JiB était cadre et a souhaité tout plaquer pour une vie différente. On lui avait pourtant dit que pour être heureux il fallait de l’argent et un bon boulot.
C’est vrai, mais qu’est-ce qu’un bon boulot au fond ?

Boulet et Jib

Beaucoup de jeunes sont en souffrance même s’ils gagnent bien leur vie. La sécurité du troupeau ne comble pas tout le monde. Le bonheur est indissociable de la liberté, JiB l’a bien compris et il nous livre ses pensées.
 

 

Comment tout a commencé ?

Par une pensée justement :

Rien n’est plus jouissif que de vivre en autonomie pour se sentir LIBRE. Libre de penser, d’agir, d’aimer, de partager, de croire, libre du jugement des autres.

vue-des-montagnes-cote-ouest-de-l'ile-nouvelle-calédonie

Libre d’accomplir ses rêves !

Cette liberté est-elle accessible ?

Oui mais en prenant des risques ; en vous mettant en danger. Trop dur de se lancer ?
Alors imaginez-vous au pied du mur. Vos pensées devront se transformer en actions ! Dans la vie, le véritable avancement c’est lorsqu’on termine ce que l’on a commencé et c’est un excellent moyen d’apprendre à se connaitre.

Vous rêviez d’aventures, de jungles, de montagnes et d’espaces vierges quand vous étiez gamin ? Pour moi, c’était la même. Et même si vous pensez que partir à l’étranger puisse être difficile. Je vous encourage à sauter le pas !

En-Australie-en-formation-permaculture

En Australie, j’apprend la permaculture

Rebel, je quitte la maison à 15 ans malgré mon éducation dans la « haute ». Je ne me sentais pas à ma place chez les bourgeois.

J’obtiens ma maîtrise de droit pour devenir juriste. J’ai vite vu que ce métier ne me convenait pas, je n’y voyais pas mon avenir. J’ai ensuite bifurqué vers le golf pour me professionnaliser. Et finalement…

J’ai préféré tout plaquer !

Entre le costume cravate, les hôtels 5 étoiles et les copines vénales… pfff, je commençais à étouffer sous ma chemise.

Et si votre vie ne vous plaisait pas ? Vous résigneriez vous à être un esclave emprisonné par 45 ans de cotisations sociales ?

Moi je ne peux pas. Je ne suis pas formaté et ne le serai jamais.

Les chemins tout tracés ne sont pas faits pour moi, j’ai besoin de plus de liberté !

Maintenant chez moi c’est la Nouvelle Calédonie et je ne sais pas pour combien de temps. Et puis après ? Qu’importe, rien n’est figé ! Ma nana et moi nous gérons tout en cherchant le maximum d’autonomie.

Le déclic révélateur

Je bivouaquais sur l’îlot d’un lagon lors d’une randonnée avec de bons potes.

A-la-pointe-nord-de-la-caledonie-avec-son-ami-de-Bretagne

Avec mon très bon ami de Bretagne !

Loin de la ville nous étions seuls au monde, loin des artifices je me sentais revenir à l’essentiel et ça a fait tilt.

C’était comme dans un film, j’ai tout balancé sans agressivité

Ma copine, ma famille, mes amis, mon patron… Tout le monde y est passé et je suis parti à la recherche de mon paradis.

Moi le rationnel, l’homme de loi, je me suis laissé guider par les rencontres, le hasard et le destin et ça a marché.

 
Trop compliqué pour vous ? En lisant ce PDF, vous comprendrez que ce n’est pas si difficile de changer de vie. Cliquez ici pour obtenir les 13 excellentes raisons de quitter son job.
 

Au gré des pays j’ai atterri en Océanie, je me suis formé à la permaculture en Australie et j’ai débarqué en Nouvelle-Calédonie.  J’y ai découvert un autre monde, plus simple, plus naturel, brut et sauvage, enfin… plus humain.

Et maintenant que je vis dans le Pacifique ?

  • J’ai construit une cabane, elle fait 50 m² sur pilotis avec un « deck ». Le tout m’aura coûté 3 000 € pour les matériaux suivants : bois, tôle, fibrociment, quincaillerie. Le reste c’est de la récup.
La-cabane-de-50-m2-de-Jib

Ma cabane terminée

  • Je me suis organisé un jardin de permaculture. Des légumes locaux et tropicaux y poussent : patate douce, igname, tarot, banane, papaye… J’ai également une réserve de semences pour pérenniser mon autonomie alimentaire.
jardin-permaculturel-légumes-locaux-

Un bout de mon jardin de permaculture

  • Je travaille en tant que prof de golf, charpentier et bientôt « permaculteur designer ».
  • Je chasse à l’arme à feu et je pêche !

La chasse et la pêche sont dévalorisées en France. Ici c’est l’inverse, c’est valorisant socialement. En même temps, il y a deux fois plus de cerfs et de cochons que d’habitants, ça aide !

3 Four Kanak un Fut de 200L coupé en deux et recouvert de béton

Four Kanak fait avec un fut de 200L coupé en deux et recouvert de béton

En tribu les gosses ont souvent un « bambi » comme animal de compagnie ou un petit cochon alors que les petits blancs sont déjà scotchés sur leurs IPADs.
Bref moi qui étais un peu anti-chasse en France je me rends compte que chasser et pêcher est un geste éco-citoyen ici.

