point tu prends Indiana Jones pour une merde.

Nous ne voulons pas changer le monde mais changer de monde.

C’est ça le tourisme extrême mon pote !

Tu préfères dormir dans une cellule de prison Londonienne ou dans une yourte en Ardèche ? Quel est le plus excitant pour toi ?

As-tu testé le tourisme extrême de la rançon ?

Caleçon attache-moi

Voilà le top de l’excitant, la torture cérébrale par excellence :

L’enlèvement !

Tu payes pour te faire enlever sur une période indéterminée dans le pays de ton choix. C’est le fleuron du tourisme de la peur.

Le Yémen ou la Mali sont des destinations phares mais je peux te proposer d’autres postulants sérieux comme le Niger ou l’Algérie.

Ils se feront un plaisir de t’amener au syndrome de Stockholm. C’est un peu l’aboutissement morbide de ta quête du dépaysement extrême.

Et le tourisme du sport extrême dans tout ça ?

Tu parles de ces jeunes fous prêts à se tuer avec une planche à voile ou à roulette ? De ces planeurs et sauteurs dans le vide à tout va, toujours à la recherche des meilleurs spots, de la plus grosse vague ou de l’exploit con à réaliser ?

L’aventure ne doit pas «réellement » tendre au tragique mais en avoir le goût. Je te propose de te payer ton frisson en toute quiétude et tu me parles de sport extrême ?

Il faut de la volonté pour pratiquer de tels sports, pas de l’argent

Atteindre un objectif à la sueur de son front, dépasser ses limites ; C’est trop sain pour nous mon pauvre. Trop difficile… Trop extrême !

  • Je ne ferais pas de voyage à pied
  • Je ne suis pas un Gérard d’Aboville à conquérir l’océan en solitaire à la rame,
  • Ni un Mike Horn à traverser le Groenland en 15 jours,
  • Et je n’imagine pas faire 41 000 km à vélo comme ce couple de voyageurs.

Ils te diront qu’il n’y a rien de mieux que la beauté du sport. Qu’alliée à la beauté des paysages, elle laisse un doux parfum d’aventure.

Soit, le tourisme extrême est multiforme, mais on se fout de sa beauté !

La beauté n’a plus rien d’attractif dans sa surenchère médiatique.
Des milliers de photos magnifiques sont retravaillées à outrance et partagées sur les réseaux.
Des tonnes de destinations et de plages idylliques sont vues à l’écran chaque jour.

Si tu voyages extrême c’est pour sortir de ta monotonie quotidienne, pas pour la retrouver dans une beauté surfaite qui ne donne plus faim.
Et réapprendre la faim est le fantasme des générations qui n’ont connu que le confort et la banalité de la modernité.

Moi je marchandise l’extrême et je ne cesse d’innover pour que de petits occidentaux comme toi assouvissent leur besoin de conquérir et dominer.

Oui c’est cher, mais que croyais-tu ?
L’originalité et la rareté ont un prix, ce sont les règles du marché. Et je ne te force pas…

Tony Founs

 

 

Share This