Pour en savoir plus, allez voir et likez ma Page facebook  pour soutenir mon projet dont le principe est le suivant :

Etre capable de subvenir à ses besoins en toute indépendance vis a vis de nos systèmes sans enfreindre la loi ni troubler l’ordre :
• Sanitaire
• Alimentaire
• Energétique
• Matérialiste

Vivre en AUTONOMIE avec sa famille et son clan tout en restant acteur de la vie sociale et professionnelle.

Pour encourager le blog à écrire sur ceux qui ont su « Tout plaquer » et qui vivent en autonomie, suivez sa page également.

Une expatriation et des changements pour une nouvelle vie

Moi-Jib-et-ma-copine

Moi et ma copine indienne des îles Fidji

Je suis en couple depuis 6 ans. Ma copine est une vraie business woman !

Sans diplôme, elle arrive à faire des salaires de ministre et c’est là que tu comprends que l’expérience de la vie, de la survie au quotidien et d’une jeunesse passée dans l’extrême pauvreté t’anéantit ou te donne une force à soulever des montagnes.

Comparés à cela mon éducation bourgeoise à la française, mon bac +5, et mes titres sportifs ne valent pas grand chose…

Nous sommes complémentaires, nous partageons nos connaissances, notre expérience de vie et nous  mélangeons le tout. Du coup nous parlons tantôt français, tantôt anglais et parfois même en Hindi.

Je râlais tout le temps contre la malbouffe sans rien faire de concret.

Pire ! Je faisais toujours mes courses à Carrefour.
Aujourd’hui, grâce à la chasse, je zappe les rayons viande et poissonnerie. C’est ma solution pour en finir avec l’élevage industriel qui n’a aucun respect pour l’animal et pille la faune sans réfléchir.

WeNeedYou avec toutes les marques

We need you to buy …

J’ai pu aller à la rencontre des océaniens et vivre à leur façon. Je prône la vie en autonomie mais je ne suis pas devenu ermite pour autant. J’aime autant les grandes villes modernes à la pointe de la technologie que les grands espaces.

Là-je-suis-en-Nouvelle-Zélande

Je voyage toujours autant en mode « touriste » que « routard ». Ici en Nouvelle-Zélande

Après l’Australie, la Nouvelle Zélande et le Japon, j’ai visité pas mal d’îles de la Polynésie à la Mélanésie où le Vanuatu est à voir absolument, c’est magique ! 

Et maintenant, quel est mon projet de vie ?

Vivre en autonomie quelque soit mon lieu d’expatriation précis dans les îles du Pacifique. Je ne fuis pas la société ni le système mais je n’y trouve pas mon compte !

Eviter toute forme de pollution et de supermarché

Jib se ressourcer

Un bon coin de nature pour nager

Je souhaite construire 2 maisons bioclimatiques. Une dans les îles et une à la montagne. Pouvoir jongler au grès de mes envies entre le soleil et la neige serait un « must » pour moi.
J’ai donc commencé par les îles, une « base » pour me ressourcer ; indispensable pour mon bon équilibre de vie.

Je créé ma fermette écologique autosuffisante.

Plus de facture d’énergie, plus de pharmaciens grâce aux plantes. Je veux vivre en autosuffisance parfaite avec tout ce qui se trouve sur place dans le plus grand respect des terres et dans un environnement pur, loin du stress et des voitures.

Voilà d’excellentes raisons de tout plaquer pour une vie saine et la liberté. Loin des vices de la société.

Je mange mieux, je fais des économies et je me forme à tout ce qui me permet d’être plus autonome.

Je cherche, j’apprends et j’expérimente

  • Je connais maintenant la Permaculture pour le jardin
  • Je suis charpentier pour des maisons bioclimatiques en bois
  • J’expérimente le solaire et les turbines pour électricité
  • Je me suis formé au traitement et à la récupération des eaux
  • J’ai été à la rencontre de beaucoup de gens et d’associations en rapport avec mes activités
Le salon, le coin douche, la salle de réunion, et le coin repos. C'est pas beau ça !

Le salon le coin douche la salle de réunion et le coin repos

Toutes ces nouvelles compétences me font avancer, me rendent plus indépendant face à la société de consommation et donc plus libre !

Ne disais-je pas dès le début que le bonheur est indissociable de la liberté ?

Ma rencontre avec les peuples océaniens m’a convaincu que nous pouvions vivre autrement et mieux sans pour autant quitter le XXI siècle.

Permaculture_Nouvelle-Caledonie

Exemple de plantations – permaculture – en Nouvelle Calédonie

Tout ceci n’est que mon expérience, ma voie. Ce vécu donnera peut-être des idées à certains, alors n’hésitez pas à le partager.

A moins que vous n’ayez déjà obtenu votre liberté ? Et dans ce cas c’est votre propre expérience que je vous invite à partager ici.

 
Téléchargez le PDF gratuit : 13 excellentes raisons de quitter son job. C’est le premier pas vers votre liberté. Cliquez ici.
 

Jib par Haydée Bouscasse
 
 

Share This